background preloader

Histoire Secrète

Histoire Secrète
La Bible est autant un instrument de domination qu'une arme de destruction massive. C'est le constat alarmant que nous sommes en droit de tirer après lecture du troublant Qui est Dieu ? de Jean Soler, diplomate érudit et brillant penseur du monothéisme, dont Michel Onfray faisait l'éloge récemment. Notons aussi, avant de détailler le contenu du livre, que certains de ses éléments critiques ont déjà été étudiés par des auteurs aussi divers et prestigieux que Julien l'Apostat, Spinoza ou Nietzsche...entre autres. « Dieu » ou « Iahvé » ? La majorité des Bibles sur le marché, à l'exemple de l'édition Segond 21, sont des traductions erronées, mensongères et intéressées. Prenez une Bible à la traduction opportune donc, Exode 3,18 vous pourrez y lire :Dieu dit encore à Moïse : « Voici ce que tu diras aux Israélites : L'Éternel, le Dieu des Hébreux, nous est apparu ». « Ecrasés dans le territoire des chacals... » Ne pas être contaminés par les étrangers Related:  Christianisme

Le mensonge universel Le mensonge universel Depuis presque 3000 ans, des millions d’hommes et de femmes ont été nourris d’un texte qui a été entièrement maquillé, truqué, et transformé par un ou plusieurs scribes hébreux entre 1250 et 800 av. JC. Il n’y a jamais eu de serpent. Il n’y a jamais eu de pêché de la femme. En revanche, il y a bien eu un mensonge phénoménal grâce à un savant « mélange » de passages ôtés et d’autres réécrits.Le scribe qui a rédigé le Livre de la Genèse a simplement pris un texte sumérien intitulé Enki et Ninhursag, antérieur d’au moins 1500 ans à la naissance de l’écriture hébraïque, et en a modifié toute la structure pour l’adapter à « ses « besoins comme vous pourrez le découvrir dans ce livre. Le « Prince du mensonge » n’est pas celui auquel on pense et qu’on nous désigne avec tant de frénésie depuis des siècles…. Eve n’a jamais mangé de pomme, ni donné d’interview à un serpent tentateur.Elle ne nous a jamais condamnés.

: le roman de la bible - Le Roman de la Bible - angle de vision judéo-chrétien - Peu avant le départ de la mission Appolo 11, l'auteur Jean Sendy publie en 1969 aux éditions R. Laffont, dans la célébrisime collection "les énigmes de l'univers" un ouvrage intitulé : "Ces dieux qui firent le ciel et la terre ; le roman de la Bible". Nous livrons ci-dessous un condensé de ses intuitions. Dopées par la nouvelle ouverture de consience actuelle, elles permettent d'affiner aujourd'hui toujours plus la mécanique divine qui anime l'univers et la grande humilité que nous avons à observer cette magnificence à l'oeuvre : Nous. D'un angle de vue Maya, ce livre est canalisé et publié en 1969. La chronologie de Sendy, même si elle est typiquement en mode kronos, s'emboite aussi judicieusement avec la Matrice Calleman et le Ra Material. Aucune focalisation mentale sur les dates n'est nécessaire. A // Le postulat de l'auteur Jean Sendy : B // Chronologie scientifique : - 35 000 : "Apparition" de l'homo-sapiens vers - 35 000.

Enquête sur le détournement des manuscrits de la Mer Morte Conservés par le climat chaud et très sec du désert de Juda, les rouleaux de manuscrits de la mer Morte représentent la plus grande découverte archéologique du XXe siècle - un évènement considérable pour l'Eglise romaine et pour tout le monde chrétien - qui renvoie le domaine des études critiques de la Bible sur le devant de la scène. En ce sens, cette bibliothèque de plus de 800 textes jette une lumière directe sur la période critique d'où émergèrent, il y a plus de deux mille ans, à la fois le christianisme et le judaïsme rabbinique (le judaïsme actuel), explique Hershel Shanks, spécialiste américain de l'archéologie biblique dans son livre, L'Aventure des manuscrits de la mer Morte (Editions du Seuil). Que contiennent donc ces fameux rouleaux ? D'abord la Bible hébraïque, c'est-à-dire l'Ancien Testament pour les catholiques et les protestants. Une autre partie des écrits de la mer Morte est constituée de textes qui ne font pas partie de la Bible hébraïque, mais la complètent.

Nahash Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mythologie du Proche-Orient ancien[modifier | modifier le code] Dans le Proche-Orient ancien, le serpent est fréquemment associé à des divinités, notamment pour conjurer les morsures de serpents. Il est un symbole de protection et de santé. À Ougarit, le dieu Horon est invoqué pour repousser les serpents venimeux (nḥšm). Dans l'iconographie cananéenne, le serpent semble symboliser les forces du chaos combattues par le dieu guerrier. Bible hébraïque[modifier | modifier le code] Genèse[modifier | modifier le code] Adam, Ève et le serpent (femelle) à l'entrée de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Exode[modifier | modifier le code] Lors de la révélation liminaire de sa mission, Moïse se voit ordonner de jeter son bâton sur le sol pour constater que celui-ci se change en serpent. Nombres[modifier | modifier le code] Le terme de Nahash intervient encore pour conjurer les attaques de créatures du désert : — Nombres, chap. 21 (en) R.

L’Exode biblique est impossible à dater précisément | Approche scientifique d'une chronologie absolue Habituellement la chronologie est considérée comme l’œil de l’histoire mais, de façon surprenante, de nombreux égyptologues préfèrent évaluer l’historicité des textes bibliques à la lumière des étymologies populaires combinées à la psychanalyse freudienne. Ce n’est pas une démarche scientifique objective. Assman écrit, par exemple: J’ai toujours eu conscience du défi que représentait le livre de Freud pour l’égyptologie (…) L’objectif d’une étude d’histoire de la mémoire ne réside pas dans l’établissement d’une vérité potentielle des transmissions – en l’occurrence les différentes traditions qui appréhendent la figure de Moïse -; il s’agit bien plutôt d’étudier ces formes de transmission elles-mêmes en les considérant comme des manifestations de la mémoire collective, ou plutôt de la mémoire culturelle. Assman fait référence, mais un critique a remarqué que: Krauss, un autre égyptologue faisant autorité, écrit: L’Exode est généralement placé durant le règne du prestigieux Ramsès II.

L'initiation de Jésus en Inde L'initiation de Jésus en Inde La principale source d'information sur ce grand maître spirituel qui a amené le message d'amour sur la Terre est le Nouveau Testament qui englobe les Evangiles des apôtres. Dans quelques chapitres des Evangiles selon Mathieu et Luc sont présentés de façon succincte les événements significatifs de la vie de Jésus : ces histoires de l'enfance insistent sur la généalogie de Jésus, sa conception et sa naissance, et sur un nombre d'événements familiers comme l'Annonciation, l'arrivée des mages, l'arrivée des bergers, la vision du temple à Jérusalem, la fuite en Egypte où sa famille est restée jusqu'à la mort d'Hérode et le retour à Nazareth. Après ces événements extraordinaires, cette biographie de Jésus manquent pratiquement 17 ans dont on ne sait rien. On dit que Issa avait 14 ans lorsqu'il est passé par Sind, une région située au sud-est du Pakistan d'aujourd'hui, dans la vallée inférieure du fleuve Indus, et s'est établi parmi les ariens. Haut de la page

Apocalypse de Moïse | Les Mythes et les Religions La version la plus connue concernant la création de l’homme et de la vie d’Adam et Eve au paradis est celle de la Genèse. Pourtant un nombre considérable de textes hors Bible apportent des éclaircissements à cette histoire. En remontant aux plus vieilles traditions des mythologies, nous apprenons que les hommes ont été créés pour remplacer des dieux. L’Adam est ainsi considéré comme un animal créé au service de Dieu. « Alors Nammu, la Mère des origines, la génitrice des dieux, répéta à son fils Enki leurs lamentations : ‘Tu restes couché à dormir sans briser ton sommeil, mais les dieux, tes créatures, celles que tu as formées, te font des reproches ! Dans un souci de comparaison et d’éclaircissement des textes abordés ici, le récit de la Genèse (création d’Adam jusqu’à l’expulsion d’Adam et Eve) est résumé ci-dessous : En conséquence, Adam et Eve sont bannis de l’Eden et Dieu les condamne à la souffrance du travail, à la douleur de l’accouchement. Sources bibliographiques

LES 17 ANNÉES 'MANQUANTES' DE JÉSUS ( MISE À JOUR 3 VIDEOS ) 'Ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque.Et lorsqu'il eut douze ans, ils y montèrent, comme c'était la coutume pour la fête.Une fois les jours écoulés, alors qu'ils s'en retournaient, l'enfant Jésus resta à Jérusalem à l'insu de ses parents.Le croyant dans la caravane, ils firent une journée de chemin, puis ils se mirent à le rechercher parmi leurs parents et connaissances.Ne l'ayant pas trouvé, ils revinrent, toujours à sa recherche, à Jérusalem.Et il advint, au bout de trois jours, qu'ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant ;et tous ceux qui l'entendaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses.A sa vue, ils furent saisis d'émotion, et sa mère lui dit : " Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés.Et il leur dit : " Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? etc...

Une Bible de 1500 ans confirme que Jésus Christ n’a pas été Crucifié; Le Vatican Tremble Par le Serpent, Au grand dam du Vatican, une bible vieille de 1500 à 2000 ans a été trouvée en Turquie, dans le Musée d’Ethnographie d’Ankara. Découverte et tenue secret en l’an 2000, le livre contient l’Évangile de Barnabé, un disciple du Christ, qui démontre que Jésus n’a pas été crucifié, et il n’était pas le fils de Dieu, mais un prophète. Un rapport publié par Le National Turk affirme que la Bible a été saisi par un gang de trafiquants lors d’une opération dans la région méditerranéenne. Authenticité Selon les rapports, les experts et les autorités religieuses de Tehram insistent que le livre est original. On croit que, pendant le Concile de Nicée, l’Église catholique a choisi de conserver les évangiles qui forment la Bible que nous connaissons aujourd’hui; omettant l’Evangile de Barnabé (parmi beaucoup d’autres) en faveur des quatre évangiles canoniques de Matthieu, Marc, Luc et Jean. L’Eglise Romaine Catholique le veut

Related: