background preloader

Imprimer en 3D avec du métal

Imprimer en 3D avec du métal
Jusqu’ici, nous n’avons vu que des imprimantes 3D qui fonctionnent avec du plastique ou de la nourriture liquide. Pourtant, il existe déjà des imprimantes qui peuvent fabriquer des objets en métaux, tels que, sans être exhaustif, le titane, le nickel, l’acier inoxydable ou encore le Cobalt-Chrome. C’est le cas de la 3D Systems sPro 250 et de la EOSINT M 280 qui utilisent un procédé de frittage de métal (DMLS, Direct Metal Laser Sintering) permettant une grande précision avec des couches de 20 microns. Démonstration de Direct Metal Laser Sintering (DMLS) avec une imprimante 3D EOS : Les imprimantes Arcam Q10 et A2 fonctionnent de la même manière mais plus rapidement grâce à un système multi-faisceaux qui permet d’effectuer plusieurs fusions à la fois : La ExOne utilise un procédé bien plus complexe difficile à décrire mais les résultats sont similaires :

http://www.lesimprimantes3d.fr/3d-printing-with-metal/

Related:  Impression 3D

Imprimer des bijoux en métal précieux à la maison L’impression 3D à base de métal est au goût du jour, la preuve avec le succès de notre premier article à ce sujet ces derniers jours et j’imagine que tout ça est dû – en partie – à Solid Concepts et son Colt 1911, le premier pistolet imprimé en 3D avec du métal capable de tirer plusieurs coups. La Mini Metal Maker est une nouvelle imprimante 3D en cours de financement participatif sur Indiegogo qui n’a pas pour vocation d’imprimer ce genre d’objets controversés mais plutôt des petits objets de 6 cm cube maximum (typiquement des bijoux) en pâte à métal précieux (cuivre, bronze, acier, argent et or). A noter que les objets imprimés en 3D avec ce type de consommables doivent être finalisés par une cuisson au four. En terme de performances, la Mini Metal Maker permet une vitesse d’impression comprise entre 10 et 100 mm / seconde (ce qui correspond à une vingtaine de minutes pour réaliser une bague) pour une résolution allant de 450 à 370 microns.

Imprimante 3D Prusa i3 Rework 650 euros Le kit comprend toutes les pièces dont vous avez besoin pour construire la dernière version de l'imprimante 3D conçue par Josef Prusa modifié par eMotion Tech.Le Prusa i3 est actuellement la dernière version des imprimantes 3D Reprap. Elle se compose d'un cadre en aluminium d'épaisseur de 6 mm ainsi que d'un chariot Y pouvant accueillir une plate-forme d'impression de 200 mm d’arrêté. Le Hotend Hexagon entièrement usiné en métal peut accueillir plusieurs buses de diamètre allant de 0.3mm à 0.7mm. Le contrôleur RAMPS 1.4 permet de gérer jusqu'à deux buses. - Motorisation Nema 17 Imprimer en 3D avec des cendres funéraires L’industrie funéraire est bien un domaine pour lequel je n’imaginais pas d’application de la technologie de l’impression 3D, à part peut-être pour imprimer des cercueils après réflexion. Pourtant, le designer chinois Zhufei a osé imprimer en 3D (via le procédé de SLS) des sculptures en cendres funéraires. Il s’agit d’un consommable qui va probablement poser quelques problèmes d’éthique mais au final ce n’est ni plus ni moins qu’une autre forme d’urne funéraire. A l’avenir se faire scanner en 3D à ses beaux âges fera peut-être partie des mœurs en vue de se faire imprimer en 3D post mortem avec ses propres cendres.

Imprimante 3D Helios One et Heliolithographie Accueil » Imprimante 3D » L’imprimante 3D Helios One va-t-elle révolutionner la stéréolithographie ? Si le jeune prodige Thomas Suarez a pour ambition de révolutionner l’impression 3D FDM, la startup californienne Orange Maker compte bien s’occuper de la seconde technologie la plus répandue pour le grand public, la stéréolithographie. Leur botte secrète est une imprimante 3D baptisée Helios One reposant sur une technologie en instance de brevet appelée Héliolithographie. Comme vous pouvez le constater, la technologie de base est la stéréolitographie (souvent abrégée SL ou encore SLA), à la différence près que l’héliolithographie (HL) utilise un plateau rotatif pour supporter l’objet fabriqué par polymérisation de résine liquide avec un rayon ultra-violet. Doug Farber, co-fondateur de la jeune pousse américaine, explique que l’héliolitographie permet aussi d’obtenir une meilleure résolution et plus de fiabilité.

Un service d'impression 3D à La Poste La Poste propose désormais un service d’impression 3D en libre service. Pour l’instant en phase de test dans trois bureaux de poste en Ile-de-France, l’expérience pourrait être déployée dans d’autres régions d’ici l’été prochain. Philippe Bajou, directeur général adjoint du groupe La Poste, veut montrer et donner accès à l’impression 3D au plus grand nombre. Le CV papier c'est hasbeen. Place au CV imprimé en 3D Cet artiste a envoyé des figurines imprimées en 3D à son effigie à la place d’un simple CV. L’effort se verra-t-il récompensé ? En tout cas, le photographe Jens Lennartsson aura eu le mérite d’avoir fait parler de lui. Alors que les gens normaux impriment 400 exemplaires de leurs CV à envoyer un peu partout, ce dernier a décidé de faire les choses autrement pour se faire remarquer. Il a imprimé – ou fait imprimer – 400 figurines à son effigie et les a envoyé chez les potentiels employeurs à la place d’une simple enveloppe.

3 manuels libres sur la fabrication numérique et l’impression 3D La collection des manuels Floss s’agrandit avec 3 nouveaux livres réalisés en mode collaboratif sur la thématique de la fabrication numérique. Ces manuels libres élaborés à plusieurs portent sur l’innovation et la création numérique. Pour les animateurs multimédia d’EPN (espaces publics numériques) mettant en place des fab labs et lieux partagés (terme pour ce dernier, employé par NetPublic depuis début 2012!), c’est l’occasion de s’autoformer et de partager avec les décideurs (élus…), partenaires et différents publics (TPE-PME, grand public, monde scolaire…) ces découvertes via des ateliers et des animations spécialisées. Livres pratiques et méthodologiques Comprendre, apprendre, améliorer et mettre en pratique… Tel est le leitmotiv de ces 3 manuels Floss qui abordent le cadre méthodologique de projets numériques et une déclinaison concrète via des applications, des réalisations/créations sans oublier l’aspect fabrication et construction.

MG2 SYSTEMSProduits » MG2 SYSTEMS L’impression Multi Matériaux aux frontières de l’Objet réel Pour répondre aux besoins des industries et des concepteurs, les imprimantes 3D se sont diversifiées afin d’offrir de nombreux types de matériaux. Jusque là disponible uniquement sur les machines haut de gamme de grandes dimensions, l’impression multi-matériaux fait son entrée sur le marché du prototypage avec l’arrivée d’imprimantes capables de fonctionner avec des matériaux différents. Stratasys illustre ce nouveau concept avec une imprimante professionnelle très polyvalente, l’Objet 30 PRO qui permet notamment d’imprimer des pièces à l’aide de 7 matériaux différents dont un matériau transparent clair et un matériau résistant aux températures élevées, ce qui constitue une première pour un système de bureau.

Imprimer Playmobil et Lego chez soi : bientôt possible ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Maxime Vaudano Pour beaucoup de « makers » (« ceux qui fabriquent »), le fantasme fondateur est l'impression à domicile de montagnes de Lego. En plastique, d’une forme simple, la brique du constructeur danois semble prédisposée à devenir le blockbuster de l’impression 3D, cette technique de fabrication digitale d’objets physiques. Alors que les prix des machines d’impression grand public s’effondrent, Lego aborde pour l’instant avec sérénité la révolution qui s’annonce. « Nous accueillons volontiers toute concurrence loyale », assure la direction, qui place sa confiance dans la qualité de ses produits. Même son de cloche du côté du cousin allemand Playmobil, qui assure que la construction de ses figurines « ne peut être copiée », en raison de la complexité d'assemblage. Lire également : L’impression 3D prête à révolutionner les industries du jeu

Imprimante 3D ASIGA PICO : Kreos La Freeform Pico est une imprimante 3D offrant une très haute qualité d’impression, une fiabilité éprouvée et la meilleure technologie d’impression 3D dans un ensemble compact. La Freeform Pico est parfaite pour les industries comme le dentaire, la bijouterie joaillerie, le médical, l’animation, l’électronique, l’architecture et le design industriel. Sa grande résolution, son faible coût de possession et son extrême fiabilité sont primordiales. Calibration Automatique

L'imprimante 3D Cube en vente dans les magasins U Après la Fnac et Auchan, c’est au tour des hypermarchés et supermarchés U de se mettre à l’impression 3D. Pas moins d’une trentaine de magasins proposent désormais la Cube de 3D Systems au tarif de 1490 € TTC (un peu moins cher que les enseignes concurrentes). Matières plastiques PLA ou ABS (plusieurs coloris sont disponibles)Ecran LCD : monochrome tactileVolume d’impression : 14 x 14 x 14 cmRésolution de 200 micronsConnectivité USB et wifiSupport Windows et Mac OSLogiciel 3D fourniDimensions (l x p x h) : 26 x 26 x 34 cmPoids : 4,3 kg La Cube n’est pas l’imprimante 3D qui offre le meilleur rendu mais avec le marketing appliqué par 3D Systems en France il n’y a pas de doute qu’elle se vendra. Alors, une imprimante 3D sous le sapin, achetée en même temps que le foie gras et le saumon fumé ?

Related: