background preloader

Philip Forrer

Philip Forrer
Personnages Clefs pour l'Histoire de la PermaCulture (plus d'info) Voilà une porte d'entrée pour la recherche ou la mise en valeur documentaire sur le web ! Un répertoire des personnalités qui, en francophonie et dans le monde, ont participé à la création ou l’essor de la permaculture et de ses thématiques. Le but de ces pages affiliées à ce projet est plutôt de référencer des trouvailles documentaires par personnages mais elle peuvent accueillir infos biographiques et avis perso. Philip Forrer présente : Le jardin du Graal vidéo publiée sur youtube le 24 mai 2013 "Ce film a été conçu par Philip avec l'aide son ami Chris Lunch. Deux Vidéos de Franck Nathié: La vidéo complète (58mn) étant en vente sur ce site.

L’Electroculture Ou La Superiorité De L’Agriculture Biologique À L’Agriculture Chimique pour l'instant, je ne peux que donner des axes de recherches vous invitant à lire vous meme car etant en bas debit, je viens de passer 4 heures à faire des recherches qui m'auront pris une demi heure en haut débit. Voici une page de la Bibliothèque nationale de France où sont référencés des livres traitant du sujet, il vous suffit de cliquer dessus et de telecharger. Je crains que ce ne soit qu'une très bonne approche pour se familiariser avec le sujet, s'informer, mais qu'il n'y ait pas de protocole très précis pour une mise en application directe. Il faut telecharger et lire pour en etre sur. En attendant, il est possible d'ecrire à une association (j'ai pas trouvé de tel) pour leur demander des infos sur le sujet. C A E 17 rue des bouvreuils 33600 Pessac Il faut faire la demande d'infos par courrier donc. L'homme qui parle avec les plantes De nous-les-dieux.org. L'homme qui parle avec les plantes (48:34) l'homme qui parle aux plantes 81 o. Pois. M.

Permaculture & forêt nourricière - Extrait du jardin extraordinaire de Philip Forrer Regard critique sur l'électroculture par Christophe Gatineau Note de Gilles : Christophe Gatineau a été technicien en protection des cultures, et est désormais cultivateur et chercheur, il a 52 ans et vit actuellement en Limousin. Son travail est centré sur l’eau, les croyances et l’étude du comportement social et individuel des végétaux domestiques et sauvages. Sa position : » l‘agriculture conventionnelle nourrit provisoirement les populations tandis que l’agriculture biologique est dans l’incapacité de les nourrir durablement. » Il développe un projet intitulé Cultiver-autrement et un : « petit traité d’agriculture à l’usage du cultivateur novice, confirmé ou expert « . Cet ouvrage sera mis en ligne en 2014 et ouvert à la controverse pendant quelques années avant d’être publié. Il nous propose ici son point de vue sur l’électroculture dont il est régulièrement, pour ne pas dire plus en plus souvent, question dans les discussions concernant le jardinage naturel. , illustre bien ce fossé. Résultats En conclusion,

Droit aux buttes Jardins en buttes à l'écocentre du périgord On les voit fleurir un peu partout, elles représentent une vraie révolution dans notre relation au sol et notre façon de cultiver. Symboles par excellence de l’agroécologie mais surtout de la permaculture (avec la poule), elles n’en sont pourtant qu’un élément parmi d’autres. Elles représentent l’antithèse du jardin à la papa : un espace riche et vivant, résistant à la sécheresse, à l’excès de pluie, un espace multidimensionnel extrêmement productif qui peut même être auto-fertile. L’observation et l’imitation de la Nature nous ouvre de nouvelles portes délivrées du travail du sol, des intrants chimiques et du pétrole, pour une agriculture non plate, non linéaire, vivante et qui crée de la fertilité. Explications. C’est Emilia Hazelipp qui semble avoir importé la culture sur butte en France. Mais quels sont les avantages de cette culture étrange qui demande pourtant un gros travail de mise en place? tout d’abord, elle évite de se baisser.

Culture, permaculture, agriculture naturelle S’initier à l’agroécologie : mode d'emploi - Transition Avis aux jardiniers en herbe, aux paysans et aux citoyens curieux : cet été, Basta ! vous initie à l’agroécologie. Ou comment apprendre à se passer de pesticides, à dépenser beaucoup moins d’eau, à planter en hiver sans chauffer ses serres, à semer sans payer de redevances à l’agrobusiness, tout en produisant ce que l’on souhaite pour se nourrir. Visitez avec nous la ferme expérimentale de l’association Terre et Humanisme, installée au cœur de l’Ardèche, véritable laboratoire des techniques agroécologiques. Reportage et vidéos. Un climat rude, des terres arides, criblées de roches. « C’est dans ce milieu géologique et climatique difficile qu’on apprend le plus de choses », sourit Erik, agronome, en charge des jardins potagers de la ferme. Quatre fois moins d’eau que dans l’agriculture intensive En terme de rendements, la production maraîchère du mas de Beaulieu n’a rien à envier aux productions intensives classiques. De l’Ardèche au Sahel Étape n° 1 Étape n° 2

Compagnonnage végétal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Exemple d'association végétale bénéfique : les œillets d'Inde protègent les tomates des attaques parasitaires. Le compagnonnage végétal, appelé aussi culture associée, est une technique d'horticulture consistant à associer, au sein de mêmes cultures, des plantes compagnes l'une de l'autre. Ces plantes peuvent s'échanger divers services (fertilisation, action répulsive ou toxique sur des insectes spécifiques et/ou des mauvaises herbes). Ces interactions s'appellent l'allélopathie. Par extension, dans un jardin potager, on veille à ne pas cultiver côte à côte des plantes du même genre (pomme de terre et aubergine par exemple) qui risquent de se faire concurrence en recherchant les mêmes éléments dans le sol et en devenant une cible facile pour les mêmes maladies cryptogamiques et prédateurs[1]. Modes d'action[modifier | modifier le code] Exemples de compagnonnage[modifier | modifier le code] Les Allium[modifier | modifier le code]

Les champignons comestibles ou toxiques, cueillette, recettes, conservation Pratiques physiques Alimentation De la connaissance de soi Par Jiddu Krishnamurti. Extrait du livre « De la connaissance de soi ». « Je ne sais pas si vous avez remarqué que lorsque vous vous livrez à l’introspection, lorsque vous regardez en vous-mêmes en vue de vous changer, il y a toujours une vague de dépression. Il y a toujours une vague de mauvaise humeur contre laquelle il vous faut batailler; vous êtes obligé de vous examiner de nouveau afin de dominer cette humeur, et ainsi de suite. L’introspection est un processus qui consiste à transformer ce qui est en quelque chose qui n’est pas. Il y a donc toujours une dualité en état de conflit, et par conséquent un processus de frustration. Mais la lucidité est entièrement différente. Si je veux comprendre quelque chose, je dois évidemment l’observer, je ne dois pas critiquer, je ne dois pas condamner, je ne dois pas le poursuivre comme étant un plaisir ou l’éviter comme étant un déplaisir. Il faut qu’il y ait simplement la silencieuse observation d’un fait. Jiddu Krishnamurti.

Pratiques spirituelles, psyché Autonomie, écologie pratiques physiologiques

Related: