background preloader

4 approches pour définir et analyser l’e-réputation d’une organisation

4 approches pour définir et analyser l’e-réputation d’une organisation
S’il fallait schématiser l’e-réputation, quatre aspects essentiels, quatre angles ou prismes d’analyse, apparaitraient : l’aspect documentaire, celui des « systèmes », celui cognitif, et enfin le prisme managérial. Voyons ce que supposent ces quatre approches et ce qu’elles peuvent apporter à une organisation en termes d’analyse et de construction. Avec le développement grandissant des usages du web, des spécificités des plates-formes, des outils et méthodes d’analyse, mais aussi des attentes des organisations en matière de stratégies numériques (et d’e-réputation), l’analyse de l’e-réputation mérite d’être considérée plus largement qu’un simple comptage de likes et de commentaires, ou une mesure de visibilité SEO. Ce qui est proposé ici est très schématique mais permet de regrouper en quatre grands aspects/pôles/prismes/angles d’analyse l’e-réputation d’une organisation. Aborder l’e-réputation par son aspect documentaire ==> La question du support. ==> L’identité numérique. Au final… Related:  e-reputation

Ne subissez plus votre e-Réputation, construisez votre Identité numérique "Cultivez votre e-réputation", "Maîtrisez votre e-réputation", "Gérez votre e-réputation", ... l'e-réputation est un concept à la mode et cela fait quelques années que ça dure ! J'ai eu l'occasion de m'exprimer sur le sujet à deux reprises tout dernièrement grâce à l'équipe de 01 Business qui m'a offert en quelques jours ma première couverture d'un magazine et mon premier plateau TV dans l'émission éponyme animée par Frédéric Simottel sur BFM Business. Côté e-réputation, j'ai donc été servi ! Je profite de l'occasion pour remercier à nouveau toute l'équipe (Marie Jung, Véronique Bouvet, Myriam Martinrazm, Frédéric Simottel et le photographe Benjamin Decoin). e-Réputation et Identité Numérique ne sont pas synonymes ! Comme je l'ai rapellé sur BFM samedi 4 mai 2013, il convient de bien distinguer les concepts d'e-réputation et d'identité numérique. Votre Marque Personnelle est la somme des deux. Vous ne pouvez pas maîtriser votre e-réputation, vous devez vivre avec !

Archives Ouvertes | Outils et veille pour un libre accès à la production scientifique sur Toulouse 4 profils de besoins d’internautes Dans le cadre de mon activité, il me faut comprendre les internautes, leurs motivations et leurs usages. Et plus simplement, ses besoins lors de l’utilisation du réseau : veut-il consommer ou co-créer ? Jouer ou s’informer ? N’étant pas suffisamment naïf (ou cynique) pour adhérer aux segmentations faites au doigt levé (du genre « digital native de la génération Y geek« ), il m’a bien fallu trouver mon propre système de classement des besoins des internautes. Le voilà ci-dessous. N’hésitez pas à le critiquer. La question : comment évaluer la maturité d’utilisation d’Internet pour un internaute ? Classifier par sites visités La solution la plus simple et plébiscitée par les régies média est de classer les internautes par type de site visité (exemple de classification -réelle : Mamans femmes / Enfants familles / Jeunes et futures mamans / Cuisine / Actifs 16-34 ans / Footeux / Geeks, etc.). Classifier par usages La raison de cette obsolescence ? Classifier à la Cyroul 2e âge: l’ère de la bulle

Arbre des causes et e-réputation, acte 2 J’ai soumis, il y a quelques semaines, l’idée de s’appuyer sur le diagramme d’Ishikawa ou le principe d’arbre des causes pour analyser les crises liées à l’e-réputation. L’analyse des crises a posteriori permet d’en identifier les causes ou les relais et contribue à l’amélioration continue de la structure. Aussi bien au niveau de l’organisation, des méthodes que de la communication et de l’image. Certes, j’évoquais le cas Findus mais cette approche nécessitait une application plus concrète. C’est ce que je vais tenter de faire dans cet article en vous exposant la méthode que nous développons au sein d’InMédiatic… Commençons par mettre les choses au clair. Il résulte d’un dysfonctionnement qui doit être corrigé pour éviter que ledit « bad-buzz » ne se reproduise, protéger l’image de marque et permettre à la structure de progresser. Arbre des causes et crise de la e-réputation NB : J’ai opté pour un cas fictif, simple, pour démontrer pleinement l’intérêt de cette méthodologie.

TEL :: Accueil Zotero : Magic in the Cloud The Citation Management Problem Most of you probably recall the disproportionately large emphasis elementary and secondary education often placed on “the bibliography.” A significant amount of time was spent teaching you just how to cite someone else’s work in the right way. Where does the author’s name go? You use EndNote (and thus appreciate how much it sucks, on top of how expensive it is).You are involved in any stage of an academic career (student, professor, creepy old guy at the library).You are a professional who needs to keep abreast of current published developments in your field.You currently use a tool like EverNote to clip information from the web, but sometimes you want to pull out the semantic data hidden in the html (author, publication date, journal, etc.). If you’re still reading, and you haven’t already had me physically force Zotero installation upon you, then you’re about to pick up a pretty useful tool to accelerate your research. Zotero is Feature-Rich The Library

Les méthodes concrètes du Community Manager pour surveiller l'e-réputation d'une marque Cette semaine, je vais m’intéresser aux différentes méthodes à disposition du Community Manager pour veiller sur l’e-réputation d’une marque. Enjeu crucial des marques sur le web et réseaux sociaux, l’e-réputation se définit par la perception globale des internautes vis-à-vis d’une marque ou d’une personne. Celle-ci se forgera par les différents contenus produits visibles de manière publique et privée. Je vais donc analyser les différents espaces où les internautes peuvent parler de votre société en bien ou en mal, afin de vous aider à constituer un panorama exhaustif et prendre les mesures nécessaires si besoin. 1) Par l’analyse des plateformes dédiées au dépôt d’avis Certains sites web sont destinés à recevoir les avis des internautes concernant différents types de services ou de produits. Exemple Booking.com Booking.com est une plateforme permettant aux internautes d’effectuer plusieurs actions différentes mais complémentaires : Ce récapitulatif se présente de la manière suivante :

4. Les langages Le langage de commande est constitué de l'ensemble des commandes à entrer dans un système documentaire (catalogue, bibliographie, base de sommaires, moteur de recherche...) pour poser des questions, visualiser et sélectionner des références. Les systèmes documentaires proposent généralement deux à trois modes d'interrogation. Le mode novice ou simple avec une seule zone de saisie, un mode avancé qui affiche plusieurs zones de saisie et plusieurs combinaisons et un mode expert où l'utilisateur doit rédiger lui-même sa question documentaire, en utilisant toute la syntaxe du langage. La tendance générale est de proposer d'emblée le mode simple avec une seule zone de saisie et la possibilité d'entrer quelques termes comme pour les moteurs de recherche généralistes (Google ou Yahoo). Basés sur l'algèbre de Boole, ils permettent de combiner plusieurs éléments de la recherche (termes ou questions) pour affiner ou élargir une question. Il y a trois opérateurs : le ET, le OU et le SAUF.

De l'identification d'un signal faible La question du signal faible, ou « signe d’alerte précoce », est inhérente à la veille (qui se veut anticipative par nature) mais aussi par extension à l’e-réputation : peut-on identifier à l’avance une possible crise ou une information critique ? Cette question est toujours ouverte à l’heure actuelle, et les réponses qui lui sont données restent généralement techniques (l’outil magique). Petit retour sur cette problématique. Peut-on prévoir l’avenir ? Avant toute chose il convient de revenir sur la notion même de signal faible, puis d’exposer non-pas des formules magiques, mais des réflexions méthodologiques sur l’identification et le traitement de signaux faibles. Notons que certaines réflexions sont issues d’un papier réalisé avec Christophe Deschamps et accessible sur HAL. Le signal faible existe-t-il vraiment ? Si certains signes informationnels paraissent avant-coureurs d’un événement, il parait illusoire de rechercher un signal qui sera compréhensible par tous. Notons rapidement :

Réseaux sociaux : scinder les aspects pros et privés pour mieux gérer son e-réputation La question de la présence sur les réseaux sociaux ne se pose plus. Aujourd’hui, la principale problématique est la gestion de sa visibilité et de son image sur internet, c'est-à-dire la gestion de son e-réputation. Bien que l’on distingue des réseaux sociaux professionnels (Linkedin, Viadeo…) et des réseaux plus privés (Facebook, MySpace…), on constate que, les plates-formes de réseaux sociaux sont toutes susceptibles d’être utilisées conjointement pour un usage professionnel et pour un usage privé.Selon l’étude de la Cegos*, à titre professionnel, les salariés déclarent à 61% détenir et utiliser leur compte Facebook et à 9% utiliser Viadeo et 6% LinkedIn. Le Web est un incroyable outil de gestion de carrière et peut être d’une nuisance destructible. Comment faire ? Le contenu d’un réseau social à vocation professionnelle : Le contenu d’un réseau social à vocation personnelle : * Nom : utiliser un pseudo. A retenir : 1/ Distinguer les contenus relevant du privé en utilisant un pseudo et

Leed : L’agrégateur RSS poids plume Salut à tous !! Voila un moment que, tous concentré sur le DropCenter que je suis, je ne vous ais pas proposé un ptit scripts en provenance direct d’un dimanche pluvieux de développement (z’avez vu? je fais dans le lyrique !! Voila je me suis développé un ptit agrégateur RSS (pour les retardataires, c’est une lecteur de flux RSS comme le sont netvibes, Google Reader, RSS lounge, Tiny RSS etc…). Mais idle, pourquoi es tu allé développer un truc qui existe déjà ? Je suis actuellement sous netvibes, ceux qui connaissent savent que c’est un service, un service magnifique mais un service tous de même, donc mes données ne sont pas sous mon contrôle…et j’aime pas ça (si vous ne voyez pas pourquoi, parcourez donc mes 200 derniers posts qui traitent pour la majorité du sujet). Edit : depuis, Greader à fermé en laissant ses utilisateurs sur le carreau, je ne peux donc m’empêcher de souligner qu’utiliser un service est dangereux et que si vous avez une alternative viable, foncez… RSSLounge? TinyRSS?

Blue Nod: A new Twitter influence & community visualization tool Aside from the feast of interesting people, fascinating material and the discovery of new technology trends from around the world that you can find at the Netexplo Forum, I came across a nifty app that brings a whole new type of discovery to a conference. It is called BlueNod. It essentially maps and visualizes a Twitter profile, community or hashtag and allows you to see instantly Twitter influence. beta.bluenod.com The BlueNod system allows you to see — at different intervals — who has the biggest influence, who has neighboring communities as well as follow the tweets and view (easily) the profiles of individuals. a simple and quick way to find and visualize any user account or hashtag on Twitterbrowse connected people and content in a fast and efficient waylook deeper into your communities with time navigation and data storageengage with your communities and see your impact instantly The Oscars – Twitter influence according to BlueNod Are you a taker?

Extrait du livre blanc Aproged / Adetem | le blog de bernard normier Analyse thématique L’analyse thématique peut se décomposer en plusieurs sous-tâches : De qui parle-t-on ? Savoir qui sont les personnes morales ou physiques qui sont citées en même temps que notre marque est bien sûr important. Il s’agit donc de repérer dans les messages les noms de personnes physiques ou morales. Cette tâche, apparemment simple, n’est pourtant pas triviale. Quels sont les lieux cités ? Quels sont les thèmes, ou sujets, abordés ? Analyse des tonalités Le TAL (Traitement Automatique des Langues) va devenir, si ce n’est pas déjà le cas, une technologie majeure pour la e-réputation, pour deux raisons essentielles : le cœur du problème de la e-réputation est l’analyse de tonalité, l’identification des avis, recommandations, commentaires qu’il faut savoir relier aux marques, personnes, sociétés auxquelles ils se rapportent. En effet, il faut identifier deux points dans le texte : de quel objet (marque, société, personne) parle-t-on ?

Related: