background preloader

Top 5 et Flop 5 des pédagogies actives, ludiques et participatives

Top 5 et Flop 5 des pédagogies actives, ludiques et participatives
Quels sont les avantages et inconvénients liés aux pédagogies actives, ludiques et participatives ? Les pédagogies dites innovantes ont le vent en poupe. Pourtant, si la nécessité d’amorcer un virage pédagogique en entreprise est plus que nécessaire, beaucoup de freins et obstacles sont encore présents dans la plupart des organisations. Voici donc une proposition de top 5 – avantages et leviers – et de flop 5 – freins et inconvénients – liés aux pédagogies actives, ludiques et participatives : Découvrez les principaux avantages et inconvénients formulés par les entreprises à l’égard des pédagogies actives, ludiques et participatives. 1. De par leur caractère ludique et participatif, les pédagogies actives permettent de mieux capter l’attention des participants que les pédagogies traditionnelles. 2. 3. 4. « Il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule. » Vous connaissez probablement cet adage. 5. 1. On ne peut pas tout enseigner ou animer à l’aide des pédagogies actives. 2.

http://www.formavox.com/pedagogies-actives-ludiques-participatives

Related:  Divers types de pédagogie, débats et innovations pédagogiquesguillaine_slepnpédagogie coopérativeDiversité des courants pédagogiques

Apprendre à questionner ? Quand Socrate peut encore être utile ! Les débats autour des compétences informationnelles des jeunes, leurs habiletés, leur naïveté, leur absence de sens critique sont entrés désormais dans le champ de la banalité. Ils acquièrent des connaissances « futiles » et pas des connaissances « utiles », déclarait un orateur lors de la conclusion du séminaire sur le manuel numérique organisé par le ministère de l’éducation les 20 et 21 janvier à l’ENS de Lyon. Ils ne maîtrisent pas réellement l’ordinateur disent les autres enseignants, il leur faut des cours d’informatique disent encore d’autres, fiers d’annoncer qu’ils ont obtenu une option informatique en terminale et que l’informatique entre à nouveau dans l’enseignement. Renvoyons donc à la lecture du livre « la culture au pluriel » de Michel de Certeau (Points 1973 – 1987) ainsi qu’à celle du livre « Les nouveaux modes de comprendre » de Pierre Babin et Marie France Kouloumdjian (Le Centurion 1983). A suivre et à débattre…

La pédagogie coopérative Au début de l'année je distribue du matériel à chaque élève. Souvent certains n'en prennent pas soin, l'abime, le perde, l'oublient chez eux. Pour lutter contre cela de façon originale j'essaye cette année un système où les élèves échangent des points qu'ils gagnent contre du matériel. Les élèves ne peuvent que gagner des points pour leur groupe. Ensuite ensemble ils décident contre quoi échanger les points qu'ils ont gagné. (du matériel qu'ils ont perdu et pour ceux prenant soin de leurs affaires de BD à lire, des jeux pour la récréation.)

Les principes d'une démarche coopérative Pour rentrer dans une démarche coopérative d’apprentissage, il est nécessaire de respecter six principes que nous appelons pour notre part les « composantes » de la démarche. > le climat de classe> les activités d'apprentissage> le travail en groupe > l'interdépendance positive> l'objectivation et l'évaluation-------------------------------------------------------------------------------- Le climat de classeTout d’abord, il faut instituer dans la classe et, si possible, dans l’établissement, un « climat » coopératif, c’est-à-dire un climat de vie et d’apprentissage fondé sur des valeurs et des principes spécifiques : respect, solidarité, entraide, gestion démocratique de la vie de la classe, temps de parole et instances de régulation… Les activités d'apprentissageIl faut ensuite proposer des « activités d’apprentissage » suffisamment complexes pour que celles-ci soient perçues comme une « énigme » à résoudre, par tous les élèves, quelle que soit leur compétence initiale.

8 concepts pour une pédagogie ouverte et hybride Au travers de mes nombreuses lectures sur la pensée et l’apprentissage à l’heure du numérique, 8 concepts semblent revenir : Cognition : avec les avancées de l’imagerie cérébrale, impossible aujourd’hui de ne pas tenir compte des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance, de mémorisation, du langage, du raisonnement et de l’apprentissage dans la construction de dispositif pédagogiques. Communication : l’acte d’apprendre reste un acte social et d’échange. La relation avec l’enseignant et ses pairs sont au coeur du processus d’apprentissage. Collaboration : à l’heure de l’intelligence collective, il s’agit d’insister sur la co-construction dans l’horizontalité des relations humaines. Compétences : il s’agit de veiller à donner du sens aux connaissances pour les mettre en pratique au travers de capacités et d’attitudes qui permettront de construire des compétences transférables dans d’autres contextes, hors des murs de l’école.

Îlots, classe inversée, MOOCs : les nouveaux visage de l’autoformation des enseignants Le succès qu’a rencontré l’article du Monde sur l’incompréhension des élites face aux enjeux d’une société numérique est révélateur des forces qui sous-tendent tout débat au sein du monde éducatif français. Des îlots bonifiés à la classe inversée, ces pratiques pédagogiques questionnent les cadres de l’Education nationale. En effet, ils se diffusent comme traînée de poudre d’établissement en établissement sans utiliser aucun canal officiel. La formation initiale et continue semblent bien démunies face à ces innovations pédagogiques qui parfois naissent mais surtout fleurissent sur la toile, par le biais des réseaux sociaux, des sites communautaires et autres agrégateurs de flux. Même si cela reste marginal et que de nombreux enseignants se méfient encore beaucoup des réseaux, le fait est que de plus en plus de professeurs médiatisent leurs pratiques à travers des sites personnels, des échanges de pratique en ligne, des vidéo, etc… J'aime :

À Langouët (Bretagne), 10 ans de cantine 100 % bio et local 710 vaches, 602 habitants et une cantine 100 % bio : depuis 10 ans, la commune de Langouët en Ille-et-Vilaine, entre Rennes et St-Malo, garantit une alimentation entièrement bio et la plus locale possible aux 80 enfants des quatre classes de l’école publique qui fréquentent la cantine. Une cantine 100 % bio depuis 10 ans avec un coût de revient du repas en baisse. « Une expérience réussie qui a démarré en 2004 et qui prouve que le 100 % bio est possible, avec un approvisionnement de proximité et de saison », confirme Daniel Cueff, maire depuis 1999. Moteur de cette dynamique, il est convaincu de la nécessité d’une démarche écologique globale : pionnière en France, Langouët soutient non seulement la restauration scolaire bio, mais aussi l’installation de producteurs bio, la lutte contre le gaspillage, un éco-lotissement, les énergies renouvelables… La commune produit la totalité de ses besoins électriques !

Introduire la coopération dans la pédagogie L’école publique doit être le lieu où l’on apprend les enseignements fondamentaux mais sa mission civique est également de former des citoyens libres, éclairés et lucides qui sauront faire prévaloir les exigences de la raison et de la conscience face à l'état actuel de la Terre. Une éducation dans laquelle le pouvoir de chacun est au service de tous, avec au centre la coopération, peut faire se dessiner un "demain meilleur" comme étant la réunion des forces positives et constructives dont chacun de nous est pourvu. Pourtant aujourd’hui, l’école républicaine française connaît une crise de légitimité. Qu'est ce que la coopération dans la pédagogie? Les écoles publiques expérimentales, ou les écoles alternatives, hors contrat avec l'Etat, sont un moyen d'introduire dans le système scolaire de nouvelles valeurs de solidarité, de liberté, de respect, de partage, de tolérance, et de coopération. En quoi cela peut transformer notre territoire?

Réinventer la manière d'enseigner Le cours classique tel qu'on le connaît depuis des siècles s'épuise doucement. Avec l'irruption du numérique, une nouvelle façon d'enseigner s'installe. Le métier d'enseignant n'est-il pas totalement en train de changer ? Pourquoi avons-nous autant de mal à penser cette évolution ?

Aménager autrement sa salle de classe : une clé de la réussite des élèvesLeWebPédagogique Depuis le début de l’année scolaire, j’ai pris l’habitude de m’exiler dans d’autres salles que la mienne. J’ai enseigné dans la classe de mon collègue d’Arts plastiques, au CDI, en salle informatique, dans la salle polyvalente, dans une prairie surplombant la ville ou dans les couloirs des musées. L’activité menée avec les élèves justifie de changer d’espace de travail. Débat argumenté, lecture de paysage, cours magistral, travail de groupes, TICE, atelier artistique : le panel des activités pédagogiques nécessite un équipement et une configuration de l’espace spécifiques. Sortir de sa classe, c’est une respiration bénéfique aux professeurs comme aux élèves. On change d’air, d’autres adultes interviennent (professeur-documentaliste, médiateur culturel, artiste) et notre pratique s’enrichit.

Related: