background preloader

Le Meilleur des mondes

Le Meilleur des mondes
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le roman a été adapté à la télévision en 1980 et en 1998. Résumé de l'intrigue[modifier | modifier le code] Présentation du Meilleur des Mondes (chapitres 1 à 6)[modifier | modifier le code] L'histoire débute à Londres, en l’an 632 de Notre Ford, dans un bâtiment gris nommé « Centre d'incubation et de conditionnement de Londres-Central ». Dans le monde décrit par l'auteur, l'immense majorité des êtres humains vit au sein de l'État mondial – seul un nombre limité de « sauvages » est encore regroupé dans des réserves. Dans cette société, la reproduction sexuée telle qu'on la conçoit a totalement disparu ; les êtres humains sont tous créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance. Une fois enfants, les jeunes humains reçoivent un enseignement hypnopédique qui les conditionne durant leur sommeil, créant une morale commune profondément ancrée dans les subconscients de chacun.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Meilleur_des_mondes

Related:  Eugénisme dans la littérature et les artsLe meilleur des mondesLes Utopies

Aldous Huxley Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Huxley. Photo d'Aldous Huxley publiée dans le quotidien argentin La Nación en 1970. Œuvres principales Compléments Aldous Leonard Huxley, né le à Godalming (Royaume-Uni) et mort le à Los Angeles (États-Unis), est un écrivain britannique plus particulièrement connu du grand public pour son roman Le Meilleur des mondes. 1984 (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sur les autres projets Wikimedia : 1984 (roman), sur Wikiquote Il décrit une Grande-Bretagne trente ans après une guerre nucléaire entre l'Est et l'Ouest censée avoir eu lieu dans les années 1950 et où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme[2],[3].

Julian Huxley, Le Transhumanisme, 1957 Sir Julian Sorell Huxley, (1887-1975) est un biologiste britannique, socialiste et progressiste, connu pour ses ouvrages de vulgarisation sur la biologie et l’évolution. Son grand-père, Thomas Henry Huxley (1825-1895) était un biologiste connu pour être un collègue et partisan de Charles Darwin (1809-1882). L’écrivain Aldous Leonard Huxley (1894-1963) est son frère, et si ce dernier est l’auteur de l’ouvrage de science-fiction Le Meilleur des mondes (Brave New World, 1932), ce n’est certainement pas un hasard, puisque Julian Huxley était un partisan de l’eugénisme comme moyen d’amélioration de la population humaine : « Une fois pleinement saisies les conséquences qu’impliquent la biologie évolutionnelle, l’eugénique deviendra inévitablement une partie intégrante de la religion de l’avenir, ou du complexe de sentiments, quel qu’il soit, qui pourra, dans l’avenir, prendre la place de la religion organisée. »J. Huxley, L’homme, cet être unique, 1941 ; trad. fr. éd. Andréas Sniadecki

Dystopie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. L'auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque[1]. La différence entre dystopie et utopie tient plus à la forme littéraire et à l'intention de son auteur qu'au contenu. En effet, nombre d'utopies positives peuvent également se révéler effrayantes.

Le “manifeste des généticiens”, 1939 Nous publions, à titre de document historique, la traduction de ce qui a été appelé à l’époque le Manifeste des généticiens, produit du septième Congrès International de Génétique qui s’est clôturé à Edinburgh trois jours avant la déclaration de la Seconde Guerre Mondiale. Les personnalités à l’origine de ce texte, notamment J. Huxley, J. Utopia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le titre est construit d’après une racine grecque signifiant « lieu qui n'est nulle part », οὐ τοπος (ou topos) en grec[1]. Bien que Thomas More ne fût pas économiste, mais juriste, historien, théologien et homme politique, Utopia, qui n'était pas un traité d'économie, mais plutôt une satire de la société de son temps, fut repris au XIXe siècle pour construire des théories économiques. Récit[modifier | modifier le code]

Aldous Huxley, explorateur de nos possibles Julien Darmon Avant même de naître, le 26 juillet 1884, Aldous Huxley est déjà célèbre, par son nom de famille. Son père, Leonard Huxley, naturaliste et écrivain, est lui-même le fils de Thomas Huxley, éminent biologiste qui prit avec courage la défense des travaux de Darwin, notamment en s'appuyant sur la physiologie cérébrale comparée du gorille et de l'homme - ce qui lui valut le surnom peu flatteur de "bouledogue de Darwin". Il est aussi le créateur du mot "agnosticisme", qu'il concevait comme seule attitude rationnelle face à ce qui restera toujours du domaine de l'indémontrable. Cette attitude mesurée, mais teintée d'une neutralité bienveillante, face à ce qui relève du spirituel marquera le caractère d'Aldous, tout comme l'attitude scientifique de la famille en général.

Utopie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’utopie (mot forgé par l'écrivain anglais Thomas More, du grec οὐ-τόπος « en aucun lieu ») est une représentation d'une réalité idéale et sans défaut. C'est un genre d'apologue qui se traduit, dans les écrits, par un régime politique idéal (qui gouvernerait parfaitement les hommes), une société parfaite (sans injustice par exemple, comme la Callipolis de Platon ou la découverte de l'Eldorado dans Candide) ou encore une communauté d'individus vivant heureux et en harmonie (l'abbaye de Thélème dans Gargantua de Rabelais en 1534), souvent écrites pour dénoncer les injustices et dérives de leurs temps. Une utopie peut désigner également une réalité difficilement admissible : en ce sens, qualifier quelque chose d'utopique consiste à le disqualifier et à le considérer comme irrationnel. Genre opposé, la dystopie — ou contre-utopie — présente non pas « le meilleur des mondes » mais le pire. Origine du terme « utopie »[modifier | modifier le code]

Interview d'un prophète : Aldous Huxley, 1958 Pour une rare fois j’interviens encore sur ces forums, et persiste donc, car excédé d’y lire des opinions approximatives, non réfléchies, un déballage d’idées qui, si elles séduisent certains, ne le font que sur la base de cet apophtegme... "Asinus, asinum fricat" ; traduction : "Un âne frotte l’autre", à savoir que celui qui a peu de culture trouve en celui qui en a tout juste un peu plus... un modèle !Ah, les braves Latins, pleins de sagesse, eux !

Expo virtuelle Gallica Les fondateurs du genre utopique, Thomas More au XVIe siècle, Bacon ou Campanella au XVIIe siècle se réclament tous de l'idée gréco-romaine de cité idéale. En publiant en 1516 Utopia, Thomas More fonde un genre nouveau au croisement de la littérature, de la politique et de la philosophie. Durant la Renaissance, se développe une ample réflexion sur la cité idéale. La découverte du Nouveau Monde permet à l'imaginaire utopique de projeter ses aspirations : certains tentent de réaliser leurs rêves en fondant des colonies. D'autres, architectes visionnaires tels que Boullée ou Lequeu, imaginent des cités et des édifices qui incarnent des valeurs avant de répondre à des besoins.

Ectogenèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’ectogénèse est la procréation d’un être humain qui permet le développement de l'embryon et du fœtus dans un utérus artificiel, assumant les diverses fonctions (nutrition, excrétion, etc.) de l’utérus humain. Ce terme a été inventé par le généticien britannique J.B.S. Haldane en 1923. Malthusianisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Le terme est utilisé pour la première fois par Pierre-Joseph Proudhon en 1849. À l'origine doctrine hostile à l'accroissement de la population d'un territoire ou d'un État et préconisant la restriction volontaire de la natalité, le mot « malthusianisme » désigne aussi par extension toute attitude réservée devant la vie et le développement.

Related: