background preloader

Computer Languages History

Computer Languages History
Related:  Langages de programmation

Up and Down the Ladder of Abstraction In real life, you would never use a ladder that only let you go up. Likewise, when creating abstractions, stepping down is as important as stepping up. Here, we take the abstraction from the previous section, and overlay a concrete representation on top of it. That is, we draw the trajectory that represents all time, but we also draw the car at some particular time. How do we select which particular time to show? This is a general and powerful technique. Try cranking up the turning rate to 8° or so, and then inspecting the car's behavior as it makes its first two turns. In this case, it's fairly easy to look at the trajectory and imagine the car moving along.

Pi-calcul Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Pi-calcul (ou π-calcul) est un langage de programmation théorique inventé par Robin Milner. Ce langage occupe dans le domaine de l'informatique parallèle et distribuée un rôle similaire à celui du λ-calcul dans l'informatique classique. La problématique[modifier | modifier le code] En tant que langage de programmation théorique (ou langage formel), le π-calcul ne vise pas à permettre de construire des programmes exécutables. Afin de construire un programme exécutable, il est nécessaire de passer par un langage de programmation concret dérivé (ou inspiré) du π-calcul, tel que JoCaml, Acute ou Nomadic Pict. Définition informelle[modifier | modifier le code] Les entités du π-calcul[modifier | modifier le code] Plutôt que des données explicites, les programmes écrits en π-calcul manipulent des noms, notés typiquement a, b, c… x, y, z. Les constructions du π-calcul[modifier | modifier le code] Processus terminé[modifier | modifier le code] . . .

Download Official Kali Images | Kali Linux Official Documentation IMPORTANT! Never download Kali Linux images from anywhere other than the official sources. Always be sure to verify the SHA1 checksums of the file you’ve downloaded against our official values. ISO Files for Intel-based PCs In order to run Kali “Live” from a USB drive on standard Windows and Macintosh PCs, you’ll need a Kali Linux bootable ISO image, in either 32-bit or 64-bit formats. If you’re not sure of the architecture of the system you want to run Kali Linux on, on Linux or OS X, you can run the command at the command line. The images are available both as directly downloaded “.iso” files or via torrent files. Official Kali ISOs for Intel-based PCs Building your own Kali Linux ISO, standard or customized, is a very simple process. VMware Images If you want to run Kali Linux as a “guest” under VMware, Kali is available as a pre-built VMware virtual machine with VMware Tools already installed. Official Kali Linux VMware Images ARM Images Verifying Your Downloaded Kali Image or the command

OCaml Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. OCaml est le successeur de Caml Light, auquel il a ajouté entre autres une couche de programmation objet. L'acronyme CAML provient de Categorical Abstract Machine Language, un modèle de machine abstraite qui n'est cependant plus utilisé dans les versions récentes de OCaml. Principes[modifier | modifier le code] Il intègre ces différents concepts dans un système de types hérité de ML, caractérisé par un typage statique, fort et inféré. Le système de types permet une manipulation aisée de structures de données complexes : on peut aisément représenter des types algébriques, c'est-à-dire des types hiérarchisés et potentiellement récursifs (listes, arbres…), et les manipuler aisément à l'aide du filtrage par motif. Histoire[modifier | modifier le code] En 1995, Xavier Leroy publie une version de Caml nommée Caml Special Light, qui introduit un compilateur de code natif, et un système de modules inspiré des modules de Standard ML.

Python Programming Language – Official Website Caml Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Caml (prononcé camel, signifie Categorical Abstract Machine Language) est un langage de programmation généraliste conçu pour la sécurité et la fiabilité des programmes. Il se prête à des styles de programmation fonctionnelle, impérative et orientée objet. Le style fonctionnel rapproche le langage Caml de l’écriture mathématique, notamment grâce à la récursivité et au filtrage par motif (pattern matching). Consortium[modifier | modifier le code] La conception et le développement du langage Caml ainsi que son environnement sont fédérés par un consortium dirigé par l'INRIA. Les extensions Caml[modifier | modifier le code] Il existe un grand nombre d'extension du Caml, permettant au langage de recouvrir le plus de concepts possibles. (en) PolyAML : A Polymorphic Aspect-oriented Functional Programming Language. Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Haskell Liens externes[modifier | modifier le code]

LURCH Explanation[edit] Conventional algorithms[edit] Conventional algorithms for exploring a system's state space are deterministic, in that they have specific decision paths for mapping inputs to outputs. Nondeterministic algorithms, on the other hand, do not have such specific paths, allowing for the same inputs to result in different outputs. Nondeterministic analysis methods[edit] Decisions on using LURCH[edit] Menzies et al. in [1] argue that LURCH is no less safe than conventional deterministic algorithms for software model analysis; that LURCH is simple, competent, fast, scalable, and a stable nondeterministic analysis method: LURCH is simple: The following is pseudocode for LURCH, which is considerably easier to implement compared to more complex standard model checkers. function check(state) local_fault_check(state) deadlock_check(state) // cycle_check requires hash table cycle_check(state) See also[edit] References[edit] Menzies, Owen, Heimdahl, Gao, Cukic, Nondeterminism: Unsafe?

ML (langage) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. ML (contraction de Meta Language) est un langage de programmation généraliste fonctionnel. ML fut initialement développé par Robin Milner et d'autres personnes dans les années 1980 à l'Université d'Édimbourg, pour le système de preuves formelles LCF. R. Milner rencontrait des difficultés avec le système de typage de LISP qui permettait de « prouver » des assertions fausses. ML a été standardisé en 1983, puis révisé en 1997 ; le langage résultant s'appelle Standard ML (SML), et a été notamment implémenté dans Standard ML of New Jersey (SML/NJ). Le typage de ML a été étendu avec du polymorphisme de première classe présent dans le système F de Jean-Yves Girard grâce à la thèse de Didier Le Botlan et à Didier Rémy au début des années 2000[1]. Les fonctionnalités de ML incluent : D'autres avantages du ML sont : Les points forts de ML le rendent particulièrement apte à l'écriture de langages, de compilateurs et de systèmes de preuve formelle.

Related: