background preloader

Rapport et avis d’experts sur l’e-cigarette

Rapport et avis d’experts sur l’e-cigarette
Related:  Tabac

Avec la cigarette électronique, est-ce "du sérieux" ? Brevetée en 2003 par Hon Lik, pharmacien chinois, la cigarette électronique m’est apparue d’abord comme un gadget permettant aux fumeurs de braver impunément les interdictions de fumer. Car ils ne rejettent pas de fumée, simplement un petit nuage de vapeur d’eau condensée, comme il s’en échappe de la bouche des passants par un glacial matin d’hiver. Persuadé que la nicotine ne saurait créer une dépendance fructueuse pour ses fabricants, je ne croyais qu’à un engouement passager. Plan 1 - Comment fonctionne une cigarette électronique Le propylène glycol, à un moindre degré le glycérol, sont extrêmement avides d’eau. Quand le contact est établi, parfois automatiquement lorsque le vapoteur aspire, la résistance chauffe, tandis que parfois s’allume une diode à l’extrémité de la e-cig donnant l’illusion d’une combustion. L’air chauffé autour de 60°C vaporise le propylène glycol ou/et le glycérol. Ainsi, à 25°C, pour un air saturé à 100%, la buée apparaîtra dès ces 25°C. Retour au plan Toxicité

Tabac : les femmes enceintes sensibilisées aux dangers de la cigarette Par Francetv info Mis à jour le , publié le Des gynécologues-obstétriciens, des sages-femmes et des infirmières de l'hôpital de Sens (Yonne) ont mis en place un programme spécifique pour sensibiliser les patientes et les aider à renoncer au tabac. Des sages-femmes ont été formées, en mai, aux méthodes de diagnostic de l'intoxication tabagique des bébés. Recevez toute l’actualité du jour en vidéos Actualités 2013 - Journée mondiale sans tabac 2013 : le dispositif du 31 mai Parce que l’envie d’arrêter trouve sa source au plus profond de chaque fumeur et qu’il existe des aides au sevrage, le ministère chargé de la santé et l’Inpes invitent chaque fumeur à trouver ses propres raisons de quitter le tabac et des solutions personnalisées et adaptées pour y parvenir, avec le soutien du dispositif Tabac Info Service (TIS). La campagne nationale 2013 de lutte contre le tabagisme reprend les principaux messages de la campagne « les raisons » de 2012 . Elles marquent toutes deux la continuité de la stratégie de communication de l’Inpes depuis 2011 : favoriser le déclic du passage à l’arrêt en informant sur les solutions existantes, comme le dispositif TIS . À la télévision et sur Internet : le film « Les raisons » Le spot de 36 secondes est diffusé sur les chaines télévisées de métropole, dans les DOM, sur Youtube et Catch-up. © Inpes - Droits réservés Du 31 mai au 20 juin 2013, diffusion à la télévision (Métropole et DOM), sur les sites de replay et sur Internet.

Equilibres numéro 94 - Tabac - Une campagne centrée sur la motivation à l’arrêt À l'occasion de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, l'Inpes et le ministère des Affaires sociales et de la Santé ont relancé une campagne de communication centrée sur la motivation. Une manière positive d'envisager le sevrage. Plusieurs études menées récemment par l'Inpes auprès de fumeurs montrent que la majorité d'entre eux connaissent désormais les risques liés au tabagisme et les pathologies qui peuvent en découler. Pour autant, s'ils sont nombreux à avoir envie d'arrêter de fumer, le cap reste souvent difficile à franchir. Il s'agit donc de nourrir leur motivation en changeant, notamment, leur regard sur le sevrage. Les "bonnes raisons" d'arrêter La motivation est ainsi mise en avant. Présentation du dispositif de communication La campagne a débuté le 31 mai 2013 avec la diffusion, jusqu'au 30 juin, d'un spot TV de 40 secondes, également décliné en quatre versions de 20 secondes chacune, en métropole et dans les DOM . Un volet pour les professionnels

Enqûetes et Evaluation - International Tobacco Control (ITC), projet d’évaluation des politiques publiques de lutte antitabac Le Projet « International Tobacco Control » (ITC) est la première étude de cohortes réalisée au niveau international sur la consommation de tabac. Son objectif est d'évaluer au niveau national l'impact psychologique et comportemental des principales dispositions de la Convention cadre pour la lutte antitabac (Cclat) de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette collaboration entre des responsables nationaux des politiques de santé et des organisations internationales de santé est actuellement déployée dans 23 pays qui représentent 50% de la population mondiale, 60% des fumeurs et 70% des consommateurs de tabac dans le monde. Dans chaque pays, une équipe associée au projet ITC mène des enquêtes longitudinales régulières pour évaluer l’impact de la lutte antitabac et identifier ses déterminants, dans chacun des domaines suivants : Toutes les enquêtes ITC sont élaborées selon les mêmes principes et méthodes dans tous les pays. Le second rapport national ITC France présente :

Flore intestinale et prise de poids à l’arrêt du tabac On perd du poids quand on se met à fumer, on en prend si l’on arrête. Entre temps, la perte initiale se stabilise, et la courbe de poids du fumeur en fonction de l’âge est parallèle à un niveau inférieur à celle du non-fumeur. À l’arrêt, on retrouve en moyenne le poids qu’on aurait eu au même âge si l’on n’avait pas fumé. D. Une nouvelle hypothèse : la flore intestinale Une équipe danoise a montré que chez les obèses, la flore intestinale est moins abondante et plus pauvre en gènes que chez les sujets normaux. Un travail suisse a porté sur les modifications du microbiote (variété et abondance de la flore) et du microbiome (arsenal génétique des germes) chez 10 sujets arrêtant de fumer [4]. Le poids et la flore des témoins sont restés stables. Les auteurs suggèrent que la modification de flore et son enrichissement génétique puissent rendre assimilables certains nutriments potentiels habituellement excrétés et expliquer une partie de la prise de poids. Commentaires

Actualités 2013 - « Libre comme l’air » : une nouvelle fraicheur pour l’outil de prévention du tabagisme des jeunes « Libre comme l’air », outil d'éducation pour la santé et de prévention du tabagisme au collège, a vu le jour en 1999. Il vise à développer une approche globale et positive de la santé des jeunes autour des questions liées au tabagisme, et à ses facteurs déclenchant et plus largement aux dépendances. Il peut être exploité dans le cadre de plusieurs séances de prévention avec la classe. Après une première actualisation en 2004, l’outil vient de faire l’objet d’une complète mise à jour de son contenu. Le communiqué de presse de l’outil « Libre comme l’air » La rubrique de l’outil « Libre comme l’air »

Arrêter de fumer et ne pas rechuter : la recommandation 2014 de la HAS Sevrage tabagique : des outils pour repérer et accompagner les patients - Focus Actualités & Pratiques Change in mental health after smoking cessation: systematic review and meta-analysis Gemma Taylor, doctoral researcher12, Ann McNeill, professor of tobacco addiction23, Alan Girling, reader in medical statistics1, Amanda Farley, lecturer in epidemiology12, Nicola Lindson-Hawley, research fellow24, Paul Aveyard, professor of behavioural medicine24 Author Affiliations Correspondence to: G Taylor GMT181@bham.ac.uk and P Aveyard paul.aveyard@phc.ox.ac.ukAccepted 21 January 2014 Abstract Objective To investigate change in mental health after smoking cessation compared with continuing to smoke. Design Systematic review and meta-analysis of observational studies. Data sources Web of Science, Cochrane Central Register of Controlled Trials, Medline, Embase, and PsycINFO for relevant studies from inception to April 2012. Eligibility criteria for selecting studies Longitudinal studies of adults that assessed mental health before smoking cessation and at least six weeks after cessation or baseline in healthy and clinical populations. Introduction Methods Eligibility criteria Study selection

Cigarette électronique : dans la ligne de mire du législateur | 66 Millions d'impatients Les fumeurs l’ont massivement adoptée et ne tarissent pas d’éloges sur son efficacité. La directive européenne qui vient d’être adoptée impose à la profession de lourdes contraintes menaçant de mettre à mal la filière. Pour le bien des utilisateurs ? C’est peu de dire qu’elle fait un tabac. La cigarette électronique connaît depuis deux ans un essor impressionnant dans l’Hexagone. « Entre huit et neuf millions de Français l’auraient déjà essayée et de un à deux millions l’utiliseraient quotidiennement », estimait en février dernier l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), s’appuyant sur les résultats d’une enquête menée fin 2013 auprès de 2000 personnes. Toujours selon l’OFDT, en janvier 2014, les ventes de cigarettes et de tabac à rouler ont reculé de 11 % par rapport au mois de janvier 2013. Idem pour l’activité des consultations de tabacologie qui enregistre un net recul, avec 11 % de patients en moins en janvier 2014 par rapport au même mois l’année précédente.

e-cigarette : à quand le premier empoisonnement grave ? Paris, le jeudi 27 mars 2014 – Alors que les débuts d’année sont souvent propices à la prise de bonnes résolutions, visant fréquemment l’arrêt du tabac, la revue Prescrire avait profité de cette période pour rappeler en janvier le risque d’intoxication aiguë à la nicotine chez l’enfant lié à l’ingestion ou à l’inhalation de substituts laissés à leur portée. Le magazine révélait ainsi des chiffres des centres anti poison ayant recensé entre 2000 et 2010, 318 cas d’intoxication chez des jeunes enfants ayant avalé gommes à mâcher ou pastilles de nicotine ou ayant joué avec l’inhalateur d’un de leurs parents. Des morts sont à prévoir Les mises en garde de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) sur le sujet ont été rares. Encore une façon de faire haro sur la cigarette électronique ? Cette alerte du New York Times soulève de nombreuses questions. Aurélie Haroche

Related: