background preloader

Le périurbain, France du repli

Le périurbain, France du repli
Il y a aujourd’hui une question périurbaine. Elle est en grande partie liée au succès que rencontre le Front national dans les territoires périurbains. Christophe Guilluy et Jacques Lévy, tous deux géographes [1], ont largement contribué à attirer l’attention sur cette question. Dans cet article, nous ne contesterons évidemment pas la réalité du vote en faveur du Front national, mais plutôt la réduction du vote périurbain au vote frontiste : s’il y a bien un vote plus marqué en faveur du Front national dans certaines communes périurbaines, ce constat ne peut pas être généralisé à l’ensemble des populations de ces communes et encore moins à l’ensemble du périurbain. Ce sont des ménages et des territoires bien particuliers qui sont concernés. Nous contesterons également les explications apportées à ce vote par Jacques Lévy et par Christophe Guilluy. Le périurbain n’est pas la France périphérique Le périurbain est-il une version dégradée de l’urbain ? Il n’y a pas un mais des périurbains

http://www.laviedesidees.fr/Le-periurbain-France-du-repli.html

Related:  Christophe GuilluyLes marges et le recit national autour de l'espace francaisPériurbainLogement(s)Villes en évolution

«La France périphérique» de Christophe Guilluy: la géographie est un sport de combat Depuis la parution mi-septembre du nouvel essai du géographe, le monde de la recherche est déchaîné: les critiques fusent contre l'ouvrage, accusé de donner une représentation faussée et politique du territoire et, surtout, de ceux qui le peuplent... Qu'en est-il, point par point? Avec La France périphérique, publié à la mi-septembre, Christophe Guilluy reprend la croisade qu’il a entamée il y a plus de dix ans avec la publication de l’Atlas des nouvelles fractures sociales avec Christophe Noyé, et poursuivie en solo en 2010 avec un court essai, Fractures françaises, qui avait largement inspiré les termes du débat de la campagne présidentielle de 2012, comme la fameuse «fracture sociale» avait été au centre de celle de 1995. Depuis une vingtaine d’années, ce consultant spécialiste de l’analyse territoriale, géographe de formation, sillonne le pays de mission en conférence, en marge du milieu universitaire.

La France périurbaine a-t-elle été abandonnée Pour le géographe Christophe Guilluy, la France est coupée en deux. D’un côté, une « France métropolitaine », constituée des 25 plus grandes aires urbaines. De l’autre, la « France périphérique » : villes petites et moyennes, espaces ruraux, communes multipolarisées, espaces périurbains « contraints »… « Invisible et oubliée », cette France périphérique cumulerait les difficultés et serait le terreau du vote Front national, particulièrement fort dans ces zones. Mais cette thèse est loin de faire l’unanimité. Décryptage. Grandeur et décadence du « périurbain » Dossier : Y a-t-il des urban studies à la française ? « Un beau matin, les Français se sont réveillés en découvrant qu’un baobab avait poussé dans leur jardin » [1]. À l’issue du dernier scrutin présidentiel, c’est par cette formule que s’ouvre un article du Monde relatant l’irruption des espaces périurbains sur le devant de la scène médiatique sous l’effet de la montée électorale du Front national.

J’habite dans un bureau Importée de chez nos voisins anglo-saxons, cette solution économique fait ses premiers pas en France. Mais les contraintes sont rigoureuses. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Elodie Chermann « Chambres de 16 à 42 m2 en colocation dans un bâtiment d’époque situé entre la place Vendôme et le jardin des Tuileries. A partir de 201 euros par personne et par mois, toutes charges incluses. » Quand Rémi Saugeron, 26 ans, diplômé d’un master en activités physiques et santé, récite fièrement l’annonce qu’il vient de dégoter sur Internet, tous ses amis soupçonnent l’arnaque. Et pour cause ! Ceux qui partent, ceux qui restent. Les mobilités résidentielles dans les villes en décroissance La littérature internationale sur les shrinking cities, qui s’est considérablement étoffée, permet désormais de comprendre finement les causes du déclin des villes : la globalisation (et l’accélération des flux de personnes et d’investissements qu’elle a entraînée), la désindustrialisation, et la suburbanisation (Oswalt 2006). En revanche, les conséquences, autres que la seule perte de population, restent largement absentes de l’analyse. En s’intéressant aux mobilités résidentielles dans les villes en déclin, il s’agit ici de décomposer un des processus de la décroissance urbaine en identifiant les individus qui restent ou qui partent de ces villes. Dans un contexte économique et politique de valorisation de la mobilité, qui suppose pourtant un accès à des ressources financières et culturelles inégalement réparties selon la position sociale des individus (Remy 2000), c’est plus précisément sur l’étude des mobilités résidentielles et de leur sélectivité que cet article se penche.

(20+) Guilluy: «Le concept de France périphérique est souvent mal interprété» L’Insee a publié cette semaine une étude sur la pauvreté en France, montrant que les personnes vivant sous le seuil de pauvreté (moins de 990 euros par mois) étaient bien plus nombreuses dans les villes qu’en zone rurale. Libération avait considéré que cette étude contredisait les travaux de Christophe Guilluy, auteur de France périphérique, comment on a sacrifié les classes populaire. Dans un texte envoyé à la rédaction, Christophe Guilluy conteste cette interprétation et estime que son concept de «France périphérique» est souvent mal compris. La haine de la ville : « Paris et le désert français » de Jean-François Gravier Recherches La haine de la ville par la perte de son pouvoir mondial, à une recherche de l'identité, à la nostalgie; et ces fameuses «racines» qu'il faudrait retrouver pour reconstruire ces «repères», toujours perdus.

Lotissement De manière générale, un lotissement est d’abord une opération foncière, et une opération d’urbanisme. La définition opérationnelle consiste à morceler ou subdiviser un terrain en plusieurs parcelles, en général en vue d’y construire des habitations. De manière générale, il s’agit donc concrètement d’une opération foncière concernant la division de terrain(s) identifiés dans les cadastres comme une unité (des unités) contiguë(s). Travail indépendant ou logement : il faut choisir De plus en plus de jeunes qui se lancent en free-lance n’arrivent plus à se loger et sont tentés de recourir à des expédients illégaux car leur statut précaire effraie les propriétaires. « CDI et revenu équivalent à trois fois le loyer. Sans ça, ça ne sert à rien que vous postuliez, on ne vous louera même pas une place de parking. » Voilà ce que s’est entendu dire Alix, graphiste et photographe indépendante, alors qu’elle cherchait un appartement à Paris. « J’étais choquée. Je n’ai pas de CDI, mais je travaille et je gagne ma vie !

Gentrifications Compte-rendu du Café du 28 mars 2017 au Flore La soirée commence par un hommage à Matthieu Giroud assassiné au Bataclan le 13 novembre 2015, à 38 ans. Ce jeune géographe avait consacré son travail de chercheur aux mobilités urbaines, notamment aux formes de résistance ordinaire à la gentrification. Dans son ouvrage Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, publié avec Cécile Gintrac en 2014, il se montrait soucieux d’une géographie engagée. Il a été l’un des principaux animateurs de l’ouvrage Gentrifications (Ed Amsterdam, 2016), travail collectif auquel ont participé nos deux intervenants de la soirée.

Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité Dans le texte auquel il m’a été proposé de réagir, largement consacré à la critique de mes travaux, on peut regretter quelques formules un peu désobligeantes et, plus encore, le fait que les auteurs Éric Charmes, Lydie Launay et Stéphanie Vermeersch (C, L & V) semblent se référer pour l’essentiel à des articles publiés dans des médias généralistes et destinés à une large audience. Ils ont plutôt négligé mes productions scientifiques (Lévy, 1994 ; 1999 ; 2008 ; 2009 ; Allemand, Ascher & Lévy, 2004), ce qui fausse un peu les termes du débat. Non que j’aie quoi que ce soit à renier de ce que j’écris pour le grand public ; il faut simplement prendre en compte, quand on souhaite réfuter ce type de textes, le genre particulier auquel ils appartiennent, qui exige de la concision et de la fluidité et donc, parfois, quelques raccourcis vis-à-vis d’un modèle argumentatif développé. Le périurbain entre variable et concept Les périurbains sont des urbains.

Related: