background preloader

Comment les détracteurs de la théorie du "genre" se mobilisent

Comment les détracteurs de la théorie du "genre" se mobilisent
Chaînes d'e-mails, vidéos virales et pétitions : les moyens de diffusion des détracteurs de la "théorie du genre" sont multiples et donnent une apparence unifiée à un mouvement peu organisé. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Delphine Roucaute Dans le sillage de la mobilisation contre le "mariage pour tous" adoptée par l'Assemblée le 23 avril, les critiques visant les études sur le genre se sont multipliées, leurs détracteurs stigmatisant une "théorie" consistant à "nier la réalité biologique". Les études de genre sont un pan des sciences humaines affirmant que l'identité sexuelle n'est pas déterminée uniquement par le sexe biologique, mais est également influencée par la société. >> Lire : Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre La première plateforme de diffusion des textes fondateurs et vidéos "antigenre" est celle constituée par le mouvement de la "Manif pour tous". "Les campagnes d'e-mails tombent en permanence dans le milieu catholique. Related:  Genre et Education

Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre L'opposition au mariage pour tous a ravivé un débat lancé en 2011 par l'introduction de la notion de genre dans les manuels de SVT. Ses détracteurs parlent de la "théorie du genre". En protestant contre la loi autorisant le mariage aux personnes de même sexe, les membres de la "Manif pour tous" ont également ravivé la polémique sur le genre. "Le vrai but du mariage homosexuel est d'imposer la théorie du genre", affirment certains détracteurs du mariage pour tous. Ces inquiétudes avaient déjà agité les milieux catholiques en 2011, lorsque le ministère de l'éducation avait annoncé l'introduction du concept de genre dans certains manuels scolaires. Loin d'être une idéologie unifiée, le genre est avant tout un outil conceptuel utilisé par des chercheurs qui travaillent sur les rapports entre hommes et femmes. Le genre est-il une théorie ? >> Lire (édition abonnés) l'entretien avec le chercheur Bruno Perreau : "'Théorie du genre', 'études sur le genre' : quelle différence ?"

La théorie du genre pour les nuls Le titre de cet article est un peu présomptueux, je l’avoue. Je n’ai pas les connaissances suffisantes pour présenter ici toute cette théorie. Je me contenterai donc de donner quelques définitions et de regrouper quelques liens vers des articles beaucoup plus savants que le mien. Introduction En introduction, et pour sensibiliser les lecteurs à l’importance de cette théorie qui sous-tend une grande partie de l’action « sociétale » du gouvernement Ayrault, je souhaite présenter ici Intervention de Patrice André* montrant la relation étroite existant entre le mariage gay et la théorie du genre. * Patrice André : Juriste & Essayiste spécialiste en Droit Public Historiques et définitions La théorie du genre aussi appelée études de genre se base sur la dissociation du sexe physique ou biologique de l’orientation sexuelle. Un reportage édifiant sur la théorie du genre La bataille sur la validité de la théorie du genre est beaucoup plus idéologique que scientifique. Autres liens associés :

Vers plus d’égalité H/F : la Cocof passera au « budget genré » et forme ses agents à ce nouveau décret Le Parlement francophone bruxellois examine ce lundi 3 juin, le projet de Décret que j’ai initié visant à intégrer la notion de Genre dans les politiques de la Cocof. Le Décret est accompagné d’un coaching des fonctionnaires pour mettre en œuvre le gender budgeting Découlant directement des décisions prises lors de 4 Conférences mondiales sur les Femmes, dont la Conférence de Pékin, le Décret réalise concrètement les recommandations émises, à savoir créer des instruments de mesure de l’égalité entre les femmes et les hommes, inventorier les politiques dites genrées ou non genrées et implémenter des politiques répondant à des besoins spécifiques, que ce soit vis-à-vis des femmes ou des hommes. Concrètement l’adoption de ce Décret va permettre de mettre en place un outil très simple permettant de classifier les dépenses budgétaires, selon qu’elles sont : – Neutres (par exemple, l’achat de matériel informatique ou de fournitures)

"Théorie du genre", "études sur le genre" : quelle différence ? LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Mattea Battaglia Bruno Perreau est professeur au MIT et chercheur associé aux universités de Cambridge et Harvard. Il est l'auteur de Penser l'adoption (PUF, 2012). La droite catholique dit redouter la propagation de la "théorie du genre" en France. La "théorie du genre" n'existe que dans la tête des opposants à l'égalité des droits.

Quand l’UNI observe la « théorie du genre  | «Genre! Alors que les opposants au mariage pour tous et à l’égalité des droits ont choisi de faire du genre, au plutôt de ce qu’ils appellent « la théorie du genre » la cible de leur combat, les bons petits soldats du syndicat étudiant de droite UNI, devant lequel Claude Guéant avait affirmé que toutes les civilisations ne se valaient pas, leur emboîtent le pas. Pour cela, ils font circuler une "pétition contre la théorie du genre dans l’école élémentaire" (qui revendique 90 000 signataires) et viennent de créer, avec un "collectif contre le mariage et l’adoption homo", un site au nom accrocheur et trompeur puisqu’il se présente comme l’« Observatoire de la théorie de genre ». L’UNI n’est mentionnée qu’une discrète fois, sans être présentée. « C’est en réaction aux « événements de mai 1968 », que quelques étudiants et jeunes professeurs ont décidé de fonder l’UNI. Des observateurs sérieux et objectifs ? 1) Vous avez dit « théorie du genre » ? Réaffirmons-le simplement. Cyril Barde et AC Husson

Théorie du genre: Judith Butler répond à ses détracteurs Le Nouvel Observateur En 1990, vous aviez publié «Trouble dans le genre», qui devait marquer l'irruption dans le débat intellectuel de la «théorie du genre». De quoi s'agit-il ? Judith Butler Je tiens tout de suite à préciser que je n'ai pas inventé les «études de genre» (gender studies). La notion de «genre» est utilisée depuis les années 1960 aux Etats-Unis en sociologie et en anthropologie. En France, notamment sous l'influence de Lévi-Strauss, on a longtemps préféré parler de différences sexuelles. Cette théorie est parfois reçue comme une façon de dire que les différences sexuelles n'existent pas... On croit que la définition du sexe biologique est une évidence. Simplement, sa définition nécessite un langage et un cadre de pensée - autant de choses qui par principe peuvent être contestées et qui le sont. Les genres, ce sont aussi des normes, que vous critiquez. Les études de genre ne décrivent pas la réalité de ce que nous vivons, mais les normes hétérosexuelles qui pèsent sur nous.

Les gender studies pour les nul(-le)s Faut-il enseigner les études de genre (rebaptisées "théorie du genre" par leurs adversaires) à l’école ? La polémique suscitée par cette question révèle le rapport ambivalent que la France entretient à l’égard des gender studies, champ d'étude né aux Etats-Unis, toujours soupçonné de s’inscrire dans une démarche militante, féministe, homo et transsexuelle. En réalité, les études de genre constituent un domaine de recherche pluridisciplinaire dont on peut retracer la genèse, les développements, les références et les enjeux. Dont acte. Le concept de « gender » est né aux Etats-Unis dans les années 1970 d'une réflexion autour du sexe et des rapports hommes / femmes. C'est un psychologue, Robert Stoller (1), qui popularise en 1968 une notion déjà utilisée par ses confrères américains depuis le début des années 1950 pour comprendre la séparation chez certains patients entre corps et identité. Objet et genèse d’un champ de recherche L’élargissement aux minorités sexuelles La greffe française C.

Les temps sont durs pour l’homme blanc, hétérosexuel, catholique, de droite, (...) Les temps sont durs pour moi, pauvre homme blanc, hétérosexuel, catholique, de droite, exerçant une profession libéral et patriote ! Je suis responsable de toutes les misères du monde, de toutes les inégalités, de toutes les guerres, de toutes les injustices, de toutes les dominations ! Les temps sont durs pour moi, pauvre hétérosexuel ! Les temps sont durs pour moi, pauvre catholique ! Les temps sont durs pour moi, pauvre homme de droite ! Les temps sont durs pour celui qui exerce une profession libérale, ce nanti, cet héritier, ce profiteur des pauvres, ce voleur, cet assoiffé de dividendes indus, ce défenseur des prébendes injustifiées et des profits arrachés aux masses prolétariennes exploitées !... Les temps sont durs pour moi, patriote, qui aime naïvement un pays où je suis né et où j’ai grandi en rêvant aux exploits de nos pères, de nos aïeux, de nos chefs d’avant 1789 comme de ceux d’après...

Related: