background preloader

Big Data : nouvelle étape de l’informatisation du monde

Big Data : nouvelle étape de l’informatisation du monde
Viktor Mayer-Schönberger, professeur à l'Oxford internet Institute, et Kenneth Cukier, responsable des données pour The Economist ont récemment publié Big Data : une révolution qui va transformer notre façon de vivre, de travailler et penser (le site dédié). Ce livre est intéressant à plus d'un titre, mais avant tout pour ce qu'il nous apprend du changement du monde en cours. Riche d'exemples, facilement accessibles, il dresse un état compréhensible des enjeux des Big Data en insistant notamment sur ce que cette nouvelle étape de l'informatisation transforme. Le code n'est plus la loi ! "Les systèmes informatiques fondent leurs décisions sur des règles qu'ils ont été explicitement programmés à suivre. Pour les auteurs, les Big Data créent une intelligence artificielle qu'aucun humain ne peut comprendre. "Les Big Data fonctionnent à une échelle qui dépasse notre compréhension ordinaire. Et Mayer-Schönberger et Cukier d'en appeler à la naissance d'"algorithmistes"... Related:  C'est quoi, Big data ?

Le big data, modèle de croissance ? Le29 avril 2013, EcoFutur consacrait sa une à l’«open data». Autrement dit, à l’existence de «la masse infinie d’informations brutes désormais accessibles au public via Internet et que les start-up s’empressent d’exploiter». Presqu’un an plus tard, le monde numérique ne parle - presque - plus que de son rejeton : le «big data». Et de sa montée en puissance dans le business des mastodontes mondiaux du Web. Les Google, Facebook et Amazon qui collectent chaque jour des millions de données se sont rendu compte qu’ils étaient assis sur de d’or. Jeudi, l’Atelier BNP-Paribas, un think tank qui se consacre aux stratégies numériques logé au Numa dans le Silicon Sentier parisien, a anticipé l’événement en organisant une session d’information et de réflexion intitulée: «Big data, big economy ?» Selon l’Atelier, entre 2000 et 2013, le nombre de sites web actifs est passé «de moins de 10 millions à quasiment 200 millions». Philippe BROCHEN

La boite à outils du veilleur 2.0 Big Data, la déferlante des octets Les sciences et technologies du numérique connaissent actuellement un changement d’échelle majeur par la taille et la complexité des données qu’elles manipulent. L’information est devenue un objet monnayable, négociable, et une cible d’investissements. Des dizaines de programmes, à travers le monde, sont lancés sur les Big Data, l’Open Data, la numérisation du patrimoine et les gisements de données scientifiques. Les sciences et technologies du numérique connaissent actuellement un changement d’échelle majeur par la taille et la complexité des données qu’elles manipulent. Refermer l'édito

Avec la création d'un comité de la prospective, la CNIL s'ouvre à de nouveaux horizons En avril dernier, la Commission a approuvé la création d'un comité de la prospective. Elle a en effet, estimé indispensable de développer sa compréhension des évolutions du numérique et d'innover dans son mode de gouvernance. La première réunion du comité de la prospective s'est tenue le 15 mai dernier et a été l'occasion de procéder à un premier examen du programme d'études de la CNIL pour 2012-2013. Ce comité se veut en premier lieu un comité d'orientation scientifique des études conduites par la CNIL. Véritable "Boîte à idées", le comité pourra également jouer un rôle moteur dans le développement d'un espace d'échanges et de réflexion sur les problématiques Informatique et libertés. Enfin, il s'agit aussi de renforcer l'expertise de la CNIL notamment dans les domaines économiques et sociologiques, pour mieux identifier, comprendre et anticiper les transformations technologiques présentes et à venir et en évaluer les enjeux éthiques. M.

Les Big Data pour modifier la structure du social "La physique sociale, c'est ce qui arrive quand le Big Data rencontre la science sociale", expliquait récemment Sandy Pentland à l'IdeaCast, le podcast de la Harvard Business Review, en évoquant son dernier livre Social Physics, comment les bonnes idées se diffusent. Pour Pentland, “l’extraction de la réalité” (reality mining) va rendre possible la modélisation mathématique de la société... Et c'est là une révolution scientifique qui s'annonce. Nous avons souvent évoqué les travaux de Sandy Pentland sur InternetActu.net. Qu'est-ce que la Physique sociale ? Pentland fonde son livre sur un concept appelé la physique sociale. La physique sociale se veut une méthode pour comprendre et mettre en oeuvre l'ingénierie sociale, c'est-à-dire mettre à jour les lois de la société, non seulement pour comprendre le fonctionnement de notre société, mais pour avoir un impact sur elle. Une nouvelle science ? "Le café est-il bon ou mauvais pour nous ? La circulation des idées est au coeur de nos échanges

Les entreprises se débattent avec le big data Selon une étude mondiale réalisée par Cisco, les professionnels et les entreprises ont du mal à extraire de la valeur stratégique de leur big data. Seulement 28 % des personnes interrogées par Cisco se disent actuellement en mesure de tirer de la valeur de ces données. Pour réaliser son enquête intitulée Cisco Connected World Technology Report (CCWTR), l'équipementier a interrogé 1 800 professionnels dans 18 pays afin de se faire une idée sur l'état de préparation du secteur de l'IT, ses défis, ses lacunes technologiques et sa capacité stratégique à mener des projets big data. Alors que la plupart des entreprises collectent, stockent et analysent des données, le rapport de Cisco révèle que la majorité d'entre elles se débattent avec leur projet big data et ont du mal à relever les défis IT liés à l'utilisation de ce framework. La sécurité des données reste un problème Plus de la moitié des répondants pensent que, en 2013, les stratégies big data vont peser sur leurs budgets.

Bar des Sciences: Débat sur le Big Data Le Cœur des Sciences, à Université du Québec à Montréal, organise le 13 février prochain, à 18h, un débat grand public sur le Big Data, dans le cadre d’un bar des sciences, auquel je devrais participer, avec Vincent Gautrais (a.k.a. @gautrais), Yves-Alexandre de Montjoye (a.k.a. @yvesalexandre) et Jean-Hughes Roy (a.k.a. @jeanhuguesroy). Je vais en profiter, aujourd’hui, pour livrer quelques éléments de réflexion… les commentaires sont ouverts, mais la suite du débat se fera au Cœur des Sciences (j’essayerais de faire un résumé sur le blog). Pour avoir discuté avec de nombreux professionnels, dans l’industrie, qui manipulent des données quotidiennement, je les ai vu passer par les cinq grandes étapes décrites par Zubin Dowalty, le déni, “There’s nothing in that big data that we don’t already know.”la colère, “There’s nothing in that big data that we don’t already know!” C’est devenu un cliché que l’utilisation de l’informatique exploser, de manière exponentielle. . . . 1. 2. 3. et . .

L'informatique in-memory en passe de se généraliser, selon Gartner Selon le cabinet d'études Gartner, l'adoption généralisée de l'informatique in-memory est en route. La société Gartner estime qu'en 2015, au moins 35 % des moyennes et des grandes entreprises auront adopté l'informatique in-memory (IMC). Le cabinet d'études indique en effet que la « maturation rapide des technologies d'infrastructure » et la « baisse spectaculaire du coût des technologies de semi-conducteurs » ouvrent la voie à une utilisation grand public de l'informatique in-memory. L'IMC permet aux entreprises de développer des applications capables de traiter des requêtes évoluées ou d'effectuer des transactions complexes sur de très grands ensembles de données, beaucoup plus rapidement que si elles utilisaient des architectures traditionnelles. Un marché d'un milliard en 2016 Des standards attendus

« Big data » : Trois défis pour les maths LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | David Larousserie C’est un déluge. Un mot nouveau envahit le monde : « big data ». Selon le moteur de recherche Google, les requêtes en France sur ce terme ont plus que décuplé entre décembre 2011 et décembre 2013. La définition n’est pourtant pas si folichonne : le terme désigne la collecte, l’exploration et l’analyse de grandes masses de données. Des chiffres, des textes ou des images, mais aussi des gènes, des étoiles, des particules ou des traces de trafic routier… Par « grand », chacun entend ce qu’il veut. La popularité du mot est en fait moins liée à la fascination pour les grands nombres qu’aux promesses et réalités du concept.

Big data, l'heure est à la valorisation des données Sur le salon Big Data 2013, l'ambiance générale était particulièrement studieuse au coeur du petit écosystème français. Un rendez-vous stimulant pour mieux comprendre comment valoriser ses informations. Pour sa seconde édition, le salon Big Data, qui a migré de la Cité universitaire de Paris au CNIT, a accueilli un peu plus de 2 500 participants contre 700 l'an dernier. Blandine Laffargue, l'organisatrice de l'évènement, nous a indiqué sa satisfaction quant à la hausse des exposants (50 contre 25 en 2012), et des conférences (100 au lieu de 70). « Nous avons amplifié l'évènement dans tous les domaines », précise B. Dans les allées du salon, nous avons pu discuter avec un grand nombre de start-ups dédiées au big data comme Affini-TECH fondée par Vincent Heuschling, mais aussi des SSII et des éditeurs. Ted Dunning de MapR en évangéliste Hadoop Après un retard à l'allumage, le marché français du big data commence à se développer. HP pousse bien sûr Autonomy IDOL

Big Data III - Moi, l'octet « Nous devons nous battre pour avoir la propriété de nos données » Un millier d’étudiants de l’université technique danoise (DTU) de Copenhague reçoivent, ces jours-ci, un Smartphone Google flambant neuf. Un cadeau certes, mais avec un gros bémol : il est placé sous la surveillance illimitée de l’université. Espionner les Big Data fait partie du projet « Sensible DTU », qui se propose de réaliser une analyse interdisciplinaire de notre comportement social à partir de nos données personnelles. A l’origine de l’étude : un professeur d’informatique, Sune Lehmann, (@sunemann) et un doctorant, Arek Stopczynski, (@h0pbeat). ARTE Future : Sune Lehmann, Arek Stopczynski, jusqu’où va la surveillance de vos étudiants ? Sune Lehmann : leurs Smartphones nous renseignent sur leur position géographique et sur leurs interactions sociales - nous savons qui est avec qui, quelles sont leurs communications téléphoniques et leurs SMS, et sur tout ce qu’ils font sur les réseaux sociaux, comme Facebook. S. S.

Big data: The next frontier for innovation, competition, and productivity The amount of data in our world has been exploding, and analyzing large data sets—so-called big data—will become a key basis of competition, underpinning new waves of productivity growth, innovation, and consumer surplus, according to research by MGI and McKinsey's Business Technology Office. Leaders in every sector will have to grapple with the implications of big data, not just a few data-oriented managers. The increasing volume and detail of information captured by enterprises, the rise of multimedia, social media, and the Internet of Things will fuel exponential growth in data for the foreseeable future. MGI studied big data in five domains—healthcare in the United States, the public sector in Europe, retail in the United States, and manufacturing and personal-location data globally. Big data can generate value in each. 1. 2. Podcast Distilling value and driving productivity from mountains of data 3. 4. 5. 6. 7.

Related: