background preloader

PROGRÈS – Un bébé sauvé par une imprimante 3D

PROGRÈS – Un bébé sauvé par une imprimante 3D
Cette attelle trachéale fabriquée par une imprimante 3D a sauvé la vie d'un bébé (University of Michigan Health System) Sans imprimante 3D, le jeune Kaiba Gionfriddo, 20 mois, ne serait peut-être plus en vie. Atteint d'une trachéobronchomalacie, le nourrisson s'est arrêté de respirer à 6 mois. L'air ne passait plus à cause d'un affaissement de sa trachée. Dépourvus de solutions, ses médecins ont fait appel à des chercheurs de l'université du Michigan spécialisés dans l'impression 3D de polymères bioabsorbables, raconte le Science Daily. Branchée sur un ventilateur pendant vingt et un jours pour permettre au nourrisson de respirer, la prothèse s'est progressivement fondue dans sa trachée, lui permettant de se développer normalement. "Nous voulons inventer l'avenir médical grâce à la découverte, s'enthousiasme Ora Hirsch Pescovitz, l'une des responsables de l'université du Michigan. Signaler ce contenu comme inapproprié Related:  Impression 3D et médecine

Prothèse de main : de dix mille à cent cinquante dollars grâce à l'impression 3D Quand l’association de l’impression 3D et de l’esprit Libre donnent des choses extraordinaires… Des prothèses de main open source peuvent être imprimées en 3D pour 150$ Open Source Prosthetic Hand Can Be 3D Printed For $150 John Pugh - 26 mai 2013 - psfk.com(Traduction : Goofy, Calou, nicolas, MatElGran, GPif, Asta, Pascal, audionuma) Robohand est une main mécanique à bas coût qui peut être fabriquée avec une imprimante MakerBot3D. Pour les patients souffrant d’une blessure traumatique ayant entraîné la perte d’un membre, ou les enfants nés avec un handicap tel que le syndrome des brides amniotiques (dont la conséquence est souvent que l’enfant naît avec un ou plusieurs doigts manquants), une nouvelle prothèse a le potentiel de changer littéralement leur vie quotidienne. Robohand est une main mécanique qui peut être imprimée en 3D avec une imprimante MakerBot. à leur équipe, accélérant ainsi la création de prototypes fonctionnels, tout en réduisant les coûts de production.

Prothesthétique | euronews, hi-tech Les personnes amputées des jambes se voient souvent proposer des prothèses à taille unique, modèle standard. Fonctionnel mais pas vraiment esthétique. Grâce à une toute nouvelle imprimante 3D et avec un peu d’imagination, il est désormais possible de réaliser des prothèses au look customisé. “J’ai toujours été frappé par le fait qu’une prothèse ressemble à une sculpture”, explique le designer Scott Summit. Tout d’abord, on scanne la jambe afin de réaliser une prothèse qui épousera parfaitement sa forme. Une révolution pour les personnes amputées. Dès le départ j’ai été bluffé”, explique Chad Crittenden, qui a bénéficié d’une nouvelle prothèse. L’objectif désormais pour l‘équipe de Scott Summit est de baisser les coûts de production de ces prothèses customisables.

Grâce à l’impression 3D, le bon vieux plâtre devient moderne Se casser le bras, c’est déjà pénible. Mais il faut encore plus supporter un plâtre, gros, épais, malaisé, et qui ne sent pas très bon au bout d’un moment. Fort heureusement, l’impression 3D est arrivée. Jake Evill, fraîchement émoulu de l’Université de Wellington, a imaginé un nouveau type de plâtre baptisé Cortex, qui cumule les avantages. Le volume de nylon, la matière utilisée pour le Cortex, est plus dense au niveau de la blessure.

Une prothèse trachéale créée par impression 3D sauve la vie d'un enfant › Santé A la naissance, le petit Kaiba (ci-dessus) souffrait d'une trachéobronchomalacie, une maladie respiraroire grave. Crédits : Université du Michigan Des médecins américains ont créé une prothèse biorésorbable via impression 3D, qui a permis d'élargir la trachée et les poumons affaissés d'un nouveau-né. Lorsque Kaiba Gionfriddo est né en 2011 dans l’Ohio (États-Unis), il souffrait d'une maladie appelée trachéobronchomalacie. Un canard handicapé soigné avec une prothèse imprimée en 3D Mercredi 26 juin Divers - 26 juin 2013 :: 09:42 :: Par Buttercup, un canard handicapé de la patte gauche, a subi une amputation de celle-ci puis, son membre a été remplacé par une prothèse imprimée en 3D. Buttercup n’était pas un caneton comme les autres lorsqu’il est né en novembre dernier dans le laboratoire de biologie d’une école. Le pauvre animal était handicapé et avait sa patte gauche tournée vers l’arrière, ce qui le gênait énormément lorsqu’il voulait se déplacer. Malgré des tentatives de membres de cette école pour réussir à soigner la patte malformée de Buttercup, rien n’y faisait et le canard progressait toujours avec difficulté. C’est alors qu’il a été transféré au Feathered Angels Waterfowl Sanctuary, un centre qui s’occupe des canards domestiques abandonnés en leur prodiguant notamment des soins et en les nourrissant. C’est pourquoi les gens du sanctuaire ont décidé d’amputer sa patte gauche. (source)

Un exosquelette imprimé en 3D pour aider une petite fille à se mouvoir Alors que certains s’affairent à nous démontrer qu’il est possible de produire des pièces d’armes à feu à l’aide d’une imprimante 3D, d’autres tentent de nous révéler le véritable potentiel de cette technique en plein essor. Dans le reportage ci-dessous, vous ferez la connaissance d’Emma, une petite fille de deux ans née avec une maladie orpheline nommée arthrogrypose qui l’empêche de lever ses bras sans une aide extérieure. Pour tenter de remédier à son handicap et ainsi lui permettre de profiter pleinement de ses capacités, un hôpital dans le Delaware (côte Est des États-Unis) a conçu plusieurs exosquelettes en plastique lui permettant de se mouvoir et d’effectuer plusieurs gestes du quotidien.

IMPRESSION 3D DE PIEDS POUR ORTHÈSES - conception et fabrication robotisées d'orthèses Afin de concevoir et de fabriquer des orthèses plantaires parfaitement adaptées aux spécifications de chaque patient, la Clinique du pied Équilibre privilégie le réputé système WebFit™, le seul système qui répartit activement les points d’appui sous le pied. Ce système inclut notamment un tapis-capteur de pression « intelligent et autocorrecteur » qui fournit une empreinte en trois dimensions des pieds de chaque patient. La fabrication des orthèses est entièrement robotisée et est créé par fraisage numérique, ce qui augmente considérablement leur précision, leur confort et leur efficacité. Orthèses WebFit™WebFit™ « Clinique » est un logiciel qui permet l’évaluation et la prise d’une empreinte numérisée des pieds. La capture du pied en 3D n’est possible que si le pied est parfaitement positionné et que la répartition des charges est optimale.

Une imprimante 3D permet de sauver un petit garçon Les médecins ne lui laissaient que peu de chances de quitter l'hôpital en vie. Et pourtant. Le petit Kaiba Gionfriddo a survécu à ses graves problèmes respiratoires grâce à l'ingéniosité de ses médecins, qui ont eu l'idée d'utiliser une imprimante 3D pour concevoir une petite pièce en plastique, qu'ils ont ensuite placé dans sa gorge pour l'aider à respirer, rapporte le Daily Mail. C'est la dernière grande avancée en matière de médecine régénérative, après la conception d'oreilles artificielles en février, à partir d'une autre imprimante 3D. Originaire de l'Ohio, l'enfant est né avec une malformation respiratoire qui lui provoquait des arrêts respiratoires et cardiaques quotidiennement. "L'avenir de la médecine" Aujourd'hui âgé de 19 mois, l'enfant se trouve "plutôt en bonne santé", selon le docteur Glen Green, pédiatre de l'hôpital du Michigan où il a été opéré, et n'a pas eu une seule crise depuis. L'imprimante 3D, l'avenir de la médecine régénérative ?

Un plâtre en 3D, léger et aéré pour réparer les os cassés L'impression 3D fait un nouveau pas dans le secteur médical et propose un concept novateur : le Cortex, un exosquelette léger et aéré qui se substitue au plâtre lourd et fermé. Imaginée par un étudiant de l’Université Victoria de Wellington nommé Jake Evill, l’imprimante 3D Cortex pourrait bien être la solution libératrice aux fractures. Si l'objectif de maintenir en place un os qui s'est déplacé reste inchangé, il s'agit bien de mettre au point un principe d'immobilisation moins contraignant que le bon vieux plâtre lourd et hermétique, qu'il faut garder plusieurs semaines. L'imprimante permet de créer un plâtre sur mesure à partir de radiographies des endroits fracturés. "Pour le moment, l’impression 3D prend environ trois heures, là où un plâtre classique est fait en trois à sept minutes, mais nécessite entre un et trois jours à se solidifier complètement.

La médecine par impression 3D prototype utilisé par Will Shu et son équipe pour imprimer des cellules souches en 3D. © Will Shu, Biofabrication Les biologistes commencent à s’emparer du procédé d’impression 3D. Ainsi, il devient possible de former le moule d’une oreille en cartilage ou un implant crânien. C’est déjà une véritable révolution en médecine. Une nouvelle étape pourrait encore être franchie : celui de la conception d’organes entiers. En effet, des chercheurs ont mis au point une imprimante 3D capable de former des amas de cellules souches, sans les dénaturer. Une imprimante 3D classique, prévue pour du plastique a été transformée. Ainsi, la quantité de cellules déposées est contrôlée précisément, en changeant l’ouverture des buses, la pression induite ou le temps d’ouverture de la valve. Le bio printing va ainsi pouvoir prendre une place importante dans certains laboratoires. On peut déjà fabriquer des tissus en relief, que ce soient des tissus de cœur, de rein ou de foie. Est-ce un pas vers la vie éternelle ?

Related: