background preloader

Sueurs Froides - Le magazine du cinéma off

Sueurs Froides - Le magazine du cinéma off
Related:  Cinéma d'horreur, bis et fantastique

John Carpenter a essayé de se souvenir de deux-trois trucs sur ses bandes-son John Carpenter et Alan Howarth. John Carpenter ne se laisse pas emmerder. Ni par Michael Myers dans Halloween, ni par le ballon de volley géant de Dark Star, ni par les créatures extraterrestres de They Live. John Carpenter s’en sort toujours. Carpenter aime bien se mettre mal aussi. Noisey : J'aimerais vous parler de la bande-son de vos films. Vous souvenez-vous du matos utilisé pour Dark Star en 1974 ? Le EMS VCS-3. Vous connaissiez beaucoup de gens qui avaient accès à ces machines ? J'imagine que le coût et le temps étaient des facteurs importants. Et puis c'était LE son qui collait aux films de science-fiction, non ? Carrément. The Day The Earth Stood Still – Bernard Herrman. Forbidden Planet C'est dingue à quel point les sons électroniques peuvent être chargés d'émotions, comme s'ils mettaient à jour le désir des machines. Dans un tout autre genre, vous avez aussi écrit la chanson country de Dark Star, « Benson, Arizona ». Du népotisme pur jus ? C’était un orchestre ou des synthés ?

Unification Un film, un objet. La Comtesse aux Pieds Nus, les chaussures chaussure [ʃosy:ʀ] n.f.: dérive du latin “calceus”, soulier. Objet fabriqué à partir de divers matériaux souples (cuir, peau, toile, matières synthétiques) et selon différents procédés d’assemblage pour recouvrir et protéger le pied. Les chaussures constituent un élément d’habillement. "Quand j’étais une petite fille, comme tant d’autres, je ne pouvais m’acheter des chaussures.Quand les bombes de la guerre civile sont tombées, je me blottissais dans la poussière des ruines.Je m’allongeais dans la poussière.Je tortillais mes orteils, j’écoutais le vacarme et je rêvais d’être un jour une grande dame avec de belles chaussures.Aujourd’hui, je déteste les chaussures. Je les porte seulement pour danser, me montrer. Maria d’Amata, née en Espagne, est la plus grande et belle des vedettes d’Hollywood. Dans La Comtesse aux Pieds Nus, les souliers sont devenus des accessoires d’apparat qui ne font qu’éloigner Maria d’Amata de qui elle est. Joseph L.

le blog de Leslie Plée PRISMES Cinéma fantastique : l'exception culturelle française ? Comme vous vous en doutez sûrement, cette semaine Hollywood dicte sa loi face à la production française. D’un côté, les Wachowskis reviennent avec Cloud Atlas et Sam Raimi réalise Le Monde fantastique d’Oz sous la bannière de Mickey, quand du nôtre Christian Duguay fait trembler le monde avec Jappeloup, un film épique hippique porté par l’inénarrable Guillaume Canet. Il est de bon ton de vilipender le cinéma made in USA, mais qu’a-t-on à lui opposer, concrètement ? Le constat est sans appel au regard du box-office. « Doit-on en conclure qu’il nous est impossible, à nous Français, de produire un cinéma de genre fantastique de qualité ? Car il n’existe pas à proprement parler de cinéma fantastique français. Doit-on en conclure qu’il nous est impossible, à nous Français, de produire un cinéma de genre fantastique de qualité, et pour quelles raisons ? Résumé des épisodes précédents Pourtant, les choses s’annonçaient bien. La tradition du mépris La barrière de la langue Emil Cioran

The Free Internet Movie Database - flickfacts.com CATSUKA :: « C’est Damoclès entre les cuisses.  « Le blog avec des vrais trous de balles dedans. Que les choses soient claires, les féministes me cassent les couilles. J’ai rencontré E. hier soir. Avant que l’on se quitte, je ne sais plus comment, elle a mentionné Virginie Despentes. Vous avez lu « Impossible de violer cette femme pleine de vices. »? Virginie Despentes commence par revenir sur son expérience du viol, côté celle qui tient pas le fusil. Quelles places ont-elles? « Je ne suis pas furieuse contre moi de ne pas avoir osé en tuer un. J’en reviens à Virginie Despentes et à Camille Paglia et au « risque à prendre. » Quand ces mots sont sortis de la bouche de E., j’ai senti la nausée monter. « Paglia nous permettait de nous imaginer en guerrières, non plus responsables personnellement de ce qu’elles avaient bien cherché, mais victimes ordinaires de ce qu’il faut s’attendre à endurer si on est femme et qu’on veut s’aventurer à l’extérieur. Là c’est mon âme qui a vomi. Le risque à prendre. Oui, les femmes sont susceptibles de se faire agresser dès lors qu’elles naissent.

THE END John Carpenter nous dit tout ce qu'il n'a pas eu le temps de nous dire la dernière fois Bien qu’il ne repose que sur trois notes, le thème principal de la B.O. d'Halloween de John Carpenter reste, à ce jour, l'une des œuvres musicales les plus flippantes et les plus obsédantes jamais produites. Pour Kevin Bergeron, co-fondateur de Waxwork Records, un label spécialisé dans la réédition vinyle de bandes originales de films d'horreur, la force du morceau tient à peu de chose : « à chaque fois que je l'écoute, je retourne en enfance. Ça te suit, tu la reconnais dès les premières notes ». On ne peut pas négliger l'importance de Carpenter en tant que compositeur et les multiples rééditions publiées au cours des 10 dernières années ont fini par convaincre jusqu’aux derniers sceptiques. Noisey : Avant de te lancer dans la composition de bandes originales, quel était ton bagage musical ? Tu as commencé par le piano ? Et tu t'es mis au synthé quand tu étais au lycée ? Au début, tu as composé toi-même les bandes originales de tes films pour que ça te revienne moins cher ?

Critiques de films - La Filmosaure Portail de l'horreur et du fantastique Spectres du cinéma

Related: