background preloader

Bo2013- aménagements au programme Spécialité Sciences Sociales et politiques

Bo2013- aménagements au programme Spécialité Sciences Sociales et politiques
Article 1 - L'annexe de l'arrêté du 21 juillet 2010 susvisé est remplacée par l'annexe 1 du présent arrêté. Article 2 - L'annexe de l'arrêté du 12 juillet 2011 susvisé est remplacée par l'annexe 2 du présent arrêté. Article 3 - Les dispositions du présent arrêté entrent en application à la rentrée de l'année scolaire 2013-2014. Article 4 - Le directeur général de l'enseignement scolaire est chargé de l'exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 3 avril 2013 Pour le ministre de l'éducation nationale et par délégation, Le directeur général de l'enseignement scolaire, Jean-Paul Delahaye Annexe 1 Programme de sciences économiques et sociales - Classe de première de la série économique et sociale - Enseignement spécifique Préambule des programmes du cycle terminal Après une approche exploratoire en classe de seconde, l'enseignement des sciences économiques et sociales dans le cycle terminal se fixe trois objectifs essentiels : 1. 2. 3. Annexe 2 Related:  Sciences sociales et politiques

Politest, le test pour se positionner politiquement Magazine Sciences Humaines, revue Sciences humaines sociales, abonnement sciences humaines Ce que s’abstenir veut dire, par Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen En France, les dernières élections municipales, les 23 et 30 mars 2014, ont suscité un déluge de commentaires sur la montée de l’extrême droite. Certains sont allés jusqu’à y voir un quasi-plébiscite local en faveur du Front national (FN). Ce flot de déclarations, d’articles et de reportages télévisés contraste avec ce qui constitue la donnée majeure du scrutin, et plus généralement de tous les scrutins depuis trente ans : le taux record d’abstention, dont l’étude précise conduit à nuancer les analyses produites à chaud. Si la progression du FN par rapport aux municipales de 2008 est incontestable, elle n’en demeure pas moins contenue. Même chose s’agissant de la « vague bleue ». Depuis près de trente ans, à chaque consultation, l’abstention bat un nouveau record. Le problème s’avère d’autant plus sérieux que cette minorité votante n’est pas représentative, socialement et politiquement, du corps électoral dans son ensemble. Un maire désigné par 12 % de la population

Qu'est ce que le concept de liberalisme Un enemble de cours dans différents domaines de la science Cours de mathématiques Ces cours aborde la plupart des théories mathématiques et dans les différentes branches mathématiques : cours d'algèbre, de géométrie, de statistique et probabilité ... Cours de physique Vous y trouverez des explications théoriques d'un ensemble de phénomènes physiques liés aux ours de mécanique, d'électromagnétisme, d'atomistique, d'astrophyque ... Cours de chimie Apprendre les différentes théories de chimie quantique, de chimie moléculaire et de chimie analytique Cours d'astronomie Des explications des phénomènes astronomiques qui se déroule dans la galaxie, étoiles relativité restreinte et générale, planètes, trou noire, ... Cours de gestion Un ensemble de cours dans le domaine de la gestion les écritures de comptabilité, l'analyse démographique, théorie des jeux et de prise de décision ...

Géographie électorale: qui détient les clés du «mystère français»? Dans moins de neuf mois, les Français éliront leurs 36.000 maires à l'occasion des élections municipales. 36.000 scrutins locaux et autant d'occasions d'explorer le «mystère français», pour reprendre le titre de l’ouvrage des chercheurs Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, récent succès de librairie richement cartographié qui ausculte notre territoire après trente ans de mondialisation. Pour comprendre l’intérêt de cet essai volumineux et foisonnant qui croise démographie, sociologie, économie et politique, il faut revenir trente ans en arrière, quand les deux chercheurs publiaient L’Invention de la France (1981), un ouvrage qui se plongeait dans les spécificités culturelles du pays pour dénicher de grandes tendances. publicité Les deux coauteurs dégagaient des explications qui partaient des types de familles et des systèmes anthropologiques, dressant une «géographie des mentalités» françaises, comme l’écrivait le politologue Pascal Perrineau dans sa critique du livre à l’époque.

Abstention municipales: la politique n’explique pas tout Sanction, avertissement ou ras-le bol ? Quand certains se perdent en conjecture sur l’interprétation politique à donner au taux d’abstention record du 23 mars, des chercheurs viennent de montrer qu’au niveau local, l’abstention est d’abord déterminée par la taille de la commune. Selon le ministère de l’Intérieur, le taux national d’abstention au premier tour des élections municipales 2014 a été de 36,45 %. Un nouveau record pour ce type d’élection, et une nouvelle occasion pour les politologues de se demander si cette abstention constitue « une défaillance citoyenne ou une expression démocratique ». Dès lors, afin de cerner les contours et détours de l’opinion abstentionniste, les commentateurs politiques sont tentés de comparer les taux de participation ville par ville. Sans remettre en cause l’intérêt de cette approche, des chercheurs du CNRS préviennent que cette comparaison n’a de sens que si l’on tient compte de la population des villes et des villages concernés.

Peut-on imaginer une cyberdémocratie ? | Chez Jean Matouk L’Assemblée nationale juste avant les vacances parlementaires, le 22 juillet 2015 (JOEL SAGET/AFP) Les spécialistes de droit public distinguent traditionnellement deux formes de démocratie : la démocratie directe et la démocratie représentative. Les deux datent, peut-on dire, des Grecs. Ou bien tous les citoyens – pas les femmes, qui n’étaient que demi-citoyennes, ni les esclaves et Métèques – se réunissaient sur l’Agora, devenu Forum à Rome, et débattaient, puis votaient ; ou bien ils élisaient des représentants chargés de décider des lois. Le référendum, un idéal et ses faiblesses La transposition moderne de ces deux systèmes de démocratie sont le référendum, ou l’élection de députés et sénateurs. En France, le référendum est inscrit dans la Constitution et généralement utilisé pour voter les Constitutions successives, ou leurs modifications, ou prendre de grandes décisions, comme l’indépendance de l’Algérie. Le référendum a souvent été une forme de plébiscite. Et la cyberfraude ?

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes à la tête des départements? Huit femmes ont été élues jeudi 2 avril 2015 à la présidence d’un département, malgré la parité instaurée dans les assemblées par le nouveau mode de scrutin. « Le peu de femmes élues à la présidence de conseil départemental est révélateur d’un phénomène historique d’exclusion des femmes de la citoyenneté active et de la vie politique. On s’en étonne, et pourtant c’est un fait continu. Nous allons fêter le 29 avril les 70 ans du premier vote des femmes. > Lire : En politique, la parité progresse… sous la contrainte Aujourd’hui encore, malgré les lois sur la parité, on ne compte que cinq femmes présidentes sortantes de conseils généraux, une seule femme présidente de région et 16 % de femmes maires dans les communes de plus de 1 000 habitants. Une différence complémentaire Les causes de cette exclusion des femmes des têtes de l’exécutif ne sont donc pas une moindre présence ou une moindre compétence. > Lire : Un homme, une femme, deux candidats en campagne pour les élections départementales

Qui sont les trois millions de Français non-inscrits sur les listes électorales ? Selon l'Insee, les jeunes hommes, les personnes ayant un parent né à l'étranger ou peu diplômées, ainsi que les habitants des grandes villes sont moins présents sur les listes que la moyenne nationale. Pour eux, au 31 décembre, il sera trop tard. Ils sont trois millions d'électeurs potentiels qui ne pourront exercer leur droit de vote, faute d'être inscrits sur les listes électorales. Un groupe non négligeable, puisqu'il représente 7% des Français en âge de voter. Une étude de l'Insee, réalisée après les campagnes électorales de 2012, permet de dresser le portrait robot des non-inscrits. • Les jeunes Depuis 1997, tous les Français âgé de 18 ans sont, en théorie, inscrits automatiquement sur les listes électorales. Comme le montre le graphique de l'Insee ci-dessous, le déficit d'inscrits est particulièrement flagrant chez les personnes nées entre 1975 et 1993. A contrario, à partir de 50 ans, le taux d'inscrits flirte avec les 95%. • Les personnes peu diplômées • Les habitants des villes

Les propositions pour restaurer le lien entre les citoyens et leurs représentants Septennat non renouvelable, diminution de nombre de parlementaires, limitation à trois mandats parlementaires successifs: ces pistes de réformes figurent dans les 17 préconisations du rapport de la mission sur l'avenir des institutions. Le groupe de travail sur l'avenir des institutions, coprésidé par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et par l'historien Michel Winock, a présenté vendredi dix-sept propositions pour «restaurer le lien entre les citoyens et leurs représentants». Les députés Républicains ont exprimé, par la voix de Bernard Accoyer, leur opposition à ce rapport, jugeant que «la France n'a pas besoin de révision constitutionnelle, elle a d'abord besoin de courage politique et de réformes de structures.» » Retrouvez l'intégralité du rapport du groupe de travail sur l'avenir des institutions.

Déchiffrage économique Arte La croissance sur toutes les lèvres Quel est le point commun entre François Hollande, Ronald Reagan, Angela Merkel, le Front de gauche, l’UMP, Les Échos et Le Figaro ? Réponse : tous espèrent la croissance. Petit tour d’horizon pour le prouver. Ronald Reagan, président des États-Unis d’Amérique (1981-1989) : "Nous croyons qu’il n’y a pas de limite à la croissance et au progrès humain dès lors que les hommes et les femmes sont libres de réaliser leurs rêves" David Cameron, Premier ministre britannique depuis 2010 : "La croissance est la base essentielle de toutes nos aspirations" François Hollande, président de la République française depuis 2012 : "Il convient d’agir tout de suite pour la croissance" George W Bush, président des États-Unis d’Amérique (2001-2009) : "La croissance n’est pas le problème, c’est la solution" Nicolas Sarkozy, président de la République française (2007-2012) : "La croissance, j’irai la chercher avec les dents" Facebook Twitter Google+ Et la croissance ?

Baisse du chômage : à prendre avec des pincettes 50 à 65 000 chômeurs de moins en août ! Mais cette bonne nouvelle est essentiellement due à l'explosion du nombre de radiations de chômeurs, dont une bonne part semble tout simplement découragée… Le 25 septembre dernier le ministère du Travail a publié les chiffres du chômage en août 2013 : ils font apparaître une baisse de 50 000 inscrits en catégorie A à Pôle emploi (ceux qui n’ont pas travaillé du tout dans le mois) et même de 65 000 inscrits dans l’ensemble des catégories en l’espace d’un seul mois. Un résultat sans précédent depuis l’année 2000. C’est a priori évidemment une bonne nouvelle qui confirme que François Hollande a de bonnes chances de tenir son pari d’une inversion de la courbe du chômage d’ici la fin de l’année, comme nous l’indiquions dans le numéro d’Alternatives Economiques du mois de septembre. Guillaume Duval Commentaires Commenter cet article

Stig, l’appli qui veut faire la loi A la 21e place du classement de Stig, la proposition «Faire un référendum pour ou contre le Tafta» a recueilli 596 votes, dont 95% pour. Le procédé rappelle le site de consultation des citoyens créé dans le cadre du projet de loi République numérique d’Axelle Lemaire ou encore la plateforme Parlement & Citoyens. Dans le champ des innovations qui tentent de donner plus de pouvoir au citoyen, l’application française Stig se veut capable de changer la donne en politique. «Volonté générale» «D’après la définition de la démocratie, nos élus ont pour rôle de légiférer en fonction de la volonté générale. Or, ils ne la connaissent pas vraiment», estime Jérémie Paret, créateur de Stig avec son binôme Germain Lecourtois. Avec Stig, le rapport de force est inversé : les citoyens proposent les idées, soumettent des amendements, votent en faveur ou contre les propositions. Stig se revendique du mouvement des «civic-techs», ces technologies adaptées à la citoyenneté. Une fonctionnalité «Tinder»

Résultats Macron - Le Pen : la carte des CSP correspond presque exactement à celle du vote POLITIQUE - Dimanche 23 avril, les Français ont livré leur verdict, un résultat serré, mais conforme aux sondages. Quand on regarde les cartes du vote par région ou par département, on a l'impression que la France est presque coupée en deux, entre l'est et l'ouest, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux qualifiés pour le second tour. Mais à y regarder de plus près, on distingue de nombreuses nuances. Il suffit par exemple de comparer la répartition des différentes catégories socioprofessionnelles (CSP) et le score des deux finalistes. Hervé Le Bras, directeur d'étude à l'EHESS, avait justement publié, sur le site The Conversation, quatre cartes représentant la répartition des catégories sociales en France. Nous avons comparé ci-dessous deux d'entre elles avec les cartes réalisées par Les Décodeurs du Monde. Le vote Macron et les classes moyennes et supérieures La carte de gauche représente la part des cadres dans la population active (de rouge, 30%, à bleu foncé, 2%).

Related: