background preloader

Premières sculptures de la préhistoire

Premières sculptures de la préhistoire
Préhistoire < Hominidés < Art de la préhistoire < Premières sculptures préhistoriques Des milliers d’années avant les célèbres Vénus du gravettien, nos ancêtres sculptaient des êtres hybrides, des animaux et des danseuses. Ces figurines, vieilles de plus de 30 000 ans avant notre ère, remettent en question l’origine de l’art. Les gisements de Vogelherd, de Hohenstein-Stadel ou de Hohle Fels ont livré d’extraordinaires créations. Les vénus et l’art pariétal On pense souvent que les hommes préhistoriques ont inventé l’art figuratif en peignant notamment des animaux sur les parois des grottes. Grotte Chauvet. © dinosoria.com Les célèbres Vénus du gravettien, âgées d’environ 28 000 ans, sont quant à elles considérées comme les premiers symboles de la féminité et de la fertilité. Vénus de Laussel ou "Dame à la corne". 44 cm de haut. Ces idées schématiques ont été remises en cause par la découverte de statuettes qui remontent à au moins 34 000 ans, pour les plus anciennes. Art du Néolithique Related:  prehistoireActualité articles - L'art préhistorique

Art du Neolithique. En Images Au néolithique, l'art prend des formes diverses grâce aux sculptures et à la céramique. La civilisation néolithique se définit surtout par l’invention de la pierre polie. L’artiste néolithique se caractérise, lui, par ses talents dans le domaine de la céramique. Poterie du néolithique Au début du néolithique (vers - 9 000 ans), la technique de la céramique n’en est qu’aux balbutiements. Le tour du potier n’a pas encore été inventé et l’on façonne l’argile comme on peut. Céramique peinte. Rapidement, la technique s’affine. Sculpture néolithique Il semble que les premières sculptures néolithiques soient liées aux pratiques funéraires. Crâne de Jéricho. Tous les membres d’une même communauté ne bénéficiaient pas du même respect. Tête de femme. Toutes les sculptures ne sont pas liées aux rituels funéraires. Les figures féminines sont très abondantes au néolithique (Museum of Anatolian Civilization) . Le Penseur en terre cuite. Peintures du néolithique en Afrique et en Europe Scène de travail.

Découverte de la plus vieille peinture rupestre C'est sur le site de l'abri Castanet, dans le Périgord, qu'une équipe de l'université de New York a découvert la plus ancienne peinture murale. L'abri Castanet n'est pas une grotte, mais un abri sous roche. Il s'agit de vastes renforcements situés au pied des falaises qui servaient de refuges à nos ancêtres. Contrairement aux grottes, il ne s'agit pas de sanctuaires, mais de lieux dans lesquels les hommes de l'Aurignacien, pour l'abri Castanet, vivaient au quotidien. Randall White a d'ailleurs souligné qu'il restait encore beaucoup d'abris sous roche dans le Périgord qui n'ont pas été fouillés. Peinture bichrome de l'abri Castanet. © PNAS L'abri Castanet a, lui, déjà été fouillé à de nombreuses reprises dans les années 1910 et 1920. En 2007, de nouvelles recherches ont été effectuées par des archéologues français, sous la conduite de Randall White de l'université de New York. L'équipe a mis au jour une peinture fragmentaire représentant les pattes d'un bovidé, très certainement. V. Lien

Paléolithique supérieur - Art animalier Musée des Antiquitées Nationales Saint-Germain-en-Laye La période du Paléolithique couvre la plus grande partie de l’âge de la pierre taillée de -3 millions d’année à -35 000. Durant cette période très longue, c’est le paléolithique supérieur (-40 000 à -35 000) qui constitue la période la plus féconde au niveau artistique. Durant cette période les manifestations de l’art paléolithique sont nombreuses, parures, bijoux à bases de perles et de coquillages, sculptures en ivoires ou en os et gravures. Les différents exemples d’os gravé ou de petites sculptures représentent la plus part du temps les grands herbivores qui constituent la faune de l’époque : chevaux, bisons, bouquetins, aurochs, cervidés. Photos: (c) Lankaart Oeuvre émouvante, cette toute petite sculpture (hauteur: 3.6 cm), est un témoignage magnifique de l'art paléolithique (21 000 av.

Art Paleolithique. En Images L'art pariétal inclut les peintures et les gravures qui ont été faites par nos ancêtres sur les parois des grottes au paléolithique. Cet art est également appelé « art rupestre ». Les grottes ornées L’art pariétal est surtout limité à la région du sud de la France et du nord de l’Espagne (région franco cantabrique). Plus de 200 grottes paléolithiques renfermant des peintures ont été découvertes. 85 % d’entre elles se situent dans la région franco cantabrique. Chevaux de Pech-Merle. © dinosoria.com On estime que la France comptait environ 2 000 à 3 000 habitants alors que le reste de l’Europe en comptait environ 10 000. L’art pariétal européen s’est développé sur 25 000 ans et s’est épanoui entre 20 000 et 12 000 ans avant notre ère. On a parfois surnommé l’art paléolithique « art animalier », car la plupart des peintures et gravures représentent des rennes, chevaux, mammouths, aurochs… Mais, il y a également quelques figures humaines et des pictogrammes (signes géométriques).

Les Vénus préhistoriques - Les Vénus paléolithiques sont des statuettes féminines réalisées en ivoire, en pierre tendre (stéatite, calcite, calcaire) ou en terre cuite. Il en a été découvert plus de 200, toujours de dimensions relativement modestes, comprises entre environ 4 et 25 centimètres. L’aire de répartition est plus vaste que celle de l’art paléolithique. Elle comprend : la France, l’Angleterre, L’Italie, l’Allemagne, et plusieurs pays de l’est. La datation de bon nombre de ces statuettes reste cependant imprécise ou impossible, certaines ayant été découvertes avant les fouilles modernes, d’autres étant des trouvailles de surface. En règle générale, les "Vénus" préhistoriques concernent le début du paléolithique supérieur. La Vénus de Lespugue original détérioré lors de sa découverte & reconstitution Datant de 21 à 25.000 avant l'ère chrétienne, cette statuette haute de 147 mm. taillée dans une pièce d’ivoire de mammouth est conservée au Musée de l’Homme de Paris. La Dame de Brassempouy La Vénus de Laussel

L'art préhistorique, support de mémoire La préhistoire s’intéresse à des périodes et à des lieux d’où l’écrit est encore absent. Certains vestiges archéologiques ont pourtant un statut particulier puisqu’ils nous révèlent certaines des préoccupations non matérielles des hommes de cette époque. L’écrit se distingue principalement de l’oral par le fait qu’il permet de garder en mémoire, de conserver ce qui sans lui tomberait dans l’oubli, que ce soit le récit d’un événement, le dénombrement d’une quantité, un rappel cérémoniel, une généalogie… Les hommes du Paléolithique supérieur ont très tôt disposé des mêmes capacités mnésiques que les nôtres. Ils maîtrisaient déjà des techniques complexes, pour la fabrication de leurs outils par exemple, qui supposaient un long apprentissage ainsi qu’une transmission de compétences de génération en génération. Un système complexe de signes partagés L’art paléolithique est essentiellement composé de deux sortes de figurations. Des métonymies aux signes abstraits Une mémoire millénaire

Art pariétal La découverte de Lascaux en 1940 a ouvert une nouvelle page dans la connaissance de l’art préhistorique et de nos origines. Œuvre monumentale, la grotte continue de nourrir l’imaginaire collectif et d’émouvoir les nouvelles générations du monde entier. C’est à ce haut lieu de la Préhistoire qu’est dédiée la nouvelle publication multimédia du ministère de la Culture et de la Communication, publication qui réactualise autant la forme que le contenu scientifique de ce site mis en ligne en 1998, à la lumière des dernières avancées de la recherche archéologique. Au delà de l’émotion et à la lumière des recherches les plus récentes, le site internet est destiné à faire comprendre les secrets des artistes qui ont peint et gravé le bestiaire de Lascaux il y a 19000 ans et à présenter les orientations actuelles de la recherche scientifique sur les grottes ornées. Vache rouge à tête noire. Haut de page

Le secret de l'art préhistorique Seul dans sa cave, Bertrand David a peut-être percé le secret des somptueux dessins de bisons, cerfs ou mammouths qui ornent les grottes de Lascaux (Dordogne) ou Chauvet (Ardèche). Vieux de 17 000 à 31 000 ans, ils sont parfaitement proportionnés, d'un réalisme stupéfiant. Jusqu'ici, il était admis qu'ils avaient été réalisés à main levée par des Picasso de la préhistoire qui se seraient transmis leur savoir, de génération en génération, sur une période de vingt mille ans, sans que leur style n'évolue. « L'art rupestre m'avait toujours laissé une impression étrange, comme si l'on n'y voyait pas ce qu'il fallait y voir », explique Bertrand David. En 2004, alors qu'il borde son fils, ce professeur de dessin contemple sur les murs de la chambre les ombres de jouets posés à côté de la lampe de chevet. Il saisit une figurine de cheval et la rapproche de la lampe : apparaît alors une silhouette immense, qui lui rappelle les fresques de la grotte de Lascaux… Intuition géniale ?

Les chevaux de la préhistoire Par un étrange concours de circonstances, en 1879, le cartographe Nicolaï Przewalski en mission dans l’Altaï mongol découvre une espèce inconnue de cheval sauvage alors que le préhistorien Marcelino Sanz de Sautuola met à jour par hasard les premières peintures rupestres dans la grotte d’Altamira. La ressemblance entre les représentations de chevaux et le petit équidé mongol conduit la communauté scientifique de l’époque à le considérer comme un survivant de la préhistoire. Devenu mythe, l’animal est ramené dans les cours d’Europe ce qui paradoxalement, accélère sa disparition en Mongolie, mais le sauve de l’extinction. Le film enquête sur les raisons de la prédominance du cheval dans l’art du paléolithique et cherche à élucider la question de la filiation entre le cheval de la préhistoire et le cheval de Przewalski. Informations internes, les supports ne sont pas vendus. Support : DVDStandard : PZone : AVersion : Français Support : BSStandard : PZone : NAVersion : Français

Art pariétal et rupestre Main en négatif, grotte du Pech Merle (France), -25 000 ans AP Diaporama en PowerPoint : 2_Préhistoire_Art pariétal et rupestre Diaporama en PDF : 2_Préhistoire_Art pariétal et rupestre L’art pariétal et rupestre, c’est l’ensemble des peintures préhistoriques exécutées sur de la roche. Marquer sa présence dans le monde (New York, 1974) Ce jeune homme exécute un « tag » (se traduit : « étiquette », « marqueur », « balise ») à la bombe sur un mur du métro de New York. Grotte Chauvet, bisons, – 31000 ans AP Une des plus anciennes grottes peintes connues. Autre caractère remarquable : la double perspective. Grotte de Lascaux, Grande vache noire, – 18000 – 17000 ans AP Cette vache est très belle, mais il y a quelque chose qui cloche : la tête est très petite par rapport au corps. Grotte de Lascaux, salle des taureaux, – 18000 – 17000 ans AP On voit à nouveau une superposition de figures, sans grand souci de la vraisemblance de l’échelle. Chasse aux cerfs, Chavalls, Espagne, – 8000 ans AP A.

On savait déjà peindre il y a plus de 100.000 ans Dans une étroite cave d’Afrique du Sud, des archéologues ont découvert un «atelier» de peinture primitif vieux d’environ 100.000 ans et contenant de nombreux outils servant à mélanger les pigments, notamment des récipients en forme de coquille, les plus anciens jamais trouvés rapporte le Los Angeles Times. Cette découverte, décrite dans la revue scientifique Science, suggère selon le Los Angeles Times que les humains ont été capables de penser avec des symboles et des images bien plus tôt qu’on le pensait. L’acquisition de la «pensée symbolique» aurait été une étape clés dans le développement de l’intelligence humaine et du langage. Les objets ont été retrouvés dans la cave de Blombos, un site archéologique déjà bien connu, sur les côtes d’Afrique du Sud qui bordent l’océan Indien, à 290 kilomètres de Cape Town. En mesurant les effets d’isotopes radioactifs sur les sédiments de quartz de la grotte, les chercheurs sont parvenus à montrer que ces instruments ont environ 100.000 ans.

Sculpture préhistorique Diaporama en PowerPoint : 3_Préhistoire_sculpture Diaporama en PDF : 3_Préhistoire_sculpture L’homme-lion, ivoire de mammouth, grotte de Hohlenstein, -32000 ans AP ; Dame de Brassempouy, ivoire, -29000-22000 ans AP Nous avons vu que l’art préhistorique était étroitement lié à des préoccupations magiques et religieuses. La statue dite de "l’homme-lion" semble le confirmer. La "dame de Brassempouy", ainsi nommée d’après le lieu où elle fut trouvée est un exemple rare de représentation réaliste de la figure humaine et de la beauté féminine. Nous avons donc, d’un côté, une image fantastique probablement liée au religieux et, de l’autre, une image assez réaliste d’une femme ordinaire de ce temps. Vénus de Hohle Fels, -40000-35000 AP Cette statuette est la plus ancienne représentation connue en sculpture de la figure féminine. Selon les critères de beauté admis aujourd’hui, on pourrait croire que c’est une caricature de la féminité. Venus de Laussel, calcaire et ocre peint, -25000 ans AP

Related: