background preloader

Au Fait, le magazine qui ralentit l’actualité

Au Fait, le magazine qui ralentit l’actualité
Related:  Le métier de web-journalisteProspective JournalismeJOURNALISME

Comment le New York Times utilise Twitter L'article s'intitule " Si un tweet a marché une fois, republiez-le - et autres leçons du bureau social media du New York Times ". Il a été publié le 6 janvier par Michael Roston, membre de l'équipe qui gère les comptes Twitter du New York Times, sur le site Nieman Journalism Lab, et a été tweeté près de 3.400 fois en trois jours. L'auteur y revient sur ce que son équipe et lui ont appris, ce qui a fonctionné ou non, en animant pendant un an le compte @nytimes, qui a gagné presque 5 millions de nouveaux abonnés en 2013, ainsi que les autres comptes Twitter du groupe. La réactivité grâce aux tweets des journalistes Le New York Times compte de nombreux correspondants dans le monde, qui couvrent les actualités locales en temps réel et n'hésitent pas à les publier sur leur compte Twitter avant même la parution de leur article. Argentinian Cardinal BERGOGLIO is the new pope- Rachel Donadio - NYT (@RachelDonadio) 13 Mars 2013 Mieux vaut laisser un humain gérer un compte Twitter Elmo bad.

« Embedded Multimedia », quand le journalisme prend son temps | AntiBuzz La publication par le New-York Times, le 20 décembre 2012, de Snow Fall, fut un événement. Pensez donc : à l’heure de l’information en temps réel, des articles courts à faible valeur ajoutée et des notifications « push » sur mobile, le journal américain proposait un petit joyau. Un article titanesque, séparé en 6 chapitres, et portant sur un sujet même pas « dans l’actu » : l’histoire d’un groupe de skieurs qui, l’hiver précédent, avaient été pris dans une gigantesque avalanche à Tunnel Creek, dans l’état de Washington. Si Snow Fall a défrayé la chronique, c’est notamment par ses dimensions considérables. Du point de vue de la production aussi, Snow Fall est hors normes : 6 mois de reportage, une équipe de 17 personnes mobilisée… et un indéniable succès d’audience, puisque plus de 3 millions de visiteurs se sont connectés à ce récit multimédia. Chacune de ces tentatives a ses spécificités, mais elles témoignent toutes d’un renouveau d’intérêt de la presse pour le récit multimédia.

Slow Web: On se calme et on boit frais… Crédit: Flickr/CC/photosteve101 Et si, en 2013, on se sortait la tête du guidon? C’est la tendance prônée par un mouvement américain intitulé “Slow Web”. Jusqu’à présent, il n’y avait que deux possibilités: 1. je suis déconnecté, et donc en dehors du réseau.2. je suis connecté et mon attention est mobilisée par le flux d’informations en temps réel. La troisième voie serait donc: 3. je ne suis pas connecté tout le temps mais suis quand même au courant de ce qu’il se passe sur le réseau. En ligne, quelques initiatives éditoriales surfent sur cette troisième option et montrent que le “live” n’est pas la seule Bible du journalisme numérique. Calmez le jeu En France, Slate (sur lequel ce blog est hébergé) veut réfléchir avant de faire de l’actualité chaude mais à J+1 ou plus. Pourtant, la lecture en différé est une réalité pour les consommateurs d’informations, qui mettent de côté des contenus pour les lire plus tard grâce à des outils comme Pocket. Mosaïque de temporalités

Près de 70% des journalistes français sont présents sur Twitter Près des deux tiers des journalistes estiment que l'information trouvée est toujours ou souvent utile sur Wikipédia et Twitter. L'usage intensif des réseaux sociaux par les journalistes confirme la perméabilité médias / médias sociaux selon une enquête de l'agence conseil Gootenberg. Les journalistes reconnaissent les bénéfices des réseaux sociaux dans l'exercice de leur métier tout comme l'émergence de nouveaux dangers spécifiques : 77% des journalistes soulignent la diversification des sources apportée par les réseaux et plus de un sur deux (56%) la simplification des recherches. C'est pourquoi ils accèdent en moyenne à 4,6 réseaux. L'enquête s'est déroulée en ligne entre le 5 juillet et le 15 août 2013 auprès de 1 190 journalistes issus de l'ensemble des médias (print, web, audiovisuel) recensés par la base horsantenne.com. En savoir plus sur Offremedia.com

Le web-documentaire Raconter la réalité Raconter la réalité avec les moyens mis à disposition par les nouvelles technologies est un privilège que peu encore ont su mettre à profit. Le web-documentaire est un genre qui n’est pas encore défini, qui est multiple et qui dépasse au niveau de la narration tous les médias précédemment utilisés. Le web-documentaire n’est qu’un moyen comme un autre pour raconter la réalité. Au fil des conquêtes technologiques l’homme peut retranscrire de plus en plus de sens. Commençant par l’image, avec la peinture puis la photographie, puis le son, avec le phonogramme puis la radio, et ensuite les images animées, avec le cinématographe et la télévision, petit à petit rendre compte de la réalité n’est qu’une question de choix. Aspects généraux Le web-documentaire puisqu’il n’est pas clairement défini est certainement un exercice né avec le web. Les principales caractéristiques identifiées pour les web- documentaires sont tout d’abord une audace dans le sujet abordé.

Réinventer les rédactions Les entreprises de médias sont aux prises avec une forme de contradiction insoluble qui voit celles-ci réduire leurs effectifs de journalistes, diminuer le nombre des journalistes spécialisés au sein de celles-ci, au profit de généralistes polyvalents, au moment où les attentes des publics en matière de qualité, de diversité des contenus, de multiplicité des supports ne cessent de s’élever. Avec des méthodes de travail et des modes d’organisation inchangées, l’écart ne peut que se creuser, comme le dénoncent la plupart des analyses des syndicats de journalistes. Il n’est d’autre voie pour réduire la contradiction, et le risque de divorce entre les journalistes et leurs publics, que d’inventer de nouvelles formes de rédactions, aux modes d’organisations à imaginer et expérimenter de manière permanente dans un contexte de mutation dont les modalités et le terme sont des plus incertains. Remise en question des modèles économiques Nouvelles narrations et innovation éditoriale Photo :

5 Outils pour vous Lancer dans la Curation de Contenus Web Il existe différents outils qui vous aident à pratiquer la curation de contenus web. Ils vous permettent de démarrer rapidement et de gagner du temps au quotidien. Nous devrions tous adapter nos outils à nos pratiques, c’est une façon d’être plus efficace et réactif. Illustration © TdV [www.tranchesdevie.com] Pourquoi des outils spécialisés pour la curation de contenus ? Quand j’ai commencé à m’intéresser à la curation de contenus, j’en suis très vite arrivé à cette évidence : sans outils spécialisés, point de salut. J’ai parcouru les différents sites spécialisés, lu des retours d’expérience et après quelques semaines de tests, j’ai dressé la liste des services qui me correspondaient. 1- Identifier les auteurs et influenceurs pertinents avec Traackr L’interface Traackr J’utilise pour cela Traackr qui est un service d’analyse des réseaux d’influence. 2- Constituer un référentiel de contenus avec Feedly L’agrégateur de flux RSS Feedly 3- Publier le résultat de votre curation avec Scoop.It

Virtual Documentaries Try to Re-create Real-Life Drama Facebook’s acquisition of Oculus VR in March 2014 for $4 billion brought a resurgence of interest in virtual reality to the mainstream, almost 30 years after the technology first entered the public consciousness. And while Oculus VR’s initial focus has been on video games, Mark Zuckerberg, Facebook’s CEO, has described the hardware as “the next major computing platform that will come after mobile.” Nonny de la Peña agrees with that assertion. The veteran journalist, a former correspondent for Newsweek and regular contributor to the New York Times, has spent the past seven years trying to prove that VR will change journalism. Her efforts demonstrate that virtual reality can offer a novel, compelling way to communicate and inform—but they also reveal some of the challenges involved in re-creating real events in a simulated environment. Viewers wear virtual-reality goggles with a wide field of view and are able to freely walk around the environment, which is rendered in 3-D.

Le journalisme est-il soluble dans l’ère numérique La presse est en crise et ce n’est pas nouveau. Le modèle industriel des entreprises de presse est à bout de souffle et l’ère numérique n’a fait qu’accélérer et précipiter un déclin entamé il y a une vingtaine d’années. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer quelques chiffres : en dix ans, plusieurs dizaines de titres ont disparu aux États-Unis et en 2008, 16 000 journalistes américains ont été licenciés alors qu’ils étaient 2 000 à perdre leur emploi en 2007. Internet aurait-il pour autant donné le coup de grâce à la presse ? La lecture du journal n’est plus la « prière matinale de l’homme moderne », comme l’explique cette phrase célèbre attribuée à Hegel. In fine, le désintérêt pour la presse a entraîné une remise en cause profonde du métier de journaliste. Le journaliste n’est plus le seul à raconter le monde, il a définitivement perdu le monopole de l’information et c’est un tournant majeur dans son histoire. La double mutation : économique et technologique Crise de légitimité

Scrollitelling : quel outil pour vos récits multimédias immersifs ? Un an après Snow Fall, les formats multimédias immersifs (parfois baptisés « scrollitelling ») se multiplient sur les sites de presse, et des outils commencent à apparaître pour épauler les journalistes. Plateformes wysiwyg, extensions WordPress, scripts open source à coder : voici un panorama des solutions disponibles à ce jour. ↑1 » Les plateformes en ligne Pas besoin de mettre les mains dans le code… ou si peu. Scrollkit C’est actuellement la plateforme gratuite la plus aboutie. La fonctionnalité la plus puissante de Scrollkit est son module Skrollr, qui gère les effets de parralaxe de façon plutôt intuitive (à condition de connaître un peu de CSS). La plateforme gère de façon imparfaite le responsive design pour l’affichage mobile, mais ce problème est réglable : le grand point fort de Scrollkit est en effet la possibilité d’exporter le projet en fichier HTML, et de le personnaliser à l’envie – sans aucune dépendance aux serveurs du service. Shorthand Creatavist Racontr Mais aussi… sStory

Le labo médias de l'école de journalisme de Sciences Po Crédit photo: Eric Antheaume Où étiez-vous le vendredi 13 novembre 2015? Jamais vous n’oublierez ce que vous faisiez ce soir-là, au moment où les attentats ont frappé Paris. Vous n’oublierez pas non plus comment vous avez appris l’existence des fusillades dans les 10 et 11e arrondissements parisiens, puis l’explosion des bombes au Stade de France. Sur une idée de Catherine Galloway, qui enseigne à l’Ecole de journalisme de Sciences Po, nous avons posé la question à nos confrères journalistes, français ou étrangers. Vendredi 13 novembre, je sortais d’un bar vers Parmentier à 21h30 et je m’apprêtais à rentrer chez moi rue de Marseille, dans le 10e arrondissement de Paris. Je crois que j’ai alors regardé Twitter: j’y ai vu les toutes premières infos sur “une fusillade au Petit Cambodge”. Là, je me suis arrêtée et j’ai appelé la radio pour leur dire que j’étais là. En sortant au métro Strasbourg Saint Denis pour rentrer chez moi, j’ai appris que le bilan était déjà de 18 morts.

Related: