background preloader

Tout sur Spirou !

Tout sur Spirou !
Related:  JeunesseLes bandes dessinnées franco belges

Les autos de Tintin Si vous n'êtes pas d'accord avec les descriptions ou les dates de ces pages, n'hésitez pas à me communiquer vos commentaires. Si vous avez de meilleures photos des autos originales, je serais ravi de les inclure dans ces pages. Les images sont bien entendu © Hergé, mais cette page est préparée par François de Dardel, qui conserve les droits de cette étude elle-même. Vous imaginerez sans peine qu'il m'a fallu d'innombrables heures de recherches pour identifier toutes ces autos. Ce site n'est pas commercial : je n'ai rien à vendre. J'ai commencé ce site en mars 2003. De nombreux visiteurs de ces pages m'ont permis de corriger des erreurs et de résoudre certains problèmes d'identification. Du 12 au 22 janvier 2006, le Salon de l'Auto de Bruxelles s'est tenu sous l'égide de Tintin et des autos d'Hergé. Mise à jour 21 décembre 2013

Peyo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Peyo (pseudonyme de Pierre Culliford), né le à Schaerbeek (Belgique) et mort le à Bruxelles (Belgique), est un auteur belge francophone de bande dessinée, principalement connu pour les séries Benoît Brisefer, Jacky et Célestin, Johan et Pirlouit, Poussy et surtout Les Schtroumpfs. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Débuts artistiques[modifier | modifier le code] Un artiste qui se cherche[modifier | modifier le code] Début dans la bande dessinée[modifier | modifier le code] En 1949, entre deux commandes publicitaires, il s'essaye au gag en une demi-planche avec Poussy, le chat. Entrée à Spirou[modifier | modifier le code] Entrée des anciens locaux des éditions Dupuis et de la rédaction du journal Spirou dans la Galerie du Centre à Bruxelles. À la fin de l'année 1951, Peyo rencontre par hasard son ancien collègue de chez CBA, André Franquin, qu'il avait perdu de vue depuis des années. Benoît Brisefer[140]

www.fourmis-city.com Page de démarrage pour les élèves retour site école - Pearltrees TICE - Page Learning Apps fait avec Dreamweaver 4 +scrip overlib - Meguerditchian Gérard -maj le 03/04/2017- Les nouveautés sont en rouge Merci de me signaler les erreurs, les changements d'adresse et vos sites favoris ... Anciens sites disparus ou modifiés ou -adaptés à la primaire: ::Les Tuniques Bleues - Accueil:: Elevage des fourmis, tutoriaux, video sur les fourmis, fiches de soin. Le coin des bulles: Le vocabulaire de la bande dessinée Une planche de B.D.: une planche : page entière de B.D., composée de plusieurs bandes.une bande : (aussi appelée un “strip”) succession horizontale de plusieurs images.une vignette : (aussi appelée une case) image d’une bande dessinée délimitée par un cadre.une bulle : (aussi appelée un phylactère) forme variable qui, dans une vignette, contient les paroles ou pensées des personnages reproduites au style direct.un appendice relié au personnage : permet d’identifier le locuteur. Il prend la forme d’une flèche pour les paroles et de petits ronds pour les pensées.un cartouche : encadré rectangulaire contenant des éléments narratifs et descriptifs assumés par le narrateur, appelés également commentaires. Dans les bulles : Plans: Angles de vue : Traduction des mouvements : Procédés d’enchaînement des vignettes :

Raoul Cauvin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Raoul Cauvin est un scénariste de bande dessinée belge né à Antoing (Belgique) le . Il est l'un des scénaristes les plus prolifiques de la bande dessinée franco-belge. Biographie[modifier | modifier le code] Des débuts chez Dupuis par la petite porte[modifier | modifier le code] Raoul Cauvin suit d'abord des études de lithographie publicitaire à l'Institut St Luc à Tournai, pour découvrir en entrant dans la vie active que cette formation n'a plus aucune utilité depuis la fin des années 1930[1]. Une place grandissante dans Spirou[modifier | modifier le code] Cauvin, le plus prolifique des scénaristes du franco-belge[modifier | modifier le code] Après la mort accidentelle de Maurice Tillieux en 1978, Dupuis perd son scénariste le plus prolifique ; Cauvin, qui était déjà très présent, va le devenir de plus en plus ; dès 1984, Thierry Groensteen évoque « un auteur qui, pour être inégal, ne se révèle pas moins incontournable[4] ». Ouvrages, dossiers

Related: