background preloader

Indexation4Langages

Indexation4Langages
INTRODUCTION A L'INDEXATIONAlexandre SerresURFIST Bretagne-Pays de Loire 3. Les langages documentaires 3.1 Retour sur la problématique de l'indexation documentaire 3.2 Définition d'un langage documentaire 3.3. 3.4. 3.5 Les listes de vedettes-matières 3.6. 3.1 Retour sur la problématique de l'indexation documentaire Quelle est la difficulté, la particularité de la recherche documentaire par sujet ? 3.2 Définition d'un langage documentaire Langage documentaire : Procédé conventionnel de représentation des informations d’un document sous une forme condensée et normalisée. 3.3. En pratique, trois grandes familles "historiques" de langages documentaires : les classifications les listes d'autorité, ou listes de vedettes-matières les thésaurusQu'est-ce qui les distingue ? la structure du langage :Première distinction entre deux types de structures des langages documentaires : 3.3.1. Langages à structure hiérarchique (ou arborescente) : les classifications Deux méthodes de recherche :: 3.3.2. 3.4. Related:  Thésaurus et indexation sonoreTraitement docsuio

Les thesaurus Un mode privilégié d'indexation Fonction de l'indexation Un document est caractérisé par trois propriétés : son contenu, ses aspects formels (nature, structure) et son adresse. La côte est un codage de l'adressage du document, l'indexation une description analytique de son contenu et le catalogage une description de sa forme. La recherche documentaire porte sur le contenu. Elle peut se faire de deux façons : en recherche intégrale, c'est-à-dire sur la totalité du contenu, en cherchant une expression précise, ou porter sur une recherche plus abstraite des concepts traités. Ce second cas de figure suppose qu'un documentaliste a préalablement dégagé ces concepts du document et les a décrit dans un langage spécifique. Pré-coordination, post-coordination. Figure 1 : méthodes d’analyse d’un document Les langages d'indexation. Descripteur EP liste de non-descripteurs. Non-descripteur EM descripteur Dans la liste alphabétique structurée : Acte manqué EP lapsus

normes et standards des documents numériques 1) Normes et Standards 2) Quelques caractéristiques pour les documents numériques 3) Différents niveaux de standardisation/normalisation du document numérique 4) Les principaux acteurs de standardisation/normalisation 5) Quelques caractéristiques des processus de normalisation/standardisation pour le document numérique 6) Exemple de l'évolution des pratiques professionnelles: Webdoc, CORC 1) Normes et Standards "La norme est un document établi par un consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui, fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d'ordre optimal dans un contexte donné" (Eric Sutter). Le Standard? La norme fait référence surtout à l'ISO et à ses instances nationales telles que l'AFNOR en France avec des processus de validation assez lourds. 2) Quelques caractéristiques pour les documents numériques Qu'est-ce qu'un document ? Codage des caractères

Métadonnées et Dublin Core Les métadonnées du Dublin Core permettent de donner des informations à propos de pages Web. Dans cet article, nous voyons la forme de ces descriptions, ainsi que la façon de les intégrer dans des pages (X)HTML. Introduction Depuis toujours, les bibliothécaires ont rédigé des notices, ou des index, pour décrire les documents disponibles. Ces données à propos de données s'appliquent particulièrement bien aux pages Web. Avec ces métadonnées, le travail des moteurs d'indexation et de recherche est grandement facilité car ils peuvent extraire automatiquement de nombreuses informations sur le document, ainsi que reconstituer les relations qui existent entre documents (par exemple, on peut savoir qu'une page est la cinquième d'un ensemble cohérent de quinze pages chaînées les unes aux autres). Cependant, il est nécessaire que tous les acteurs (publicateurs, éditeurs de logiciels clients, etc.) partagent une définition et une nomenclature communes des métadonnées. Principes Propriétés scheme <!

Méthodes d'authentification - Classification des méthodes d'authentification suivant le critère de la sécurité Voici le panorama des méthodes existantes, classées par ordre de sécurité croissante. 3.1 Catégorie des mots de passe statiques Cette catégorie est la plus largement utilisée à l'heure actuelle. Elle ne permet pas d'assurer une authentification forte des utilisateurs. Un mot de passe est dit « statique » (en opposition à dynamique) lorsqu'il ne change pas d'une transaction à l'autre. C'est le cas de la plupart des mots de passe que nous utilisons quotidiennement. L'écoute de ligne est l'une des attaques les plus efficaces aussi bien sur les réseaux locaux d'entreprise que sur Internet.

pactols.frantiq version : 4.3.2 La doc complète d'Opentheso sur Github Depuis cette page d'accueil, il vous est possible de parcourir le thésaurus. Choisir le thésaurus en haut à gauche de la page (il sera en français par défaut) Choisir la langue du thésaurus parmi la liste située au dessus de l'arbre si une autre langue que le français est souhaitée La catégorie Orphelins présente dans l'arbre "Thésaurus" regroupe les termes qui ne sont plus rattachés au thésaurus (ils pourront y être réinsérés par la suite). Il est possible d'effectuer une recherche en ouvrant l'onglet en dessous de l'arbre du "Thésaurus". Une fois connecté, il est possible de modifier le thésaurus en sélectionnant les termes et en cliquant sur les boutons d'édition ( ). La gestion des facettes permet de regrouper par thèmes différents concepts (peu importe leur place dans le thésaurus). Pour avoir de l'aide et des exemples sur le fonctionnement du webservcice, c'est ici : webservices Opentheso

Les métadonnées Josiane Ducournau CRDP d’Aquitaine mise à jour février 2011 Les métadonnées servent à décrire des objets d’apprentissage, des ressources pédagogiques, des unités d'enseignement, quelque soit leur degré de granularité. Elles comprennent un certain nombre d’éléments . Pourquoi indexer des ressources ? Pour les retrouver (accessibilité) Pour mutualiser et réutiliser (intéropérabilité) Pou faciliter la normalisation des descriptions Faciliter la création de catalogues nationaux et internationaux. Faciliter la création de portails et autres services d’aide Pourquoi ce thème est-il d’actualité ? De plus en plus d’enseignants, de développeurs et de spécialistes de l’information à travers le monde se tournent vers des stratégies de partage et d’échange du matériel pédagogique numérisé. Le lien entre une notice de métadonnées et la ressource qu’elle décrit peut être fait de deux façons. · Les métadonnées peuvent être intégrées dans la ressource elle-même (encapsulée) . Bibliographie ENSSIB.

StoryBird. Créer des livres numériques illustrés – Les Outils Tice StoryBird est un service formidable qui permet de créer seul ou avec vos élèves de magnifiques livres numériques illustrés. L’objectif de la version éducation de StoryBird s’affiche en grosses lettres à la Une du site: donner envie à vos élèves d’écrire mieux et de lire plus. Le site va en tout cas y participer grâce à une interface ludique et des fonctions bien pensées pour faciliter l’expression écrite. Si l’on met à part le fait que le site est en anglais, StoryBird présente peu de défauts. StoryBird permet de créer des livres illustrés, des contes plus longs ou encore des poésies. Storybird propose une sorte de table de montage très facile à utiliser. Oubliez les soucis de mise en forme et concentrez-vous sur l’histoire, Storybird s’occupe de tout. Vous allez ainsi pouvoir constituer une bibliothèque pour votre classe. Formidable aussi la gratuité. Dommage que le service n’ait pas été localisé dans la langue de Molière. Lien: Storybird

Classification décimale universelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir CDU. Manuel du Répertoire Bibliographique Universel. Histoire[modifier | modifier le code] En 1905, une première édition complète de la CDU est publiée, elle reprend d’une part, la liste des indices, et à la fin, l’index renvoyant aux indices. Cet ouvrage volumineux et peu transportable sera rapidement remplacé par des éditions abrégées. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Comme la classification décimale de Dewey, elle répartit les connaissances humaines en dix catégories notées de 0 à 9, le 0 étant réservé aux généralités « en général ». Un zéro terminant un indice indique toujours qu’il s’agit de généralités, par exemple 540 signifie « généralités dans le domaine de la chimie ». Ces indices sont en fait des nombres décimaux, dont on a enlevé le 0 initial et la virgule, puisque ces deux signes seraient communs à tous les indices. Classes[modifier | modifier le code] 004 - Informatique 070 - Journaux.

ThManager - KOS editor

Related: