background preloader

Cendre de bois et jardinage écologique

Cendre de bois et jardinage écologique
L'hiver est de retour, avec pour les chanceux d'agréables feux de cheminée, et pour les moins chanceux (voire...), des feux de jardin pratiqués les jours sans vent, pour se débarrasser des déchets végétaux (taille notamment). Les cendres qui en résultent peuvent être utilisées avec profit pour le jardinage : voici comment... Quelles cendres employer ? On va utiliser les résidus de combustion pour enrichir le sol du jardin. Utilisation de la cendre au jardin Comment faire ? Lorsque le feu a bien refroidi, ramassez les cendres. Stockez ces cendres à l'abri de l'humidité, faute de quoi vous n'aurez affaire qu'à une bouillie compacte et fort peu exploitable. Incinérateur de jardin et cendres de bois Période d'utilisation de la cendre au jardin Ces cendres seront employées au printemps prochain ou bien à l'automne. Quel bénéfice ? Les cendres ne sont pas extrêmement riches. Avez-vous le droit de brûler vos déchets verts ? Vous pouvez utiliser les cendres de la cheminée comme celle du poêle. Related:  djeffalJARDIN, AGRICULTURE, APICULTURETraitement et engrais bio

Dictionnaire des plantes : choisir et cultiver ses plantes Intérieur : La plante se plaît à l'intérieur d'un logement. Elle vit bien avec peu de lumière et une température constante.Balcon ou terrasse : La plante peut vivre en extérieur dans un pot, un bac ou une jardinière.Serre et véranda : La plante se plaît dans un lieu chaud, ensoleillé et abrité des courants d'air.Verger : La plante se développe entourée d'arbres fruitiers.Prairie : Une prairie peut être un gazon classique, ou mêler fleurs et graminées.Couvre-sol : Une plante couvre-sol s'étend sur la surface du sol et cache la terre.Bosquet ou forêt : La plante se plaît entourée d'arbres, dans un bois.Massif ou bordure : La plante se plaît entourée d'autres plantes, et a des qualités décoratives.Haie : La plante peut servir dans une haie. Elle est assez occultante, et peut être taillée régulièrement.Plantation isolée : La plante se plaît seule.

Barrière anti-rhizome : stopper les bambous envahissants Les bambous sont plein de charme, mais réputés envahissants. Apprenez à limiter leur propagation en installant lors de la plantation une barrière anti-rhizome. Limiter l'envahissement des bambous Rhizome de bambou sortant d'un conteneur Les bambous se développent par l'intermédiaire des rhizomes (racines traçantes), qui colonisent rapidement l'espace disponible en restant cachés sous la surface du sol. Le problème est bien réel : il n'est pas rare qu'un rhizome coure de plusieurs mètres sous terre avant qu'une pousse verticale pointant du sol ne vous alerte : il est alors trop tard ! Mieux vaut donc prévenir que guérir : que vous soyez en limite de propriété, en bordure d'une voie ou simplement désireux de limiter la zone de croissance, il faut mettre en place une barrière anti-rhizome, dont le principe est de faire écran aux racines, qui remontent alors en surface, où vous pourrez les supprimer. Une barrière, plusieurs matériaux Barrière anti-rhizomes en PVC La barrière souple Le principe

Des plantes pour nettoyer les sols pollués Phytoremédiation Des plantes pour nettoyer les sols pollués Les sols chargés en métaux lourds, éléments radioactifs ou hydrocarbures sont difficiles à dépolluer. A l’UBO, l’équipe de Michel Branchard développe une nouvelle méthode de nettoyage. La phytoremédiation utilise la propriété de certaines plantes à prélever des éléments-trace sur un sol contaminé. L'équipe du laboratoire de biotechnologie et physiologie végétales de l'Isamor Esmisab : Gilbert Charles, Franck Le Borgne, Michel Branchard. Les anciennes décharges, les stations-service ou certains sites de déversements accidentels sont des lieux privilégiés pour l’accumulation dans le sol de substances telles que le plomb, le zinc, le cadmium ou le cuivre. Certaines bactéries sont capables de découper des molécules toxiques présentes dans les sols pollués (bioremédiation). Plus de 3000 sites pollués Il existe officiellement plus de 3 000 sites déclarés pollués en France, mais les estimations envisagent un potentiel de 300 000 !

La stévia : sucrer pour zéro calorie Avec un pourvoir sucrant deux fois supérieur au sucre, cette plante originaire d’Amérique du Sud ne contient aucune calorie et ne provoque pas de carie. Séchée puis broyée, la feuille de stévia est plébiscitée par les nutritionnistes et dentistes. Si les populations amérindiennes l’utilisent depuis des millénaires, notamment pour adoucir leur thé, en France, on la trouvait depuis quelques années seulement dans les magasins biologiques sous forme de poudre non filtrée. Une sérieuse concurrente à l’aspartame Sucrer plats et boissons à volonté sans prendre un seul gramme… L’idée a eu beaucoup de succès lorsque l’aspartame, édulcorant de synthèse découvert en 1965, est apparu sur le marché américain en 1974. Ce « faux sucre » est pourtant l’un des plus utilisés dans l’industrie alimentaire. Un substitut sain mais trompeur Le hic : la stévia, comme tous les édulcorants, naturels ou de synthèse, amène certains de ses consommateurs à se méprendre. Une meilleure alimentation pour les Français

Eloigner les chats du jardin potager Si mignons soient-ils, lorsqu'ils font leurs besoins dans les semis tout frais, déplacent les graines, grattent la terre au pied des racines... Ou pire se font les griffes sur les pieds de tomates, il faut dire halte ! L'opération protection du potager contre matous en approche ne fait alors que commencer. Les chats, faux problème au jardin ? Que ce soit les nôtres ou ceux des voisins, il faut avouer qu'il y a toujours un chat dans le coin pour venir visiter le potager. Si pour certains les dégâts sont minimes. Les raisons de la présence d'un chat de manière trop prononcée au jardin a en effet de multiples explications : présence de mulots, souris ou lézards, d'une terre bien fine et fraîche pour y faire ses besoins, d'un paillage chaud et moelleux et d'ombre salvatrice pour le repos du félin, de tiges de plantes assez solides pour s'y faire les griffes, etc. A chaque dégât, sa solution Autre problème délicat, la sauvegarde des semis. Crédit photos : Marg (1) - F.M. (2,3)

La dépollution des métaux lourds - TPE sur la Phytoremédiation 1- Par phytoremédiation Au 16ème siècle, un botaniste de Florence, Andréa Cesalpino, découvre une plante poussant sur des roches naturellement riches en métaux (du nickel notamment). De 1814 à 1948, de nombreuses études sont faites par des scientifiques sur cette plante nommée Alyssum bertolonii, et on découvre alors qu’elle accumule dans son organisme une forte teneur en métaux du sol où elle vit, une teneur plus importante que celle dans le sol. Par la suite, d’autres plantes ayant les mêmes propriétés sont découvertes. A) La phytoaccumulation des métaux lourds Ces deux schémas ci-dessus nous montrent les principes de la phytoextraction ou phytoaccumulation. 1- Phytoextraction continue - La phytoextraction induite qui se fait par ajout de chélateurs .La figure 2 ci-dessous montre que tant que les chélateurs n'ont pas été appliqués, la plante ne prélève pas les métaux du sol, contrairement au cas des plantes hyperaccumulatrices qui réalisent une phytoextraction continue. Peupliers

10 plantes originales pour rendre jaloux vos voisins ! | Magazine Cheval / MonChval Mag : Bien plus qu'un magazine sur le cheval et l'équitation ! Evaluez la qualité de cet article (3 Votes) Vous en avez marre que dans votre quartier tout le monde ait une haie de photinias, de lauriers ou de thuyas ? La tulipe, le rosier, la lavande et le buis, vous aimez, c’est joli, mais à la longue, en voir partout, ça vous fatigue ?Alors cet article est fait pour vous !Vous trouverez ci-dessous 10 plantes originales de tailles et conditions culturales différentes qui rendront jaloux vos voisins ! Précisions avant que vous ne lisiez cet article : cet article est basé sur des sources, mais également sur mes connaissances personnelles. - Description : Le Decaisnea fargesii est un grand arbuste caduc de 5 mètres de haut sur 3 mètres d’étalement, taille adulte. - Conditions culturales : Planter cet arbuste, en massif préférentiellement, voire en haie libre avec une exposition soit ensoleillée soit à la mi-ombre est conseillé. - Description : - Si vous êtes de l’Ouest de la France, je sais que la pépinière Ripaud propose cette plante.

Faire fuir les fourmis : trucs et astuces Les trucs et astuces pour faire fuir les fourmis ne manquent pas. Pas question de donner ici des conseils pour tuer ces petites bêtes, mais juste quelques informations pour mieux comprendre leur rôle et tenter de les faire déménager... Pourquoi pas dans le jardin du voisin. Fourmis et pucerons Les fourmis ont un rôle bien précis dans un biotope et ne doivent en aucun cas être bannies totalement, sous peine de voir son jardin ravagé par d'autres prédateurs miniatures, autrement plus voraces que ces ouvrières. Mais leur rôle le plus visible reste leur amour pour les pucerons. Des fourmilières envahissantes Il se peut aussi que quelques fourmilières s'installent en des endroits non désirés du jardin comme dans des plantes en pots, ce qui rend un éventuel rempotage digne d'un vrai cauchemar pour les jardiniers attaqués par les défenseurs de la colonie. Les fourmis et les arbres fruitiers

Archives de La France Agricole - agriculture et actualité agricole Capables de pousser sur des sols pollués, certaines espèces végétales accumulent les métaux et peuvent ainsi participer à la réhabilitation de ces sites. Parmi les stratégies de phytoremédiation, la phytoextraction utilise la capacité de certaines plantes à accumuler les polluants dans leurs tiges, feuilles ou racines. Ce procédé est intéressant pour extraire les métaux lourds (zinc, cadmium, nickel, cuivre, cobalt, plomb, thallium, etc.) car ces derniers sont des polluants non biodégradables. Les plantes métallophytes sont des espèces sauvages qui se développent sur les milieux naturellement riches en métaux. L'intérêt de la démarche est d'aller au bout de la filière de dépollution puisque les plantes entières peuvent être récoltées, séchées puis incinérées. Les recherches sont surtout menées par les laboratoires publics. Hélène Deram

L’eau de cuisson des oeufs, engrais organique pour vos plantes Le 13/08/12 par Vincent.F Un certain nombre de jardiniers propagent l’idée que l’eau de cuisson des oeufs serait bonne à utiliser en tant qu’engrais naturel. Cette serait eau chargée en éléments nutritifs contenus dans la coquille, à utiliser froide sur les plantes. La coquille d’oeuf broyée, engrais organique efficace et répulsif aux nuisibles rampants : Le calcium et les autres éléments contenus dans la coquille d’oeuf constituent un bon engrais pour vos plantes. La coquille d'oeuf de poule contient 95% d'éléments minéraux. Il est conseillé d’enterrer les coquilles au pied des plantes d’appartement pour en faire un engrais. Attention néanmoins, certaines plantes ne supportent pas un apport trop dosé en calcium. Ne pas saler l’eau de cuisson des oeufs, le sel n’est pas aussi bien intégré par les plantes… (le sel permet à l’eau d’être plus rapidement portée à ébullition). Récupérer une eau chargé en nutriments : Arroser ses plantes à l’eau de cuisson des oeufs, un bon plan !

Rue officinale : semis, culture, récolte La rue est une plante condimentaire dont jardiniers et cuisiniers se méfient : sous le soleil, sa sève peut être irritante pour la peau, son arôme est puissant et sa saveur amère. Pourtant, en petites quantités dans les salades et installée judicieusement dans le jardin, la rue sait se faire apprécier des papilles et des yeux ! Ruta graveolens : la belle « fétide » La rue officinale, connue également sous le nom de rue fétide ou d'herbe de grâce, est une plante herbacée dont les longues tiges se lignifient avec le temps, pour former, à l'âge adulte, un arbrisseau au port dressé et en boule, pouvant atteindre 80 cm de hauteur. Les feuilles vert-bleuté très découpées et légèrement charnues forment de nombreux petits lobes à l'arôme puissant, dont certains le qualifieront de musqué, piquant, voire... fétide ! Du mois de juin au mois de septembre, les nombreuses petites fleurs jaunes regroupées en bouquets s'épanouissent à l'extrémité des tiges. Semis et plantation Entretien Récolte Ennemis

Hyperaccumulateur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un hyperaccumulateur, ou plante hyperaccumulatrice, est une plante capable de stocker dans ses tissus une quantité élevée, voire très élevée, d'un ou de plusieurs éléments, généralement par le biais de la bioaccumulation. Les hyperaccumulateurs sont utilisés lors d'opérations de phytoremédiation. En complément, les exudats (substances émises par les racines) peuvent jouer un rôle important ou essentiel dans la dégradation de certains polluants (organométalliques par exemple). Les micro-organismes du sol utilisent ces exudats et les polluants conjointement, ce qui développe leur activité. Table d'hyperaccumulateurs – 1[modifier | modifier le code] La base de cette présente liste non exhaustive d'hyperaccumulateurs a été fournie par Stevie Famulari[2]. Table d'hyperaccumulateurs : Nickel[modifier | modifier le code] Table d'hyperaccumulateurs - Radionucléides, Hydrocarbures et Solvants organiques[modifier | modifier le code]

stevia rebaudiana

Related: