background preloader

Qui se cache derrière Wiko ?

Qui se cache derrière Wiko ?
Wiko est une entreprise qui n’a même pas deux ans d’existence. Basée à Marseille, cette petite structure a rapidement été la star des distributeurs pures-players web. Cdiscount, LDLC, RueDuCommerce, Materiel.net… Les smartphones Wiko se sont très bien vendus et ont surtout réussi à convaincre jusqu’aux utilisateurs avancés. Avec les grandes marques leaders telles que Samsung, LG, HTC, Sony présentes chez les opérateurs, les marques présentes chez distributeurs comme Acer, les nouveaux entrants comme ZTE et Huawei, les marques « distributeurs », le secteur laisse peu d’espace à une nouvelle marque. Pourtant, Wiko ne construit pas ses téléphones. En France sous la marque Wiko, en Italie sous la marque NGM (New Generation Mobile), Mobistel en Allemagne, … Tinno est un constructeur chinois qui a déjà occupé tout le terrain en Europe. Pourquoi Wiko réussit ? Wiko a également réussi à communiquer efficacement. Mais Wiko n’est pas franco-français. Malgré tout, tout n’est pas rose pour Wiko.

Interview Wiko - la petite marque qui monte Après la société Ucall, c’est au tour de l’entreprise Wiko, et plus particulièrement de Vincent Driancourt (directeur de la communication chez Wiko), d’être interviewé par l’équipe d’Android et Vous ! Nous avons profité de l’occasion pour discuter de la genèse de la société, de son fonctionnement, ainsi que de leur politique à venir face à une concurrence de plus en plus agressive ! 1) Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre rôle chez Wiko ? Bonjour Androidetvous, je me nomme Vincent Driancourt et j’occupe le poste de directeur de la communication chez Wiko. 2) Pouvez-vous nous parler de la société Wiko ? La société Wiko est une aventure humaine, une joint venture entre un jeune chef d’entreprise français, qui évolue dans l’univers de la téléphonie mobile depuis 1997 et un grand groupe international. Laurent Dahan, président, et le directeur général, Michel Assadourian, dirigent la société Wiko sas basée à Marseille. Voici le rôle de chaque département au sein de Wiko :

LaProvence.com : Wiko, le mobile marseillais prêt à croquer Apple Et si Marseille devenait la capitale mondiale des smartphones ? La ville ou seraient conçus les mobiles appelés à se hisser sur le piédestal tant envié des leaders planétaires ? Un rêve fou que celui-ci ? Pas le moins du monde. Car Wiko, petit poucet marseillais fondé par Laurent Dahan il y a trois ans, l'a fait sien. Et depuis, il se consacre pleinement à le concrétiser depuis son siège de la place du 4 Septembre. Puis le directeur général de Wiko d'ajouter : "Nous avons déjà vendu plus de 3 millions d'appareils dans l'Hexagone, ce qui nous donne une part de marché de 14 %. Une start-up proche du consommateur Mais qui est donc Wiko, dont l'ambition semble sans limite ? Telle est donc la devise de la maison que porte Laurent Dahan. Constructeur. Et pourtant. Une présence dans 20 pays L'entreprise a été fondée à Marseille il y a trois ans par Laurent Dahan. La seconde marque la plus vendue dans l'Hexagone N'en doutez pas, le marché des smartphones est en plein boom. Jean-Luc Crozel

Wiko, ces téléphones (presque) français qui cartonnent En à peine quelques mois, une marque inconnue a envahi les poches des Français, se hissant à la première place des ventes Web sur le marché des smartphones (32,4 % de janvier à mai hors packs opérateurs). Un coréen ? Un américain ? Pas tout à fait, puisqu'il s'agit de Wiko, une marque française. Basée à Marseille, Wiko annonce déjà un million d'utilisateurs en France et l'objectif est désormais clairement affiché : deux millions avant fin 2013. Comment expliquer un tel succès ? Victime de son succès Virginie Barbier, directrice marketing de la marque, explique que si "Wiko est bien une marque française, créée par Laurent Dahan, qui emploie 40 personnes en France", la fabrication du téléphone est confiée au chinois Tinno. Wiko garantit de son côté, entre autres, un service après-vente et commercial interne, depuis Marseille. "Les Wiko n'ont pas à rougir"

Wiko, le smartphone à l'accent marseillais Dans les bonnes histoires, le monde se partage entre deux familles rivales. Partout. Tout le temps. Les O'Hara et les O'Timmins dans le far west, les Montaigu et les Capulet à Vérone, les Capétiens et les Plantagenêts en Anjou. Eh bien non ! Créée fin 2011 seulement, la marque est encore inconnue du grand public, mais son succès va grandissant. Nathalie est tellement persuadée d'avoir trouvé la perle qu'elle n'hésite pas à recommander les smartphones Wiko à ses amies. Disponibles sur les grands sites d'e-commerce (Cdiscount, LDLC, etc.) et dans les grandes enseignes comme Auchan, Carrefour ou Darty, les téléphones Wiko ont raflé 10,5 % de parts de marché dans la vente physique au premier trimestre, selon GfK. Elle conjugue petits prix et qualité technologique Dans les locaux de la cité phocéenne, les salariés n'en reviennent toujours pas. Le résultat final, c'est un produit ultracompétitif. Les concurrents de Wiko ont le sentiment désagréable d'avoir laissé passer le train.

Wiko Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Wiko est la marque française de téléphones mobiles et smartphones du fabricant chinois Tinno[3],[4],[5]. Les produits sont importés et commercialisés via la PME Wiko Mobile, basée à Marseille. Ceux-ci sont majoritairement pourvus d'un double emplacement SIM[3], et utilisent le système d'exploitation Android. Histoire[modifier | modifier le code] La société Wiko Mobile est fondée en 2011 à Marseille par Laurent Dahan en partenariat avec la société chinoise Tinno dont elle est une filiale à 95 %[4],[1],[7],[8]. Les équipes françaises de Wiko envoient le cahier des charges au fabricant chinois Tinno, qui leur envoie des prototypes qu'ils modifient pour adapter le téléphone au marché français. La centaine d'employés du groupe[4] assurent un service après-vente et commercial interne, depuis Marseille. Produits[modifier | modifier le code] L'entreprise classe ses téléphones en deux catégories : Notes et références[modifier | modifier le code]

Wiko, le succès du mobile franco-chinois La petite entreprise marseillaise est devenue numéro trois des smartphones en France. Derrière cette belle histoire tricolore, un géant chinois de l'électronique tire les ficelles. C'était le cadeau star de Noël. Les smartphones ont une nouvelle fois dominé les ventes de biens technologiques en France. Parmi les modèles le plus souvent offerts, une marque française, Wiko, est sortie du lot. La réussite de Wiko est spectaculaire. La société marseillaise arrive alors avec des smartphones de bonne facture trois fois moins chers que leurs concurrents de grandes marques. Wiko n'est pas le seul à flairer le bon coup et à se positionner sur ce segment du smartphone d'entrée de gamme. L'entreprise marseillaise joue aussi sur la fibre patriotique. Cette belle histoire servie aux Français a pourtant été montée de toutes pièces en Chine. C'est à cette période que le chinois met le cap sur l'Europe. La responsabilité française dans la conception des smartphones est réduite à la portion congrue.

Stratégie de vente Wiko Wiko, le smartphone « marseillais » à moindre coût : pourquoi ça marche ? Un employé de Wiko présente un smartphone de la marque, le 11 avril 2014 à Marseille (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP) Vous ne le saviez peut-être pas mais depuis 2013, le troisième plus gros vendeur de smartphones en France est un Français. Wiko, une entreprise de 90 salariés dont le siège social se trouve à Marseille, a vendu deux millions de smartphones pendant les dernières fêtes de Noël. Le cabinet GFK, un très gros institut allemand d’études de marché, attribuaient à cette PME près de 10,5% de parts de marché mi-2013. On parle des ventes « hors pack opérateur », c’est-à-dire la vente de téléphones non rattachés à un abonnement, représentant environ 50% du marché. Les smartphones Wiko fonctionnent sous Android. Une grosse performance alors que l’entreprise n’existe que depuis février 2011 et que le marché des téléphones mobiles est le théâtre d’une concurrence acharnée, notamment entre Apple et Samsung. Des smartphones moins chers que chez Samsung et Apple « Chez nous ça cartonne.

Mentions légales Wiko Mobile 1. Présentation du site. En vertu de l'article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi : Propriétaire : WIKO SAS – 1 rue Capitaine Dessemond 13007 Marseille / FRANCE Responsable publication : WIKO SAS Hébergeur : OVH, 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France. 2. L’utilisation du site de WIKO SAS - www.wikomobile.com implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. 3. Le site a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société. 4. Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. 5. 6. 7. 8. 9. Tout litige en relation avec l’utilisation du site soumis au droit français. 10. 11.

Visite chez Wiko : qui est "le Marseillais", comment fonctionne-t-il ? La directrice marketing de Wiko nous a ouvert les portes des nouveaux locaux de l'entreprise. Wiko se loge désormais dans un immeuble du 7e arrondissement de Marseille... et dans le trio de tête des ventes de smartphones en France. Mais celui que l'on a rapidement surnommé "le Marseillais" serait-il en fait Chinois, comme on le lit parfois ? Pas tout à fait, non... Passage en revue des locaux, rencontre avec l'équipe, explications sur les rôles de chacun et sur l'identité française des mobiles au succès fulgurant — d’après GfK, Wiko est passé 3e en volume des ventes de smartphones sur le marché français sur la période janvier-mai 2013, hors boutiques et sites Internet des Opérateurs Telecom, et carrément 1er des ventes de smartphones sur Internet sur la même période. Virginie Barbier, directrice marketing de Wiko, a accepté de répondre à nos questions et de nous recevoir dans les locaux de l'entreprise. Les Numériques : pourquoi Wiko a ainsi déménagé, qu'est-ce que cela signifie ?

Un mobile, deux puces, plein de possibilités LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Olivier Dumons Citadins "multiforfait", personnages discrets ou hommes d'affaires transfrontaliers, les personnes qui détiennent plus d'un abonnement mobile sont de plus en plus nombreuses. Plutôt que jongler avec deux téléphones portables - cela déforme les poches -, mieux vaut se tourner vers des engins "double SIM". Mais c'était avant que Wiko ne s'empare de ce filon quasiment inexploité. Leur essai est déjà réussi. Son design extérieur sobre et élégant - qui ressemble beaucoup à ses concurrents -, est agrémenté d'un écran tactile qui affiche une honnête résolution et répond au doigt et à l'oeil, même en surchargeant l'appareil de jeux dernière génération. Côté ergonomie, la prise en main de l'appareil est aisée. Reste la question de la double carte SIM. Mais alors, quels défauts trouver à ce téléphone ?

Related: