background preloader

Jeu - Economia

Jeu - Economia
Related:  Jeux sérieuxLa monnaie et le financement

n°1 de la simulation d'entreprise en ligne OFCE - La BCE est-elle impuissante ? Christophe Blot, Jérôme Creel, Paul Hubert et Fabien Labondance En juin 2014, la BCE annonçait un ensemble de nouvelles mesures (dont la description détaillée est proposée dans une étude spéciale intitulée « Comment lutter contre la fragmentation du système bancaire de la zone euro ? », Revue de l’OFCE, n°136), afin d’enrayer la baisse de l’inflation et soutenir la croissance. Mario Draghi avait ensuite précisé les objectifs de sa politique monétaire indiquant que la BCE souhaitait augmenter son bilan de 1 000 milliards d’euros pour retrouver un niveau proche de celui observé au cours de l’été 2012. En effet, après avoir alloué 82,6 milliards d’euros en septembre (contre un montant anticipé compris entre 130 et 150 milliards), la BCE n’a octroyé « que » 130 milliards le 11 décembre, soit un chiffre à nouveau inférieur à ce qui avait été anticipé. Enfin, deux éléments d’incertitude viennent réduire la participation des banques au TLTRO.

Jeu de gestion d'entreprise virtuelle Industrie-land Le « bazooka monétaire » de la BCE passé au crible Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel C’est une petite révolution dans le monde des banquiers centraux. Jeudi 22 janvier, après des semaines d’espoirs et de rumeurs sur le sujet, la Banque centrale européenne (BCE) a dévoilé les contours de son arme anti-déflation : le programme d’assouplissement quantitatif, ou quantitative easing en anglais (« QE »). « Boom ! Les marchés financiers ont d’ailleurs accueilli favorablement cette annonce : les indices des bourses européennes ont grimpé d’un peu plus de 1 % en milieu d’après-midi. Que va faire la BCE ? À partir du mois mars, la BCE va racheter des titres de dettes aux institutions financières de la zone euro, principalement auprès des banques. Le montant de ces achats sera de 60 milliards d’euros par mois, au moins jusqu’en septembre 2016, soit plus de 1 000 milliards d’euros au total. La BCE se garde la liberté de poursuivre les achats tant que l’inflation ne se redresse pas suffisamment.

Usage en classe de Macyberentreprise - Académie-Toulouse Lundi 21 mai 2012, par D. Pélissier Ce compte-rendu complète la grille d’analyse du jeu publiée à cette adresse : en décrivant une mise en œuvre pour une classe. Classes concernées : STS Assistant de Manager et Terminale STG Communication GRH Objectif : les étudiants de STS AM apprennent aux élèves de terminale le jeu macyberautoentreprise pour communiquer sur la STS de façon ludique et différente d’un diaporama. La ressource présente : - une description synthétique, - les objectifs de l’expérimentation, - la description précise des étapes, - une synthèse, - les résultats d’un questionnaire posé aux étudiants en fin d’expérimentation. Auteur : D.

Charles Wyplosz - Lorsqu’il pleut des billets… Dans un livre publié en 1969, Milton Friedman voulait démontrer que la création de monnaie permet à coup sûr de relancer l’économie et contrer, au besoin, le risque de déflation. De manière imagée, il décrivait un hélicoptère qui faisait pleuvoir des billets sur le bon peuple. Ainsi équipés, les consommateurs se devaient de dépenser ce don imprévu venu du ciel. La relance économique était donc assurée. Le destin de ce raccourci symbolique est stupéfiant. Pendant près d’un demi-siècle, le concept de monnaie-hélicoptère est resté soigneusement cantonné aux salles de cours. En principe, oui. Beau tour de passe-passe : c’est à la BCE, et à elle seule, qu’il incombe de s’attaquer à la stagnation économique et au risque de déflation. L’allégorie de l’hélicoptère est importante, en effet, pour comprendre cette conclusion désagréable. La raison est simple. Cette sourde inquiétude sur l’efficacité de l’AQ fait rêver à la monnaie-hélicoptère. La boucle est donc bien bouclée. © Telos.

Mission Knut: Incarnez un commissaire européen - Serious game eNq1V11v2jAUfe+viPJOAh3QDwWqjbVbpVVjbdH2gFSZ5AKmxk6vbT726+dAaMkU2uLit8TXOsc+vr73OLpYTJk3A5RU8JZfC6q+BzwWCeWjlt+7v6qc+hfto2hCZmR72klQfWg0fC9mRMqWn4WDARAugz83P76CAQD020deJAYTiFVhnlaUBd+JHN+QNJvjRTNBE28KaiySlp9qtRr1IqnQLKOdClSEdYiCkcBlFObDhSkIKYrkoXZ6dlY/2Z4ShRn4O1io/C3wUaYkhi6KGU0gKaUaEibBimE4T7pEja/5UJQih4VdNMMplZnclUeulRXhfLOh1zWrNZqfapaa9STgD8JH7iTrCK5goTLlylWjJo4c7CTS2fpFTFi5RkO01KW7yllHqiA83QHOGLyiSkJlysgymMjUluOXBlzerX5LOWjSKmasFdGASOghK2UYK5Weh+EENAcZDBAUGXEIhvh86KHt5tymFYIUGk0l2QU/iafy4PfdlDDKEzGXB843k84EiQkDmpLtKKljjQhcuS/z3UI7cbQbKq/5FZoc+zkc0h0FWKG2A0+3TqOI/J5uuxN++2YXYE2AIJJlAZeZqh+sq4PvMeAjNTbGYIOUc5h0hEXLrz4Plx9l8z+6LSlWPyv2fO0vkShcb3ffloXM2aF31CJPLArSEQuZkMUtPF2X4342UbMKValWavXj+mmt2jyu1y1rc97fV/3RmWa3W7XSGcmXdZdxhK9zF3RID7F2vW+WwUbdrtpuJ2opiW1jzY7xHs1LgBn8cqE75/0ZwT5JU0ZjokzPk30lpuaz2Z/DwIzL/qb99ouFov/hJpnqwdu9xe66aHsb48QPmNMwhUKDVL3b69ddzof9onHqO/0i14yF+6K9e+WupCt/q+2/F+M49GCT6K7Mk1M3uw6UAn+7vLdtlS9LdteOi57SEU9+dfIn2WGtnrkIbz71sgtgBf5X8HJnuk5YW+N7uae+Lz4uCjNr2T76BzjEHRI=

Graeber - « Jouer avec la dette revient à manier de la dynamite » LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Propos recueillis par Philippe Bernard (Londres, correspondant) David Graeber, 53 ans, est un professeur d’université américain qui se définit comme un anthropologue et un militant anarchiste. Il a été, en 2011, l’une des figures de proue du mouvement Occupy Wall Street et enseigne aujourd’hui à la London School of Economics (LSE). Vous avez analysé la dette comme le ­ferment de nombreuses révolutions. ­ L’Histoire nous enseigne la redoutable efficacité de l’idéologie liée à la dette pour justifier les inégalités les plus criantes, non seulement en les faisant apparaître comme morales mais en faisant passer les victimes pour coupables. Pourquoi ? A quel point la situation de la Grèce ­correspond-elle à ce scénario ? La Grèce antique l’a vécu à plusieurs reprises.

Related: