background preloader

La communauté participative des éditeurs du Web

La communauté participative des éditeurs du Web
Vous l’avez certainement compris d’un précédent billet. Pearltrees veut développer ce chainon manquant de la démocratisation du Web, l’édition du Web par ses utilisateurs. Pour être plus précis: Pearltrees veut bâtir la communauté participative des éditeurs du Web. Pourquoi une communauté ? Pourquoi participative ? Mais enfin, dans ce cas, pourquoi un projet spécifique ? Voici véritablement la clé du sujet. Toutes les œuvres collectives du Web s’appuient sur deux éléments à la fois contradictoires et indissociables : d’une part, la liberté et l’irréductible diversité de leurs contributeurs, d’autre part l’unité du média au sein duquel ils s’expriment. C’est de la complémentarité des wikipédiens que nait Wikipédia, mais aussi de l’unité de leur support. Ce n’est pas l’envie d’éditer qui manque sur le Web. L’absence d’une communauté ouverte et participative d’éditeurs du Web ne provient donc ni du manque de désir ni du manque de besoin: elle provient de l’absence d’un format commun. Related:  Alpha release and early stories

Alpha launch L’alpha publique de pearltrees est en ligne, stabilisée, ouverte. Ce n’est bien sur qu’un premier pas vers la vaste communauté d’éditeurs du Web que j’appelais de mes vœux dans le précédent billet. Mais c’est un pas véritable, je crois. Plusieurs centaines d’éditeurs bâtissent en ce moment leur propre Web. Ce Web peut-être drôle ou sérieux, profond ou léger, il peut-être roboratif, contemplatif ou d’actualité. Il ressemble à ceux qui le construisent, à leurs goûts, à leurs richesses, surtout à leur étonnante variété. Je reviendrai souvent sur cette carte humaine en train de se construire, sur son sens et peut-être sur son rôle dans le développement du Web. A quoi pearltrees sert-il en général? La question se discute en ce moment dans de forts bons billets et continuera je l’espère très longtemps à se discuter. A quoi pearltrees pourrait-il vous servir, à vous, aujourd’hui, en particulier? 1- A organiser la carte de votre Web. 2- A guider vos amis ou vos lecteurs. 3- A vous laisser guider.

Pourquoi la curation va faire partie des prochains grands usages du web ? Sous titre: En tout cas, pour les anciens producteurs de contenus. Avant : l’histoire du 2.0 Je vais vous raconter rapidement l’histoire de ce qu’on a appelé le 2.0, du côté du créateur de contenu. Avant produire du contenu était techniquement difficile. Toutes ces sortes de plateformes permettaient aux gens qui avaient quelques choses à dire, qui pensaient avoir quelques choses à dire, qui avaient envie de partager quelque chose, de l’intime, une passion, en ont eu la possibilité. On a crée un blog parce qu’on avait quelque chose qui nous intéresse, qu’on voulait partager, parce qu’on voulait un espace du web rien qu’à soi,…J’ai à ce moment là crée tristanauquotien.blogspot.com puis tristanauquotidien.com (fonctionnant sur WordPress). Mais on commence vite à découvrir que le web est grand on découvre que ce qu’on dit, d’autres le disent aussi, et mieux. Mais où se crée alors le besoin de la curation dans le 2.0 ? Oui, mais la frustration demeure. Qu’est-ce que la curation ?

Guider La dernière « perle » des services Web est née : il s’agit de Pearltrees, une start-up française qui propose une plateforme pour éditer le web de manière collaborative.Pearltrees donne aux internautes la possibilité de construire leurs cartes du Web , de les visualiser, de les partager et de découvrir les cartes web d’autres, afin de construire collectivement une carte vivante du Web.Voici un premier exemple d’application où j’ai essaye de construire la carte Web des partis politiques Tunisiens: Pour la lire, il suffit d’appuyer sur « Play » en bas à gauche, puis avancer avec les flèches. Un autre exemple consiste à raconter une histoire Web ou à suivre le fil d’une discussion. Ici j’ai repris la discussion évoquée par Houssein sur la Tunisphère concernant la mort des blogs: Les usages de Pearltrees vont évidemment bien au-delà de ces exemples, car la flexibilité du site laisse une grande part de créativité à l’utilisateur.

Si je ne devais retenir qu'une chose... Le prochain train Peut-être suis-je déjà un vieux con. J’ai connu la page d’accueil de Yahoo ! France en 1996, à l’époque où ce service n’était pas un portail multithématique assorti d’un moteur de recherche, mais un simple "annuaire" de sites péniblement répertoriés, mis à jour et indexés à la main par des opérateurs humains. Alors pour ne pas rater la prochaine révolution en marche sur le web, j’ai pris le train pearltrees très tôt, il y a près d’un an, alors que ça n’existait encore que sur le papier, et que François faisait des petits dessins, bien calé dans les fauteuils cosy du Fumoir, pour me faire comprendre à quoi tout ça allait ressembler… Quelques dix mois et de nombreuses heures de bêta-test plus tard, voici pearltrees enfin accessible dans sa version alpha publique. Mais au fait, qu’est-ce que pearltrees ? Pour prendre un exemple concret, voici un "arbre à perles" qui suit précisément les retombées du lancement et du développement de pearltrees ! Bonne découverte ! Like this: J'aime chargement…

To be or not to be a curator ? Brian Solis en parle dans son livre « Engage », en évoquant le compte Twitter de Google. Ce compte poursuit depuis sa création une stratégie de curation, avec 304 abonnements et 2,6 millions d’abonnés. Voici comment Brian Solis en parle : I recommend that companies use this (cf. curation) for information collected from customers and influencers, as well in order to truly curate the best, most helpful content from around the Web while building good will in the process. Curator, un mot valise, un buzzword ? Lorsque je pris connaissance de ce concept via la pyramide d’engagement d’Altimeter, j’avais des difficultés à cerner le périmètre du concept et de son champ d’application. La pyramide de la marque engagée, Altimeter La curation représente-t-elle le chant du cygne de l’agrégation ? Curator = courtier en information = maven En anglais, le curator est un conservateur de musée. Le curator filtre et in fine aide

Un futur grand? Hier, j'ai envoyé lâchement mes lecteurs découvrir Pearltrees. Ils sont tous revenus dubitatifs se demandant à quoi ça sert. Ils se posent des mauvaises questions. Tiens ! Tiens ! Ainsi. Les trucs webologiques actuels n'échappent pas à la règle. L'utilisateur est dans l'embarras quand il découvre des nouveaux trucs. Par exemple, quand je me suis inscrit à Twitter pour faire plaisir à Eric qui cherchait un cobaye, je ne savais pas à quoi ça servait. Faut-il avoir peur des buzzwords Curator, community management, influenceurs… De nombreux termes que votre logiciel de traitement de textes doit souvent souligner, et ce pour une raison simple : il s’agit de néologismes générés pour et par le web. Ces « buzzwords » formant un jargon propre au web, sont souvent décriés mais toujours utilisés, alors voyons rapidement les pours et les contre de certains de ces termes. Buzzword est tout d’abord un buzzword… Chaque nouveauté, qui plus est lorsqu’elle peut revêtir un aspect monétaire (ou marketing) intéressant, doit pour se démarquer des autres apparaître comme totalement neuve, ou tout du moins adaptée à une réelle attente, de réels usages. Et le web à pour particularité de produire des nouveautés de manière quasi-exponentielle : que ce soit au niveau technologique ou au niveau des usages, l’adaptation de concepts vieux comme le monde ou encore le développement de réelles innovations de rupture nécessitent des termes appropriés pour que l’on se les accaparent mieux. Curator

Discuter En sémiotique, le schéma actantiel« rassemble l'ensemble des rôles (les actants) et des relations qui ont pour fonction la narration d'un récit », que celui-ci soit romanesque, dramatique ou cinématographique. Ce schéma fait intervenir un héros, qui poursuit la quête d'un objet. Sur le chemin de sa quête, il rencontre des adjuvants, qui l'aident donc dans sa quête, et des opposants. Cette quête est commanditée par un émetteur, en direction d'un destinataire. On ne peut pas mieux démontrer l'utilité de Pearltrees pour les blogs qu'en reprenant ce concept du schéma actantiel. Je prendrai l'exemple de la récente « Controverse de la burqa » pour l'expliquer. Dans l'arborescence ci-dessus (sur laquelle il faut cliquer pour accéder à l'image dans un format normal), les différents actes du récit sont indiqués. Les destinataires sont donc les commentateurs, dont je suis. L'originalité de cette controverse est qu'elle n'est pas manichéenne. Roman Bernard Criticus est membre du Réseau LHC.

Le curator, bullshit marketin? Cet article vient d’une discussion sur twitter (avec @bduperrin @bfaverial @barthox @VinceBerthelot @MarkTamis) mardi soir dernier, autour du rôle du curator , buzz word qui a commencé prendre vie à la fin de l’année dernière. Autre effet collatéral de cette discussion, un plateau en préparation chez les copain de Techtoc TV. Bref, effet de mode, bulshit marketing, faut-il jeter l’eau du bain et le bébé avec, on va essayer de voir cela tout de suite. Pour commencer, une petite définition histoire d’être sûr que l’on parle tous de la même chose. Selon Wikipedia ( je laisse le mot en anglais, car un des accords de la discussion twitter était qu’il fallait laisser le terme en anglais) un curator est un spécialiste de la gestion de contenus, responsable de la gestion de collections au sens bibliographiques. En regardant ce schéma, on peut voir que le curator est plus qu’un agrégateur, il s’approprie le contenu qu’il analyse et qu’il traite pour mieux le retransmettre de manière pertinente.

J'ai découvert Pearltrees Ce billet aurait du s’appeler « J’ai lâché une perle, excusez-moi » mais je n’ai pas osé. Pourtant je vais vous en lâcher une belle, de pearl, en fin de billets. Je racontais, sur le blog bistro, mon aventure dans le 12ème dans cette startup de copains. J’avais en fait droit à une présentation de Pearltrees dont au sujet duquel je ne pouvais pas aller à la soirée inaugurale, racontée par Eric. Imaginez que je me prenne pour un éditeur et veuille faire un journal, sur le web, avec les aventures de dans les blogs. Imaginez que je veuille faire partager ce journal avec les lecteurs, sans leur imposer une liste de lien, en leur permettant de le reprendre pour faire leurs propres « éditions » puisque que c’est ce dont il s’agit ! Avec Pearltrees, je le fais facilement. J’ai eu droit à une présentation par les tauliers de Pearltrees, ça aide à comprendre les manipulations. Imaginez ensuite les possibilités ! Vous n’avez rien compris. Vous êtes prêts ?

Curation et Curator, la nouvelle tendance du Web Social Les termes Curation ou Curator (Curateur par abus de langage) ne vous disent sans doute encore rien, mais préparez-vous car c’est la dernière tendance du web. D’abord popularisé aux Etats-Unis, le sujet est en train de se développer en France avec d’ailleurs un titre évocateur pour cette première conférence-débat le 7 février : « La Curation, avenir du Web ? » Tentative de définition : La curation est la technique utilisée pour sélectionner, filtrer, organiser, commenter et partager des liens de façon manuelle (dans un monde idéal) sur des contenus verticaux. Le content curator (curateur de contenu si je peux oser traduire ainsi) est la personne qui réalise cette curation. Pour comprendre, la curation serait un peu l’évolution des outils de bookmarking social comme les Digg-like, des sites de favoris comme Delicious ou des aggrégateurs de top news comme Techmeme ou Wikio. Exemples de sites de curation :

La communauté participative des éditeurs du Web

Dear Patrice - my translator thinks that you wrote as follows: "The ambition of pearltrees is to create a common format: a mode of simple and universal edition, a manner of traversing the whole of the editions in their diversity and their unit". I'm still trying to understand in my Emglish-speaking mind; but I think I do. At some stage I want to comment on "curatorial" processes because I am starting to experience difficulty with information overload as we all accumulate more and more pearls. Very interesting. by pauljacobson Dec 18

Related: