background preloader

Dossiers de l'audiovisuel : Rapports dans le domaine de la communication, de l'image et des médias

Dossiers de l'audiovisuel : Rapports dans le domaine de la communication, de l'image et des médias
Related:  LecturesEduquer aux médias

Pour une critique phénoménologique de la raison computationnelle / E-dossier de l'audiovisuel : L'éducation aux cultures de l'information Ingénieur civil des Mines de Nancy en 1985, docteur en Informatique de l’Université Paris 6 en 1990, docteur en épistémologie de l’École Polytechnique en 1996, Bruno Bachimont, après des recherches dans le domaine de l’intelligence artificielle en milieu médical (Inserm), rejoint en 1998 l’Ina où il dirige la recherche. Il devient en 2001 enseignant-chercheur à l’Université de technologie de Compiègne (UTC), où il assume la direction à la recherche depuis 2006. Il est également conseiller scientifique du pôle Enseignement et Recherche de l’Ina (Ina Expert). Le numérique est un nouveau support d’inscription qui a révolutionné nos sociétés en permettant d’aborder et de traiter tous les types de contenus. Dans cette perspective, nous aimerions aborder ici deux caractéristiques importantes des technologies numériques qui tendent à modifier nos conceptions de la connaissance scientifique et de notre rapport au réel. • Le niveau computationnel ou l’idéalité du numérique

Réaliser une revue de presse avec Flipboard Chercheur Du big data au smart data, l'exploitation des données culturelles dans les bibliothèques et les musées : journée d’étude 2015 de la Fulbi Pour l'édition 2015 de sa journée d’étude, « Bib Data, Smart Culture. Exploiter des données dans les bibliothèques, centres de doc, archives et musées », la Fulbi1 conviait professionnels des bibliothèques, de l'information et de la documentation, ingénieurs, enseignants-chercheurs et consultants à croiser leurs regards sur l’exploitation des données culturelles. D'abord en revenant sur les spécificités et les enjeux des data aujourd’hui en partant de la définition scientifique du concept de "data" et des promesses qu'il contient. Enjeux et opportunités des « data » Dominique Cotte2, enseignant-chercheur et consultant rappelle avec bon sens que les « data » ne sont pas chose nouvelle, mais ce qui change aujourd’hui, c’est moins l’existence même des « data » que la masse des données aujourd’hui disponibles au traitement et la manière nouvelle de faire parler ces données. Des "data" pleines de promesses ? Les enquêtes de satisfaction "user-oriented" Des big data aux smart data Pour conclure

Revue sticef.org Marcel LEBRUN (UCL, Louvain-la-Neuve, Belgique) 1. Introduction Cela fait une trentaine d’années, depuis les débuts de l’EAO (Enseignement Assisté par Ordinateur) dans les années 80 jusqu’à nos jours, que les rapports entre les technologies et les pédagogies font couler beaucoup d’encre. Les potentiels des technologies éducatives, des logiciels d’apprentissage aux plateformes d’eLearning en passant par le cédérom interactif, ont vite fait croire qu’une couche technologique rajoutée aux formes d’enseignement habituel allait produire l’amalgame salutaire au renouvellement d’une école en quête de résonance avec une société elle-même en quête de savoir-faire, de compétences ... Les causes les plus probables de ces résultats peu probants et peu décisifs, en termes de stratégie institutionnelle, par exemple, sont selon nous : Figure 1. 2. 2.1. Nous souhaitons également mettre en évidence ici un dernier point qui apparaît en filigrane dans ce document. 2.2. Figure 2. 2.3. Figure 3. 2.4. 3. 3.1.

L'éducation aux médias, c'est quoi ? Ce site vous présente des contenus et des actions afin d'utiliser les médias de manière active, réactive, créative, critique et indépendante, à travers deux grands axes : La RTBF diffuse de nombreux contenus qui décodent les médias (radio, télévision, presse écrite, films, images, textes, sons, sites internet, réseaux sociaux). Concrètement, elle le fait : - de manière spécifique, dans des émissions comme Medialog, Les Décodeurs RTBF, Media 21, Empreinte digitale, Surfons tranquille, Hi Tech, L'actu du web et des médias, La journée du web, #DansLaToile, La boite à clichés, sur son site Info/Médias ou sur son site Culture Tous nos programmes sont également disponibles à la demande et gratuitement sur nos sites, en vidéo, podcast, version texte ou version aide à la lecture. Utilisez aussi le site Auvio pour rechercher les programmes de votre choix. La RTBF cherche aussi à développer votre capacité à participer, à communiquer et à créer du contenu. -ou encore en assistant à des émissions.

numerique Les bricolages d’archives de Jean-François Delassus | Déjà Vu Le 7 mai 2015, TF1 diffusait le documentaire Délivrance réalisé par Jean-François Delassus. Construit à partir d’archives colorisées et sonorisées, ce film de 90 minutes retrace la fin de la Seconde Guerre mondiale à partir de Noël 1944. Depuis Apocalypse, la Seconde Guerre mondiale, le film de Daniel Costelle et Isabelle Clarke diffusé initialement sur France 2 en 2009, tous les documentaires de première partie de soirée “bénéficient” de la colorisation et parfois de la sonorisation des images du passé. Par la suite, ces deux auteurs ont réalisé deux autres séries documentaires selon les mêmes procédés, Apocalypse, Hitler en 2011 et Apocalypse, la Première Guerre mondiale en 2014. Les documentaires réalisés par Jean-François Delassus relèvent également de la spectacularisation des images d’archives à l’aide de ces procédés d’esbroufe. Le bref extrait suivant formé de trois séquences disparates agglomérées comporte en effet un emprunt non crédité à un film de fiction:

La « découverte » des réseaux sociaux Notes Voir, parmi de nombreux autres, Wellman (1982, p. 22), Wasserman et Faust (1994, p. 10), Scott (2012, pp. 29-34). Jacques Coenen-Huther écrit même que l’étude de Barnes « lui confère en quelque sorte les droits d’auteur sur le concept de “social network” » (1993, p. 35). Cette expérience de traduction collaborative n’aurait pas été possible sans les contributions décisives de toutes celles et tous ceux qui ont participé à ses différentes phases, depuis la discussion lexicale préparatoire jusqu’à la dernière relecture lors de la séance du séminaire « Re/lire les sciences sociales » du 8 avril 2013. Que soient donc ici remerciés Yann Calbérac, Johann Chaulet, Samuel Coavoux, Laurence Coutrot, Denis Eckert, Samuel Faure, Mélodie Faury, Sylvain Firer-Blaess, Pascal Froissart, Benoît Habert, Louis Lebrou, Sophie Lefranc-Morel, Grégoire Lits, Pierre Malgouyres, Célia Poulet, Mathilde Provansal, Guillaume Rouvière, Mark Traugott, et enfin Hélène Viot. C’est Moreno qui souligne.

De l'EAM à l'#EMI by CLEMI Bordeaux on Prezi Pro Fonctionnaire auto-entrepreneur Le régime auto-entrepreneur est accessible aux fonctionnaires, qu'ils soient à temps plein ou temps partiel. Les conditions d'exercice varient cependant selon leur situation. La réglementation affirme que : l’intégralité du temps de service du fonctionnaire doit être consacrée aux tâches qui lui sont confiées. D'autre part, son activité privée lucrative : ne doit pas perturber au fonctionnement normal ne doit porter atteinte ni à l’indépendance ou la neutralité du service public, ni à la dignité des fonctions de l'agent. Pour un fonctionnaire à temps plein ou temps partiel choisi Les fonctionnaires, stagiaires ou titulaires, peuvent donc cumuler dans une certaine mesure une auto-entreprise avec leur emploi dans la fonction publique. Déclarer une activité dans le but de créer une activité principale Selon l’activité choisie, le cumul d’activités peut être limitée à deux ans, ou au contraire illimitée. L’avis est ensuite transmis à l’administration qui informe l’agent de sa décision.

Related: