background preloader

Territoires 2040

Territoires 2040

Regards politiques sur les territoires, par Philippe Rekacewicz « La cartographie vit de cette sorte d’ambiguïté qui la situeà la confluence de la science exacte et de l’art. »Jean-Claude Groshens La carte, représentation en minuscule d’immenses territoires, est une image tronquée de la réalité, une sorte de mensonge par omission. La représentation symbolique exige le sacrifice d’une partie de l’information : tout ce qui se passe sur des centaines de milliers de kilomètres carrés ne peut tenir sur une petite feuille de papier. Le créateur de la carte fait un choix théoriquement raisonné des éléments qu’il veut représenter. La carte peut ainsi faire l’objet de toutes sortes de manipulations, des plus grossières aux plus discrètes. La représentation des frontières politiques est un exercice périlleux. Mais la cartographie n’est pas seulement la représentation de frontières : elle est aussi une image qui montre les rapports de l’être humain au territoire. Philippe.Rekacewicz@Monde-diplomatique.fr. Sur la Toile

Taux de pauvreté - L'Observatoire des Territoires Après avoir diminué entre 1996 et 2004, le taux de pauvreté fluctue pendant cinq ans et atteint 13,5 % en 2009 en France métropolitaine, contre 13,2 % en 2006. En 2009, le taux de pauvreté varie du simple au triple selon les départements, de 7,4 % dans les Yvelines, à 22,7% en Seine-Saint-Denis. Au-delà de ces extrêmes, deux espaces particulièrement marqués par la pauvreté se distinguent, respectivement dans le nord et le sud du pays. Ces disparités s’expliquent essentiellement par les structures sociales et familiales. La pauvreté est très présente dans certains départements très urbanisés, mais aussi dans les espaces ruraux des départements les moins urbanisés. télécharger la fiche Taux de pauvreté en 2009 Définition Pertinence Limites et précautions Analyse Pour en savoir plus Définition Pertinence Le niveau de vie détermine l’accès des individus aux biens et services. Pour des raisons de disponibilité des données, l’échelon territorial retenu est celui du département. Limites et précautions

Information and Territorial Decision Support. Florent Joerin / Proceedings of Besançon 2008 / Besançon 2008 / Conférences internationales / Publications / Accueil - Territorial Intelligence Portal. Knowledge, Methods, Governance and tools for action Abstract This contribution is a synthesis and a reflection based on almost ten years of research in territorial decision support. It starts with a discussion about the concepts of “territorial information” and “territorial decision-making”. Then, two application examples are briefly presented to illustrate the two main kinds of tools. The first one is an indicator system, available on the Internet and supporting different stakeholders to make a diagnosis of social development in Montréal. As a consequence, the information gathered in the decision-making process is perhaps not as essential as we suppose and bringing information in this kind of decision processes should be considered as a challenge. Keywords Territorial decision, decision support, multicriteria analysis, GIS, indicator systems, participative process Cite this article JOERIN F., 2009.

Les habitants au cœur de la décision 1Le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais a pris l’initiative de réunir une conférence de consensus. A la différence d’une conférence de citoyens, la conférence réunit un ensemble de personnes pour confronter sur un même sujet des expériences différentes afin d’accoucher de propositions communes. Le Conseil régional Nord Pas-de-Calais puis la Région qui accueillera les prochaines Assises pourraient se relayer pour assurer la continuité de ce travail avec l’ensemble des co-organisateurs. 2Le terme de « consensus » renvoie à un socle commun de propositions pour construire une bonne participation. En aucun cas il ne sous-estime l’importance des différences, autrement dit le dissensus, qui permet de poser de bonnes questions, de faire entendre de vraies revendications.C’est pourquoi les participants mettent en interpellation à la fois ce qui fait accord et ce qui fait encore questionnement et ouvre un nouvel espace de débat. 41. 6L’information doit respecter 4 principes : 72. 83. 94. 105. 116.

La fabrique des espaces politiques régionaux : retour sur une France différenciée Dossier : Réforme territoriale : un état des lieux À l’échelle de l’histoire administrative française, les régions sont des institutions récentes. Les premières élections régionales n’ont eu lieu qu’en 1986, il y a moins de trente ans. La fabrique des espaces régionaux s’inscrit, cependant, dans une temporalité bien plus longue. Le fait régional revêt, sur le temps long des constructions stato-nationales, une grande variété de réalités culturelles, économiques, sociales et politiques qui prennent la forme d’identités singulières, de clivages socio-économiques, de mouvements culturels, d’organisations politiques, de revendications démocratiques, d’institutions élues et d’instruments d’action publique. La région, espace de mobilisation La construction étatique génère des résistances et/ou des contre-mobilisations régionalistes. La région, espace fonctionnel La régionalisation participe à la fabrique de l’espace régional selon deux modalités distinctes. La région, espace de gouvernance

Article VeilleMag 2004 Notre définition de l'Intelligence Territoriale : l’organisation innovante, mutualisée et en réseau, de l’ensemble des informations et connaissances utiles au développement, à la compétitivité, à l’attractivité d’un territoire, collectivement et pour chacun de ses acteurs. Jean-Marc Blancherie et François Badénès, associés de la Société i-KM, ont mené en Normandie (patrie de Marie Harel, la fermière qui inventa le camembert en 1785 mais aussi terre déjà bien travaillée par les pionniers de l’IE, et qui accueillait récemment les premières Assises Nationales de l’Intelligence Territoriale) un travail d’analyse et de proposition pour 3 grandes CCI : comment mutualiser des ressources, par delà le clivage entre les 2 Normandie, les découpages consulaires, les attributions institutionnelles, afin de soutenir une dynamique réelle d’IE et d’IT . Cet article a été écrit en partie en fonction de cette expérience Démystifions l’IT ! Absence de vision et renoncement à l’intelligence collective

Introduction : Dispositifs et outils de gouvernance territoriale 1Nous présentons dans ce numéro spécial une sélection d’articles issus de la session spéciale « Tools for Territorial Governance » organisée lors du Congrès joint de l’ERSA (European Regional Science Association, 47e Congrès) et de l’ASRDLF (Association de Science Régionale de Langue Française, 44e Congrès) qui s’est tenu du 29 août au 2 septembre 2007, à Paris/Cergy-Pontoise [ Cette réflexion s’inscrit plus largement dans le champ thématique sur « La dynamique et la gouvernance des territoires », portée par le département INRA-SAD [ et aborde la notion de gouvernance territoriale par l’analyse des outils, dans une perspective de développement territorial, entendu comme la « capacité des acteurs à maîtriser les dynamiques d’évolution qui les concernent » (Deffontaines et al., 2001). 6S. 9P. 11A. 12C. 13L’approche de S. 14F.

Romain Pasquier, Vincent Simoulin et Julien Weisbein (dir.), 2007, La gouvernance territoriale. Pratiques, discours et théories, Paris, L.G.D.J., 235 p. 1Donner une cohérence d’ensemble ou une ligne directrice à un livre issu d’un colloque relève déjà de la gageure, tant il s’agit parfois de rassembler a posteriori des communications aux perspectives dissemblables, quand elles ne sont pas tout à fait contradictoires. La difficulté semble redoublée quand le thème du colloque et de l’ouvrage a été aussi largement et diversement débattu par les chercheurs et les acteurs locaux ces dix dernières années que celui de la « gouvernance territoriale ». Disons le sans ambages : l’ouvrage dirigé par PASQUIER et alii n’évite pas complètement cet écueil. Toute l’habileté de ses maîtres d’œuvre, auteurs d’une introduction (Vincent SIMOULIN) et d’une conclusion (Romain PASQUIER et Julien WEIBSEIN) très stimulantes, est cependant d’avoir fait de cette polyphonie autour de la notion de gouvernance – que le livre analyse autant qu’il l’illustre – l’élément central de leur questionnement. 6Venons-en à la construction de l’ouvrage proprement dite.

Coopération entre les territoires La coopération, reflet des différentes formes de solidarité entre territoires. Pour mener à bien leurs projets, les territoires rencontrent souvent la nécessité de coopérer. Cette coopération peut prendre la forme de partage d’investissements (pour des réseaux et équipements lourds), de partage d’expériences ou encore de complémentarité recherchée entre territoires différents (territoires ruraux et urbains, territoires de résidence et territoire de production, etc.). Ces coopérations se réalisent le plus souvent entre territoires limitrophes (par exemple dans le cas de l’intercommunalité), parfois entre territoires éloignés (jumelages, coopérations décentralisées). L’objet de ce dossier consiste à présenter, de manière problématisée, différentes expériences de coopération territoriale afin de montrer : Sommaire du dossier : Pourquoi coopérer ? Etude de cas : Quand la culture se partage, les projets culturels sont redéfinis Coopérer pour faire vivre ou révéler des interdépendances

Logiques d’acteurs et intercommunalité en Franche-Comté 1La France se singularise par son organisation administrative du territoire et une dispersion de sa population entre plus de 36 500 communes. Ce particularisme s’oppose aux exigences qu’impose la concurrence qui s’exerce désormais entre les territoires, pas seulement à un échelon national. Même si la France connaît, comme tous les pays du continent, le phénomène de métropolisation, il n’en demeure pas moins que la très grande majorité des communes sont de petite, voire de très petite taille. Ce constat soulève une multitude de questions, notamment autour des problèmes d’aménagement et de développement du territoire. 1 Source : Insee, population légale au RGP de 1999. 2La Franche-Comté ne déroge pas à la règle. 3L’analyse départementale permet de dégager trois situations contrastées (cf. tableaux 1 et 2). 5 Loi du 4 février 1995 d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire et Loi du (...) 6 Loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et renouvellement urbains.

@l_AdCF Le mensuel Intercommunalités consacre son dossier aux déterminants locaux de la croissance. Le numéro d’avril du mensuel Intercommunalités (n°177) consacre son dossier principal aux « déterminants locaux de la croissance » et à la valorisation, en avant-première, des résultats d’une nouvelle étude de l’AdCF et de l’Institut pour la recherche de la Caisse des Dépôts réalisée par Nadine Levratto et Denis Carré, économistes du laboratoire Economix (CNRS, Université Paris Ouest Nanterre La Défense). Illustré de cartes détaillées, ce dossier dresse un panorama des dynamiques des activités du secteur « compétitif » (industrie et services associés) dans les territoires. Il conduit à mettre en exergue la dimension locale de la croissance et l’existence d’éco-systèmes plus ou moins favorables. Ce numéro consacre également un mini-dossier à la question du déploiement numérique, en interrogeant notamment son pilotage. Contacts AdCF : s.nekaa-bouret@adcf.asso.fr & o.crepin@adcf.asso.fr

Développement durable et territoire Face aux problèmes globaux qui affectent la planète et ses habitants (dérèglements climatiques, épuisement de la biodiversité, niveau élevé des inégalités Nord/Sud...), le développement durable est généralement présenté comme une réponse globale. Une telle caractérisation n'empêche nullement que ce nouveau modèle de développement soit aussi appréhendé sous l'angle de ses possibles déclinaisons territoriales. De fait, depuis le début des années 90, la fécondité de cette nouvelle référence a été expérimentée (ou simplement envisagée) à quantité de types de territoires et à des domaines, dont la dimension territoriale est avérée. Les contributions (discursives ou en termes d'actions) se sont ainsi multipliées depuis une quinzaine d'années sur – pêle-mêle – : la ville durable, l'agriculture durable, le tourisme durable, la gestion durable des zones côtières, la mobilité durable, et bien d'autres encore.

Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l'eau et de l'air La notion de développement durable semble bénéficier depuis quelques années d'un contexte favorable à sa mise en œuvre au niveau local : diffusion de la notion et usage récurrent dans de nombreux discours politiques ; intégration parmi les objectifs prioritaires des politiques territoriales lois et réglementations, et surtout programmes incitatifs, mis en œuvre aux niveaux communautaire et étatique. Les autorités locales se mobilisent-elles de manière stratégique, avec la volonté de mettre en œuvre de nouvelles politiques, ou ont-elles seulement fait évoluer leur discours pour être dans l’air du temps ou pour capter de nouvelles opportunités de financement ? Support Livre broché Nb de pages 272 p. Référence SLU090941-54 Date de publication du format 09 février 2006 Nombre de pages de contenu principal 272 Format 16 x 24 cm Poids 519 gr

Related: