background preloader

13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE)

13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE)
Tout comme les dispositifs de veille, la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE) ne s’improvise pas, et nécessite un certain nombre de prérequis pour augmenter les chances de sa réussite et sa viabilité dans le temps pour l’ensemble de l’organisation. Plusieurs freins sont en effet à l’origine de blocages dans l’adoption des RSE malgré les efforts fournis, et ils trouvent majoritairement leur origine dans le rapport de l’entreprise à la notion de collaboration. A ce titre, voici une liste non exhaustive des freins et obstacles fréquemment rencontrés lors de la mise en place d’un RSE. Il est à noter que ces freins ne sont pas complètement indépendants, et majoritairement, c’est un ensemble d’obstacles qui justifient l’échec du projet, et non pas un seul et unique paramètre. La connaissance c’est le pouvoir : certains trouvent et justifient leur légitimité par l’accès à certains types d’informations qu’ils n’ont pas envie de partager, par crainte de perte de pouvoir interne.

http://www.demainlaveille.fr/2013/05/13/13-freins-et-obstacles-a-ladoption-des-reseaux-sociaux-dentreprise-rse/

Related:  RSE : freinsRSERSEDIGITALStratégie de communication sur Internet

Matrice RSE RSI Dans un projet de réseau social il est à la fois crucial de fixer des objectifs précis et d’identifier des besoins par cibles. Tout aussi important est d’avoir une vision équilibrée des avantages et des risques quant à l’utilisation prévue de celui-ci. C’est l’objet de la matrice ci-dessous, que vous pourrez adapter et compléter suivant le contexte et les caractéristiques de votre entreprise. Bénéfices du RSE Méthodologie Réseaux sociaux d'entreprise : "RSE 2.0 et mentalité 1.0"Marketing Je me suis rendu le 30 janvier 2014 à la soirée Lecko dédiée à leur dernier rapport sur l’état des réseaux sociaux d’entreprise et c’est peu dire que j’avais marqué cet événement d’une pierre blanche car j’ai même traversé Paris sur mes béquilles pour ne rien rater des derniers résultats de l’étude. Il est vrai que l’événement de l’an dernier avait été tellement réussi que je ne voulais rater celui-ci sous aucun prétexte (voir également notre article dans la communication digitale expliquée à mon boss, Kawa nov 2013). Les conclusions de cette année ont été présentées comme à l’habitude par Arnaud Rayrole, patron et fondateur de Lecko (photo ci-dessous) et Guillaume Guérin (responsable du benchmark éditeurs). Cette présentation a été suivie d’autres, dont beaucoup d’éditeurs (ils ont participé à l’étude).

Réseaux sociaux d’entreprise : le management est-il prêt ? Un rêve qui devient réalité ? À l’heure du numérique, les outils d’échange et de partage des connaissances dans l’entreprise sont en plein développement. Mais pour leur utilisation devienne maximale, il faudrait que le management fasse, lui aussi, sa révolution. Chats, forums, réseaux sociaux d’entreprise, blogs, réseaux d’échanges réciproques de savoirs (RERS)… Les outils du Web 2.0 semblent ouvrir un champ quasi infini aux échanges entre salariés. Certaines entreprises vont très loin, telles Assystem, groupe d’ingénierie et de conseil qui a opté, dès 2011, pour un réseau social interne, baptisé Assystem Connected, qui réunit 175 communautés. La plupart sont orientés “métiers” et permettent échanger autour de problématiques communes.

0516 Comment convaincre vos collaborateurs réfractaires de communiquer sur les réseaux sociaux ? Dans les différentes entreprises où j’interviens, j’observe une problématique omniprésente dans toutes les entreprises composées de plusieurs dizaines, centaines ou milliers de collaborateurs : les employés n’ayant pas de rapport direct avec le marketing ou la communication sont très souvent peu enclins à prendre la parole sur les réseaux sociaux pour représenter leur entreprise. Plusieurs raisons expliquent cela : la peur de mal communiquerle manque de tempsla peur des réseaux sociaux en général (liée aux problématiques de confidentialité)le manque d’intérêt ou la conviction de l’inutilité Alors, il est très difficile pour les responsables & directions « Communication » de profiter de ces fabuleux relais de communication, complémentaires aux efforts social-média déjà engagés par l’entreprise sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, etc… 1) Le service « Communication » doit être à l’initiative

Présence des entreprises sur les réseaux sociaux en 2014 Beaucoup d’entreprises comprennent bien aujourd’hui les avantages des réseaux sociaux pour leur business et 90% d’entre elles pensent qu’ils sont efficaces dans leur stratégie de communication sur internet selon Les conclusion du baromètre Entreprise & Médias sociaux 2014. Oui mais, on est encore loin du 100% d’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises… Les freins d’une présence professionnelle sur les réseaux sociaux Beaucoup d’entre elles n’ont pas (encore) sauté le pas et pris la décision d’avoir une présence sur les réseaux sociaux. Les freins exprimés régulièrement par les dirigeants sont :

Buzz négatif sur le réseau social d'entreprise : comment l'éviter ? En l'absence de responsabilisation des collaborateurs, le RSE pourrait vite se transformer en défouloir et perdre tout ou partie de son intérêt. Mieux vaut se montrer réactif pour éviter que la situation dégénère. Propos injurieux, insultes, dénigrement... Les réseaux sociaux grand public de type Facebook et Twitter sont, depuis leur création, le théâtre de nombreux dérapages. Et ce n'est pas la multiplication, ces derniers mois, des enquêtes judiciaires et des condamnations qui tendra à montrer le contraire.

Emploi : Réseaux sociaux : les entreprises s'y mettent aussi Danone, LVMH, BNP Paribas, Orange ou Alcatel se sont lancés. Mais en général ces plates-formes restent encore avant tout des outils de recrutement. La question n'est plus pourquoi, mais comment? 00516 Pourquoi les collaborateurs rechignent-ils à utiliser les réseaux sociaux d'entreprise ? L'éditeur de solutions de "digital analytics" Webtrends dévoilait récemment un livre blanc sur l'adoption des intranets type SharePoint, soulevant l'épineuse question de l'usage - et donc de l'intérêt - des outils collaboratifs en entreprise. Il tente d'expliquer la résistance souvent constatée lors de la mise en place de ces systèmes internes et lance quelques pistes pour y remédier. Webtrends le rappelle d'emblée : le succès d'une plate-forme technologique en entreprise dépend de l'utilisation qui en est faite par le personnel. Naïvement, on pourrait croire de prime abord que les freins liés à l'adoption d'une plateforme collaborative interne sont technologiques.

7 questions fréquentes au sujet des médias sociaux Les nouvelles technologies sont souvent synonymes de nouveaux comportements, où l’on doit s’adapter à de nouvelles façons de faire, un nouveau langage, quand ce n’est un jargon que seuls les habitués peuvent comprendre. Les médias sociaux, les plateformes collaboratives, et l’adoption massive d’appareils mobiles intelligents viennent ainsi chambarder nos paradigmes de communication traditionnelle. J’y faisais référence d’ailleurs dans mon plus récent billet, Faut-il absolument être présent sur les médias sociaux? Il est donc normal que devant cette nouvelle réalité, plusieurs questions se posent. Et comme on peut s’y attendre, une majorité de gens se posent les mêmes questions.

Comment lever le sentiment de flicage perçu par certains salariés dans l’utilisation d’un RSE ? par @ClaudeSuper #e20 La question est d’importance et ne peut pas être écartée d’un clic ou d’une posture ! L’évaluation de fait par l’observation de l’activité, de l’attitude et des propos des employés n’est pas nouvelle, mais la généralisation des espaces communautaires numériques dans les entreprises ravivent les craintes de beaucoup de salariés. A juste titre, puisque la valorisation de la relation humaine et des collaborateurs au travers de leur(s) rôle(s) pose inévitablement la question des risques et de enjeux pour ces derniers et que, souvent, les règles ne sont pas claires. Zone de perturbations. Les changements qu’induisent les plates-formes collaboratives et sociales peuvent donc être perturbants. L’adoption par les employés de ces outils passe par un nécessaire sentiment de confiance et la compréhension des objectifs de ces nouvelles pratiques.

Le social en entreprise : un peu, beaucoup, passionnément, ….., pas du tout ! Les initiatives progressent et je me réjouis de suivre les retours d’expérience qui seront présentés à l’occasion de l’E20 European Summit à Paris. Aujourd’hui, parmi tous ceux qui s’intéressent aux conditions et aux outils de la mise en oeuvre d’une stratégie de social business dans l’entreprise, on constate qu’au delà de motivations différentes, ils ne partagent pas, loin s’en faut, le même enthousiasme ! Il y a tout d’abord les "passionnés": Ce sont les plus actifs, à défaut d’être les plus nombreux ! On y trouve en premier les bloggers, consultants, communicants, stratèges, bref tous ceux qui ont la collaboration dans leur ADN et qui animent avec plaisir et passion les débats en et hors ligne sur le sujet de l’entreprise de demain et du digital business.

Related: