background preloader

Ils achètent local pour sauver la planète Juliette Labaronne

Ils achètent local pour sauver la planète Juliette Labaronne
Ces gourmets de proximité ont un nom : les locavores. Aux Etats-Unis, où ils ont été baptisés ainsi en 2005, ils sont nombreux. Leur devise : « Think global, act local » (Penser global, agir local). Au-delà de leur désir d’être solidaires des paysans et de l’industrie locale, ils entendent rétablir le goût, la qualité. Retrouver du sens. En France, cette idée d’un militantisme économique et pacifique commence à germer. « La consommation n’est pas un acte neutre. Trois ans plus tard, des dizaines de milliers d’internautes consultent chaque mois son blog. « Il y a une sensibilité grandissante de nos clients sur les produits français, voire régionaux », confirme Thierry Desouches, porte-parole du distributeur Système U qui a lancé la campagne publicitaire « Made in nos régions » pour mettre en valeur ses accords avec les producteurs locaux. Autre nouveauté 2011, en marge du basique panier de la ménagère, la branche mode parie sur le savoir-faire national. Tendance réac ? Related:  Economie Sociale et solidaire

- Fédération Nationale des CIGALES - Agenda : «2014 | avril» Trier par région : Bientôt : Issu de l’Économie Sociale et Solidaire, dans les années 80, le mouvement des CIGALES s’est construit sur le constat qu’il est possible à de simples citoyens d’accompagner celles et ceux qui se lancent dans la grande aventure de la création ou du développement d’une entreprise. Cet accompagnement prend la forme d’un apport financier au capital, mais aussi d’un soutien humain et de conseils adaptés. Aujourd’hui, les clubs CIGALES ont toute leur raison d’être dans des territoires bien souvent marqués par la crise : le lien entre l’entrepreneur et les membres d’un club accroît la viabilité de chaque projet accompagné.

ACCUEIL Les placements et la finance autrement ! - Agir pour le développement durable au travers de l'Investissement Socialement Responsable, des placements environnementaux...Voilà une façon de mettre un peu d'éthique dans la finance et les assurances !!!! JLB P Ensemble Gard - LES AMIS DE LA FABRIQUE DU SUD : L'EXEMPLE À DÉMULTIPLIER l’Association des amis de la Fabrique du Sud qui s’est constituée dans la cadre de la lutte des Pilpa pour le maintien de leur unité de production de crèmes glacées menacée de fermeture, a tenu sa seconde AG L’Association des amis de la Fabrique du Sud tenait sa deuxième Assemblée générale annuelle à Carcassonne ce samedi 23 janvier 2016. L’occasion pour cette association de faire le point sur sa raison d’être et les objectifs qu’elle se fixe pour les années à venir, dans un contexte où la Fabrique du Sud, la Scop des ex-Pilpa, a réussi à prouver sa viabilité. Au-delà de l’assemblée générale proprement dite, cette journée a été riche en rencontres avec d’autres Scop des environs et la Compagnie Le pas de l’oiseau qui a joué le conte théâtral La coopérative, le tout clôturé par un spectacle des Grandes bouches, groupe musical toulousain. Rencontre inter-Scop Pour ouvrir le débat, il a été demandé à chacun-e d’inscrire sur un petit feuillet jaune la question qu’il aimerait débattre.

Comptes publics et situation financière des communes de France Mieux qu'un centre commercial : une épicerie coopérative, culturelle et solidaire dynamise une commune C’est une épicerie, bar, café concert. Un lieu multi-services que font vivre les habitants d’une commune du Morbihan : vente de produits bio, production de bière locale, livraisons pour les personnes âgées, lieu de débat... Une coopérative au service des habitants, dont tous peuvent devenir copropriétaires. Petite visite guidée à Augan, où se réinvente le vivre-ensemble. Trouver une alternative au capitalisme marchand tout en créant de l’emploi et en répondant aux besoins locaux ? « On avait envie avant tout de créer un lieu où les gens du village se rencontrent », explique Mathieu Bostyn, co-gérant de la coopérative. Devenir copropriétaire de l’entreprise Les gérants veulent soutenir la production paysanne locale et promouvoir une autre manière de consommer. Quand la coopérative voit le jour, les premiers associés créent en parallèle une Société civile immobilière pour l’acquisition d’un bien immobilier destiné à accueillir les différentes activités. Alimenter le champ des possibles

Créons nos supermarchés... coopératifs ! Dans la lignée de la vénérable Food Coop de Brooklyn (un film lui étant consacré est en salles en France) et à quelques jours de l’ouverture de La Louve à Paris, les supermarchés coopératifs se développent en France ! Ces magasins d'un nouveau genre remettent en cause le modèle de consommation actuel et proposent une alternative plus humaine et écologique qui favorise l’économie locale. La preuve : les membres sont aussi coopérateurs du magasin, donnent de leur temps pour assurer son bon fonctionnement ; les prix sont fixés de manière à ce que la rémunération des producteurs soit la plus juste possible tout en restant accessible ; les marges sont réinvesties dans le supermarché ; et les produits proposés sont le plus souvent issus de l’agriculture biologique et de circuits courts. Voici quatre projets, à Toulouse, Nantes, Bordeaux et Montpellier, auxquels vous pouvez participer sur la Fabrique des colibris. La Chouette Coop Soutenez la Chouette Coop ! Scopéli Découvrez Scopéli ! Supercoop

LA CAGETTE | La Fabrique des colibris Manger mieux, moins cher, tout en rémunérant les producteurs à la juste mesure de leur travail, c’est le pari du supermarché coopératif "la Cagette". Sur le papier, cela paraît utopiste, et pourtant... des leviers existent ! Le coeur de la solution réside dans le fait que nous sommes tous.tes à la fois client.e.s, propriétaires et travailleur.euse.s du supermarché coopératif. Tout le monde participe : chaque membre/coopérateur.trice donne 3h de son temps par mois ce qui permet d’assurer 75% des tâches du supermarché. - Juillet 2015 : 5 aventurier.e.s se retrouvent autour d’un verre et fondent l’association "Les Amis de la Cagette". - Octobre 2015 : Première réunion d’information et lancement du groupement d’achat. - Novembre 2015 : Nous sommes lauréat.e.s de la YESS Académie avec à la clé un accompagnement pour le montage d’une…campagne de financement participatif ! Depuis, plus rien n’arrête la dynamique locale grâce à une année 2016 pleine de rebondissements.

Accorderie | Echanger et Coopérer Découvrez comment votre député a utilisé sa réserve parlementaire en 2016 Elle permet d'aider des associations, des oeuvres charitatives, des petites communes... Pour la quatrième année consécutive, l'Assemblée nationale a publié sur son site internet, lundi 27 février, le détail de l'utilisation par ses 577 députés de la fameuse réserve parlementaire. Un fonds de quelque 80 millions d'euros, que se répartissent les élus du Palais Bourbon, avant de les redistribuer dans leurs circonscriptions. >> Découvrez grâce au moteur de recherche sur le site de l'Assemblée comment les députés de votre département ont utilisé leur réserve Longtemps perçue comme une "caisse noire", la réserve parlementaire est régulièrement critiquée comme une pratique "clientéliste". Dans un souci de transparence, la publication détaillée de son utilisation, député par député, a été rendue obligatoire en 2013. Chaque député bénéficie en moyenne de 130 000 euros.

Les circuits courts alimentaires créent de nombreux emplois Cet article a été initialement publié par Reporterre La vente de produits agricoles en circuit court crée bien des emplois, conclut une étude menée dans la métropole rennaise. Ce mode de commercialisation possède aussi la vertu de rendre au producteur son autonomie et de répondre au souhait de transparence des consommateurs. Vente de pain produit localement au marché des Lices, à Rennes. Rennes (Ille-et-Vilaine), correspondance Déambuler entre les étals pour faire son marché de fruits, légumes, fromage, poisson et viande est souvent une activité du week-end ; mais vous l’avez peut-être remarqué, il est de plus en plus aisé de trouver un marché en semaine, ouvert en fin d’après-midi. Il en est de même avec l’explosion des Amap et des livraisons de paniers. Dans la métropole rennaise, le nombre de marchés (ici celui des Lices) a doublé, et engendrant soixante équivalents temps plein. La dynamique des circuits courts ne semble pas près de s’enrayer Sur le marché des Lices, à Rennes. Enregistrer

Et la culture, bordel ! Le Labo ouvre (enfin !) un chantier "Culture et ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ? Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement" : une Economie sociale sans rivage pour une culture sans rivage. Nos motivations sont fortes. Et d’abord celle qu’exprime un sourire grinçant de Francis Blanche : "je suis un non violent, quand j’entends parler de revolver, je sors ma culture !". À la montée des extrêmes, aux risques de radicalisation, répondons par la culture qui invite à la compréhension de l’autre, à une rencontre tolérante avec d’autres imaginaires. Ce dont nous manquons le plus aujourd’hui ce n’est ni de technologie ni de produits/marchés mais de sens, de valeurs, d’esprit : donc de culture. En ouvrant ce chantier faisons deux constats. Un second constat porte sur ce que les modèles économiques, juridiques, organisationnels des activités culturelles sont à la peine.

Related: