background preloader

“Les réseaux sociaux étaient ma drogue dure” Cyrille de Lasteyrie

“Les réseaux sociaux étaient ma drogue dure” Cyrille de Lasteyrie
Entendons-nous bien, je ne parle pas de l’Internet pratique, celui qui permet de s’informer, de se cultiver rapidement, de réserver un billet de train, d’agir à distance sur ses comptes ou d’acheter ses cadeaux de Noël. Cet Internet-là est aussi salutaire et révolutionnaire que l’invention de l’imprimerie ou de l’eau courante. Non, je parle de l’Internet social, ce monstre difforme et suceur de temps. Ce terrain vague de l’ennui. J’ai 42 ans. Je suis marié. Mais non, malgré ce tableau, je pense passer plus de six heures par jour sur le Net. Depuis l’avènement des outils de publication facile (blogs, Facebook, etc), les adeptes des médias sociaux partagent tout. Moi, moi, moi Pendant ce temps-là, ma fille réalise un coloriage ; je crois qu’elle m’a parlé. En réalité, cela ne l’est pas tant que ça. Ma pensée fragmentée Le temps du Net passe aussi vite qu’une partie d’« Angry Birds ». Cet article en est la preuve. Avant les médias sociaux, le chômeur voyait la journée défiler lentement.

http://www.cles.com/enquetes/article/les-reseaux-sociaux-etaient-ma-drogue-dure

Related:  Les différents types de cyberdépendanceArticles sur la dépendance numériqueLes comportements addictifs liés à l'usage numériqueSources informelles : sites collaboratifs, blogs et forums...mahdileila_groupeb_psy

Dossier - L'addiction aux jeux vidéo - Passion, pratique excessive et addiction - page 2 sur JeuxVideo Lorsque l'on évoque la possibilité d'une addiction aux jeux vidéo, de nombreux passionnés se sentent immédiatement visés et réagissent parfois vivement. Il faut dire que les préjugés, relayés par une partie des médias, selon lesquels les fans de jeux vidéo seraient tous des "no-life" sont encore très ancrés dans les mentalités. Or, quand on se réfère à la description de l'addiction donnée dans le précédent chapitre, il apparaît clairement que si une passion, quelle qu'elle soit, présente quelques similitudes avec l'addiction, elle s'en distingue clairement au niveau du contrôle qu'en a l'individu et pas forcément au niveau du temps qui lui est consacré. En effet, tant qu'une personne est libre de s'adonner quand elle le souhaite à son activité favorite (même durant de nombreuses heures) et qu'elle peut s'en passer sans conséquences néfastes pour son équilibre psychologique, on parlera de passion.

Détox numérique: halte à l'intox!  On parle beaucoup de "détox numérique" aujourd'hui. Il s'agit le plus souvent de passer une semaine à quinze jours dans un endroit retiré, sans Internet ni téléphone mobile. Il est bien évident que chacun peut tirer bénéficie de périodes pendant lesquelles il est invité à se recentrer sur lui-même, la nature et des relations de proximité, loin de l'agitation du monde. Le problème est qu'ici, il ne s'agit plus seulement de retrouver le goût d'une rencontre avec soi-même et les autres, mais de réaliser un "sevrage", sur le modèle de la cure de désintoxication alcoolique dont on sait largement qu'elle n'a jamais marché. Mais avant de parler de désintoxication, il est nécessaire de distinguer deux types d'utilisations des technologies numériques qu'on peut qualifier d'excessifs. Ni l'une ni l'autre ne sont d'ailleurs pathologiques, car elles peuvent être ponctuelles et correspondre à un moment dans le rapport qu'un individu entretient avec.

Psychologies.com © Jupiter Radio en fond sonore, concerto de bips sur le téléphone annonçant chaque nouvelle dépêche… Pour certains d’entre nous, l’information se consomme en perfusion. Peur de rater quelque chose d’important ? Besoin de maîtriser son environnement ? D’où vient cette insatiabilité ? Qu’est-ce que l’addiction aux achats sur Internet ? On peut devenir totalement dépendant aux sites e-commerçants tels que eBay(1) ou Leboncoin(2), pour rechercher des promotion en rapport avec les prix en magasin. Ces addicts de l’achat, en majorité des femmes sont souvent très jeunes (moins de 25 ans). La première explication d’achat sur Internet pour les jeunes est le prix, qui est beaucoup plus faible sur la toile.

L’addiction aux réseaux sociaux : c’est grave docteur ? Le phénomène a commencé avec la génération Y et les digital natives et gagne lentement toutes les couches de la société, que ce soit du nourrisson qui buguent déjà sur le smartphone de maman ou de l’octogénaire qui essaye tant bien que mal de se débrouiller avec le clavier tactile de son Ipad pour terminer sa partie de backgammon… Les réseaux sociaux sont partout, et oui il faut bien l’admettre, de plus en plus de personnes sont addicts. D’après une étude TGI Clickstream, 5,7 millions de Français seraient accros aux réseaux sociaux, un chiffre qui ne va cesser d’augmenter d’ici les prochaines années.

Dépendance au jeu vidéo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance au jeu vidéo désigne un trouble psychologique caractérisant un besoin irrésistible et obsessionnel de jouer à un jeu vidéo. L'addiction aux jeux vidéo entraînerait chez le joueur des comportements au caractère répétitif et compulsif, comme chez les joueurs pathologiques ou les consommateurs de substances psychoactives.

Ce qu'Internet dit de notre psyché Les rapports entre Internet et notre psychée sont la plupart du temps envisagés sous l’angle de la pathologisation. En gros, Internet altérerait notre santé mentale. Des études très sérieuses nous disent par exemple que les réseaux sociaux nous rendent dépressifs (les gens ayant tendance à publiciser plus volontiers les événements heureux de leur vie, nous passerions notre temps à comparer notre vie à cette masses d’événements heureux provenant de partout et, forcément, à la trouver pourrie). Le problème, c’est qu’on trouve des études tout aussi sérieuses qui disent exactement l’inverse. J’ai été frappé par une autre étude publiée il y a un an et demi aux Etats-Unis. Un nouveau syndrome: le Fomo, ou Fear Of Missing Out Eprouvez-vous la crainte d’être passé à côté de quelque chose d’important? Les réseaux sociaux seraient à l’origine de ce syndrome Fomo. Et si vous étiez concerné? Elle est longue, la liste des options à prendre au fil d’une journée. «Ai-je fait le bon choix en me rendant à cette soirée, en achetant ce gadget, en optant pour des vacances organisées, en vivant en banlieue, en ne changeant pas de partenaire?»

Cet article est pertinent et démontre bien par le biais d'un témoignage l'addiction pour internet et les réseaux sociaux. by hylaire_groupeb_psy Feb 26

Related:  Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique