background preloader

Cartographie : la révolution numérique

Cartographie : la révolution numérique
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | David Larousserie L'époque change. Disparues les prises de bec dans un couple autour d'une carte routière. Pendant ce temps-là, une initiative bénévole, OpenStreetMap, enregistrait début 2013 son millionième contributeur participant à la réalisation d'une carte mondiale librement accessible et utilisable. La cartographie d'aujourd'hui n'est plus celle d'hier. C'est Google, avec Google Maps, qui a montré au public la puissance de ces outils, développés à l'origine par des professionnels pour des professionnels. Trois modèles, détaillés ici, contribuent à ces transformations : le système public, le commercial et le collaboratif. La précision Honneur au fleuron national de la cartographie, l'IGN. A partir de cette base de données, les cartes à différentes échelles sont construites. Depuis 2011, l'IGN s'est aussi lancé dans un énorme chantier : redessiner la France au 25 000e. Des concurrents ont suivi le même modèle. Related:  Data geoCartoparticipativeroseb

Alpage : base publique Alpage : base publique Vue générale Thèmes Raster Localisation Alpage Références | Blog DynMAP distribué par 2D3D.GIS Zoom par sélection Vue initiale Mesure de longueur sur la carte Mesure de surface sur la carte Ajouter une annotation Information Sélectionner un élément Déselectionner Infos des éléments sélectionnés Exporter sous format tableur Excel Exporter la carte en image Imprimer au format PDF Export SIG Outils avancés Loading... Cartographie participative et gouvernance des (...) Ce manuel fournit tous les éléments pour pouvoir construire une carte en relief (une maquette en 3 dimensions) d’un territoire rural. Il s’appuit sur une expérience pratique, un exercice mené à bien dans les territoires indigènes de Mozonte et de Telpaneca, au Nicaragua, avec les populations indigènes de ces deux localités, l’ Union Nationale des Agriculteurs et des Eleveurs (UNAG) du département de Nueva Segovia, et l’ONG françaises Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF). Les deux auteurs, (...) >>> Lire l´article en entier... Les conflits autour du foncier et de la gestion des ressources naturelles ont une longue histoire au Nicaragua, un pays qui se caractérise par un très faible niveau de productivité par unité de surface, dû aux modes extensifs et prédateurs d’utilisation de l’eau et du sol par les grands propriétaires. >>> Lire l´article en entier...

Des objets connectés aux objets collecteurs Si une marque pouvait interroger ses objets vendus, leurs réponses constitueraient une mine d’or. Imaginez que les annonceurs puissent savoir quand, par qui, où et combien de fois par jour leurs produits sont utilisés ! Ce fantasme de publicitaire est déjà en train de devenir réalité grâce à l’avènement programmé des objets collecteurs de données. La semaine passée, INfluencia évoquait le Touch Tower 1.0 de PepsiCo, pensé et conçu comme pour être la réponse futuriste à la nouvelle fontaine à soda de son éternel rival Coca-Cola. Baptisé Freetsyle, ce distributeur de boissons et collecteur de données installé sur tout le territoire nord-américain depuis 2012, symbolise la marche en avant des marques vers l’objet espion. L’ambition avouée en dit long sur l’importance capitale que prend la fameuse « data » dans la course à l’innovation. Datas contre discount, le nouveau duo "win-win" ? Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA Rubrique réalisée en partenariat avec Uniteam

A Map Of Your City’s Invisible Neighborhoods, According To Foursquare Every city is filled with different neighborhoods, but often, you won’t find these places on any map. They’re word-of-mouth zoning distinctions known only to locals. The boundaries are vague and arbitrary, based as much upon the way people eat and dress as real estate prices and income per capita. Yet if these areas are distinctive to city culture, is there a way that we could measure them and analyze them--map them--scientifically? A team of students (Justin Cranshaw, Raz Schwartz) and professors (Jason I. As more and more people and places are analyzed, Livehoods clusters this data into what becomes a collection distinctive neighborhoods--places filled with people who enjoy going to the same restaurants, coffee shops, and music venues. With this scientific methodology in mind, the Livehoods team cross-checked their own findings of Pittsburgh with 27 resident interviews. All of this said, Livehoods aren’t a perfect snapshot of humanity just yet. [Hat tip: Creative Applications]

Parcell'air Le 22 Février dernier, au sein de la DGFiP, un groupe de travail « Cadastre » a réuni Directeurs de cette Administration et représentants syndicaux. A l’ordre du jour notamment, le dossier toujours brulant de la convergence entre PCI et BD-parcellaire, car « Il y a eu dans le passé beaucoup de querelles d’experts, et des compromis seront peut-être nécessaires de part et d’autre… « . Une fiche interne à la DGFiP, expose les nouvelles orientations et l’esprit qui anime désormais nos deux vénérables institutions, enlisées dans un conflit, qui même si le temps est élastique, s’est apparentée à une guerre médiévale. En ce début 2011, pour le représentant de l’Administration, l’heure était à la réconciliation, après « la fin de la guerre de cent ans » annoncée par la DGFiP. Morceaux choisis (1) : Il ne faut pas se méprendre sur la portée de cette fiche : elle est la synthèse d’un bilan partagé avec l’IGN, et pas uniquement le fruit de la réflexion interne à la DGFIP. Chiche !

Fabriquer la « ville intelligente » à partir des « intelligences de la ville » Elle est le reflet d’une ambition partagée qui consiste à produire une ville plus durable, offrant de meilleurs services à ses habitants, avec un maximum d’efficience pour limiter les coûts. Pour cela, le récent rapport de l’Institut de l’Entreprise (Smart Cities. Efficace, Innovante, Participative : Comment rendre la ville plus intelligente) nous explique que « la métropole intelligente développe le numérique dans les services urbains pour rendre la ville plus efficace, expérimente de nouvelles collaborations public-privé pour accroître les retombées économiques et fait participer les habitants à la fabrication de la ville ». Le citadin-objet qui veut reprendre la main Le citadin-objet fait son check-in sur Foursquare. Intéressons-nous d’abord au premier type de projet. Est-ce que je pourrais me rendre anonyme ? Le citadin-consommateur qui veut exprimer des critiques Le citadin-consommateur consulte Google Maps pour trouver le meilleur itinéraire et se rendre chez un ami.

Les chiffres des réseaux sociaux en 2013 en vidéo On voit régulièrement sortir des vidéos récapitulant tout un tas de chiffres Internet et les réseaux sociaux.On vous présentait ainsi un récapitulatif des chiffres 2012 il y a quelques semaines. Alors qu’elles sont souvent en anglais, des éditions françaises commencent à voir le jour. C’est le cas ici avec cette vidéo réalisée par 2Factory.com sous forme d’infographie. Elle regroupe de nombreux chiffres qui concernent la France et le monde entier. Des 2,3 milliard d’internautes (dont 41,2 millions en France) au milliard d’utilisateurs de Youtube en passant par les 5 millions de photos postées quotidiennement sur Instagram, vous pourrez y découvrir de nombreuses informations. L’infographie vidéo est très réussie graphiquement, c’est un plaisir de la regarder.

Magali Nonjon et Romain Liagre : Une cartographie participative est-elle possible ? Ressorts et usages de la « cartographie » dans les projets d’aménagement urbain. Magali Nonjon et Romain Liagre Depuis quelques années, de nombreux acteurs issus d’horizons divers (géographes, architectes, urbanistes, etc.) se sont attachés à développer et à promouvoir, dans des guides méthodologiques ou des essais, l’importance de la maîtrise des techniques de cartographie comme support essentiel de mobilisations collectives et de participation des habitants dans les projets de réaménagement urbain. À tel point que certains de ces acteurs se sont aujourd’hui professionnalisés sur cet enjeu et proposent tout un panel de prestations et de formations autour des usages de la cartographie (Nonjon, 2006). L’objet de cet article vise à interroger les ressorts et les usages d’une telle cartographie. Des luttes urbaines aux ateliers de travaux urbains : les usages militants de la cartographie participative. La « carte-affiche » de l’Atelier Populaire d’Urbanisme de l’Alma-Gare. Résumé

Uncharted Territory: The Power of Amateur Cartographers - Wired Science In May 2013, Google’s vice president took to stage and announced that Google was aiming to build “a perfect map of the world.” An honorable notion with almost utopian connotations — and why shouldn’t it? After all, Google has been at the forefront of leading the biggest change to mapping since the 15th century, when maps went from manuscript to print. Now they’re online and taking advantage of satellite imagery, maps are more detailed, accurate and multi-dimensional than they’ve ever been, but could such a thing as the perfect map ever exist? [partner id="wireduk"]History tells us no, and that we should be wary of anyone — any state, any organization or any company — that declares a wish to create one, says Jerry Brotton, Professor of Renaissance Studies at Queen Mary University London and author of A History of the World in Twelve Maps. Acknowledging a map’s agenda A 1946 Ordnance Survey map. Google’s rise to power The ethics of data ownership and sharing The need for more than one map

Objets | Paysages en partage 6 juin 2014 - QG Panorama (Lormont) - Communication de Matthieu Noucher, chargé de recherche au CNRS à l’UMR Adess (CNRS, Université Bordeaux Montaigne), "Les cartographies participatives, espoirs et illusions" - Groupes de travail en tables-rondes autour de trois expériences de cartographies participatives : « Carticipe », plateforme de concertation cartographique en ligne ; « Voyons voir », cartographie sensible du quartier de Chateaucreux à St Etienne, collectif Etc ; « Géographie subjectives », cartes subjectives et collaboratives, Catherine Jourdan - Communication de Victor Miramand et Marie Baret, paysagistes DPLG en Auvergne, « La place des objets dans la pratique paysagiste. Retours d’expérience » Afin de « maîtriser » cet objet complexe qu’est l’environnement et les controverses qu’il suscite et dans la perspective de le mettre à portée de projet et de démocratie sans le simplifier, des outils et objets médiateurs doivent être construits. S’agit-il encore de cartes ? Margaux Vigne

Intermarché teste les lunettes à réalité augmentée en magasin Quand Digitas allie sa technologie en développement à une enseigne comme Intermarché, les opportunités peuvent se montrer plus qu’intéressantes… La preuve avec l’essai de nouvelles lunettes à réalité augmentée directement dans les supermarchés de l’enseigne ! Les courses du futures sont déjà à portée de main… La technologie de ces « Connected Glasses », inspirée bien évidemment du concept des Google Glass, repose sur trois fonctionnalités majeures : géolocalisation, scanner et paiement sans contact. Ainsi, en arrivant en magasin, vous vous emparerez d’une paire de lunettes Digitas, vous connecterez votre Smartphone avec l’application liée avant de finalement faire vos courses 2.0 ! Mais concrètement, qu’est-ce cette technologie apporte à l’utilisateur et à l’enseigne ? Dernière étape : le paiement. Mais les véritables avantages sont surtout côté Marketing pour le magasin ! Pour mieux comprendre le fonctionnement en images, je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous :

Related: