background preloader

John Nash, la théorie des jeux et la question du bon choix : article du Monde, mai 2013

John Nash, la théorie des jeux et la question du bon choix : article du Monde, mai 2013
Le mathématicien et prix Nobel John Forbes Nash est mort à l'âge de 86 ans. L'occasion de revenir sur sa spécialité, la théorie des jeux. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Philippe Pajot Le mathématicien américain John Forbes Nash est mort à l'âge de 86 ans. Ci-dessous, un article datant de mai 2013 où il est question de sa spécialité, la théorie des jeux. « Gouverner, c'est choisir », disait Pierre Mendès France. Commençons par quelques questions pour montrer que notre intuition des probabilités est facilement faussée, induisant de mauvais choix. Autre exemple troublant. Dans cette dernière étape, celle de l'ouverture de la porte, le meneur de jeu vous demande si vous préférez conserver votre choix initial et ouvrir cette porte, ou bien si, au contraire, vous préférez changer de choix et ouvrir l'autre porte. La bonne connaissance des caractéristiques d'un jeu peut ainsi aider à gagner. Cet intérêt des économistes pour la théorie des jeux s'est accéléré dernièrement.

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/05/06/la-theorie-des-jeux-et-la-question-du-bon-choix_3171901_1650684.html

Related:  TIPE 2016-2017 Optimalité : choix, contraintes, hasardTIPE 2016-2017 Optimalité : choix, contraintes, hasardECO 1.4 histoire pensée économiqueTIPE 2016-2017 Optimalité : choix, contraintes, hasard - Copie

La programmation par contraintes expliquée à ma garagiste ou à mon fleuriste : Charlotte Truchet, 2015 Parmi les grandes familles d'approches et de langages informatiques, on entend parfois parler de « programmation par contraintes ». Un chercheur du domaine vous expliquerait peut-être que « c'est un paradigme de programmation déclarative permettant de traiter des problèmes fortement combinatoires ». Euh... Heureusement, Binaire a son joker : une enseignante-chercheure Charlotte Truchet, spécialiste du domaine, qui sait expliquer ses recherches. Thierry Viéville. Photo de www.picturalium.com CC-BY

Le don a-t-il une place dans l’économie marchande ? Dans son ouvrage « L’imposture économique » paru en France en octobre 2014, l’économiste australien Steeve Keen développe une critique systématique de la pensée économique dominante. Loin de rester dans le domaine étroit des spécialistes ou des étudiants en économie, cette critique, relativement ancienne, a été renouvelée par la crise des subprimes qui, parmi ses effets collatéraux, a définitivement jeté le doute sur les fondements des théories qui composent le noyau dur de l’économie universitaire depuis la fin du XIXe. Cette critique commence à trouver un large écho comme en témoigne le succès auprès d’un vaste public de la série documentaire « Capitalisme » sur la chaîne Arte à l’automne 2014. Par ailleurs, l’économie du « libre » bouscule un des fondements de la théorie dominante, la conception utilitariste de la richesse. Depuis le XVIIIe siècle, l’économie est appréhendée comme la science de la production et de la circulation des richesses.

Le hasard fait bien les choses : exposé de Corinne Touati (vidéo 2), 2013 Le hasard fait bien les choses : 2ème partie Cet exposé porte sur la "théorie des jeux" ou, plus simplement, "comment modéliser un système mettant en jeu des acteurs en interaction?". Nous montrons tout d'abord quelques exemples introductifs à la théorie des jeux et les éventuelles conséquences néfastes de la multiplication des preneurs de décisions en terme d'efficacité globale. Dans une seconde partie, nous présentons succinctement quelques applications de ces phénomènes dans des problèmes de ressources dans les réseaux de télécommunication et montrons notamment au travers du problème d'association entre mobiles (téléphone, ordinateur...) et stations de base (antenne du fournisseur d'accès) dans les réseaux sans-fils comment l'ajout de hasard dans la prise de décision permet d'aboutir à des allocations optimales.

Las Vegas, des chiffres et des lettres Des chiffres en voilà : en 2015, 42 millions de visiteurs ont séjourné dans les quelques 150 000 chambres de la ville et ont généré un revenu en jeux de 5 milliards d’euros… Encore des chiffres ? La durée moyenne d’un séjour est de 3,2 jours et l’âge moyen du visiteur est de 45 ans. Des lettres ?

Les mathématiques de l'évolution : documentaire de Régis Ferrière DOCUMENTAIREIdentifiant de la fiche: 1289Schéma de la métadonnée: LOMv1.0, LOMFRv1.0Droits: gratuitDroits réservés à l'éditeur et aux auteurs. Description: L'évolution du vivant, triomphe de la diversité et de la complexité, —aux antipodes, semble-t-il, de l'architecture épurée d'un édifice mathématique. Pourtant, de l'origine des gènes à l'émergence des sociétés humaines, les grandes transitions de l'histoire de la vie inspirent et renouvellent la théorie mathématique des jeux. On découvre des caractéristiques mathématiques universelles au sein de populations dont les organismes au comportement aléatoire interagissent selon des règles simples. Des classes d'équations inédites surgissent de l'étude du partage des ressources par des espèces concurrentes; leurs solutions présentent des propriétés mathématiques nouvelles, qui vont jusqu'à remettre en question notre conception même de la pratique expérimentale. Cette ressource fait partie de :

Karl Marx, l'horizon du monde Par Thibault Henneton. Réalisation : Lionel Quantin. Rediffusion de l'émission du 19/05/2012. Avec la collaboration de Claire Poinsignon et d'Annelise Signoret, de la Bibliothèque centrale de Radio France. «Optimalité : choix, contraintes, hasard.» un thème où l’on retrouve la déraisonnable efficacité des mathématiques grâce à l’informatique. — Pixees Trois mots clés qui se fédèrent en une théorie. ©IHP – Maison des mathématiques. Les mathématiques se mettent au service de problèmes concrets pour produire grâce à l’informatique, les meilleures solutions. Choix. Pour faire un choix, pour prendre une décision, il faut clairement disposer d’informations et d’une représentation (ou “modèle”) de la situation qui réclame ce choix. Que la proposition de décision soit confiée à l’humain-e ou à la machine, à moins de choisir au hasard, la situation va devoir être estimée, et un critère de choix devoir être arbitré.

Le marché des parcs d'attractions ne connaît pas la crise - Challenges.fr En pleine période estivale, les parcs d'attractions attirent toujours plus de familles et de groupes d'amis. Le marché des parcs de loisirs a en effet le vent en poupe. Selon une étude Xerfi, malgré les attentats et un niveau de chômage très élevé, "les parcs de loisirs ont enregistré des hausses record du nombre de visiteurs au cours de l'été 2015". Et l'institut d'études économiques prévoit cette année une nouvelle hausse de la fréquentation : +1,5% pour les parcs d'attractions et à thèmes et +3% pour les parcs zoologiques et les aquariums (après +6% et +3,5% en 2015). "Le faible niveau de l'euro a favorisé le retour des touristes non européens et des britanniques", explique Xerfi. Sans oublier les "importants investissements réalisés par les parcs pour favoriser la revisite de leurs structures et attirer une clientèle plus large".

Création d'un Inria Innovation Lab pour réduire la consommation en carburant des avions. Partenariat Recherche - Industrie Le partenariat entre Safety Line et l’équipe de recherche COMMANDS se concrétise aujourd’hui par la création d’un Inria Innovation Lab. Baptisé OSCAR (OptimiSation of Consumption for AiRplanes), et créé pour une durée de trois ans, ce laboratoire commun vise à améliorer le développement du produit OptiClimb et à fournir aux compagnies aériennes des outils de programmation des vols, et de pilotage des performances opérationnelles. Le bénéfice industriel se traduit par l’optimisation de la consommation de carburant et la diminution des émissions de CO2. L’Inria Innovation Lab OSCAR Suite d’une collaboration déjà fructueuse

Les Communs : une nouvelle propriété 1er sujet : L'économie mondiale est-elle sous la menace d'une guerre des monnaies ? 2nd sujet : Comment résoudre les tensions entre propriété et bien commun ? Et la chronique de Marie Bellan , journaliste aux Echos, sur l'apprentissage Journée d’études du mardi 19 mai 2015 « Hommage à Bernard Maris » Université Paris 8 - Amphithéâtre D E 2 Le hasard fait bien les choses : exposé de Corinne Touati (vidéo 1), 2013 Le hasard fait bien les choses : 1ère partie Cet exposé porte sur la "théorie des jeux" ou, plus simplement, "comment modéliser un système mettant en jeu des acteurs en interaction?". Nous montrons tout d'abord quelques exemples introductifs à la théorie des jeux et les éventuelles conséquences néfastes de la multiplication des preneurs de décisions en terme d'efficacité globale. Dans une seconde partie, nous présentons succinctement quelques applications de ces phénomènes dans des problèmes de ressources dans les réseaux de télécommunication et montrons notamment au travers du problème d'association entre mobiles (téléphone, ordinateur...) et stations de base (antenne du fournisseur d'accès) dans les réseaux sans-fils comment l'ajout de hasard dans la prise de décision permet d'aboutir à des allocations optimales.

Créer de nouvelles routes peut générer davantage d’embouteillages ou le paradoxe de Braess-Brèves de Maths, 2013 La très fréquentée 42ème rue de New York. Sa fermeture à la circulation en 1990 a, contre toute attente, fluidifié la circulation. Les embouteillages constituent un véritable fléau pour nos métropoles modernes. Ils ont un coût exorbitant, que ce soit en termes environnementaux ou en temps de travail perdu. Une étude récente du cabinet britannique CEBR estime ce coût en France à 3,88 milliards d’euros. Créer de nouvelles routes ou élargir les routes existantes semble être une solution de bon sens (bien qu’onéreuse).

Comprendre les freins à l’économie du partage Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Aurélien Duthoit Les dernières émissions

Related: