background preloader

21 août 2012 - E=mc² : Biographie d'une équation

21 août 2012 - E=mc² : Biographie d'une équation
Related:  Albert EinsteinGravitation-RelativitéVidéos Albert Einstein

Albert Einstein - Wikipédia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Albert Einstein Albert Einstein en 1947. Signature Il publie sa théorie de la relativité restreinte en 1905, et une théorie de la gravitation dite relativité générale en 1915. Biographie[modifier | modifier le code] Albert Einstein enfant Albert Einstein en 1925. Albert Einstein, figure emblématique de la ville d’Ulm Jeunesse[modifier | modifier le code] Son père, Hermann Einstein, est né le à Buchau, et meurt le à Milan. Formation[modifier | modifier le code] Il commence sa scolarité au Luitpold Gymnasium de Munich et en est renvoyé à l’âge de 15 ans (son professeur de grec jugeant sa présence incompatible avec la stricte discipline y régnant à l’époque[N 1]). À 16 ans il décide d'intégrer l'École polytechnique fédérale de Zurich (à laquelle on peut accéder sans avoir un bac). Carrière[modifier | modifier le code] À la fin de l’année 1902 nait le premier des enfants d’Albert Einstein, Lieserl. Mort[modifier | modifier le code]

Censure cosmique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En astrophysique, le terme de censure cosmique (cosmic censorship en anglais) désigne une conjecture à propos de la nature des singularités dans l'espace-temps. Selon elle, il n'existe pas de processus physique donnant naissance à une singularité nue, c'est-à-dire une région de l'espace dont le champ gravitationnel prend des valeurs infinies et qu'il n'est de ce fait pas possible de décrire à l'aide de la relativité générale. Le terme de « censure cosmique » est entre autres l'œuvre du mathématicien britannique Roger Penrose. Introduction et motivations[modifier | modifier le code] La relativité générale décrit les phénomènes gravitationnels dans l'univers. Anecdote[modifier | modifier le code] Stephen Hawking, un des acteurs majeurs du développement de la relativité générale depuis les années 1960, est féru de paris relatifs à des questions ouvertes dans ce domaine. Expérimentation[modifier | modifier le code] (en) Robert M.

Topographie du champ magnétostatique (Animation Flash) Le champ magnétostatique est une modification de l'espace, dûe à la présence d'aimants ou de courants électriques. L'animation permet de visualiser cette modification, en simulant l'apparition de petits détecteurs de champ magnétique (grains de limaille de fer). On observe ainsi le spectre du champ magnétostatique . Manipulation lorsqu'on clique sur le bouton "ajouter un aimant", "ajouter une spire" ou "ajouter un fil", cet élément se place au milieu de la zone de spectre (en vue de dessus). Suggestions On peut réaliser des configurations variées : un ou plusieurs aimants, une spire, deux spires parallèles ("bobines de Helmholtz" lorsque leur écartement est égal à leur rayon : elles permettent d'obtenir un champ relativement uniforme) ou antiparallèles ("quadrupôle"), un solénoïde, une bobine torique, deux fils parallèles parcourus par la même intensité ou des intensités différentes, etc... etc... Constater la réalité de l'expression "le champ tourbillonne autour de sa source".

Paradoxe de l'information Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les propriétés étranges d'un trou noir sont à l'origine d'un paradoxe physique important : le paradoxe de l'information En astrophysique, le paradoxe de l'information est un paradoxe mis en évidence par Stephen Hawking en 1976[S 1] opposant les lois de la mécanique quantique à celles de la relativité générale. En effet, la relativité générale implique qu'une information pourrait fondamentalement disparaitre dans un trou noir, à la suite de l'évaporation de celui-ci. Cette perte d'information implique une non-réversibilité (un même état peut être issu de plusieurs états différents), et une évolution non unitaire des états quantiques, en contradiction fondamentale avec les postulats de la mécanique quantique. Ces postulats impliquent que tout état physique est représentée par une fonction d'onde, dont l'évolution dans le temps est gouvernée par l'équation de Schrödinger. Le paradoxe[modifier | modifier le code]

Topographie du champ électrostatique (Animation Flash) Le champ électrostatique est une modification de l'espace, créée par la présence de charges électriques. L'animation permet de visualiser cette modification, en simulant l'apparition de petits détecteurs de champ électrostatique (dipôles par exemple). On observe ainsi le spectre du champ électrostatique. On peut aussi choisir d'observer la carte des équipotentielles. Manipulation En l'absence de charges, les dipôles s'orientent aléatoirement, montrant l'isotropie électrostatique. lorsqu'on clique sur le bouton "ajouter une charge", une charge q de valeur unité apparaît en haut à gauche. Lignes de champ : elles permettent de voir le "rayonnement" du champ électrostatique, qui diverge à partir de sa source. Equipotentielles : on remarque qu'elles sont perpendiculaires aux lignes de champ. Suggestions Observer les spectres : etc...etc... Voir aussi cette page pour le tracé des lignes de champ et des équipotentielles.

La supergravité est-elle la bonne théorie de la gravitation quantique ? Van Nieuwenhuizen, l'un des créateurs des théories de supergravité. Crédit : Eric Michelson La supergravité est-elle la bonne théorie de la gravitation quantique ? - 2 Photos Lorsque le champ de gravitation est fort, comme c’est le cas pour une étoile à neutron dont 1 cm3 peut peser des millions de tonnes ou pour des trous noirs de masse stellaire, la théorie de la relativité d’Einstein devient indispensable. Cette conclusion est fausse. En 1976, un groupe de physiciens, Daniel Z. Une classe de théorie en 4 dimensions retint particulièrement l’attention des chercheurs pendant un temps. Une théorie unifiée de la matière et des interactions ? Au début des années 1980, Stephen Hawking se demandait si cette théorie, dont l’exploration commençait, pouvait être, en plus d'une théorie de gravitation quantique, une théorie unifiée de la matière et de toutes les interactions. Si l’on veut se faire une idée de la supersymétrie, on peut prendre l’exemple des vecteurs dans le plan. Sur le même sujet

La liaison hydrogène observée au microscope à force atomique Des molécules de 8-hydroxyquinoléine. Sur les images de droite : C (carbone) = vert, H (hydrogène) = blanc, O (oxygène) = rouge, N (azote) = bleu, et les liaisons hydrogène sont représentées en pointillés. Ces molécules, sur une surface de cuivre, peuvent se retrouver liées par des liaisons hydrogène à basse température. C'est ce que l'on constate sur les deux images à gauche prises avec un microscope à force atomique. © Science, AAAS La liaison hydrogène observée au microscope à force atomique - 2 Photos C’est au début du XXe siècle que plusieurs chimistes ont plus ou moins indépendamment pris conscience qu’il existait une liaison chimique que l’on nomme la liaison hydrogène. Or, mieux comprendre la liaison hydrogène est au plus haut point intéressant parce que l’on peut la considérer comme la liaison chimique de la vie. Du microscope à effet tunnel au microscope à force atomique Une clé pour mieux comprendre la liaison hydrogène A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Planck : un nouvel éclairage sur la gravitation quantique espère Aurélien Barrau Voici la nouvelle carte des fluctuations de température du rayonnement fossile sur l'ensemble de la voûte céleste. Le pôle nord céleste est en haut et le pôle sud en bas. Elle a été réalisée par la collaboration Planck à partir des données recueillies par les instruments HFI et LFI du satellite. L’écart par rapport à la température moyenne de -270,425 °C, mesurée par le satellite Cobe en 1992, va de -486 (en bleu foncé) à +538 millionièmes de degré Celsius (en rouge). © Esa, collaboration Planck Planck : un nouvel éclairage sur la gravitation quantique espère Aurélien Barrau - 5 Photos Les lecteurs de Futura-Sciences connaissent Aurélien Barrau, qui nous a parlé de ses travaux sur les minitrous noirs et leur observation possible dans les collisions au LHC mais aussi de sa participation aux recherches concernant la matière noire avec AMS. La cosmologie primordiale, une fenêtre sur la gravitation quantique Une énigme dans les résultats de Planck Des modèles d'inflation réfutés

Topographie du champ électrostatique Le champ électrostatique est une modification de l'espace, créée par la présence de charges électriques. L'animation permet de visualiser cette modification, en simulant l'apparition de petits détecteurs de champ électrostatique (dipôles par exemple). On observe ainsi le spectre du champ électrostatique. On peut aussi choisir d'observer la carte des équipotentielles. Manipulation En l'absence de charges, les dipôles s'orientent aléatoirement, montrant l'isotropie électrostatique. lorsqu'on clique sur le bouton "ajouter une charge", une charge q de valeur unité apparaît en haut à gauche. Lignes de champ : elles permettent de voir le "rayonnement" du champ électrostatique, qui diverge à partir de sa source. Equipotentielles : on remarque qu'elles sont perpendiculaires aux lignes de champ. Suggestions Observer les spectres : etc...etc... Voir aussi cette page pour le tracé des lignes de champ et des équipotentielles.

Vidéo > Interview : la gravitation, cette force mystérieuse Cette interaction découverte par Newton est encore aujourd'hui baignée de mystère. Elle a été introduite afin de clarifier et d'interpréter les mouvements célestes. Newton, grâce à la gravité, a pu prédire précisément le mouvement des astres. On sait que les interactions électromagnétiques, par exemple, s’effectuent par échanges de photons mais le graviton, censé orchestrer la gravité, n’a, lui, pas encore été observé. © De Boeck

Related: