background preloader

Engager les enseignants en simplifiant l’environnement

Engager les enseignants en simplifiant l’environnement
Engager les enseignants dans l’intégration des TIC en simplifiant l’environnement technologique. Le défi Nul n'est contre la Vertu. Peu de gens diront que les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas besoin de la technologie en classe. Il y en a bien sûr, mais une grande proportion des enseignants vous diront qu'il est souhaitable d'utiliser les TIC d'une façon ou d'une autre en classe. Pourquoi alors ? Trop de gens pensent encore que la présence de la technologie en classe sert à permettre aux jeunes d'apprendre à l'utiliser. En fait, le « pourquoi » n'est pas si clair. Mais en classe, on cherche encore souvent à leur enseigner des faits. La technologie peut rendre leur environnement pertinent et alors offrir une forme de motivation pour ces élèves. Il y a donc alors du désenchantement et à moyen terme, le TNI n'a plus cet effet si envoûtant. Le changement ne peut provenir que de l'enseignant et du milieu éducationnel lui-même. Alors, comment ? D'autres n'ont pas encore trouvé ce lien. Oui.

TBI et la stratégie des 3-O La stratégie des 3-O est un outil pédagogique d’intégration des technologies numériques interactives (TNI ou TBI) en classe, tant pour les enseignants que pour les formateurs/accompagnateurs à ces technologies. Son but est d’aider à situer cet outil dans la pédagogie (coffre à outils pédagogiques) de l’enseignant(e). Pourquoi les 3-O ? Vidéos à propos des 3-O Nous avons publié quelques vidéos [1] au sujet de la stratégie des 3-O dans le but d’aider à mieux la comprendre et d’expliquer en quoi le service national du RÉCIT MST peut être utile dans votre milieu. 3-O : trois lieux/espaces pédagogiques complémentaires Installer un tableau numérique (ou autres technologies interactives) dans sa classe crée un « lieu » physique [2] où il est possible de faire de la pédagogie (exécuter un travail [3]). Note : S’il y a « travail » d’exécuté (qui peut être du recyclage [4]) , la sortie est différente de l’entrée lorsque passée dans les 3-O (boîte = activité, situation d’apprentissage...).

Le guide de mise en œuvre du numérique éducatif Numérique, leviers d’apprentissage et littératie Les réseaux numériques constituent aujourd’hui le principal vecteur de diffusion des savoirs. Ces compétences sont aujourd’hui désignées par les chercheurs en sciences de l’information et de la communication par les termes de littératie ou de translittératie, c’est-à-dire l’ensemble des compétences (lecture, écriture, navigation, organisation) permettant à un individu d’évoluer de façon critique et créative, autonome et socialisée dans l’environnement médiatique contemporain. Le numérique ne se limite donc pas aux questions de matériel, d’équipement et d’infrastructure, c’est avant tout une démarche pédagogique d’ensemble qui redéfinit les temps et les lieux d’apprentissage et qui s’appuie sur l’ensemble de l’équipe pédagogique. Objectif du guide Guide au format PDF (pour écran) Ce guide est là pour aider les équipes pédagogiques à conduire des actions cohérentes pour la mise en oeuvre du numérique dans leur établissement. Quatre jalons

Intégration des TIC 1 Modèles Il existe plusieurs modèles portant sur l'intégration des TIC. Quelques auteurs ont proposé des modèles traçant les étapes que traversent habituellement les enseignants lors de l’incorporation des TIC à leur enseignement. Moersch (1995, 2001) a développé un outil de mesure - Levels Of Technology Implementation (LoTi) - pour évaluer le niveau d’implantation des TIC en classe par les enseignants. Il définit sept niveaux par lesquels l’enseignant évolue lorsqu’il développe son expertise à intégrer les TIC en classe. Le niveau zéro représente la non-utilisation, étape durant laquelle l’enseignant perçoit le manque d’accessibilité et de temps comme des freins à l’utilisation des TIC.Le niveau suivant, celui de la sensibilisation, peut être vécu différemment par chaque enseignant. pour identifier et résoudre des problèmes réels liés à un thème central ou à un concept. L'adoption renvoie à un changement dans sa pratique soit par conviction personnelle, soit sous une pression externe.

Préciser son intention pédagogique Petite histoire pour se mettre en contexte. Avant de se lancer dans un projet TIC (ou tout autre projet), il est important de préciser son intention pédagogique. Il ne faut pas faire l’erreur de partir de l’outil technologique et par après trouver ce que l’on va faire avec celui-ci. Il est très tentant de se laisser séduire par un nouveau logiciel ou un site trouvé sur Internet. Selon Ralph Tyler (1935): L’intention pédagogique exprime la direction de changement que le l’enseignant formule pour l’apprenant, ce qu’il sera capable de faire au terme de l’apprentissage, c’est une orientation qui va donner du sens à la séquence pédagogique. L’objectif pédagogique exprime le résultat visible qu’un apprenant doit atteindre, ce qu’il sera capable de faire au terme de l’apprentissage. L’intention concerne plus le contenu, l’objectif concerne plus la personne. Voici un exemple d’intention pédagogique tiré du document lignedutemps.qc.ca: Des idées EN-TIC pourront vous aider à réaliser vos projets.

pratiques MITIC - Karsenti Intégration pédagogique des TIC : quelles sont les stratégies les plus efficaces ? Thierry Karsenti (M.A., M.Ed., Ph.D.) est professeur à l'Université de Montréal (Canada). Il est également titulaire de la Chaire de recherche sur l'intégration pédagogique des TIC en éducation. Conférence donnée à praTIC 2008 Descriptif de la conférence et support de la conférence (PDF 28 Mo) Résumé des thèmes de cette conférence Succès et défis rencontrés dans l'intégration des TIC Grande évolution des technologies depuis les années 90. On a commencé en utilisant des ressources vidéos. Impact des TIC sur l'enseignement Il y a, qu'on le veuille ou non, une omniprésence des technologies dans l'enseignement. Même sans les utiliser pédagogiquement, les technologies entrent dans la salle de classe et rendent l'enseignement plus complexe. Il y a une mutation du rapport au savoir. Ces changements amènent de la complexité, mais peuvent être très stimulants ! À qui enseignons-nous ? Impact des TIC sur l'apprentissage

La courbe de Rogers - Padagogie Une transition vers un nouvel environnement, avec d'autres manières de sauvegarder, d’imprimer, d’échanger ou d’archiver les documents peut génerer des appréhensions compréhensibles chez les personnes moins férues de technologie. De même qu’il y a une courbe de Gauss des résultats scolaires, il y une courbe d’adoption des innovations (courbe de Rogers). Pour une partie non négligeable du corps enseignant, il faudra du temps et un accompagnement de proximité pour mettre en place un usage innovant des tablettes. D’après les théories relatives à l’innovation, une innovation se diffuse dans la société en suivant un processus qui touche différentes catégorie de consommateurs, des plus enthousiastes jusqu’aux plus réticents face à la technologie. Ainsi, plusieurs facteurs conditionnent la rapidité d’adoption par les consommateurs et de diffusion de l’innovation dans la société. Le modèle de diffusion d’une innovation

Intégrer les TIC dans l'activité enseignante - présentation des articles Les dix articles du volume sont regroupés en cinq parties. 1) Conceptions pédagogiques, rapports aux savoirs et transformation des pratiques médiatiques en contexte scolaire Les pratiques médiatiques de l’enseignant au cœur des situations de formation Séraphin Alava (Université Toulouse le Mirail) À partir des recherches conduites au sein de dispositifs de formation ouverts ou à distance, l’auteur propose de définir les conduites médiatiques de l’enseignant. Il insiste sur les nouvelles modalités de formation en ligne de même que sur l’apparition des campus numériques et il s’intéresse également aux problèmes méthodologiques et de recherche soulevés par cette approche médiatique de l’acte d’enseigner. Être branché, un atout important pour faire son entrée dans la profession enseignante Thérèse Nault et Geneviève Nault (UQAM) Les auteurs s’intéressent à la question du soutien à l’insertion professionnelle d’enseignants novices.

Les profs doivent s'adapter Pierre-Yves McSween L’auteur est comptable professionnel agréé, professeur d’administration au cégep régional de Lanaudière et chargé de cours à HEC Montréal. Il collabore régulièrement à la section Débats. Le monde de l’enseignement a bien changé durant les deux dernières décennies. Les classes regorgent maintenant de divertissements, de téléphones cellulaires, d’ordinateurs portables et autres sources de distractions. Pourtant, avons-nous vraiment le choix ? Même si pédagogiquement, les distractions numériques sont parfois nuisibles, cette métamorphose de l’univers des classes demeure une occasion de revoir les méthodes d’enseignement et de les rendre plus interactives. Si la formation générale doit apprendre aux étudiants à être de bons citoyens, expulser la technologie des classes ou empêcher son entrée créerait un anachronisme volontaire. En 1999, je m’étais opposé comme étudiant à l’obligation d’acheter un ordinateur portable en classe.

How to Get Hesitant Teachers to Use Technology In my consulting as well as administrative technology work, I am often asked the same questions by different schools and officials. One of the most common is: “How do you get teachers who are hesitant or resistant to use technology?” I am keenly aware that many of my colleagues are not, for various reasons, gung ho about educational technology. And it’s interesting. Quite often, the teachers who are hesitant to adopt new technology are great — in fact, amazing — educators. In my role as tech advocate, I habitually find myself trying to coax these established educators to use new tools and incorporate new methodologies. 1. If you’re working with veteran educators, this is especially important. Instead, try this: observe what they do in the classroom that’s made them successful and build out from there. 2. If teachers express a want or need for technology in the classroom (a particular browser, program, hardware, etc.) accommodate them! 3. 4. Teachers are not done at three o’clock. 5. 6.

Intégrer la technologie à l'école : un exercice d'équilibriste Le numérique en classe semble une chose acquise et qui va de soi. Après tout, ces jeunes générations qui sont nées avec Internet à portée de la main devraient voir du bon œil l’usage de technologies à l’école, non? Si, en général, il y a effectivement un enthousiasme à l’utilisation de TICE par les élèves, il peut aussi y avoir une fatigue. Scepticisme jeunesse Ce très intéressant billet de François Jourde qu’il a écrit durant l’été 2016 explique comment il se retrouve par moment avec des critiques. Il s’agit d’un des premiers points de Jourde pour expliquer cette « fatigue techno » chez les jeunes. D’ailleurs, nous avions traité de ce scepticisme et ce quasi-rejet des serious games. Un vieux débat toujours vivant En fait, toute cette incrédulité face aux technologies pourrait leur être transmis par leurs aînés. Certains enseignants remettent même en doute l’usage de TIC à toutes les sauces. Lacune de compétences numériques et mauvais usages des TICE Références Abendschein, Dan.

L'Agence nationale des Usages des TICE - Le partage de signets pour la collaboration et l’apprentissage par Florence Canet * Les signets, aussi appelés "favoris" ou "marques-pages", sont des pages Web enregistrées auxquelles l’usager souhaite avoir un accès ultérieur facilité. Le partage de signets en ligne (également connu sous le terme anglais de social bookmarking) est une pratique qui permet de sauvegarder, organiser et commenter des pages Web dans une bibliothèque virtuelle créée via une plateforme en ligne, permettant d’accéder à ses favoris depuis n’importe quel dispositif connecté. Ces véritables « bibliothèques de liens » peuvent être publiques. Le partage de signets fait l’objet d’usages professionnels bien connus, tels que le stockage de ressources collectées lors d’activités de veille ou de recherche, mais il s’avère également très pertinent dans le cadre d’activités pédagogiques de recherche d’informations Faciliter la collaboration Les enseignants interrogés soulignent également qu’ils ont enrichi leurs recherches par les trouvailles des autres. Améliorer les apprentissages

Ludovia 2013 : les usages numériques des élèves doivent inspirer l’école Les élèves d'aujourd'hui jouent tous aux jeux vidéo, pra­tiquent le mul­ti­tas­king dès le plus jeune âge, par­tagent des pho­tos sur les réseaux sociaux dès qu'ils les ont prises avec leur smart­phone... Ce sont des digi­tal natives : ils connaissent toutes les arcanes du numérique. Mais où se trouvent les signes de prise en compte de ces pra­tiques à l'école ? Moins de 20% des ensei­gnants uti­lisent les TIC au moins une fois par semaine pour indi­vi­dua­li­ser les appren­tis­sages, et seuls 21% montent des séquences péda­go­giques où les élèves mani­pulent des res­sources TIC de façon heb­do­ma­daire(1). L'ambition numé­rique ins­crite dans la loi Il n'y a pas qu'en France que ces nou­velles tech­no­lo­gies numé­riques peinent à entrer dans les salles de classe : "au Québec, il y a énor­mé­ment de résis­tance à l'introduction des réseaux sociaux à l'école", recon­naît François Guité, ani­ma­teur de la confé­rence et consul­tant pour le minis­tère de l'Education du Québec.

Les sept caractéristiques des technopédagogues hautement efficaces Nous venons de lire un court article sur un blogue américain intitulé AlwaysPrepped, ou toujours préparé (dans le sens de préparation ou planification pédagogique). Court, mais plein de bons sens car on y fait référence à 7 caractéristiques incontournables chez l’enseignant technopédagogue. Également, nous vous rappelons que, selon le référentiel des 12 compétences professionnelles chez les enseignants québécois, la compétence #8 est sans équivoque : intégrer les technologies de l’information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel. Voici ces sept caractéristiques, traduites en français et augmentées au goût du jour : 1. En aucun temps, ils n’utilisent la technologie simplement pour l’utiliser. 2. Évidemment, ils sont flexibles et sont en mesure de s’adapter aux nouveautés technologiques. 3. 4. 5. 6. Ils planifient d’avance et son rarement à la dernière minute.

Usages d’Internet à l’école selon le regard des élèves. Pratiques d’intégration, paradigmes pédagogiques et motivation scolaire Pierre-François COEN, Jeanne REY, Isabelle MONNARD, Laurent JAUQUIER (Service Recherche et Développement, Haute école pédagogique de Fribourg, Suisse) 1. Introduction L’enjeu de notre recherche se situe là et se donne pour mission d’analyser les pratiques d’intégration des TIC, et en particulier le recours à Internet, à partir d’une étude conduite dans les classes du canton de Fribourg (Suisse). Dans un premier temps, nous reviendrons sur quelques éléments théoriques concernant l’utilisation des TIC dans les classes, puis nous donnerons les éléments de contexte de notre étude ainsi qu’une description détaillée de notre instrument. 2. 2.1. 2.2. 3. 3.1. 3.2. Notre recherche s’est déroulée dans le canton de Fribourg, région bilingue (français - allemand) de 250'000 habitants, située à l’ouest de la Suisse. Tableau 1 • constitution de l’échantillon (g = garçons, f = filles) 3.3. Figure 1 • Les sept dimensions investiguées dans le modèle pour les deux paradigmes. 3.4. 4. 4.1. 4.1.1. 4.1.2. 5.

Related: