background preloader

Design for networked cities and citizens

Design for networked cities and citizens

Open Culture Des livres libérés de licence Les licences libres ont permis l'émergence de succès dans les domaines de la musique et de la photographie. En revanche, la révolution se fait lente en matière d'édition. Pourtant, les alternatives ne manquent pas. Samedi dernier, j’avais la chance de participer à la quatrième édition du Bookcamp, organisé cette année au Labo de l’édition à Paris, au cours duquel j’ai proposé un atelier pour réfléchir à cette question : “L’édition sous licence libre, une utopie ?”. Les licences libres ont permis l’émergence de grands succès en matière de production de contenus par les utilisateurs (User Generated Content), avec Wikipedia ou Flickr dans le domaine de la photo. Malgré le fait que le mot liber en latin signifie à la fois livre et libre, on finissait par se demander s’il n’y avait pas quelque chose de particulier dans le livre, rendant l’implantation des licences libres plus difficiles dans ce domaine que pour d’autres types de médias. Stratégies éditoriales : la diversité des approches

The Diaspora Project Analyse - Le livre numérique Analyse de la controverse autour du livre numérique Le livre numérique est un vaste sujet. Selon la prédiction de Hervé Le Crosnier, l'année 2010 aura marqué le début de l'explosion du livre numérique. Il a donc fallu cibler et restreindre les thèmes traités pour établir notre cartographie des controverses autour du livre numérique. Etant donné la diversité des termes utilisés (livre numérique, livre électronique, e-book), il nous a semblé important d’amener un premier éclairage terminologique au centre de notre cartographie. Nous avons d'abord - par pure provocation ! Nous avons décidé de porter notre intérêt sur ce qui « oppose » le livre numérique au livre papier : plus écologique ? La question de la numérisation des documents (Google versus les bibliothèques numériques) est un sujet à part entière que nous avons choisi de ne pas traiter, mais nous avons préféré nous recentrer plutôt sur le livre numérique au sens strict, avec son support, la liseuse. 1-Le prix du livre numérique.

Datavisualization.ch Selected Tools Sceptiques des TICE Présentées par certains comme la dernière panacée, les Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement ne font pas l'unanimité. Exemples aux États-Unis. [Liens en anglais sauf mention contraire] Après un premier article polémique (voir Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas[fr]), Matt Richtel a continué son enquête pour le New York Times sur le “pari éducatif high-tech”. Comme le montrait déjà le début de son enquête, ses derniers articles dessinent un fossé, une coupure assez radicale, entre ceux qui croient dans les vertus des technologies pour l’éducation et ceux qui n’y croient pas, avec des arguments aussi faibles dans l’un ou l’autre camp que ceux qu’on éprouve entre les tenants du livre papier et du livre électronique [fr]. La valeur des TICE dépend-elle du niveau d’argent dépensé ? Shelly Allen est la coordinatrice pour les mathématiques des écoles publiques d’Augusta en Georgie. “L’enseignement est une expérience humaine”

The verdict: is blogging or tweeting about research papers worth it? Eager to find out what impact blogging and social media could have on the dissemination of her work, Melissa Terras took all of her academic research, including papers that have been available online for years, to the web and found that her audience responded with a huge leap in interest in her work. In October 2011 I began a project to make all of my 26 articles published in refereed journals available via UCL’s Open Access Repository – “Discovery“. I decided that as well as putting them in the institutional repository, I would write a blog post about each research project, and tweet the papers for download. Would this affect how much my research was read, known, discussed, distributed? I wrote about the stories behind the research papers – the stuff that doesn’t make it into the official writeup. So what are my conclusions about this whole experiment? Some rough stats, first of all. The image above shows the top ten papers downloaded from my entire department over the last year.

Vie privée : le point de vue des “petits cons” Nombreux sont ceux qui pensent que les jeunes internautes ont perdu toute notion de vie privée. Impudiques, voire exhibitionnistes, ils ne feraient plus la différence entre vie publique et vie privée. Et si, a contrario, ils ne faisaient qu’appliquer à l’internet ce que leurs grands-parents ont conquis, en terme de libertés, dans la société ? Dans « La vie privée, un problème de vieux cons ?« , je dressais un parallèle entre la façon désinhibée qu’ont les jeunes internautes de se dévoiler sur le Net et la révolution sexuelle, et me demandais si ceux qui sont gênés par cette façon décomplexée de s’exprimer ne seraient pas un peu coincés. Au-delà des problèmes d’inhibition des « vieux cons« , il est difficile d’aborder la question sans essayer de regarder de plus près comment, et pourquoi, les jeunes qui ont grandi avec le Net évoquent ainsi leurs vies privées dans des espaces publics. La vie privée ? Dans l’arène publique, ou via une interface technique. Une génération « rock’n roll »… 1.

Related: