background preloader

"Ne le prend pas dans tes bras"

"Ne le prend pas dans tes bras"
Quelle mère n’a jamais entendu ça? « Ne le prend pas dans tes bras, il va s’habituer ». « Laisse-le pleurer, ça lui fera les poumons ». La violence éducative commence tôt, très tôt. L’enfant à peine né, il faut couper le cordon, se garder d’être trop « fusionnel », le laisser seul pour qu’il « s’habitue ». Même en n’en sachant que très peu sur les enfants, il m’a toujours semblé que ces gentils théoriciens du « ne le prend pas dans ses bras, il pourrait s’habituer » en savent encore beaucoup moins que moi. Autonomie. Je ne veux pas parler ici de façons de s’occuper des enfants, ce n’est pas vraiment le sujet. La mère et l’enfant dans les théories psychanalytiques Un bébé, pour beaucoup de gens, c’est un tube digestif armé de puissantes cordes vocales. Un bébé, pour de nombreux professionnels, psys et en particulier dans la tradition psychanalytique, est une sorte de monstre en devenir, un individu dangereux, qu’il faut dresser. J’exagère encore? Sans père, point de salut. (1). (2) M. Related:  Sommeil du bébé, pleurs et allaitement

Attachement et autonomie chez l’enfant: considérations éthologiques et ethnologiques J’ai expliqué dans l’article précédent en quoi nos conceptions actuelles de l’éducation, et en particulier de l’acquisition de l’autonomie, reposent sur des prémisses héritées du patriarcat. Selon ces théories, la relation mère-enfant fusionnelle serait étouffante et nocive non seulement pour l’enfant mais également dangereuses pour la famille. De plus, sans une rupture précoce et provoquée par les parents (traditionnellement par le père, mais avec la complicité de la mère, bien qu’il y ait des variantes dans les théories actuelles), l’enfant n’apprendrait jamais l’autonomie et resterait toujours dépendant, fragile et vulnérable. Dans ces théories, le lien mère-enfant est considéré avec une très grande méfiance, comme quelque chose de potentiellement dangereux. Retour aux bases : d’où vient l’attachement? L’attachement entre la mère et l’enfant n’est pas propre à l’espèce humaine. Qu’est-ce que l’attachement et comment s’exprime-t-il? L’attachement est un besoin primaire. Résumons.

SEPT choses que les parents doivent savoir à propos des pleurs des bébés en bref Texte du Dr Sears sur les pleurs des bébés 1- Les pleurs du bébé - le signal parfait. Les scientifiques ont depuis longtemps émis l'idée que le son des pleurs du bébé a les trois caractéristiques du signal parfait : En premier, un signal parfait est automatique. Un nouveau-né crie par réflexe. 2. La mère est biologiquement programmée pour donner une réponse maternante aux pleurs du nouveau-né, et pas pour se restreindre. 3. Une fois que vous savez apprécier la valeur du signal des pleurs de votre bébé, ce qui importe c'est de savoir ce que vous en faites.Vous avez deux options de base : ignorer ou répondre.Ignorer les pleurs de votre bébé est en général une situation perdant-perdant. Vous pourriez attendre qu'il ait fini de pleurer, puis le prendre ensuite, afin qu'il ne pense pas que ce sont ses pleurs qui ont attiré votre attention. 4. L'autre option est de répondre promptement et de manière maternante. 5. Parents, haut les cœurs ! 6. 7. Que faire quand bébé pleure ?

Freud et son père Freud et son père par Philippe Laporte Résumé : Les théories de Freud sont un reflet de ses névroses, qu'il croit universelles. Son aversion pour le comportement sexuel de son père est à l'origine du complexe d'Œdipe. Jakob Freud occupe dans la vie de son fils Sigmund une place prépondérante, mais ses rapports avec lui sont extrêmement ambivalents. Peu d'hommes ont exprimé avec autant de conviction que Sigmund Freud,dans sa théorie du complexe d'Œdipe, leur désir de tuer le père. Il se dit pourtant très attaché à Jakob, son vieux père. [Ce livre est] un morceau de mon auto-analyse, ma réaction à la mort de mon père, l'événement le plus important, la perte la plus déchirante d'une vie d'homme. (2) 12 ans plus tôt, 3 jours après la mort de son père, Freud écrivait à son ami Wilhelm Fliess : La mort de mon vieux père m'a profondément affecté. (…) Il a joué un grand rôle dans ma vie. (3) Mais on lit quelques lignes plus loin : Abus sexuels Répudiation Bible symbolique Statuettes Névrose diabolique

Livre : Marre du rose Une belle trouvaille de bibliothèque que je devais absolument partager avec vous. Le titre est évocateur et a fait frétiller de joie ma fibre féministe dès le premier regard: Marre du rose. C’est l’histoire d’une petite fille qui trippe sur le noir et qui n’en peut plus des “tralala de princesses”. Le rose, “ça lui sort par les yeux”. Sa maman lui dit qu’elle est un garçon manqué. En quelques pages seulement, on questionne les rôles attribués/attendus selon le genre. Marre du rose Texte de Nathalie Hense. Pratiques de sommeil et mort subite du nourrisson : tour d’horizon Article publié dans les Dossiers de l'Allaitement numéro 68 (Juillet - Août - Septembre 2006) Pourquoi les bébés ne devraient jamais dormir seuls D’après "Why babies should never sleep alone : a review of the co-sleeping controversy in relation to SIDS, bedsharing and breast feeding." Les recommandations actuelles faites aux parents sont de ne jamais prendre leur enfant dans leur lit, et de toujours le mettre dans un berceau pour dormir, le co-sommeil étant accusé d’être à l’origine d’un certain nombre de cas de mort subite du nourrisson (MSN). Le co-sommeil mère-enfant représente un mode de sommeil biologiquement parfaitement adapté pour les humains, et aussi ancien que l’humanité, en lien avec l’allaitement. La plupart des enfants qui décèdent de MSN dans les pays occidentaux dormaient seuls. Les premières études sur le sommeil ont été effectuées sur des bébés nourris au biberon, et leurs caractéristiques de sommeil sont devenues le standard de sommeil pour tous les nourrissons.

Laisser pleurer son bébé : dire que ça fait du mal, c’est faire culpabiliser ? Il y a quelques semaines, étaient relayés sur les sites/blogs autour de la parentalité, mais aussi sur certains sites d’informations généralistes, les résultats d’une nouvelle étude montrant les dommages potentiels que pouvait causer sur le cerveau des nourrissons le fait de les laisser pleurer. J’ai moi-même relayé l’un de ces articles, plus précisément celui d’Oummi-materne, dont la ligne éditoriale est cohérente avec la mienne. Dans l’ensemble, vous avez été nombreux/nombreuses à apprécier l’information, mais quelques commentaires ont malgré tout ouvert le débat. J’ai donc eu envie de revenir ici sur le sujet du « laisser pleurer son bébé », car jusqu’ici il me semblait que mon point de vue était évident, et finalement peut-être qu’il n’est pas inutile de l’expliciter. Laisser pleurer… et laisser pleurer. On parle bien de laisser pleurer dans les deux cas, mais pas dans les mêmes conditions et surtout pas dans le même but. WordPress: J'aime chargement… Sur le même thème

Et si nous prenions le temps d'écouter les femmes dépressives, hystériques ou bipolaires? | Thierry Delcourt Dépressives, hystériques ou bipolaires? Les femmes face aux psys. Ce titre équivoque (voir ci-dessous) pose d'emblée un problème aussi actuel qu'ancestral: comment les femmes expriment un mal être qui n'a pas lieu de se dire? Plus de trente ans de pratique de psychiatre et psychanalyste m'ont permis de déployer ces questions dans leurs dimensions sociopolitique et clinique en interrogeant les symptômes, troubles et souffrances des femmes. Écouter et déconstruire sont les maître-mots de cet essai (voir ci-dessous) destiné à faire entendre autrement ce qui est trop souvent stigmatisé avec des termes lancés en guise d'insulte, ou qui classent dans des pathologies: hystérique, bipolaire, dysthymique... et passent ainsi à côté de l'essentiel: la souffrance, l'appel, la réalité épuisante ou traumatique. Yasmina, 48 ans, entre, épuisée, dans mon cabinet. Yasmina a pu dénouer sa crise existentielle invalidante en parlant, en osant enfin invectiver.

La première oppression Tu ne m’en voudras pas, lecteurice, d’avoir attendu longtemps avant de vraiment aborder le sujet. Trop de choses à dire et je ne sais pas par où commencer. Bien que j’ai déjà abordé le sujet ça et là entre les lignes, et que je suis presque entré dans le vif avec l’article Insoumission à l’école obligatoire, j’ai longuement hésité avant de livrer mes propres réflexions. Diverses formes d’oppression nous touchent et s’entrecroisent, se renforcent les unes les autres. Le terme lui-même n’est pas très clair parce qu’il est utilisé pour définir des formes de discrimination qui sont, en fait, multiples. Mais ce dont je veux parler ici, c’est de la façon dont on traite les enfants. Considérons quelques faits: En France, les enfants demeurent la seule catégorie d’être humains qu’il demeure légal de frapper. Les enfants sont les seuls êtres humains que l’on laisse hurler de détresse sans juger utile d’intervenir, sans s’émouvoir plus que ça. Les enfants n’ont pas à donner leur avis. Voilà.

Positions optimales stimulant l’expression des réflexes facilitant l’allaitement Article paru dans les Dossiers de l'allaitement n° 79, LLL France, 2009 D’après : Optimal positions for the release of primitive neonatal reflexes stimulating breast-feeding. Suzanne D Colson (maître de conférence, Université de Canterbury), Judith H Meek (néonatalogiste, Collège Universitaire des Hôpitaux Londoniens), Jane M Hawdon (néonatalogiste, Collège Universitaire des Hôpitaux Londoniens). En 2005, 76 % des mères anglaises ont commencé à allaiter après leur accouchement, un taux sans précédent. Remettre en question nos recommandations Les recommandations actuellement en vigueur sont fondées sur l’anatomie de la succion de l’enfant, et sur l’observation des mères qui présentaient des problèmes de mamelons douloureux (4-9). Des études ont montré que les bébés naissent avec les réflexes indispensables à leur alimentation. De son côté, le bébé en position de BN a tout le corps plaqué contre celui de sa mère, longitudinalement ou transversalement. Les réflexes archaïques Résultats 1.

The key to ending colic After listening to your baby’s high-pitched screaming and crying for several hours a day, day after day, week after week, it must come as little comfort when your doctor confirms your baby has infantile colic. Perhaps even less impressive is the range of solutions offered to soothe your baby’s pain – because there are few treatment options and no definitive fix. Exactly what causes colic in somewhere between 5% and 25% of newborn babies in the first few months of their lives is unknown. And although there is light at the end of the tunnel – colic typically resolves itself by four to five months of age – what the parents want is a solution today for their baby’s pain. For some time there has been a suggestion that certain foods in a mother’s diet may cause colic symptoms in breastfed babies. Still, that didn’t explain why formula-fed babies suffer from colic, as clearly there’s no cauliflower or chocolate in infant formula. More promising still were the findings from their pilot study.

L'érotisme ou le mensonge de Freud: refondation de la psychologie sexuelle L'érotisme ou le mensonge de Freud Refondation de la psychologie sexuelle Connaissances et Savoirs, Paris, 2009 351 pages On en cause Sur Les 400 culs, le célèbre blog d'Agnès Giard Le 17 avril 2009 Érotisme et saleté : le drame de la souillure Le 7 avril 2010 A-t-on besoin de transgresser pour jouir ? Le 8 avril 2010 Sexualité : l'art de créer le beau Version intégrale de l'interview donnée à Agnès Giard pour ces deux derniers articles (des 7 et 8 avril) Sur Atlantico le 24 août 2013 Sur Rue69 Sur ce même blog, mon livre a été sélectionné pour participer au "Camille d'Or" décerné le 21 septembre 2009 lors de la célébration du premier anniversaire de Rue69, dans la catégorie "Livre sur le sexe qui n'est pas écrit par une star du X mais par un scientifique à blouse blanche". Dans la revue S! Longue interview donnée en mars 2010 pour L'autre sexe jamais encore publiée par icelui mais reprise sur Agoravox Commentaires de lecteurs sur Amazon Présentation Note : L'auteur Annexes Sommaire 1 - La dévalorisation

Le viol, le quotidien des Indiennes d'Amérique «Je suis littéralement née dans la violence.» Lisa Brunner vit à White Earth Nation, la plus grande réserve indienne du Minnesota. La moitié des femmes de son peuple a un jour été violée, frappée ou traquée, rapporte Al Jazeera. Une Amérindienne sur trois sera violée dans sa vie. Lisa Brunner raconte son histoire à la chaîne qatarie: les cris de sa mère, d'abord, lorsque son beau-père la frappe avec la crosse de son fusil; la fuite dans les bois et les hurlements de celui-ci, lancé à leurs trousses; puis, des années plus tard, le viol de ses deux filles, l’aînée par un oncle lorsqu'elle n'est encore qu'une enfant, la plus jeune par quatre étrangers l'été dernier. «Je rêve des hommes qui ont brisé ma fille, confie Lisa à Al Jazeera. Elle-même a survécu à des viols. Lisa est avocate et défend les survivants de violences sexuelles et domestiques à White Earth Nation. «J'ai déjà parlé de ça avec ma mère. «J'appelle ça une chasse, les non-natifs viennent ici chasser. Célésia Barry

Related: