background preloader

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!
Related:  hm2Mise en situation

Émotions (bases neurophysiologiques) Le cerveau permet la mise en oeuvre des fonctions cognitives. Le terme cognition désigne tout ce qui se rapporte à la connaissance. Le cerveau permet également le processus émotionnel. La valence avec la notion de positif ou agréable, négatif ou désagréable.L'alerte aboutissant chez un individu à une tension ou bien le calme.Le contrôle dont la caractéristique essentielle étant la possibilité ou l'impossibilité de réagir confrontée à une frayeur importante. Bases neurobiologiques des émotions De nombreuses structures du cerveau participent à la physiologie des émotions . Le système limbique est une région du cerveau qui est constituée par la circonvolution du corps calleux c'est-à-dire la circonvolution de Broca associée à celle de l'hippocampe. L'hippocampe, parmi ces structures, joue un rôle primordial. L'imagerie médicale fonctionnelle (TEP et I.R.M. fonctionnelle) a permis, depuis 1990, de déterminer l'anatomie fonctionnelle des réponses émotionnelles.

Mémoire à court terme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Introduction et historique[modifier | modifier le code] Le concept de mémoire à court terme est assez ancien en psychologie scientifique. William James dans ses Principles of psychology (1890) distingue déjà ce qu'il appelle la mémoire primaire de la mémoire secondaire. Cette mémoire primaire serait capable de retenir un petit nombre d'informations, immédiatement présentes à l'esprit, alors que la mémoire secondaire contient un nombre pratiquement illimité de connaissances qui nécessitent cependant un effort pour être rappelées. À la même époque cette distinction se retrouve aussi dans les travaux de l'Allemand Hermann Ebbinghaus, souvent considéré comme le fondateur de l'étude expérimentale de la mémoire ou de l'Anglais Francis Galton qui considère lui aussi qu'il existe une sorte de mémoire à court terme, liée à l'expérience consciente de l'activité mentale : Effet de récence[modifier | modifier le code] Le fameux article de George A. A.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Les comportements qui surviennent lorsqu'un être humain est effrayé sont très semblables d'un individu à l'autre et ce, même pour différentes cultures. En effet, si quelque chose nous effraie, disons un bruit strident, notre première réaction est d'arrêter ce que nous étions en train de faire. Presque aussitôt, nous nous tournons généralement vers la source du bruit et tentons d'en évaluer le danger réel. Tout cela se fait très vite, de manière réflexe, et ne nécessite pas l'intervention de la conscience ou de la volonté. Si la source du bruit semble effectivement menaçante, nous figeons sur place et tentons d'évaluer s'il y a une possibilité de fuir ou de se cacher. Si, enfin, on se retrouve en contact direct avec la source du bruit qui s'avère être un ours, on n'aura plus d'autre choix que la lutte, c'est-à-dire un comportement de défense agressif pour éloigner ou détruire la menace.

tpezonecerveau L'inconscient, de l'inconscient freudien aux apports des neurosciences. Les informations perçues par nos cinq sens sont donc transmise au thalamus qui les compare en permanence et automatiquement à sa banque de donnée, la mémoire de toutes nos expériences de la vie.Si ces informations évoquent un danger, le thalamus va les transmettre au cortex préfrontal où nous en prendrons conscience, mais en même temps il va les transmettre à l’amygdale cérébrale où va naitre l’émotion de peur.Avant même que vous n’ayez commencé à réfléchir, l’amygdale va déclencher les réactions de survie, de fuite ou de défense, en actionnant le système endocrinien (Sécrétion d’adrénaline) et le système neuro musculaire. Le circuit de la peur passant par l’amygdale est donc rapide, puissant et efficace face au danger.

Les conséquences du stress sur l'organisme - Conseils santé Surmenage & stress - Détente & Sommeil | Laboratoires Ponroy Le stress aigu À la suite d'une situation stressante où il s'agit de combattre ou de fuir, l'organisme réagit biologiquement en 2 temps. La réponse est commandée par le SNA (Système Nerveux Autonome) qui déclenche la production d'hormones destinées à apporter une réponse à court terme, indépendamment de tout contrôle volontaire. - le taux de sucre dans le sang s'effondre ; - le tonus musculaire s'effondre aussi ; - l'esprit s'embrouille ; - des manifestations physiques aparaissent. Lorsqu'il perçoit une menace, l'organisme active instantanément l'hypthalamus, une structure du cerveau limbique qui assure l'homéostasie, c'est-à-dire le maintien à l'équilibre des constantes biologiques (pression artérielle, fréquence cardiaque et respiratoire). - les stimuli cognitifs, tels les stimuli physiques (douleurs, froid, bruit), et les émotions perçues par les organes des sens et le système nerveux ; - les stimuli non cognitifs tels les virus et les bactéries reconnus par le système immunitaire.

Les émotions, une réaction du corps au mental | Les enseignements d'Eckhart Tolle Qu’en est-il des émotions ? Je me laisse plus souvent prendre par mes émotions que par mon mental. Dans le sens selon lequel j’emploie le terme, le mental ne fait pas seulement référence à la pensée. Plus vous vous identifiez à vos pensées, à vos goûts, à vos jugements et à vos interprétations, c’est-à-dire moins vous êtes présent en tant que conscience qui observe, plus grande sera la charge émotionnelle. Si vous avez de la difficulté à ressentir vos émotions, commencez par centrer votre attention sur le champ énergétique de votre corps. Vous dites que l’émotion est la réaction corporelle du mental Mais il existe parfois un conflit entre les deux : le mental dit « non » alors que l’émotion dit « oui ». Si vous voulez vraiment apprendre à connaître votre mental, observez l’émotion, ou mieux encore, ressentez-la dans votre corps, car celui-ci vous donnera toujours l’heure juste. Non pas la vérité ultime de votre essence, mais la vérité relative de votre état d’esprit à ce moment-là. Oui.

Hypothalamus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vue tridimensionnelle de l'hypothalamus (en rouge) Comme son nom l'indique, cet organe est situé en dessous du thalamus, juste au-dessus du tronc cérébral et forme la partie ventrale du diencéphale. Tous les vertébrés possèdent un hypothalamus. Chez l'homme il est à peu près de la taille d'une amande. Anatomie[modifier | modifier le code] Section du cerveau d'un embryon humain de trois mois ; l'hypothalamus est visible au centre L'hypothalamus est issu du diencéphale lors du développement embryonnaire. Il forme les parois inféro-latérales et le plancher du 3e ventricule, situé sous le thalamus (d'où son nom), dont il est séparé par le sillon hypothalamique (de Monro). L'hypothalamus se compose de trois régions parasagittales adjacentes (périventriculaire, médiale et latérale) lesquelles se subdivisent selon un axe antéro-postérieur en des régions pré-optique, antérieure, tubérale et mamillaire. Fonctions[modifier | modifier le code]

Tout ce que vous devez savoir sur la peur La peur est une réaction émotionnelle éminemment importante dans la vie, et a fortiori lors d’une agression, puisque c’est un mécanisme de survie présent pour… rester en vie. C’est pourquoi je vais vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur la peur dans cet article. En effet, pour savoir comment réagir en cas d’agression, de hold-up, de danger imminent, lorsque la peur nous envahi et que l’on se sent pétrifié, engourdi, il est bon d’en savoir plus sur ce mécanisme qu’est la peur. Suivez le guide, à la fin de cet article vous saurez tout ce qu’il y a à savoir sur la peur, pour éventuellement adopter une nouvelle approche par rapport à celle-ci. Quelques mots sur le cerveau Une théorie classique dite du cerveau triunique ne considère pas le cerveau comme un ensemble homogène et unique, mais bien comme un système de couches successives à l’image d’un lit : nous avons le matelas, puis l’alaise et enfin le drap housse. Voici ce que vous devez retenir sur l’utilité de chacun des cerveaux :

À quoi servent les émotions ? A. Pourquoi avons-nous des émotions ? Essentiellement, toutes nos réactions émotives sont là pour nous aider à nous adapter à chaque situation de notre vie. Par exemple, la peur déclenche en nous des réactions physiques qui nous aident à faire face au danger plus efficacement. On voit souvent, dans de telles situations, des personnes qui accomplissent des choses dont elles seraient normalement incapables. En fait, nos émotions sont la partie la plus importante de notre système de guidage: elles fournissent l'information nécessaire et les indices pour la rendre utilisable. À chaque moment, mes réactions émotives m'indiquent dans quelle mesure mes besoins sont satisfaits ou insatisfaits Elles me montrent jusqu'à quel point la situation ou les événements me conviennent vraiment. Lorsque nous pensons aux émotions de ceux qui nous entourent, cette réalité nous apparaît plus évidente. Pourtant, lorsque nous pensons à nos émotions, il arrive souvent que nous soyons moins clairvoyants.

Related: