background preloader

Arcimboldo, l'été

Arcimboldo, l'été
Laisser un commentaire ou un avis. Giuseppe Arcimboldo. L 'Été. L'Été est un homme dans la force de l'âge. Related:  Peintures - A ClasserArts

Arcimboldo, le printemps Arcimboldo : Le Printemps. En 1562 à Vienne et à Prague Arcimboldo assure la charge de portraitiste-copiste auprès de l'empereur Ferdinand Ier puis pour son fils Maximilien. Le Printemps est un adolescent. Son visage est constitué de fleurs fraîches et de feuilles. L'origine des " têtes composées " d'Arcimboldo remonte à l'Antiquité et à la tradition des masques bachiques formés de feuilles de vigne et de raisins. La série des Saisons, offerte à Auguste de Saxe, suggère que son pouvoir est éternel comme celui de l'empereur. En ces temps troublés, ce cadeau d'un empereur catholique à un prince luthérien témoigne d'une volonté de médiation, d'alliance entre les maisons chrétiennes, contre les Turcs qui menacent l'Occident.

De Vinci en pleine luminothérapie Voici Jean-Baptiste débarqué à l’instant des ténèbres, sans un bruit. Le baptizein est « celui qui émerge ». Sa silhouette à peine éclairée par une fumée dorée lui donne un air de génie sorti de sa lampe. Certaines frisettes de l’ado-prophète affleurent à peine de l’huile noire. Apparition photosensible, développement en cours. Bien loin de la Dame à l’hermine découpée tout net devant son rideau noir. Jean-Baptiste, lui, nous fait un petit sourire en coin. Pour sortir des ténèbres, prière de suivre son doigt qui pointe la source de la lumière. Vinci pratique souvent les hommages à Jean-Baptiste, protecteur de Florence. Cette zone d’abîme recouvre bien des symboles. Mais il y a une autre version des ténèbres, moins catholique, plus antique. Cette idée d’un retour à l’unité – héritée de l’Antiquité – se retrouve dans le mythe de l’androgyne. Jean-Baptiste serait une étape intermédiaire.

Tableaux de Léonard de Vinci  Éternels Éclairs Couronne de laurier, par Léonard de Vinci Ginevra de Benci, par Léonard de Vinci L'annonciation, par Léonard de Vinci La belle Ferronière, par Léonard de Vinci La belle Milanaise, par Léonard de Vinci La Cène, par Léonard de Vinci La dame à l'hermine, par Léonard de Vinci Image en haute résolution non disponible La Joconde, par Léonard de Vinci La madone au fuseau, par Léonard de Vinci La madone Benois, par Léonard de Vinci La madone Litta, par Léonard de Vinci La vierge à l'Enfant avec sainte Anne, par Léonard de Vinci La vierge aux rochers, par Léonard de Vinci Le baptême du Christ, par Léonard de Vinci et Verrocchio Le Musicien, par Léonard de Vinci Marie Madeleine, par Léonard de Vinci Saint Jean Baptiste, par Léonard de Vinci Vierge à l'enfant avec Sainte Anne et Saint Jean-Baptiste, par Léonard de Vinci Visage d'une jeune femme (I), par Léonard de Vinci Visage d'une jeune femme (II), par Léonard de Vinci Éloge à Léonard de Vinci * Paul Valéry Découvrez aussi sur ce site Les Peintres

Giuseppe Arcimboldo en 2 minutes En bref Surréaliste avant l’heure, Giuseppe Arcimboldo (1526–1593) a marqué l’histoire de l’art par ses têtes composées de divers éléments, comme des calembours visuels. Célèbre en son temps pour son sens de l’invention, ce peintre italien appartient à la curieuse famille des maniéristes. Arcimboldo fut un véritable artiste de cour auprès de la puissante famille des Habsbourg du Saint-Empire romain germanique. Amoureux de la nature et savant, il renouvela le traitement de l’allégorie par le biais du répertoire grotesque. On a dit de lui « Ainsi va Arcimboldo, du jeu à la grande rhétorique, de la rhétorique à la magie, de la magie à la sagesse. » Roland Barthes, 1978 Sa vie Né à Milan, Giuseppe Arcimboldo est issu d’une famille de peintres. La notoriété d’Arcimboldo semble avoir été rapide, sans que l’on ne connaisse les voies qu’il a empruntées. Les « têtes composées » sont des natures mortes anthropomorphes qui jouent sur l’association entre l’inanimé et le vivant, l’illusion et le réel.

La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci Remerciements : Cette exposition bénéficie du mécénat exclusif de Salvatore Ferragamo Chef-d’œuvre de Léonard de Vinci restauré avec le concours du Centre de recherche et de restauration des musées de France, la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne est au cœur d’une exposition exceptionnelle rassemblant pour la première fois l’ensemble des documents liés à ce panneau. Le début de la lente et complexe genèse du tableau remonterait à 1501, date de sa première mention dans la correspondance d’Isabelle d’Este. Léonard de Vinci ne cessa ensuite de perfectionner cette composition ambitieuse, qu’il laissa inachevée à sa mort en 1519. Esquisses de composition, dessins préparatoires, études de paysage et le magnifique carton de la National Gallery de Londres – jamais présenté à côté du tableau depuis la mort de Léonard – illustrent, entre autres, cette longue méditation et rendent compte des différentes solutions successivement envisagées par le maître. Commissaire(s) :

<em>La Liberté guidant le peuple</em> d’Eugène Delacroix | Histoire et analyse d'images et oeuvres Achevé en décembre, le tableau est exposé au Salon de mai 1831. Il semble né d’un seul élan. Mais il découle des études faites pour les œuvres philhellénistes et d’une recherche nouvelle de détails et d’attitudes.C’est l’assaut final. La Liberté Elle remplace d’Arcole. Les gamins de Paris Ils se sont engagés spontanément dans le combat. L’homme au béret Il porte la cocarde blanche des monarchistes et le nœud de ruban rouge des libéraux. L’homme au chapeau haut de forme, à genoux Est-ce un bourgeois ou un citadin à la mode ? L’homme au foulard noué sur la tête Avec sa blouse bleue et sa ceinture de flanelle rouge de paysan, il est temporairement employé à Paris. Les soldats Au premier plan, à gauche, le cadavre d’un homme dépouillé de son pantalon, les bras étendus et la tunique retroussée. Le paysage Les tours de Notre-Dame, symbole de la liberté et du romantisme comme chez Victor Hugo, situent l’action à Paris. La couleur unifie le tableau.

Portrait d'Isabelle d'Este Léonard de Vinci quitta Milan en 1499 alors que l’armée française pénétrait en Italie. En route pour Venise, il s’arrêta à Mantoue et réalisa à la demande d’Isabelle d’Este cette esquisse d’un portrait qui ne fut jamais peint. Ce dessin extrêmement célèbre est, malgré un état de conservation médiocre, l’une des plus belles interprétations du demi-portrait en buste dans l’œuvre de Léonard. C’est également le seul exemple de dessin rehaussé de plusieurs pigments colorés de la main du maître. Contrefaire le naturel... Depuis 1498, Isabelle d’Este cherchait à obtenir une image d’elle-même, peinte, sculptée ou frappée, qui la satisfasse. ...avec perfection Esquisse singulière dans ses proportions, dans le raccourci du buste, dans son inachèvement même, l’œuvre retient également par l’ambiguïté de son parti. Bibliographie - ARASSE Daniel , Léonard de Vinci. - BAMBACH Carmen C., Drawing and Painting in the Italian Renaissance Workshop. - VIATTE Françoise, Léonard de Vinci.

Chirico au musée de l'Orangerie : 5 œuvres pour comprendre la peinture métaphysique C'est cours des années 1912-1915, lors de son premier séjour parisien, que Giorgio de Chirico forge son vocabulaire plastique, sa peinture énigmatique qualifiée par Apollinaire de « métaphysique ». Le musée de l'Orangerie à Paris met en lumière la genèse de cette œuvre singulière, entre visions somnambules et inspirations philosophiques. Retour sur 5 œuvres à découvrir dans l'exposition jusqu'au 14 décembre. « Il faut découvrir le démon qui est en toute chose. Peintre italien, né en Grèce, Giorgio de Chirico compte parmi les figures majeures de l’art du XXe siècle. 1. Peintre de la mémoire perdue, Chirico fait de la Grèce sa référence suprême. Giorgio de Chirico, La récompense de la devineresse, 1913, huile sur toile, 135,6 x 180 cm, Philadelphia Museum of Art, The Louise and Walter Arensberg Collection, 1950 © Artists Rights Society (ARS), New York / SIAE, Rome © ADAGP, Paris, 2020 2. 3. Chirico affirme avoir vu en songe deux immenses artichauts sur une place. 4. 5.

La Renaissance - De l’Italie, foyer de la Renaissance, à l’ensemble... Des signes avant-coureurs d’une Renaissance artistique pointent en Italie dès le début du XIVe siècle. En peinture, un peintre florentin comme Giotto, par un traitement naturaliste du visage humain, quitte les conventions du gothique de la fin du Moyen-Âge ; à Sienne, Lorenzetti articule paysage et figures au service d’une commande communale, et non plus religieuse, en forme de leçon civique, avec sa fresque Effets du bon et du mauvais gouvernement. Dans la mouvance du poète et humaniste Pétrarque, de jeunes intellectuels florentins se ressourcent dans la culture de la Grèce antique. Plan-relief des fortifications et de la citadelle du Château d’Oléron (Charente-Maritime) conçue par Vauban, 1703. Conservé conservé au Musée des plans-reliefs de l’hôtel des Invalides (Paris) photo © Myrabella La sortie du Moyen Âge Au début du XVe siècle, l’architecte Brunelleschi revitalise les idées de perspective de l’antiquité romaine. Ces avancées marquent la sortie de l’art du Moyen Âge.

Les musées chez soi - Histoire-géographie - Éduscol De nombreuses institutions culturelles proposent des visites virtuelles de leurs collections et des conférences accessibles en ligne. Le site Panorama de l’art – enrichi dans l’espace Éduthèque – propose des images d’œuvres d’art qui couvrent tout le champ de l’histoire de l’art, de la préhistoire jusqu’à nos jours. Les ressources sont indexées par périodes ou par entrées thématiques. Il est par ailleurs possible de découvrir et étudier, sans se déplacer, une importante sélection de tableaux, dessins, sculptures et autres œuvres d’art des musées. Aussi, le Grand Palais, le Centre Pompidou, la Bibliothèque nationale de France, le Louvre ou encore le Louvre-Lens ont mis en ligne des podcasts de leurs conférences en lien avec leurs dernières expositions. Autres actualités en lien :

Related: