background preloader

Législation sur le cannabis

Législation sur le cannabis
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page présente un aperçu des législations sur le cannabis dans le monde. Le cannabis est mis hors la loi dans la majorité des pays du monde au cours du XXe siècle : la convention unique sur les stupéfiants de 1961 proscrivant le cannabis dans tous les pays signataires est indéniablement une retombée du Marihuana Tax Act de 1937 aux États-Unis d'Amérique. Depuis les années 2000, le Canada et plusieurs autres pays ont commencé à distinguer l'usage médical du cannabis de la possession simple de cannabis. La culture, la possession pour usage privé et la distribution sont généralement réglementées. De nombreuses voix se sont fait entendre, de par le monde, pour demander un assouplissement de la législation sur le cannabis. Conventions internationales[modifier | modifier le code] L'Organisation des Nations unies (ONU) a établi plusieurs conventions internationales[3] : Australie[modifier | modifier le code] Canada[modifier | modifier le code] Related:  Le cannabis dans le mondeDébat légalisation cannabis

Cannabis : les effets ballon de la politique française Le Maroc envisage la légalisation du cannabis - Zamnesia Avec l'expansion à travers le monde de la réforme des politiques sur le cannabis, le Maroc envisage de rejoindre le mouvement. Quand on considère que plus de 42% du haschisch produit dans le monde vient de ce pays, c'est probablement une bonne idée ! Le cannabis est une partie importante de la culture marocaine et un élément vital pour beaucoup de marocains. Il faut noter que Mulouda Hazib, le chef de la délégation parlementaire du PAM, a tenu à réaffirmer que ce n'était pas une manœuvre pour légaliser la production de drogue, mais plutôt une exploration des possibilités de changement de la loi pour qu'elle bénéficie à l'économie et qu'elle crée des emplois dans le secteur de l'usage médical et industriel de cannabis. Une campagne pour stopper le marché illégal Pendant la dernière décennie, les autorités marocaines ont travaillé dur pour réduire la quantité de terres utilisées pour la culture du cannabis. Comment le peuple en tirerait profit ?

Mafia américaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La mafia américaine ou mafia italo-américaine désigne les réseaux du crime organisé américain, composé, à ses débuts d'immigrés italiens et surtout siciliens. Elle a rapidement pris son autonomie par rapport à la Cosa Nostra sicilienne, bien qu'elle se soit parfois associée à celle-ci, par exemple dans le cadre de la Pizza Connection, un trafic d'héroïne organisé dans les années 1970-80. Ce groupe s'est installé aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, étant particulièrement présent à New York, Chicago, Philadelphie ou La Nouvelle-Orléans. Au cours de son histoire, de nombreux criminels originaires d'autres pays (Irlande, Russie, Europe de l'Est notamment) se sont greffés ou alliés à la mafia, mais des groupes criminels spécifiquement italo-américain existent toujours aux États-Unis, parmi d'autres réseaux de crime organisé international apparus ou développés plus récemment. Origines[modifier | modifier le code]

Répression et consommation Manifestation pro-légalisation à Mexico (Reuters) La France est l’un des moutons noirs du pétard en Europe. Non contente d’être l’un des pays les plus répressifs de l’Union, elle est également l’un de ceux où l’on fume le plus. Les chiffres sont sans appel : 22% des jeunes Français auraient consommé du cannabis au cours du dernier mois –record européen– contre 1% en Suède. En 2005, près de 4 millions de nos compatriotes avaient ainsi expérimenté cette drogue et plus d’un demi-million en consommaient même tous les jours. Ces chiffres sont connus, d’autres le sont moins. Côté idées reçues, le rapport nous apprend que « les cadres s’avèrent plus souvent consommateurs réguliers que les ouvriers » . Arrestations d’usages de drogues 1985-2005 (OFDT) Côté répression, chaque année, 90000 personnes sont interpellées pour usage de cannabis (contre 12000 il y a vingt ans) et la répression coûte à l’Etat plus de 500 millions par an, soit 0,4% du PIB.

De plus en plus d’Etats américains autorisent le cannabis, Conso - Distribution Conjoncture Croissance : l'Insee refroidit les espoirs du gouvernement Le PIB ne devrait progresser que de 0,7 % cette année selon l’Insee. Le gouvernement, qui espère 1 % de croissance, voit ses objectifs fragilisés. Le... Politique François Hollande se tourne à nouveau vers l’Europe Le président prône plus que jamais une politique de relance et d’investissements dans l’Union. Société La CEDH demande en urgence le maintien en vie de Vincent Lambert +DOCUMENTS Alors que le Conseil d’Etat s’est prononcé mardi pour l’arrêt des soins qui maintiennent en vie Vincent Lambert, la Cour européenne des Droits...

Le tabac coûte cher à la société Les coûts du tabac sont multiples et de nature diverse Il existe différentes manières d’évaluer les coûts du tabagisme et il est impossible de tous les chiffrer. Le tabagisme est en effet avant tout un problème de santé publique qui engendre une diminution de la qualité de vie, de la détresse et de la souffrance. La complexité de l’évaluation résulte également de la multiplicité des domaines concernés, de l’absence de données dans certains domaines, ou du moins de données partielles. Les économistes ont élaboré différents modèles et distinguent généralement les coûts directs, comme les dépenses engagées pour soigner les malades du tabac, des coûts indirects, comme les journées de travail perdues et leur indemnisation en raison des arrêts maladie. Contrairement aux idées reçues, le tabac ne “rapporte” pas, mais induit un coût extrêmement élevé à la collectivité. Pour plus de précisions sur l'évaluation du coût social des drogues en France. Crédits photo : © Ewe Degiampietro

Drogues: selon les chiffres de l'OMS, réprimer n'est pas jouer Saisie de marijuana à Cali en Colombie (Jaime Saldarriaga/Reuters). Voilà bien longtemps que je n’avais pas sévi dans ce blog (d’autres tâches accaparant tout mon temps à Rue89). Pourtant, je n’ai pas pu résister à la lecture de cette étude internationale basée sur des données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et dont la principale conclusion est : « Les pays dotés d’une législation sévère à l’encontre des consommateurs n’enregistrent pas des taux de consommation inférieures à ceux des pays bénéficiant d’une législation plus libérale [...] Evidemment, tout cela est bien connu de tous ceux qui s’intéressent de près au sujet des drogues. Il apparait ainsi dans ces travaux, rendus publique au début du mois dans le journal en ligne PLoS Medecine et portant sur dix-sept pays, que les Etats-Unis sont, et de loin, les principaux consommateurs de cocaïne et de cannabis au monde, alors qu’ils mènent également l’une des politiques les plus répressives.

Le cannabis dans le monde : de la légalité encadrée à la peine de mort La légalisation de la vente du cannabis à usage récréatif dans deux Etats américains ainsi qu’en Uruguay a relancé le débat sur la dépénalisation. Tolérés dans certaines contrées, totalement interdits dans d’autres, la marijuana et le haschich sont régis par des lois extrêmement variées suivant les pays. Petit état des lieux des législations dans le monde. Consommation légale mais encadrée Les Pays-Bas ont joué un rôle de précurseur en Europe en dépénalisant le cannabis dès 1976, ce qui entraîna l’ouverture des premiers coffee-shops, ces établissements où la vente de cannabis est contrôlée et limitée (la tolérance est passée de 30 g à 5 g par personne). La culture du cannabis est également autorisée (cinq plants par personne) mais uniquement pour usage personnel. L’Uruguay a pour sa part adopté la liberté totale en décembre 2013 et fait désormais office de pays le plus permissif au monde pour l’usage de la marijuana à des fins récréatives. Consommation dépénalisée Par Christophe Carmarans

Le cannabis de mauvaise qualité est-il dangereux? - Stop-Cannabis.ch Cannabis frelaté: pourquoi et comment ? L'herbe de cannabis ou la résine de cannabis peuvent être coupées avec différentes substances, inactives ou toxiques: colle, cire, terre, henné, laque, sable, talc (silicate de magnésium), hydrocarbures aromatiques, autres herbes, pollen, microbilles de verre, seules ou mélangées à du sable, microbilles de silice...On a même des exemples de cannabis frelaté au plomb. Les agents de coupe les plus fréquemment utilisés sont les microbilles de verre, associées ou non à du sable. Le cannabis peut aussi être adultéré avec des substances pour améliorer son aspect s'il est de mauvaise qualité. Enfin, le cannabis peut être associé à des corps gras (lait, crème, beurre) afin de favoriser la résorption des cannabinoïdes dans le sang au travers des muqueuses digestives. Risque d'intoxication La présence de substances telles que le plomb dans le cannabis peut être à l'origine d'intoxication. Risques pulmonaires Références Autres sources : Evrard I.

Un marché de 2 milliards d'euros Le ministre de l'Intérieur a annoncé mercredi que tout serait fait pour éradiquer ce fléau «qui irrigue la délinquance». «C'est le ministre de l'Intérieur de Paris !», se flattait un retraité qui venait de lui serrer la main. ­ 75 tonnes de cannabis saisis l'an dernier Il a révélé mercredi que les opérations de lutte contre les stupéfiants conduites par la police et la gendarmerie ont augmenté de 38 % depuis le début de l'année 2009 avec 194 procédures diligentées. Sa visite du jour lui a permis d'assister sur une aire de stationnement, proche de la frontière espagnole, à une simulation d'interception de go fast, ces voitures de luxe, souvent de gros 4 × 4, qui remontent l'autoroute à vive allure depuis Malaga en Espagne, le coffre chargé de drogue .

Le cannabis thérapeutique légal à New York Le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo et les parlementaires de l'Etat ont annoncé jeudi avoir conclu un accord autorisant un accès limité au cannabis pour usage médical, faisant de New York le 23e Etat des Etats-Unis autorisant cette drogue pour des visées thérapeutiques. Le programme, qui interdit de fumer le cannabis, mais autorise son ingestion ou sa vaporisation, sera réglementé par le département de la Santé de New York. Il comprendra une clause autorisant le gouverneur à l'arrêter à tout moment, a précisé Andrew Cuomo lors d'une conférence de presse. Le Congrès de l'Etat doit maintenant voter le compromis. Seuls les personnes souffrant d'une affection grave comme la maladie de Parkinson, le cancer ou le sida seront autorisés à se voir prescrire du cannabis. Vingt-deux Etats américains sur 50, en plus du District of Columbia, autorisent l'usage médical du cannabis, selon le groupe Marijuana Policy Project.

Légalisation du cannabis : un texte en débat pour la première fois au Sénat La sénatrice écologiste Esther Benassa porte devant la Chambre haute une proposition de loi relative à la libéralisation de l'usage et de la vente du cannabis. Sujet de débat récurrent, "c'est la première fois que l'on dépose un texte dans ce sens", a-t-elle expliqué à France Info. "Il y a 13,4 millions d'expérimentateurs et entre un et deux millions de consommateurs réguliers" explique Esther Benassa, sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, porte ce mercredi devant le Sénat une proposition de loi relative à la libéralisation de l'usage et de la vente du cannabis. "Aujourd'hui, il y a aussi 122.000 interpellations par an pour détention de cannabis". "Ouvrir des campagnes comme pour le tabac et l'alcool" "L'argent que gagne le milieu criminel par la drogue pourrait être investi dans la prévention, tout du moins les taxes." "Le cannabis n'est pas un produit anodin. Esther Benassa : "Il y aura moins d'interpellations sauf pour la détention illégale"

Ce que les policiers en pensent A la terrasse d’un café rue Montorgueil, le flic boit rapidement son Coca, parle des journalistes, de ses vacances. Soudain, son cou s’allonge. “Derrière vous, il y a deux jeunes en train de charger un plant de cannabis dans le coffre d’une bagnole.” Il reste assis : pas en service, c’est pas son affaire. “Ils sont immatriculés dans l’Eure. Avec la touche qu’ils ont, ils n’arriveront pas jusque là-bas sans se faire contrôler.” “L’usage illicite de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est puni d’un an d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende”, rappelle le code de la Santé publique. "La dépénalisation du cannabis, on l’applique déjà" Au plus bas échelon de la police, on ne conteste pas. Commandant, ancien des stups, Philippe* voit les choses différemment après plus de quinze ans de terrain. Les consignes émanent du parquet, à travers ses notes d’action publique. Sociologue spécialiste de la police, Frédéric Ocqueteau explique cette bizarrerie :

Related: