background preloader

V pour Vendetta

V pour Vendetta
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sortie du film était initialement prévue par Warner Bros. le (un jour avant le 400e anniversaire de la Guy Fawkes Night, célébrant la Conspiration des poudres du ), mais a été retardée jusqu'au . Alan Moore, mécontent des adaptations cinématographiques de ses œuvres From Hell et La Ligue des gentlemen extraordinaires, a refusé de voir le film et a pris ses distances vis-à-vis de la production. Les scénaristes ont supprimé de nombreuses allusions anarchistes et des références aux drogues présentes dans l’histoire originale et ont aussi modifié le message politique afin de le rendre plus pertinent pour un public du XXIe siècle. Le lendemain, les journalistes de la British Television Network (BTN) annoncent cependant que le gouvernement avait prévu de longue date la destruction du bâtiment. L’armée lance un assaut contre la Tour Jordan, siège de la BTN, prise en otage par V. Sources voxographie : Voxofilm (VF)[2] et doublage.qc.ca (VQ)[3] Related:  TPE Anti-héros

Fiction / Réalité Le roman a commencé à signifier au moyen âge, un récit en prose ou en vers, en langue vulgaire ou romane (et non le latin.) A partir du 16e siècle, le roman se définit comme une œuvre de fiction écrite en prose, racontant les aventures et l’évolution d’un ou de plusieurs personnages. En tant que œuvre de fiction, le roman ne se soucie pas tellement de la vérité, mais, met en avant la vraisemblance. Le genre romanesque est caractérisé d’abord par sa diversité, sa capacité à aborder tous les sujets. Le roman se caractérise aussi par une structure bien définie qui comprend : Le narrateur : c’est un être fictif, différent de l’auteur, qui raconte l’histoire. Par ailleurs, le roman présente la particularité de ne pouvoir se réduire à l’histoire qu’il raconte, il faut tenir compte aussi du style, du langage, du rythme, de la construction, qui sont les siens. La plus grande partie de la production romanesque n’a guère d’autre but que de divertir.

La réalité habite la fiction Au fil d’un parcours serré, Olivier Caïra montre que la fiction ne s’oppose ni à la vérité, ni à la réalité. C’est une invitation à suspendre les règles ordinaires de la communication et de l’action. Une partie d’échecs, sur ce plan, vaut bien un roman ou un film. On vous dira que « la marquise sortit à cinq heu­res », ou « il était une fois un prince » sont les introductions typiques d’un roman et d’un conte, œuvres de fiction s’il en est. C’est vrai, mais il y a aussi des romans à la première personne, qui pourraient aussi bien être d’authentiques mémoires. Qu’est-ce que la fiction et comment la définir ? La fiction, souligne O. Si la fiction n’est pas un genre artistique, qu’est-ce donc ? O. Le philosophe Jean-Marie Schaeffer, lui, voit dans la fiction surtout le produit dérivé de nos dispositions – présentes dès l’enfance – à la feinte et au jeu. Selon O. Ce qu’il y a sans doute de plus remarquable dans les réflexions d’O. En fait, explique O.

Problématique Fascisme "Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique Définition du fascisme Etymologie : de l'italien fasci, faisceau (emblème de l'autorité de la Rome antique utilisé par les milices de Mussolini). Au sens strict, le fascisme est le régime, né de la crise qui a suivi la Première Guerre Mondiale, mis en place par Benito Mussolini en Italie de 1922 à 1945. Le régime fasciste entend faire de la nation une communauté unique rassemblée derrière un seul homme (culte de la personnalité et importance de la hiérarchie), avec un individu qui doit s'effacer devant l'Etat. Le fascisme est une des formes du totalitarisme. Outre les nationaux-socialistes allemands, le régime fasciste de Mussolini a influencé d'autres mouvements en Europe : Phalange en Espagne, Garde de fer de Codreanu en Roumanie, Oustachi de Pavelitch en Croatie, Croix-Fléchées de Szalasi en Hongrie... >>> Terme connexe : Autoritarisme >>> Terme connexe : Dictature >>> Terme connexe : Fachosphère >>> Terme connexe : Nazisme

Citations Je sais que je ne peux prouver que ce n’est pas un de leurs pièges mais ça m’est égal. Je suis moi. Je m’appelle Valérie. Je suis née à Nottingham en 1985. En 2002 je suis tombée amoureuse d’une fille qui s’appelait Christina. J’ai toujours su ce que je voulais faire de ma vie. Orange mécanique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Orange mécanique (A Clockwork Orange) est un film britannique de Stanley Kubrick, sorti sur les écrans en 1971. Adapté du roman d'Anthony Burgess, L'Orange mécanique (A Clockwork Orange dans son édition originale britannique de 1962)[1], il est à classer dans les films d'anticipation, mais peut également se voir comme une satire de la société moderne. Ici, c'est une vision d'une cité urbaine où les jeunes ont pris le pouvoir qui est présentée au spectateur. Alex DeLarge, un sociopathe qui s'intéresse au viol, à la musique classique et à l'« ultraviolence », dirige un petit gang de voyous (Pete, Georgie et Dim), qu'il appelle ses droogies (qui provient du russe, друг qui signifie « ami » ou « pote »). Orange mécanique a été sélectionné par Le National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ». Synopsis[modifier | modifier le code]

Philosopher avec Stanley Kubrick (1/4) : Orange mécanique - Idées Par Adèle Van Reeth Réalisation : Mydia Portis-Guérin Sam Azulys MC © Radio France Stanley Kubrick premier épisode: Orange mécanique. Sur l’écran, un visage légèrement incliné vers le bas, les yeux en direction des nôtres, chapeau rond enfoncé sur le front, œil gauche qui soutient notre regard, œil droit intensifié par deux rangées de faux-cils, créant une asymétrie troublante que vient relayer une fossette légèrement plus marquée que l’autre. C'est l'une des questions parmi de nombreuses autres, que nous allons nous poser aujourd'hui en compagnie de Sam Azulys. Références musicales: - Wendy Carlos, Beethoven, Title music - Wendy Carlos, Beethoven, Theme - Gene Kelly, Singin' in the rain - Stupeflip, La menuiserie - Wendy Carlos, Beethoven, Symphonie n°9, Ode to joy Lecture: - F.Nietzsche, Le nihilisme européen (Kimé, 1997) Livre cité: Oswald Spengler, L'homme et la technique ( Gallimard) "Deux minutes papillon" par Géraldine Mosna-Savoye: les caniches sont-ils la preuve du destin ?

Orange mécanique de Stanley Kubrick Dans un futur assez proche, Alex et ses drougs, Georgie, Dim et Pete, réunis au milk-bar Korova, se creusent le rassoudok au sujet du programme de leur soirée. Le lait enrichi de vellocet, de synthemesc ou de drencrom les surexcite et les rend apte à l'ultra violence. Sur les quais, ils rencontrent un vieux kroumir, poivrot crasseux et saoul, qu'ils tabassent. Dans un casino délabré, ils attaquent Billyboy et ses quatre drougs qui s'apprêtaient à un petit coup de va-et-vient avec une jeune devotchka qui chialait. Alex rentre chez son papa et sa maman dans l'immeuble municipal au 18 A, alignement Nord. Alex est arrêté et passe deux ans en prison où il est l'assistant du prêtre. Le traitement provoque, paralysie, terreur vomissement, sentiment d'impuissance, de mort et d'étouffement lorsqu'il est associé aux images de la violence : coups, viols, défilé de Nuremberg, bombardements, destructions. Libéré après ces quinze jours de cure, Alex fait la une des journaux. La jouissance du mal

V Poster Images

Related: