background preloader

Analyse OTTO DIX , La Guerre

Analyse OTTO DIX , La Guerre
OTTO DIX, La guerre, triptyque de 1929- 1932 La Guerre est une œuvre qu’on peut qualifier d’expressionniste d'Otto DIX, peintre allemand, engagé volontaire au début du conflit de la première guerre mondiale et qui en revient révolté et pacifiste. Cette œuvre est donc celle d'un homme qui a vécu l'horreur et l'inhumanité de la "Grande Guerre" et qui témoigne de son expérience de soldat en représentant un champ de bataille où la mort et la cruauté règnent en maîtres. Otto DIX réalise La Guerre entre 1929 et 1932 c'est à dire plus de dix ans après l'armistice, à une période où les idées nationalistes trouvent de nouveau une place en Allemagne et où les gens commencent à oublier les terribles souffrances apportées par la guerre. Cette œuvre composée de trois panneaux principaux est appelée triptyque. Dans le retable d'Issenheim il est aussi question de mort de souffrance et de résurrection puisque le panneau central est une crucifixion (c'est à dire le Christ sur la croix). Related:  La Guerre d' Otto Dix

texte_analyse.pdf Otto Dix peintre - Biographie Otto Dix, oeuvres, tableaux Otto Dix, expositions et citations "La peinture n'est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! L'artiste peintre allemand Otto Dix (Wilhelm Heinrich Otto Dix), naît le 2 décembre 1891 à Untermhaus près de Gera. Au cours de son enfance, Otto Dix séjourne souvent à Naumburg, chez le peintre Fritz Amann. De 1897 à 1906, il fréquente l'école primaire de Untermhaus, où il est encouragé par son professeur de dessin, Ernst Schunke. Otto Dix (à droite) - Deutsches Bundesarchiv - Photo Zimontkowski Otto Dix entre à l'école des Arts décoratifs de Dresde en 1910, auprès des professeurs Richard Mebert, Paul Naumann et Richard Guhr. Lors de la première guerre mondiale, après avoir été formé comme mitrailleur à Bautzen, Otto Dix est envoyé au front, en France, en Flandre, puis en Russie et de nouveau en France. Otto Dix Dans ses oeuvres, Otto Dix ne fait preuve d'aucun respect pour les combattants, ses anciens camarades. En 1920, il peint "Erinnerung an die Spiegelsäle von Brüssel".

HDA - OTTO DIX fiche 3e_Mise en page 1 - SYNTHESE-OTTO DIX-Les-joueurs-de-skat.pdf Otto Dix - Le blog de l'association de sauvegarde de la Chapelle Ste Berthe "Je ne suis pas obsédé par le fait de montrer des choses horribles, tout ce que j'ai vu était beau." "La peinture n'est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! J'ai vu ça, je peux encore m'en souvenir, je dois le peindre." "Tout art est exorcisme" Autoportrait en soldat Autoportrait avec un casque d'artillerie (1914) Autoportrait en cible (1915) Autoportrait en Mars (1915) Otto Dix (debout) 1916 Bapaume (1916) Coup au but (1916) Le rang décimé (1916) Corps à corps (1917) Amoureux sur une tombe (1917) Danse de la mort (1917) Signaux lumineux (1917) Tranchées (1917) Tranchées (1918) Languemarck (février 1918) Leda (1919) Invalides de guerre jouant aux cartes (1920) Souvenir de la galerie des glaces à Bruxelles (1920) La guerre (1923-32) détail : panneau central du tryptique La guerre "Il me fallait cette expérience : comment quelqu’un situé juste à côté de moi pouvait tomber tout à coup et disparaître. "J’ai étudié la guerre de très près. [...] inShare

Zeitschrift bauhaus 6 - Schlemmer! : Zeitschrift bauhaus 6 Ausgabe 6 der Zeitschrift »bauhaus« steht ganz im Zeichen eines der vielseitigsten und berühmtesten Bauhäuslers überhaupt, der 2013 seinen 125. Geburtstag gefeiert hätte und vor einer großen Wiederentdeckung in den Museen der Welt steht: Oskar Schlemmer. Von 1921 bis 1929 leitete er mehrere Werkstätten in Weimar und Dessau und schuf mit der Bauhausbühne ein Theaterlabor von Weltgeltung. Als bildender Künstler gehört er zu den wegweisenden Malern des 20. Jahrhunderts und prägte das Bild des »Neuen Menschen« entscheidend mit. Das neue Heft »Schlemmer! Und im Magazinteil lesen Sie: „bauhaus“ war zum ersten Mal zur Eröffnung des Dessauer Bauhausgebäudes im Dezember 1926 erschienen. "bauhaus" ist in gut sortierten Buchhandlungen und in Museumsshops erhältlich, vertrieben wird die Zeitschrift von spector books, Leipzig.

Otto DIX, La Guerre, 1929-1932 - L'Histoire des Arts au Collège Abbal Otto DIX, La Guerre, 1929-1932 (panneau central 204x204 cm, panneaux de côté 204x102 cm) La Guerre est une oeuvre d'Otto DIX, peintre allemand, engagé volontaire au début du conflit de la première guerre mondiale et qui en revient révolté et pacifiste. Cette oeuvre est donc celle d'un homme qui a vécu l'horreur et l'inhumanité de la "Grande Guerre" et qui témoigne de son expérience de soldat en représentant un champ de bataille où la mort et la cruauté règnent en maîtres. Cette oeuvre composée de trois panneaux principaux est appelée triptyque*, elle rappelle la forme des retables** de la Renaissance que le peintre n'a pas choisie par hasard puisqu'il évoque avec son triptyque une oeuvre majeure de la Renaissance : Le retable d'Issenheim de Mathias GRÜNEWALD. Ainsi, en utilisant la forme du triptyque Otto DIX cite très directement le retable d'Issenheim et par cette évocation ajoute une strate d'horreur à l'horreur déjà représentée dans son oeuvre. I.

Otto Dix : La Guerre. Analyse HDA Présentation de La guerre d’Otto Dix La Guerre d’Otto Dix a été peinte entre 1929 et 1932. C’est un triptyque, c’est-à-dire une œuvre peinte sur trois panneaux en bois que l’on peut replier. Biographie d’Otto Dix Otto Dix est né en 1891 à Untermhaus en Allemagne d’un père ouvrier et d’une ancienne poète. A la fin de la guerre, Otto quitte Gera pour Dresde ou il commence à adopter l’expressionisme et le collage. Quand les nazis arrivent au pouvoir, ils qualifient Otto Dix d’artiste dégénéré et est renvoyé de son poste de professeur à l’académie de Dresde. Il est engagé de force dans l’armée pour la seconde guerre mondiale en 1944 mais se fait capturer par les troupes françaises. Histoire des arts Brevet 2014 Contexte historique La Guerre a été peinte entre 1929 et 1932. Le triptyque ne fut exposée que brièvement à Berlin pour l’exposition « Art dégénéré » avant qu’il ne soit caché des nazi qui auraient pu le détruire. Analyse de La Guerre d’Otto Dix Ensemble des panneaux Conclusion

HDA 3ème : Fiche analyse "les joueurs de Skat " de Otto DIX - Le blog des Arts Plastiques du college Barbot EPOQUE CONTEMPORAINE / XX ème siècle THEMATIQUE/ ŒUVRE D’ ART ET POUVOIR (propagande/résistance/mémoire) PREMIER CONSTAT : introduction/présentation (Ce que je vois) -une image sur papier (reproduction en couleur) -il s’agit de la photographie d’une peinture -les indications : Titre = LES JOUEURS DE SKAT Auteur = Otto DIX, artiste Allemand né en 1891 mort en 1969 Date = 1920 Format = 110 x 87 cm Technique = huile sur toile et collages Lieu de conservation = Galerie Nationale de Berlin INVENTAIRE RAISONNE : description (Ce que je perçois) Ce tableau représente une scène banale de la vie quotidienne où des hommes jouent aux cartes. L’homme à gauche présente à l’évidence de nombreuses et horribles cicatrices qui lui couvrent le visage. La gamme chromatique employée volontairement par Otto Dix exclue ici les couleurs vives. La construction du tableau manque d’équilibre, Dix organise volontairement celui-ci en une succession de lignes confuses ou brisées afin de faire écho à son sujet.

Le corps des morts Contexte historique Les eaux-fortes présentées ici appartiennent à un cycle de gravures intitulé « La Guerre » et réalisé par Otto Dix en 1924. Il s’agit de cinq albums comprenant chacun dix gravures. Ces derniers s’inscrivent dans la continuité de dessins réalisés sur le front de 1915 à 1918 par le peintre, engagé volontaire dès l’entrée en guerre de l’Allemagne en août 1914. L’essentiel de ce cycle a trait à la représentation des morts, corps atrocement mutilés, en phase de décomposition. Analyse des images Avec un souci inouï du détail qu’accentue l’intensité du clair-obscur, le peintre s’attache ici à représenter la déshumanisation des corps et la bestialité de la mort : « La guerre, c’est le retour à l’animalité : la faim, les poux, la boue, ce bruit infernal… En regardant les tableaux d’autrefois, j’ai eu l’impression qu’on avait oublié un aspect de la réalité : la laideur », indiquait Dix. Interprétation La représentation des corps par Dix trahit l’expression du trauma.

Related: