background preloader

Le contrôle des femmes par le vêtement

Le contrôle des femmes par le vêtement
Saviez-vous qu’avant le 31 janvier 2013, le port du pantalon par les Parisiennes était passible d’emprisonnement ? Cette ordonnance vieille de 2 siècles interdisait ainsi aux femmes de « se travestir », avec une tolérance pour celles qui devaient « tenir un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Le ministère des droits des femmes vient seulement de l’abroger. Les hôtesses d’Air France, ont, quant à elles, dû attendre 2005 pour pouvoir porter le pantalon. Une avancée « pas du tout anecdotique car les inégalités entre les sexes passent par la dimension symbolique", précise l'historienne Christine Bard, également attachée à la féminisation des noms de métiers. Le vêtement féminin est, en effet, bien plus qu’un simple bout de chiffon. La jupe, plus particulièrement, constitue un élément premier de distinction de genre. Aujourd'hui encore, ce choix n'est pas partout possible, puisque certaines professions exigent le port obligatoire de la jupe.

http://www.toutalego.com/2013/04/longueur-de-la-jupe-port-du-pantalon.html

Related:  Anatomie et rapport au corps fémininvulvesexe

Et si les rôles des hommes et des femmes étaient inversés dans la pub ? La réclame tombe parfois, trop souvent, dans des travers sexistes. Les femmes sont soumises et un peu bêtes, les hommes virils et dominateurs. Trois étudiants de l'université canadienne de Saskatchewan, Sarah Zelinski, Kayla Hatzel et Dylan Lambi-Raine, se sont mis en tête pour un cours sur le genre d'inverser les stéréotypes des publicités dans une vidéo mise en ligne sur YouTube (et déjà vue plus de 800 000 fois depuis début avril). En introduction, ils compilent une sélection de campagnes anciennes et récentes où les femmes ne sont que des objets dédiés au plaisir des hommes. «Ces standards de beauté mis en avant affectent la manière dont les hommes et les femmes perçoivent le corps féminin, écrivent-ils, entre 2000 et 2009, il y a eu une augmentation de 36% des opérations d'augmentation mammaire.»

"Si tu transpires, t'es pas sexy !", ou la création du besoin par la honte Marlon Brando dans Un tramway nommé désir (DR) J’ai envie de faire aujourd’hui un arrêt sur image sur une publicité dont le slogan ne vous a peut-être pas échappé si vous avez allumé votre téléviseur ces derniers temps : « Si tu transpires, t’es pas sexy ». Utilisation de la seconde personne du singulier et adolescents en pleine mutation hormonale comme coeur de cible : voyons comment, de manière insidieuse, une simple publicité crée du besoin par la culpabilité corporelle. Une cible jeune

Libération sexuelle et liberté à disposer de son corps Liberté, quelle liberté, où en sont les femmes ? Entre timides battues en brèche, violents retours de bâtons, le système patriarcal contre lequel nous sommes mobilisé-e-s, détient probablement le record de longévité des systèmes d’oppression. Il sévit dans tous les domaines mais affectionne particulièrement l’intime et la sexualité. La rééducation périnéale : réappropriation par la femme de son corps Je suis sage-femme depuis 1990, et j’ai commencé par travailler au chu de Montpellier : centre d’orthogénie, grossesses à risque, chirurgie, salle de naissance, suites de couches. Après la naissance de mon deuxième enfant, j’ai eu envie d’explorer « le service après-vente » de la naissance. Je me suis donc installée en cabinet libéral fin 1998 et je pratique la rééducation périnéale. La rééducation périnéale a pour objectif de guérir l’incontinence urinaire, d’améliorer les prolapsus et prévenir la survenue de ces pathologies à plus ou moins long terme. Dans le post-partum, cette rééducation réalisée par une sage-femme permet de surcroît une prise en charge plus globale de la mise en place de l’attachement mère-enfant, et prépare la nécessaire triangulation avec le père, qu’il soit présent ou non. Pour se réapproprier quelque chose il faut en avoir été dépossédé.

Poilorama Description Une enquête pop à rebrousse-poil, à la fois touffue et légère, dans les coulisses de la fabrication d’une norme : les peaux lisses. Rasé, arraché, électrocuté ou flashé, jamais l’ennemi n’a été autant traqué dans l’intimité des salles de bain. Le travestissement est-il signe de décadence virile ? Il existe sur le phénomène des hommes-objets un nombre croissant d’études, car le fait que des hommes soignent leur corps, utilisent des cosmétiques et éventuellement portent des vêtements dévolus à l’autre sexe, s’accompagne d’une intense réflexion sur ce qui est perçu comme une «perte de virilité», une «érosion des valeurs masculines» voire pire : «une dégradation des repères moraux qui structurent notre société». Ce que l’on désigne comme une «féminisation des mâles» en lui attribuant la valeur d’une décadence n’est peut-être rien d’autre que la résurgence d’un idéal masculin qui prévalait à d’autres époques (1). De quand date notre conception de ce que doit être un homme (poilu, dédaigneux de son apparence, n'ayant aucun goût pour la mode, ni pour les bijoux)? «Par ailleurs, ajoute Eric Macé, il n’existe qu’une forme normale de sexualité, l’hétérosexualité, autant que possible au sein de la même race, dans le cadre du mariage et à des fins fécondantes.

Je ne suis pas « féminine »... et alors ? Yun n’est pas vraiment une fille considérée comme « girly ». Entre le côté assumé et la frustration de n’être souvent perçue que comme un garçon manqué, petit récap’ d’une fille pas « féminine ». Pour moi, être féminine c’est pas forcément une histoire de robes, de talons et de cheveux parfaitement coiffés chaque jour. Mais j’ai toujours eu du mal à trouver ma place, à être en adéquation entre la manière dont je me perçois et l’image que je donne de moi. Plus Tomboy que Laura Ingalls… Petite, j’étais déjà un « garçon manqué ».

Les Femen, un féminisme de type néocolonial LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sara Salem (Doctorante à l'Institut des sciences sociales des Pays-Bas) Groupe féministe basé en Ukraine, une république ex-soviétique, les Femen se sont fait connaître depuis quelques années par des actions provocatrices de grande ampleur et une stratégie systématique de confrontation. L'une de leurs pratiques emblématiques consiste à manifester seins nus afin d'affirmer que leur corps n'est pas un instrument au service d'une société patriarcale, mais qu'il leur appartient. Le corps des femmes étant instrumentalisé en permanence par les hommes et les médias, leurs manifestations sont une façon de se réapproprier le corps féminin comme symbole de résistance contre la société patriarcale. Se dénuder est donc un moyen par lequel les femmes peuvent "récupérer leur corps" dans le combat d'ensemble contre un système patriarcal.

Etude : les préservatifs sont bons pour la santé des vagins On savait déjà que les préservatifs protègent du sida et autres maladies sexuellement transmissibles. Voici une nouvelle raison de sortir couverts comme disent les campagnes qui promeuvent l’objet en latex. Selon une étude chinoise publiée dans la revue Plos one, le latex permettrait d’augmenter la présence dans le vagin de bactéries positives, les lactobacilles. Pour mener à bien cette étude, 164 femmes mariées et sexuellement actives ont été observées. Parmi elles 43,9% ont toujours utilisé des préservatifs, 34,8% un stérilet et 21,3% ont utilisé la méthode ogino. Résultat ? L'automutilation : témoignage et éclairage psychologique Certaines personnes s’automutilent. Comment et pourquoi en arrivent-elles à se blesser elles-mêmes, et comment les aider ? Justine s’est appuyée sur le témoignage d’une madmoiZelle pour vous donner des pistes.

agone Etre une femme respectable. Une lutte pour la reconnaissance Il y a des livres comme ça : on se dit qu’au lieu de défaire les boulons et de poser les pièces à plat, il vaut mieux tirer le fil qui tient le tout avant de revenir à la structure. Mais où prendre le fil, par quel bout commencer ?

Related: