background preloader

Les historiens de garde -

Les historiens de garde -

http://www.leshistoriensdegarde.fr/

Related:  Histoire, économie, philosophieHistoire, Ecole, LobbyHistoire Générale (Philosophie et Épistémologie)

Inventaire non exhaustif des âneries du Métronome « Strathistorique Soyons brefs et efficace (non je déconne, ça sera long, rude, et j’espère détaillé). Récemment, petite affaire d’un jour sur Twitter, la toile s’est moquée de ce bon vieux Lorant Deutsch. Le point de départ d’une journée de 7000 tweets sous le hashtag #JoueLaCommeLorantDeutsch, c’était une capture d’écran (que j’ai tweetée) faite sur le site des Goliards, qui reprenait un propos aberrant de notre « passeur d'(H)histoire(s) » préféré : Arrêtons nous un instant sur cette magnifique suite d’affirmations à la fois péremptoires, erronées, et hors du champ même de la vulgarisation. Si on considère que Notre-Dame de Paris est le point d’orgue du gothique, il faudra alors sérieusement reconsidérer les créations postérieures, et les – de fait – trois siècles pendant lesquels le gothique « survivrait » à ce point d’orgue. L’architecture gothique, loin d’être seulement bornée aux cathédrales, a de très beaux jours après 1200 et probablement meilleurs que ceux de Notre-Dame post-Viollet le Duc.

La Machine à fantasmes - Jean-Clément MARTIN La Machine à fantasmes Relire l’histoire de la Révolution française Jean-Clément MARTIN Écrire l’histoire n’est pas chose facile. Surtout quand on a choisi de s’intéresser à la Révolution française, grande pourvoyeuse d’idéologies, d’images et de fantasmes. Laïcité : 300.000 enseignants formés d'ici à fin 2015 - Les Echos Politique Procès du Carlton : DSK maintient ne jamais avoir su Appelé à la barre ce mardi, l’ex-président du FMI a redit qu’il ne savait pas que les femmes qui participaient aux soirées « libertines » étaient des...

Ginzburg Carlo, Le fromage et les vers. L'univers d'un meunier du XVIe siècle Ginzburg Carlo, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980. Le fromage et les vers commence à dater un peu et pourtant, c’est comme si le temps sur lui n’avait pas de prise. Sans doute faut-il y voir l’effet de l’indépendance d’esprit de son auteur : son oeuvre semble garder, malgré les années, toute son originalité théorique, méthodologique, épistémologique et même esthétique. Le fromage et les vers est un beau livre et qui se lit avec aisance, avec envie ; mieux, qui se dévore.

Autour de l’école, le jeu trouble des élites dirigeantes Parallèlement à la charge débridée lancée contre l’école, les attentats de janvier ont fait resurgir dans le débat public le sentiment très ambivalent qu’une partie de l’opinion entretient avec la jeunesse. Plutôt que de se remettre eux-mêmes en cause, les politiques quasi unanimes, complaisamment relayés par les sondages et les médias, ont trouvé leur bouc émissaire. Par un de ces détournements qui n’ont pas fini d’étonner, l’éducation s’est ainsi trouvée chargée ces dernières semaines d’une responsabilité tacite, sinon dans l’accomplissement direct d’un acte de violence, du moins dans on ne sait trop quelle faillite intellectuelle et morale dont elle serait l’expression : les réticences de certains élèves face au rituel forcé d’une communion quasi religieuse, grossièrement gonflées, ont ainsi été dénoncées comme le signe d’un défaut d’intégration de toute une classe d’âge à une hypothétique communauté nationale, assimilée un peu vite à la société.

Qu'est-ce que la misogynie ? Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement «la haine des femmes», ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c’est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie «masquée» s’invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l’intimité des couples. Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au cœur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles, c’est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l’histoire, la sociologie et la psychanalyse.

la Croix Mobile Certains s’interrogent aussi sur la marge d’interprétation inédite accordée aux enseignants, peu propice à l’émergence d’un « récit historique fédérateur ». L’histoire est l’histoire. Une matière sensible. Le ministère sert Lavisse avec Pierre Nora Rédactrices/Rédacteurs : Hayat Elkaaouachi, Eric Fournier, Fanny Layani, Véronique Servat. Annoncée par le Ministère de l’Education Nationale, ici plus que jamais porte-parole de l’Elysée, la nomination d’un comité d’historiens pour superviser la rédaction finale des programmes d’histoire-géographie proposés par le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) est un procédé antidémocratique. Cette démarche confisque autant qu’elle précipite le dénouement d’une procédure qui s’était déroulée jusqu’ici d’une façon enfin plus transparente que l’opacité qui avait régné sur la rédaction des programmes précédents[1]. En effet, le CSP est un organe indépendant, et les programmes qu’il propose aujourd’hui sont le résultat d’un long travail de concertation mené au sein de groupes mixtes, après une longue période d’auditions.

Enseigner une histoire globale indisciplinée Le globe est devenu notre horizon. Des historiens et géographes défendent un enseignement qui intégrerait pleinement la profondeur historique et la complexité de cette dimension planétaire. L’Histoire, pour quoi faire ? Telle est la question que pose l’historien Serge Gruzinski en titre de son dernier livre (1) ; et à laquelle il a été confronté lorsqu’il s’est retrouvé devant des élèves d’un lycée de Roubaix, suite à l’invitation de Laurent Guitton, professeur d’histoire-géographie. Ce dernier s’était emparé d’un précédent ouvrage de S.

Related: