background preloader

Le marché des drones civils promis au décollage

Le marché des drones civils promis au décollage
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Edouard Pflimlin Les drones militaires sont au cœur des conflits contemporains : leur impact militaire est si fort que leurs règles d'engagement sont maintenant publiquement questionnées. Ils représentent un marché en pleine expansion, mais celui des drones civils, encore balbutiant, pourrait exploser, notamment aux Etats-Unis. Le Congrès américain a imposé que l'espace aérien américain soit ouvert d'ici à octobre 2015 à ces objets volants sans pilote (appelés aux Etats-Unis UAS, Unmanned Aircraft Systems), qui seront d'abord expérimentés sur six sites. Mais le marché des drones civils va exploser, selon une étude de l'Association internationale pour les systèmes de véhicule sans pilote (Auvsi) sur "l'impact économique des systèmes aériens de drones aux Etats-Unis" et aura des retombées considérables. D'autres applications pourraient se développer, notamment pour les actualités et le divertissement. Ces multiples usages doperont leur nombre.

Les drones vont-ils booster l'aéronautique française? Pour l'institut Xerfi, qui vient de publier une étude sur le marché des drones en France, l'industrie aéronautique hexagonale pourrait bénéficier de l'engouement pour les avions sans pilotes, grâce notamment à l'élimination du flou juridique qui prévalait avant la législation de 2012. Mais, selon Flavien Vottero, auteur de l'étude, ce marché n'en est qu'à ses prémices. Le marché des drones est-il un nouvel eldorado pour l'aéronautique française ? Oui, le marché français des drones civils recèle effectivement un énorme potentiel. Mais attention: il reste encore émergent. Mais à la faveur de la signature des premiers contrats d’envergure au second semestre 2014, l’activité du secteur bondira pour atteindre 288 millions d’euros en 2015, selon nos estimations. Qu'est-ce qui explique le décollage de ce marché ? Existe-t-il aussi des freins à ce marché ? La réglementation pourrait-elle perturber le développement de ce marché ? Concrètement, un drone, pour une entreprise, ça peut servir à quoi ?

ESPION – Des drones anti-graffitis pour les trains allemands ? Un wagon de S-Bahn à Berlin, l'équivalent du RER. (Naomir / Wikimedia Commons) La Deutsche Bahn veut réduire le nombre de graffitis qui recouvrent ses wagons et ses infrastructures. L'idée est d'utiliser, la nuit, des caméras à infra-rouge embarquées afin de pouvoir identifier et poursuivre les vandales devant la justice, preuves à l'appui. Un porte-parole de l'entreprise a affirmé que des tests seraient bientôt lancés dans les dépôts les plus tagués. Mais la question même de l'utilisation de drones est actuellement sensible en Allemagne, puisque à la mi-mai, le ministre allemand de la défense a dû mettre fin à un coûteux projet de surveillance nationale reposant sur des drones, "Euro Hawk" , faute de certification des autorités aériennes européennes. > Lire aussi l'article du Monde.fr "Le marché des drones civils promis au décollage" Cette entrée a été publiée dans Actualité .

Un million de drones civils dans le monde cette année Stars du dernier CES de Las Vegas ou de la conférence LeWeb à Paris, cadeau très prisé des « geeks » à Noël et enjeu d'une bataille de communication de géants du Web (Amazon, Google) rivalisant d'annonces, les drones se sont imposés comme un sujet de discussion du grand public l'an dernier. Qu'en est-il du succès commercial ? Le cabinet Deloitte, qui a présenté ce mardi ses prédictions technologiques pour les 12 à 18 mois qui viennent, considère que «2015 ne sera pas l'année de la percée décisive des drones. » Pourtant, ses experts estiment qu'il se vendra « 300.000 drones à usage personnel dans le monde » et que le parc actif de ces petits avions sans pilote à usage non militaire dépassera le million d'exemplaires. Le marché des drones devrait générer un chiffre d'affaires compris entre 200 et 400 millions de dollars cette année, « l'équivalent du prix catalogue d'un seul avion de passagers » relève Deloitte. La livraison par drone ne deviendra pas la norme

Dopage, chirurgie esthétique, drones... Améliorer, c'est tricher? Qu'avez-vous éprouvé lorsque Lance Armstrong, rattrapé par son passé, a été déchu de ses sept titres du Tour de France? De la colère? Ce fut visiblement le cas pour la quasi-totalité des Américains. Autre type d'améliorations, autre succès: dans le rapport de l'Association américaine des chirurgiens esthétiques (pour l'année 2011), on apprend que les Américains ont dépensé 11,4 milliards de dollars dans les cabinets de chirurgie plastique, soit 13,8 millions d'interventions (la chirurgie réparatrice n'a pas été comptabilisée). Troisième domaine: le «super-soldat» amélioré, dont l'avènement potentiel inquiète de plus en plus de militants. Qui souffre de l'«amélioration»? De telles innovations soulèvent plusieurs problèmes d'adaptation culturelle au sein des institutions militaires, et soulèvent aussi plusieurs questions d'ordre plus général (les cyborgs et les les systèmes techno-humains intégrés sont-ils humains? Les améliorations qui sont bien vues Les inquiétudes soulevées Brad Allenby

Les drones en civil LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Normand En tendant l'oreille, on pourrait presque entendre leur bourdonnement. Des drones civils surveillent déjà les lignes de la SNCF, nourrissent les reportages télévisés, captent les souvenirs des randonneurs, repèrent les déperditions de chaleur des habitations et, demain peut-être, livreront à domicile livres ou pizzas. Ces objets volants à tout faire sont déjà dans notre champ de vision. Et nous dans le leur, ce qui soulève quelques questions. Lors des primaires socialistes aux municipales à Marseille, Eugène Caselli, président de la communauté urbaine, n’avait-il pas suggéré de doter la ville de drones de surveillance pour combattre l’insécurité ?

Des drones civils dans le ciel américain, pour le meilleur ou pour le pire ? Cartographier ou épier ? Les drones civils, qui pourront tous voler dans le ciel américain après 2015, possèdent des milliers d'applications qui posent autant de questions sur les frontières de la vie privée ou l'encombrement du ciel. Suivre la progression des flammes lors d'un incendie, repérer un criminel ou des skieurs égarés, donner l'état d'une culture à un instant T, ou cartographier des terrains difficiles d'accès: les drones sont des "smartphones volants" et leurs "possibilités sont sans fin", note Ryan Calo, du Centre internet et société (CIS) à l'université de Stanford (Californie, ouest). Associés dans l'esprit du grand public à la guerre, les drones dans leurs applications non-militaires "sauvent du temps, de l'argent et surtout des vies", soulignent les fabricants de drones réunis au sein de l'AUVSI. "Société de surveillance" Ces essais doivent aider la FAA à étoffer le peu de réglementation qui existe sur ces appareils.

Les drones et la bulle médiatique - LE DRONOLOGUE Je ne traduirai pas ce diagramme dans le détail, il suffit de savoir lire l’échelle des ordonnées : ‘les attentes’ et celle des abscisses avec ses 5 phases : apparition de l’innovation, le pic des attentes exacerbées, la désillusion, la progression des avancées et le plateau de la productivité. Chaque innovation trouve sa place sur cette courbe, et la bulle médiatique qui va de pair avec le maximum des espérances pour une technologie est caractéristique et accompagne toujours un nouveau produit, un nouveau service ‘révolutionnaire’. Gartner, entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées, fait un rapport chaque année qui tente d’identifier où se situent les différentes technologies émergentes. Les drones (‘Mobile robots’ sur la courbe) s’approchent du maximum de la courbe mais ce n’est pas encore le maximum.

Drones: comment lutter contre le risque de piratage? La France entend rattraper son retard en matière de surveillance tactique. Après l'expérience de son intervention au Mali, le pays se prépare à acheter 16 drones américains MQ9 Reaper, des engins volants sans pilote fabriqués par General Atomics pour un montant de 1,5 milliard de dollars. Ces drones de surveillance au sol doivent remplacer les Harfang, qui sont dépassés technologiquement. Pour financer ces équipements, la France peut compter sur l'écoulement de certains biens. Le JDD a révélé fin juillet que le pays prévoirait la vente de bâtiments et de terrains en 2014, d'une valeur de 300 millions d'euros, ainsi que la vente de satellites militaires aux Emirats Arabes Unis et de fréquences 4G aux opérateurs de téléphonie mobile pour une somme totale de 6 milliards d'euros. Un montant conséquent qui pourrait servir à moderniser le parc militaire français en finançant notamment des drones. Si aucun acte de hacking n'a été révélé, il en va autrement pour les interceptions de données.

Les drones civils, un marché en plein boom L'année 2014 a été une étape importante pour les drones civils, grâce notamment aux ventes de drones de loisirs à Noël. Les applications professionnelles, quant à elles, se multiplient. Dans les années 2000, le terme de «drone» évoquait les appareils militaires sans pilote dont les États-Unis se servent depuis 2004 au Pakistan. Désormais, les drones civils, ces engins volants de petite taille, font régulièrement l'actualité, surtout lorsqu'ils survolent des bâtiments sensibles. Le marché des drones civils est en croissance exponentielle depuis quelques années. En 2014, il a même explosé. Une croissance portée par les achats de Noël Le marché, encore difficile à estimer, se chiffre néanmoins à plusieurs centaines de millions d'euros. Seul Parrot est côté en Bourse. Mais le marché des drones de loisir pourrait bientôt accueillir un nouvel acteur. Prises de vues et livraison, les deux pistes du drone professionnel Les applications commerciales devraient aussi voir le jour.

Après Amazon, Google se met aussi officiellement aux drones Le secteur s'en doutait un peu, mais c'est le site The Atlantic qui le révèle très officiellement à l'occasion d'un article fouillé: Google se met aux drones. Comme Amazon avant lui, qui annonçait avec fracas en décembre 2013 vouloir livrer des colis via drones, la boîte californienne réfléchit depuis 2011 «à l'idée de concevoir des véhicules volants», résume Wired, «[avant d'embaucher] en juillet 2012 Nick Roy, du programme d'aéronautique et d'astronautique du MIT». Intitulé «Project Wing» («projet aile», oui ce n'est pas très novateur), ce projet de drones à usages commerciaux fait partie de ce que Google appelle ses «moonshots»: des programmes aussi ambitieux que le fait d'envoyer des humains marcher sur la Lune, auxquels le (plus si) secret laboratoire de la société, Google X, consacre du temps, de l'argent et des effectifs. «Le projet Wing aspire à abattre une bonne partie des derniers obstacles qu'il reste au fait de transporter des choses à travers le monde.» Partagez cet article

Drones : le marché français atteindrait 300 millions d’euros en 2015 - Aéronautique Pour structurer et développer cette nouvelle filière, un conseil pour les drones civils sera installé. Toutefois, aucun soutien financier nouveau n’est prévu. Survols sauvages de Paris, des centrales nucléaires… Les drones défraient la chronique et pas seulement pour de bonnes raisons. L’objectif est de donner une nouvelle impulsion à un marché en pleine expansion : les 1000 acteurs présents sur ce segment devraient réaliser de l’ordre de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année, équipements et services compris. Une feuille de route Pionnière dans le domaine de la réglementation de ces nouveaux objets volants, la France tient à garder sa longueur d’avance dans ce domaine. Hassan Meddah

The Age of Drone Vandalism Begins With an Epic NYC Tag In the early hours of Wednesday morning, the age of robotic graffiti was born. KATSU, a well-known graffiti artist and vandal, used a hacked Phantom drone to paint a giant red scribble across Kendall Jenner’s face on one of New York City’s largest and most viewed billboards. By all accounts, it is the first time that a drone has been deployed for a major act of public vandalism. In April last year, KATSU made headlines when he demonstrated that he had figured out how to attach a spray can to an off-the-shelf DJI Phantom drone. At the time, he was only using the drone to paint canvasses for white-wall galleries. “It turned out surprisingly well,” said KATSU, whose previous stunts include using a hacked fire-extinguisher to vandalise L.A. The Calvin Klein billboard, one of New York City’s largest, sits at the busy intersection of Houston St and Lafayette St. Click to Open Overlay Gallery Still, police departments across the country probably don’t need to start panicking quite yet.

Related: