background preloader

ALEXANDER CALDER

ALEXANDER CALDER
Dossiers pédagogiques Parcours exposition IntroductionLes années de jeunesse de Calder aux Etats-Unis L’exposition Le Cirque Une œuvre d’art total Un art du recyclage Les photographies du Cirque Les sculptures linéaires en fil de fer Un dessin dans l’espace Portraits en fil de fer Photographier les sculptures en fil de fer L’œuvre abstraite Les mobiles à mouvement libre Les mobiles motorisés Les mobiles sonores L’œuvre biomorphique Bibliographie Ouvrages Liens internet Autour de l'exposition Introduction L’exposition Alexander Calder. les annÉes de jeunesse de Calder aux États-Unis Calder est né en 1898 en Pennsylvanie dans une famille d’artistes. En 1923, Calder décide de se consacrer entièrement à l’art. Untitled (Monkey), 1925 [Sans titre (Singe)] Encre sur papier 14,1 x 9,5 cm cm New York, Calder Foundation © Calder Foundation New York / Adagp Paris L’exposition : les annÉes parisiennes A Paris, Calder s’installe dans un atelier à Montparnasse. Le Cirque Une œuvre d’art total L’œuvre abstraite

Le cirque de Calder Le cirque de calder : avec des bouts de ficelle,Calder réussit à donner vie, avec humour et poésie, aux personnages traditionnels des Arts de la Piste (voltigeurs, jongleurs, écuyères, dompteurs, … une troupe de 200 figurines ! Le sculpteur américain Calder est surtout connu pour ses mobiles et ses stabiles géants. Lorsqu’il arrive en France en 1926, il devient très vite la coqueluche du Tout-Paris artistique qui se presse aux représentations de son cirque miniature. Il y présente avec beaucoup d’humour et de dextérité les personnages traditionnels du cirque, qu’il a fabriqués avec ingéniosité à partir de dessins croqués sur le vif. Calder travaille avec des bouts de ficelle et réussit un tour de force : les multiples petites figures articulées, à base de bois, de fil de fer et autres ressorts s’animent comme par enchantement au bout de ses gros doigts. « J’ai toujours adoré le cirque : à New York, je faisais des croquis pour un journal satirique, la Police Gazette. Jacques Prévert.

Mobiles de Calder Un mobile de Calder Commençons par observer le mobile de Calder suivant. Mobile de Calder I Parc de la Fondation Gianadda (Martigny Suisse) Le mobile flotte doucement, mais si l’une des ailettes ronde était un peu plus lourde, patatras, il pencherait disgracieusement et perdrait toute sa majesté ; pour obtenir ce mobile, les masses de chaque feuille de métal sont donc choisies judicieusement en fonction des autres : pour qu’une tige articulaire du mobile soit à l’horizontale, il faut que les poids appuyant à ses extrémités se compensent équitablement, comme pour une balance. Le mobile à deux masses Pour comprendre ce principe, essayons de construire par nous même un tel mobile, très simple, avec seulement deux pièces de métal colorées, comme sur la figure ci-dessous. Le mobile à deux masses Précisons le problème. De manière générale, pour des tiges rectilignes de masse négligeable, il faut que le rapport des masses suspendues soit inverse du rapport des longueurs, il se mettra à pencher vers .

CALDER MOBILES Bronze Carved Figure Graphic Works Hanging Mobile Household Object Jewelry Monumental Sculpture Oil Painting Stabile Standing Mobile Toy Unusual Project Wall Sculpture Wire Sculpture Work On Paper Giacometti au Musée de Grenoble Grande Femme IV, 1960-1961 Bronze, 270x31,5x56,5 cm Fonte 1980-1981, épreuve Fondation Giacometti Collection Giacometti © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris et ADAGP, Paris) 2012 L'exposition Giacometti de Grenoble est un événement majeur, et ce à plusieurs titres. D'abord, elle réunit au total plus de 70 oeuvres du sculpteur suisse. Ses pièces les plus céléèbres bien sûr, la Grande Femme IV, la Boule suspendue, ou encore Le Nez. Le Nez, 1947 (version de 1949) Bronze, 80,9x70,5x40,6 cm Fonte 1965 Collection Fondation Giacometti © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris et ADAGP, Paris) 2012 Mais Alberto Giacometti était également peintre, dessinateur, photographe : ici, des oeuvres beaucoup plus secrètes sont également exposées. Le travail des commissaires a nécessité plus de deux ans.

Alexander Calder sculpteur : biographie Calder, oeuvres Calder mobiles "Pourquoi l'art devrait-il être statique ? En regardant une oeuvre abstraite, qu'il s'agisse d'une sculpture ou d'une peinture, nous voyons un ensemble excitant de plans, de sphères, de noyaux sans aucune signification. Il est peut-être parfait mais il est toujours immobile. L'étape suivante en sculpture est le mouvement". Alexander Calder Alexander Calder Alexander Calder, sculpteur et peintre américain, naît le 22 juillet 1898 à Lawnton. Alexander Calder est le deuxième enfant d’un couple d’artistes qui l'incitent à créer dès son enfance. Calder reçoit une double formation d’ingénieur et d’artiste qui stimule son extraordinaire inventivité. En 1924, Calder travaille comme illustrateur auprès de la National Police Gazette où il réalise des illustrations d’événements sportifs et de scènes urbaines. Alexander Calder - "Crinkly avec disc rouge" (1973), Stuttgart En 1927, Calder expose ses jouets au Salon des humoristes au sein de la galerie La Boétie, à Paris. Expositions Calder (sélection)

Jean Tinguely ( 1925 - 1991) Biographie Jean-Charles Tinguely est né le 22 mai 1925, le jour de l'anniversaire de sa mère. Des tiraillements et des tensions apparaissent très tôt entre lui et ses parents. Il y réalise les premières œuvres "méta-mécaniques" : des roues hydrauliques avec effets sonores. «. Jean Tinguely commence son apprentissage de la peinture à l’École des Beaux-Arts de Bâle, puis s’installe en 1953 à Paris. En 1956, Tinguely fait la connaissance de Niki de Saint-Phalle, elle-même peintre et sculptrice, avec laquelle il forme un couple d’artistes brillants. En 1960, Jean Tinguely signe avec Yves Klein, Arman, Raymond Hains, etc. la déclaration constitutive du Nouveau Réalisme. Il s’éteint le 30 août 1991 à Berne, à l’âge de 66 ans. Influences Les réactions imprévisibles d’un père alcoolique et autoritaire et les craintes qu’il occasionne chez sa mère restèrent ancrées dans sa mémoire. Adolescent, il fut traumatisé par le bombardement aveugle de Bâle. Son style Déclarations:

Aristide Maillol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Maillol. Aristide Maillol, né Aristide Joseph Bonaventure Maillol[1] le à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)[2], où il est mort le [2], est un peintre, graveur et sculpteur français. Considéré comme l'un des plus grands sculpteurs du XXe siècle, il fut un des créateurs de la sculpture moderne en établissant la rupture avec le signifié, ce qui ouvrit la porte de l'abstraction. Biographie[modifier | modifier le code] Moins connu pour sa première carrière de peintre, Maillol rejoint le mouvement des Nabis en 1893. À Banyuls-sur-Mer, un musée lui rend hommage à la Métairie, maison qui lui servit d'atelier à partir de 1910, et l'on peut voir dans la ville un des monuments aux morts pacifistes. Une statue de femme, La Méditerranée, orne la tombe du sculpteur et le patio de l'hôtel de ville de Perpignan. Aristide Maillol a été enterré dans le jardin du musée Maillol de Banyuls-sur-Mer.

Banyuls sur Mer La jeune fille allongée, A. Maillol La Méditerranée, A. Maillol Né à Banyuls en 1861, Aristide Maillol part s'installer à Paris à 20 ans, pour étudier à l' École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, sous la direction du sculpteur Antoine Bourdelle. Ses premiers travaux, des tapisseries, ont été réalisés à Banyuls, sous l'influence de contemporains comme Pierre Puvis de Chavannes ou Paul Gauguin. Décédé en 1944, il repose dans le jardin de sa maison "La Métairie" de Banyuls où il vécu à partir de 1910, dans le calme de la vallée de la Roume. Plusieurs de ses oeuvres sont également visibles dans la ville, notamment son "Monument aux morts pacifiste", derrière la mairie, ou encore la "Jeune fille allongée", le long des Allées qui portent son nom.

Jean Tinguely Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Parmi ses inventions les plus originales, on compte les Méta Matics ou sculptures animées dont il a commencé la réalisation en 1954 sous le nom de Méta-mecaniques qui étaient alors des tableaux animés électriquement. Les Méta Matics sont des machines à dessiner. Avec sa deuxième épouse, Niki de Saint Phalle, il a créé de gigantesques sculptures, dans des parc de sculptures, notamment le Jardin des tarots en Toscane. §Les débuts en Suisse[modifier | modifier le code] Sa biographie témoigne très tôt de tiraillements et de tensions entre lui et ses parents. « Alors, j'ai commencé à faire une chose très bizarre : plusieurs samedis et dimanches de suite, j'ai commencé à construire de jolies petites roues en bois, bricolées comme ça, le long d'un ruisseau […]. En 1939 il tente de se rendre en Albanie par le train pour soutenir le peuple albanais dans sa résistance contre l'agression de l'Italie fasciste. §En France[modifier | modifier le code]

Related: