background preloader

Http://www.toutalego.com/2013/04/le-sexisme-bienveillant-ce-cadeau.html

Http://www.toutalego.com/2013/04/le-sexisme-bienveillant-ce-cadeau.html
Quand on évoque le sexisme, vient immédiatement à l’esprit l’image d’un macho, misogyne et ouvertement hostile à l’égard de la gent féminine. Il existe pourtant autre forme de discrimination, bien plus subtile et qui cause insidieusement du tort aux femmes, allant jusqu’à influer leurs performances cognitives. Il s’agit du sexisme bienveillant. Difficilement identifiable, il considère les femmes comme des êtres faibles qu’il faut protéger, chérir et placer sur un piédestal. Difficilement identifiable, il peut être facilement confondu avec de la galanterie. Récemment, le président Obama, pourtant connu pour sa politique progressiste envers les femmes, s’est illustré par une saillie transpirant le sexisme bienveillant en décrivant ainsi Kamala Harris, le procureur général (ministre de la justice de l’état fédéral) de Californie : «Elle est brillante et investie et elle a de la poigne. Alors qu’il pourrait paraître anecdotique, le sexisme bienveillant est lourd de conséquences.

http://www.toutalego.com/2013/04/le-sexisme-bienveillant-ce-cadeau.html

Related:  sabrinalafraisePrivilège masculinFéminismeFeminisme pour les hommes cis

Qu'est ce que le privilège masculin ? Lorsqu'on naît en France en 2013, on est, dans l'immense majorité des cas assigné garçon ou fille et l'on va ensuite vous socialiser en fonction de cette assignation de genre. De cette socialisation, découle ce qu'on appelle le privilège masculin, qui, vous allez le constater, dépasse bien évidemment celui qui en bénéficie. De façon universelle, les familles préfèrent avoir un garçon qu'une fille. On aura plus tendance à avorter d'un fœtus féminin, voire à tuer la nouvelle née dans certains pays. Typologie des phrases sexistes que j'entends en soirée (et idées de répartie) Vendredi dernier, j’étais invitée à la crémaillère d’une amie. Après ma journée de travail, j’ai donc décidé d’aller inaugurer ce nouvel appartement parisien. Mon verre à la main, j’étais plutôt disposée à échanger avec autrui, je dirai même « guillerette » à l’idée de festoyer (oh dis donc !). Pourtant, j’ai rapidement déchanté, me confrontant encore et toujours à un bon nombre de clichés sexistes.

Les avantages à naître et grandir homme en France Lorsqu'on naît en France en 2014, on est, dans l'immense majorité des cas, assigné mâle ou femelle et on sera ensuite éduqué, socialisé en fonction de cette assignation de genre. C'est la fameuse phrase de Beauvoir ; "on ne naît pas femme on le devient" et il en est de même pour les hommes ; on ne naît pas homme, on le devient par des processus de socialisation et d'éducation. On va vous apprendre des comportements, des attitudes, des manières de parler, de jouer, de travailler qui correspondront à ce qu'on attend d'un homme, ou d'une femme au XXIème siècle en France. De façon quasi universelle, dans le monde, les familles préfèrent avoir un garçon qu'une fille. Dans certains pays, comme par exemple en Inde, on aura plus tendance à avorter d'un fœtus féminin, voire à tuer la nouvelle née dans certains pays. Garçons et filles sont donc éduqués différemment et ce qu'on apprend aux garçons est valorisé, considéré comme plus intéressant, plus utile, que ce qui est enseigné aux filles.

Une campagne contre le viol qui ne blâme pas les victimes Une campagne canadienne contre le viol utilise des termes simples pour tenter de raisonner et de responsabiliser les potentiels agresseurs. Les campagnes d’affichage contre le viol qui ne blâment que les agresseurs et ne tentent pas inconsciemment de faire culpabiliser les victimes sont malheureusement bien rares. Il y a près d’un an, par exemple, une campagne américaine conseillait aux femmes d’éviter de perdre le contrôle d’elles-mêmes en buvant par exemple à outrance. Ce faisant, elle rendait les victimes responsables du viol qu’elles avaient subi, ce qui revient à faire du slut-shaming.

Le féminisme n’est pas un humanisme Au cours d’un de ses «entretiens infinis», Hans-Ulrich Obrist me demande de poser une question urgente à laquelle il faudrait qu’artistes et mouvements politiques répondent ensemble. Je dis : «Comment vivre avec les animaux ? Comment vivre avec les morts ?» Quelqu’un d’autre demande : «Et l’humanisme ? Et le féminisme ?» Le mansplaining J'ai attendu longtemps avant d'aborder ce sujet. Il se trouve que j'adhère à l'idée que l'atteinte de l'égalité entre les femmes et les hommes ne se fera pas sans les hommes. Bien sûr, ils ne peuvent mener la lutte à notre place, mais je crois qu'il faille les sensibiliser, s'en faire des alliés. Je n'ai pas envie de me les aliéner avec ce billet, surtout que ce sera sûrement mon dernier de l'année. Toutefois, force est d'admettre qu'il m'arrive de plus en plus de déchanter. À force, j'ai compris deux choses : la route sera plus longue que prévue et le travail à faire pour changer les mentalité, plus acharné que je ne l'aurais cru.

Je suis féministe, mais… c’est pas toujours évident Le magazine ELLE a fait parler de son numéro d’avril sur les réseaux sociaux, avec cet article (qu’on espère bien sûr parodique) (mais on se fait pas trop d’illusion) (rapport que c’est Alix Girod de l’Ain qui l’a écrit). Plutôt que se joindre à la meute et d’exprimer notre consternation, nous avons préféré nous pencher sérieusement sur ce « je suis féministe, mais… » et ce qu’il implique, au-delà des clichés. Des « je suis féministe, mais… », tout le monde en a entendus, et probablement pensés ou dits. Voici une sélection d’exemples glanés par les membres de la rédac dans leur entourage… et parfois dans leur propre esprit. « Je suis féministe, mais… je n’échappe pas à mon corps » En pole position des apparentes contradictions entre des convictions féministes et des conventions sociales assimilées, on trouve une floppée d’injonctions à paraître.

Homme Blanc Hétéro* : Le niveau de difficulté le plus faible qui existe Une autre traduction sur ce blog…Yeah! Je précise que celle-ci a été plutôt rapide, donc elle est sûrement grandement imparfaite. Toute remarque de correction sera donc bienvenue! Sinon, je suis désolée pour les féministes racisées, ça sera encore un mec blanc (et cis hétéro en plus) ! Je le jure que je le fais pas exprès, mais ce texte est utile, et surtout je répugne fortement avec mes propres mots, à faire cette pédagogie-là…De quoi je parle?

Ton regard est sombre Petite sœur effacée de Juliet Berto, tout aussi sous-employée – ou disons-le : maltraitée – que sa grande sœur délurée par la Maison cinéma et le monde, Maria Schneider vient de mourir à l’âge de 58 ans. Les lignes qui suivent lui rendent hommage. « Lui : “Passe-moi le beurre !” Elle : “Quoi ?” Lui : “Passe-moi le beurre, j’te dis !”

Qui est Amy Schumer, trublionne américaine hilarante et féministe ? Amy Schumer, c’est la nouvelle sensation humoristique de la télé américaine. Mais elle n’est pas uniquement une femme (très) drôle : c’est une icône féministe comme on en a besoin en 2015 ! S’il fallait décrire Amy Schumer, je dirais que c’est l’enfant spirituelle de Sarah Silverman, Joan Rivers, Ricky Gervais et Andy Samberg. Agression à Reims : cinq filles rouent de coups une fille en maillot de bain Agressée à cause de son bikini, titre le site L’Union, qui rapporte le déroulement du fait divers qui s’est produit au parc Léo Lagrange, mercredi 22 juillet, dans l’après-midi. Une Rémoise de 21 ans bronzait en maillot de bain avec ses amies, lorsqu’elle est prise à partie par un groupe de cinq filles, qui lui reprochent l’indécence de cette tenue. N’étant pas disposée à se laisser dicter « la décence » en matière vestimentaire, la jeune femme répond sèchement, et l’altercation escalade en échange de coups. La victime a dû être transportée au CHU de Reims. Toujours selon L’Union, elle s’en sort avec 4 jours d’ITT. (Incapacité Temporaire de Travail).

Related: