background preloader

Le-sexisme-bienveillant-ce-cadeau

Le-sexisme-bienveillant-ce-cadeau
Quand on évoque le sexisme, vient immédiatement à l’esprit l’image d’un macho, misogyne et ouvertement hostile à l’égard de la gent féminine. Il existe pourtant autre forme de discrimination, bien plus subtile et qui cause insidieusement du tort aux femmes, allant jusqu’à influer leurs performances cognitives. Il s’agit du sexisme bienveillant. Difficilement identifiable, il considère les femmes comme des êtres faibles qu’il faut protéger, chérir et placer sur un piédestal. Difficilement identifiable, il peut être facilement confondu avec de la galanterie. Récemment, le président Obama, pourtant connu pour sa politique progressiste envers les femmes, s’est illustré par une saillie transpirant le sexisme bienveillant en décrivant ainsi Kamala Harris, le procureur général (ministre de la justice de l’état fédéral) de Californie : «Elle est brillante et investie et elle a de la poigne. Alors qu’il pourrait paraître anecdotique, le sexisme bienveillant est lourd de conséquences.

Quand le sexisme se veut bienveillant... La porte en pleine figure J'étais dans le bus lorsqu'un homme âgé, avec une canne, s'est levé pour me laisser sa place. Je voyais que c'était un réel effort pour lui et qu'il était même dangereux de le laisser debout, lui qui tanguait un peu sur ses jambes. J'ai pensé lui expliquer que la galanterie était ridicule, qu'elle n'avait aucun sens et que seule la politesse importait. Et j'ai compris que cet homme-là voulait cette dernière joie, celle d'être galant. Ecrire ce texte m'irrite à l'avance car j'entends déjà les "t'as pas mieux à foutre que de parler de la galanterie ?". Je lis sur le larousse ; galanterie : "Politesse empressée auprès des femmes." La galanterie est comme le Mademoiselle, elle est vendue comme une valeur positive aux femmes. Wikipedia dit "La galanterie se présente comme un ensemble de manières développées par un homme en vue de faciliter les déplacements, les mouvements ou l'habillement d'une femme. Certaines femmes s'objétisent en estimant que leur présence a un prix.

Survivre à l'absence de galanterie (ça va plutôt bien) Sur l'échelle Rotschild de la galanterie qui va de 10 : mec qui s'aplatit devant toi pour que tu évites de salir tes chaussures, à 0 : mec qui n'est pas galant, mon Danois personnel est à -10. C'est un stade jamais vu ailleurs qu'en Scandinavie, où l'éducation a été tellement débarrassée de préjugés qu'il ne viendrait à l'esprit de personne de tenir une porte. Ni pour une femme, ni pour une personne âgée, ni pour un chaton à poils longs. C’est Darwin appliqué. Si tu es trop faible pour ouvrir une porte alors il est temps de t’immoler dans un bateau viking. Si vous pensez qu'à Paris on ne laisse pas descendre avant de monter dans le métro, tentez Copenhague (aux heures de pointe, il est judicieux de se munir de planches cloutées). Mon mec ne me tient pas la porte (niveau 0) mais il me la claque régulièrement dans la gueule (sans faire exprès) (niveau -10). Or donc : ça va. Peut-on poser les choses clairement ? Allez, laissons tomber la galanterie, et recommençons à être juste gentils.

I'm Sick Of Men Telling Women To Feel Better About Their Bodies Janna Payne wants to know what often well-meaning compliments from men say about the politics of body image. Midway through a mediocre domestic beer at a local bar, a stranger approached me to ask how tall I am. Having been asked about my height almost every day for the last 20-odd years, I responded, nonchalantly saying, “I’m 6’3.” Later, stumbling across my friend Tim’s poem online, I was just delighted to see him empowering women like me. It was as if my whole body moaned with the profound realization that there are some men, like Tim and the stranger at the bar, who don’t think women are pathetic. With a critical yet comical eye, I’ve started noticing this behavior everywhere. While gentlemen like James Blunt are declaring, “You’re beautiful, it’s true,” I have started to question if the innocent, well-meaning, and charming one-liners we take for granted reflect embedded power dynamics, underlying assumptions, and unquestioned social constructs.

Quand le sexisme se veut bienveillant... Men Don't Recognize 'Benevolent' Sexism: Study Do most people recognize sexism in their daily lives? And what does it take to get them to shake their sexist beliefs? In a recent study titled "Seeing the Unseen" psychologists Janet Swim of Pennsylvania State University and Julia Becker of Philipps University Marburg, Germany, set out to answer these questions. Over the course of three separate, seven-day-long trials, Swim and Becker asked 120 college undergraduates (82 women and 38 men, ranging from 18 to 26 years old, some from the U.S., some from Germany) to record in a journal sexist comments they encountered on a daily basis. According to Swim, she and Becker hoped to determine whether forcing people to pay attention to less obvious forms of sexism could decrease their endorsement of sexist beliefs. During the trials, subjects were instructed to note instances of sexist behavior toward women, ranging from unwanted sexual attention to blatantly sexist jokes and derogatory comments. But ignoring sexism has consequences, she said.

Related: