background preloader

Filmer la cruauté envers les animaux devient un crime aux Etats-Unis

Filmer la cruauté envers les animaux devient un crime aux Etats-Unis
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Sur une vidéo filmée en caméra cachée, des ouvriers agricoles brûlent les chevilles de chevaux du Tennessee avec des produits chimiques. Une autre montre des éleveurs dans le Wyoming donner des coups de poings et de pieds à des porcs et porcelets, les bousculer ou les jeter en l'air. Et chez l'un des principaux fournisseurs d'œufs du pays, on découvre des poules en cage aux côtés de cadavres en décomposition d'oiseaux, tandis que des ouvriers brûlent et cassent le bec de poussins. Ces films d'une cruauté extrême, réalisés au cours des deux dernières années par des militants de la cause animale, essentiellement Mercy for Animals, The Humane Society of the United States et PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), ont choqué l'opinion publique et entraîné une réaction rapide : le dresseur de chevaux du Tennessee a été reconnu coupable d'avoir enfreint la loi.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/11/filmer-la-cruaute-envers-les-animaux-devient-un-crime-aux-etats-unis_3157361_3244.html

Related:  Liens utilesEthique

Vege Tables A propos Un restaurant Végétarien ? Végétalien ? Vege Friendly ? Ce que tout végane doit savoir sur la vitamine B12 Lettre ouverte d’associations véganes et de professionnels de la santé Un très faible apport en vitamine B12 peut être la cause d’une anémie et occasionner la dégradation du système nerveux. Les seules sources véganes fiables de B12 sont les produits alimentaires enrichis (parmi lesquels figurent certains laits végétaux, quelques produits au soja et des céréales pour petit déjeuner) et les compléments de B12. Qu’elle provienne de compléments alimentaires, de produits enrichis ou de produits d’origine animale, la vitamine B12 est produite par des micro-organismes. La plupart des véganes consomment assez de B12 pour éviter l’anémie et la dégradation du système nerveux, mais beaucoup n’en prennent pas assez pour éviter le risque potentiel de maladies cardiaques et de complications lors de la grossesse. Afin de bénéficier pleinement des bienfaits du régime végétal, les véganes doivent suivre l’une de ces recommandations :

Les animaux, nos concitoyens ? En quelques années, l’éthique animale s’est imposée comme un champ à part entière, au carrefour de la philosophie, de la morale et du droit. Ils vivent à nos côtés, se nourrissent de nos restes, se cachent dans nos greniers, testent nos médicaments, nous fournissent en lait et en chair. Les animaux vivent près de nous. Ils sont nos compagnons, nos cohabitants, ou nos parasites. La vitamine B12 La question de la vitamine B12 prend un intérêt particulier dans toute discussion sur les régimes végétariens, car cette vitamine n’apparaît pas présente de façon significative dans les végétaux. C’est donc un des arguments que les détracteurs du végétarisme opposent systématiquement à ses partisans stricts, les végétaliens : comment peut-on être végétalien et non carencé ? En réa­lité, s’il faut vraiment faire attention lorsqu’on n’accepte aucun produit d’origine animale, ce ne sont pas les végétaliens qui risquent le plus de souffrir de carences, ce sont les personnes âgées qui absorbent moins facilement la B12. Où la trouve-t-on ?

Quelle éthique pour les animaux ? Au-delà du bien-être animal, y a-t-il de bonnes raisons pour renoncer à l’alimentation carnée, voire pour l’interdire ? Publiée en octobre 2013, la pétition signée par 24 intellectuels, romanciers et scientifiques français avait ceci de particulier qu’elle accueillait des noms voisinant rarement sur la même liste : Edgar Morin et Alain Finkielkraut, Luc Ferry et Michel Onfray. Que disait ce texte ? Qu'il était urgent que le code civil français stipule que les animaux sont des « êtres vivants et sensibles ». Bon, direz-vous peut-être, quoi de plus évident ? Pas si simple en fait car en son état actuel, qui remonte à 1804, la loi française les qualifie de « biens meubles », conformément à la pratique courante consistant à les acheter, les maintenir en captivité, les utiliser et pour beaucoup d’entre eux, les abattre pour satisfaire les besoins humains.

TOUCHE PAS À MA LAINE ! Lorsqu’on lit des articles, découvre des blogs, parcourt des sites, on imagine toujours leur auteur selon ce que celui-ci veut bien laisser transparaître de lui. Le blogueur, être mi-réel mi-fictif, semble toujours parfait. Sans failles (ou bien celles-ci sont-elles gentiment avouées et donc pardonnées), il ne donne à ses lecteurs que ce qu’il souhaite donner. L’obligation morale et les animaux Florence Burgat Ivy Paolantonacci © Radio France Tom Regan, philosophe américain est, sans conteste, l’un des penseurs qui a poussé le plus loin la réflexion sur le respect de la vie des animaux. L’un des tous premiers, il a soutenu la thèse que les animaux ont vraiment des droits.

3 raisons de ne pas manger de miel Le fait de coller au plus près à la définition de végan (« qui ne consomme pas de produits ou sous-produits animaux ») ne constitue pas vraiment un argument recevable. Nous ne recherchons pas une aura de sainteté ou de perfection, mais en tant que végans nous nous efforçons de réfléchir aux conséquences de nos actes sur le règne du vivant. Ce que nous consommons ou pas ne doit pas être un dogme, mais simplement être réfléchi. Voici 3 bonnes raisons de ne pas manger de miel : 1° La production de miel n’est pas respectueuse du bien-être des abeilles L’abattoir municipal d’Alès fermé après la diffusion d’images choquantes Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Romain Geoffroy Des chevaux étourdis manifestent des signes de conscience au moment de la saignée, des cochons entassés dans une fosse asphyxiés au CO2, des vaches accrochées tête en bas se débattent pendant de longues minutes avant de se vider de leur sang… Par des images très dures tournées au printemps dernier et sobrement commentées par l’actrice Hélène de Fougerolles, l’association de défense des animaux L214 a voulu mobiliser l’opinion publique sur les conditions d’hygiène et de souffrances animales de l’abattoir municipal d’Alès, dans le Gard. Après avoir refusé au cours de la journée du mercredi 14 octobre de commenter ces vidéos, la mairie d’Alès s’est contentée d’envoyer un communiqué de presse dans la soirée. « Un carnage quotidien » Sur son site, L214 met à disposition plusieurs rubriques : « Chevaux », « Moutons », « Bovins (avec étourdissement) », « Bovins (sans étourdissement) », « Cochons ».

Sexage des poussins Le sexage est l'action de trier les animaux en fonction de leur sexe. Dans le cas des poules pondeuses, peu après leur naissance, les mâles et les femelles ne prennent pas le même chemin : les poussins mâles sont broyés ou gazés et finissent à la poubelle.les femelles sont transportées vers l'élevage de poulettes où elles resteront pendant 18 semaines avant d'être mises dans des cages ou des élevages au sol avec ou non accès au plein air, suivant le mode d'élevage. De l’animal à la viande, plongée en photo dans un abattoir – Le nouvel Observateur [ Attention, image choquantes de la réalité (-12) ] Jesse Bonwitt, photographe, à réalisé une série de cliché au cœur d’une abattoir. « J’estime que la responsabilité du consommateur est d’être conscient de l’impact de ce qu’il mange. », dit-il. Voir la publication de Mr Mondialisation Ce travail photographique s’adresse à tous ceux qui ont perdu la conscience des origines de la viande. Il a été réalisé durant mes études de vétérinaire, entre 2010 et 2012 dans un abattoir qui assure aussi la formation des inspecteurs sanitaires, et donc n’est pas forcément représentatif de la moyenne. Il a souhaité rester anonyme.Manger de la viande a des conséquences immenses sur l’environnement, les travailleurs des abattoirs, et le bien-être animal.Le véritable impact de ce que l’on mangeL

Pourquoi consommer du miel ? La consommation de produits de la ruche est traditionnelle en France. Aujourd’hui on va analyser ses avantages et ses inconvénients. Profitons-en pour parler un peu d’un mode de vie encore peu connu en France (et que le Paris Vegan Day espère faire découvrir de manière festive) : le véganisme. Le véganisme est un mode de vie qui exclut l’utilisation de tout animal, que ce soit pour le tuer (viande, cuir) ou pour utiliser le fruit de son labeur (lait, laine, miel). Les végans sont donc non seulement végétaliens, mais ils évitent également tout produit dérivé des animaux, qu’il soit vestimentaire (cuir, soie, laine), d’ameublement (duvet, nombreuses peintures, bois ciré) ou de loisir (cirque avec animaux, équitation, animaux de compagnie), même s’il n’est pas présent dans le produit final (vins collés à l’œuf, jus de fruit filtrés à la gélatine).

La vie des poules pondeuses En France, 47 millions de poules pondeuses sont utilisées pour produire les oeufs ; la consommation moyenne est de 230 œufs par habitant et par an. Rapide topo de la vie d'une poule pondeuse Quel que soit le mode d'élevage, les œufs éclosent dans d'immenses couvoirs. A l'éclosion, les poussins sont triés : les mâles (qui ne pondent évidemment pas d’œufs) sont éliminés, soit gazés, soit broyés. Pourquoi manger des oeufs ? On a beaucoup parlé de l’impact environnemental, sanitaire et financier des produits laitiers et de la viande. Dans ce débat, on a un peu laissé de côté le poisson et les œufs. Alors aujourd’hui, on va parler œuf, en collaboration avec Julie, du blog Plaisir Végétal. Chacune a traité à sa façon le thème de la cuisine sans œufs, et je vous invite à découvrir son article ici !

Related: