background preloader

IClasse 130

IClasse 130
Related:  Flipped classroom infos

Qu'est-ce que la classe inversée ?LeWebPédagogique Depuis 2012, les expériences de classe inversée se multiplient et sont de plus en plus médiatisées. Née outre-Atlantique en 2004, la pédagogie inversée a été popularisée deux ans plus tard par Salman Khan et son académie virtuelle dont le principe est de « fournir un enseignement de grande qualité à tous, partout » en publiant sur le web des mini-leçons gratuites et stockées sur YouTube. L’objectif de Salman Khan est d’utiliser les vidéos pour réinventer l’éducation. C’est ce qu’il explique dans cette conférence TED « en démontrant le pouvoir des exercices interactifs et en appellant les enseignants à réviser le contenu d’une classe traditionnelle – en donnant aux étudiants des conférences vidéos à regarder à la maison, et en faisant les « devoirs » dans la salle de classe avec l’enseignant disponible pour apporter de l’aide. » Ce Prezi d’Adeline Colin revient sur la philosophe de la classe inversée et sur sa mise en pratique. article 1 : leurs motivations, les effets constatés

Recette du stress Ce qui vous stresse est différent de ce qui stresse votre voisin. Mais la recette du stress est universelle. Pour qu’une situation soit stressante, il doit y avoir un ou plusieurs des éléments suivants qui caractérisent la situation. En voici les ingrédients : Exemples Est-ce que les situations suivantes vous sont familières? Contrôle : Vous êtes en retard pour un rendez-vous important et vous êtes pris dans un énorme bouchon de circulation. Imprévisibilité : Vous apprenez que les employés de votre garderie iront en grève mais vous ne savez pas quand. Nouveauté : Vous devez apprendre le fonctionnement d’un nouveau logiciel et changer complètement votre façon de travailler. Égo menacé : Un nouvel employé vous questionne sur votre façon de travailler, comme s’il doutait de votre méthode. La perte du sens de Contrôle, l’Imprévisibilité, la Nouveauté, la menace à l’Égo, provoquent invariablement une réponse de stress et la sécrétion d’hormones du stress. Le simple fait de s’attendre au pire

La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe. La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants : la connaissance, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l’évaluation. 1-Retenir des connaissances Il peut s’agir de : Il peut s’agir de

untitled Définir des objectifs pédagogiques efficaces et cohérents grâce à la taxonomie de Bloom et la méthode SMART Une fois les besoins et attentes de formation analysés, définir vos objectifs pédagogiques constitue une étape fondamentale dans le développement de votre projet de formation. C’est le message que j’avais tenté de faire passer dans l’article de lundi : cette étape vous permet non seulement de baliser votre parcours, et aussi d’en faciliter l’évaluation. Toutefois il n’est pas toujours évident de définir facilement ses objectifs pédagogiques : quelles formulations utiliser ? faut-il nécessairement intégrer des verbes d’action ? comment vérifier que les objectifs soient effectivement opérationnels ? La bonne nouvelle, c’est qu’il existe 2 outils simples et géniaux qui, combinés, peuvent vous aider à réaliser cette étape les doigts dans le nez : il s’agit de la taxonomie de Bloom et de la méthode SMART. Je vous propose de passer ces 2 outils en revue ci-dessous : La taxonomie de Bloom pour définir vos objectifs pédagogiques… [table id=1 /] … et la méthode SMART pour les affiner ! Sources :

Scénarisation pédagogique, 4ème partie : l'implémentation L’utilisation de ressources numériques dans le développement du cours nécessite à la fois un choix quant aux outils numériques mais aussi quant aux espaces ou aux plateformes utilisées pour la diffusion du cours et des évaluations. Le choix des ressources numériques Dans notre article précédent, nous avions attiré votre attention sur la difficulté de prise en main de certains logiciels. Ceci vaut et pour le pédagogue qui souhaite réaliser ses propres ressources et pour l’apprenant. En effet, il est toujours frustrant pour un élève de ne pouvoir réaliser un exercice faute de compétences suffisantes sur un logiciel, d’autant que leur maîtrise n’a pas été identifiée et présentée dans les prérequis et n'est pas un objectif d'apprentissage en soit. Par ailleurs, il est opportun de diversifier ses ressources numériques car la diversité voire l'effet de surprise provoqué par la nouveauté ont un effet positif sur le processus d'apprentissage. Le choix des outils numériques Références

Social Development Theory (Vygotsky) Summary: Social Development Theory argues that social interaction precedes development; consciousness and cognition are the end product of socialization and social behavior. Originator: Lev Vygotsky (1896-1934). Key terms: Zone of Proximal Development (ZPD), More Knowledgeable Other (MKO) Vygotsky’s Social Development Theory Vygotsky’s Social Development Theory is the work of Russian psychologist Lev Vygotsky (1896-1934), who lived during Russian Revolution. Vygotsky’s theory is one of the foundations of constructivism. Major themes: Social interaction plays a fundamental role in the process of cognitive development. Vygotsky focused on the connections between people and the sociocultural context in which they act and interact in shared experiences (Crawford, 1996). Applications of the Vygotsky’s Social Development Theory Many schools have traditionally held a transmissionist or instructionist model in which a teacher or lecturer ‘transmits’ information to students. Luis C.

Le jeu sérieux en éducation et en formation Certains pensent même que les joueurs peuvent sauver le monde. Cette idée, apparemment saugrenue, est promue par Jane McGonigal. Sa thèse est que la " réalité est brisée " et que les solutions, nécessairement complexes, seront élaborées par des joueurs rompus à affronter des difficultés énormes, à s'allier pour cela, à ne rien lâcher avant de vaincre. McGonigal appuie son raisonnement sur l'observation des joueurs qui font le succès de World of Warcraft et autres jeux massivement multi-joueurs (qu'on désigne sous l'acronyme MMORPG). Tous ces joueurs commencent à se présenter aux portes des entreprises. L'école quant à elle, s'ouvre lentement, très lentement au serious game. Mais soyons-en sûrs, on commence seulement à prendre la mesure de ce que sera la place du jeu dans nos occupations quotidiennes. Le serious game a remis la pédagogie du jeu à l'honneur.

Compte rendu d’une stratégie de classe inversée en collège (1) Comment l’expérience de la classe inversée a-t-elle débuté ? D’abord, j’ai fait un constat : depuis 18 ans que j’enseigne, j’ai toujours un pourcentage d’élèves en difficultés, des élèves qui n’ont pas acquis les connaissances attendues au terme d’un chapitre. Si je me fie aux notes, un tiers voire la moitié des élèves sont en-dessous de 12 sur 20. Il leur manque 40 à 50% des connaissances et des capacités en théorie. Par ailleurs, la mise en place des compétences (connaissances ou savoir, capacités ou savoir faire et attitude ou savoir être) avec les programmes de 2008 m’interroge aussi sur ma pratique avec par exemple la mise en place de la pédagogie différenciée ou les situations-problèmes. Bref, pourquoi ne pas changer ? Comment la classe inversée peut-elle aider les élèves dans l’apprentissage ? 1. La classe inversée consiste à proposer des savoirs sous forme par exemple d’une page d’un manuel ou d’une capsule vidéo. En conclusion de cette première partie : 2. 3.

Le système scolaire français : de la maternelle au lycée L'entrée en maternelle se fait à 2 ou 3 ans, au mois de septembre. Les enfants y développent leurs facultés fondamentales, perfectionnent leur langage et commencent à découvrir l'univers de l'écrit, celui des nombres et d'autres domaines d'apprentissage. Mixte, gratuite si elle est publique, l'école élémentaire accueille les enfants de 6 à 11 ans. Le collège accueille tous les élèves à l'issue de l'école élémentaire sans examen de passage. À l'issue du collège, les élèves poursuivent leur scolarité dans un lycée d'enseignement général et technologique ou dans un lycée professionnel. Le Certificat d'aptitude professionnelle donne accès à des métiers d'ouvrier ou d'employé qualifié et vise à intégrer directement la vie professionnelle. Le Baccalauréat général et le Baccalauréat technologique sont organisés en séries (économique et sociale (E.S.), littéraire (L) et scientifique (S) pour le Bac général, STG, STI, STL, STSS, STAV, TMD et hôtellerie pour le Bac technologique.

Meirieu : Du bon usage des « innovations » Le numéro spécial de rentrée de la Revue « Sciences humaines » (n° 263) propose un dossier sur le thème « Éduquer au XXIème ». Ce dernier se conclut par un article de Sylvain Marcelli présentant « Huit idées pour réinventer l’école » (1). L’auteur nous prévient qu’il s’agit là, d’ailleurs, plutôt d’ « innovations » que d’ « expérimentations » au sens strict, dans la mesure où c’est bien leur caractère inventif plutôt que l’évaluation de leurs effets positifs sur les progrès des élèves et la cohérence de l’école qui est mise en avant (2)… Loin de moi, pourtant, de suspecter a priori les innovateurs. Je fais, tout au contraire, partie de ceux qui s’agacent particulièrement de voir ces innovateurs faire l’objet d’une sorte de quête inquisitoriale de « résultats » alors qu’à côté, les pratiques ordinaires se reproduisent à l’identique dans une bienveillante indifférence. De la non-directivité en maternelle ? L’œuf de Christophe Colomb ? Philippe Meirieu Notes : (1) pages 50 à 53.

Alèthéia Formation, formation de formateurs, conseil en formation. (ADVP, DIVA ...) Flipped Classroom 2.0: Competency Learning With Videos The flipped classroom model generated a lot of excitement initially, but more recently some educators — even those who were initial advocates — have expressed disillusionment with the idea of assigning students to watch instructional videos at home and work on problem solving and practice in class. Biggest criticisms: watching videos of lectures wasn’t all that revolutionary, that it perpetuated bad teaching and raised questions about equal access to digital technology. Now flipped classroom may have reached equilibrium, neither loved nor hated, just another potential tool for teachers — if done well. “There is no place for them to hide. The two teachers admit when they started flipping their classrooms they put everything into video form. “The best use of class time is to meet the individual needs of each learner, not driving the class with predetermined curriculum,” Sams said. [RELATED READING: Can TED Talks Really Work in the Classroom?] “The flipped classroom is not about the video.

Related: