background preloader

Information Literacy

Information Literacy
En France, le recours au terme Information literacy donne l’illusion de régler le problème d’un flou conceptuel : formation à la maîtrise de l’information, éducation informationnelle, formation des usagers, formation documentaire… comment nommer ce qui idéalement dépasse une simple formation à la recherche documentaire, pour aller vers une réelle maîtrise des outils et des concepts de l’information, voire s’égare vers la media literacy, mais qui dans les faits est parfois cantonné à la visite de la bibliothèque ?Au niveau international, l’information literacy est un sujet fort, qui regroupe associations, journaux spécialisés, recherche autour de la formation des usagers et a donné lieu à de nombreuses définitions. Association IFLA. Information literacy section. Website of the International Federation of Library Associations and Institutions [en ligne]. Dossier Formation des usagers. Ressources CHAPRON, Françoise et DELAMOTTE, Éric. MALIÉ, Pierre et NOËL, Élisabeth. SERRES, Alexandre.

Vocabulaires contrôlés Introduction Jusqu'à la fin de la dernière décennie, le schéma qui se trouvait derrière la notion de langage documentaire était que le langage utilisé à l'indexation devait être le même que celui utilisé à la recherche. En outre la plupart des spécialistes de la question pensaient que des langages documentaires de type différent (par exemple RAMEAU et Motbis pour ne citer qu'eux) ne pouvaient en aucun cas être compatibles. La grande nouveauté en ce domaine est apparue avec la norme américaine ANSI-NISO Z39.19:2005 dans les annexes de laquelle on trouvait des exemples d'interopérabilité entre LCSH (équivalent américain de RAMEAU) et le thésaurus ERIC (équivalent américain de Motbis). Mots-clés, conceptualisation, contextualisation et repérage de l’information pertinente (du triomphe de Google au projet de Web sémantique du W3C) semblent aller dans un sens tout à fait différent. L’approche traditionnelle des langages documentaires

Ressources éducatives libres L'UNESCO estime que l'accès universel à une éducation de qualité est essentiel à la construction de la paix, au développement social et économique, et au dialogue interculturel. Les ressources éducatives libres (REL) offrent une opportunité stratégique pour améliorer la qualité de l'éducation, faciliter le dialogue politique et partager les connaissances et le renforcement des capacités. Les ressources éducatives libres sont des matériaux d’enseignement, d'apprentissage ou de recherche appartenant au domaine public ou publiés avec une licence de propriété intellectuelle permettant leur utilisation, adaptation et distribution à titre gratuit. En 2001, l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT), dans un geste sans précédent, a annoncé la publication en libre accès sur Internet de la majeure partie de ses cours.

Le guide des égarés. » culture de l'information, Information literacy, documentation, CDI, , Pédagogie, sciences de l'information et de la communication, Humanisme numérique.Olivier Le Deuff 1999-2013: L'École numérique » Les blogs : quelques ressources pour les enseignants  L’École numérique vous propose une courte exploration des blogs éducatifs qui existent actuellement : quelles sont les pratiques pédagogiques utilisables autour du blog ? Comment créée-t-on son blog pédagogique ? Cet article vous propose aussi de nombreuses ressources audiovisuelles autour de la création de blog pédagogique et de leur utilisation en classe Tutoriels et exemples d’applications pour les enseignants Site SVT 44 de Jean-Pierre Gallerand : ce site d’un enseignant explique comment créer un blog pédagogique avec l’appui de tutoriels. Académie Aix-Marseille : quels sont les codes de bonne conduite sur un blog et quelles sont les sanctions légales encourues en cas de diffamation ou de dérive ? Franc-parler : quelles sont les applications pédagogiques possibles d’un blog ? INRP (EducTice) : l’Institut national de recherche pédagogique a organisé une formation les 8 et 9 janvier derniers sur le thème : « Conception et usages de blogs pédagogiques ». Des ressources audiovisuelles

affordance.info www.transition-bibliographique.fr | Des catalogues vers le web de données Internet - TIC - cultures numériques. Voici ma prise de notes d'une conférence que nous avons pu suivre cette après-midi du mardi 13/11 - 2012 : pour recontextualiser un peu, Fabrice Papy est enseignant-chercheur en SIC à l'Université de Lorraine, et directeur de la revue Les Cahiers du numérique. Petit avertissement : par manque de temps (j'ai encore quelques dossiers à constituer), je ne mets pas en forme ces notes, et les mets telles quels, directement sur ce billet... Je m'en excuse humblement auprès des lecteurs non familiarisés avec les domaines d'études des S.I.C et qui devront fournir un plus gros travail de compréhension ; cependant cet article est plutôt destiné aux professionnels de l'information, qu'ils soient du public (en partic. de l'Educ. Ces notes sont publiées ici avec l'aimable autorisation de l'auteur de la conférence. l'objet de cette conférence était :Les Visual Catalog : enjeux de l'interopérabilité dans les systèmes d'information documentaires L'intervenant, F. cf. TRICOT, A. & ROUET, J.

Droit à l’information - Fil d’actualité du Service Informatique et libertés du CNRS C’est le droit pour toute personne de savoir si des données la concernant font l’objet d’un traitement et d’obtenir du responsable du traitement des informations sur celui-ci (Article 32 de la loi "Informatique et libertés). Toute personne a un droit de regard sur ses propres données. Par conséquent, quiconque met en œuvre un fichier ou un traitement de données personnelles est obligé d’informer les personnes fichées de son identité, de l’objectif de la collecte d’informations et de son caractère obligatoire ou facultatif, des destinataires des informations, des droits reconnus à la personne, des éventuels transferts de données vers un pays hors de l’Union Européenne. Ce droit de regard sur ses propres données personnelles vise aussi bien la collecte des informations que leur utilisation. Ce droit d’être informé est essentiel car il conditionne l’exercice des autres droits tels que le droit d’accès ou le droit d’opposition. Voir l’article "Le droit à l’information" sur le site de la CNIL

Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün) Le cours ouvert en ligne sur l'économie du document s'est achevé fin avril. Le cours n'en est pas à sa première version. Il a précédemment été proposé en format ouvert trois fois sur le web depuis 2008. La dernière version a bénéficié des expériences précédentes, mais elle a compris aussi de nombreuses innovations. En voici un bref bilan subjectif du côté enseignant. Pour éviter une trop grande dispersion, je n'ai pas mis de lien à l'intérieur du texte. Audience Le cours était offert, cette fois, sur deux programmes comme cours optionnel, le master en architecture de l'information de l'ENS de Lyon (2 étudiantes) et la maîtrise en sciences de l'information de l'EBSI de l'Université de Montréal (27 étudiant(e)s) et il était librement accessible sur le web par l'intermédiaire d'un blogue sur Hypothèses.org. En terme de pages vues, la présence écrasante de la France (60%) mérite d'être notée. Architecture Le cours a articulé plusieurs sites ou plateforme : Contenu Participation Evolution

Lettre Edu_Num n°01 — Enseigner avec le numérique Sommaire La sélection des ressources présentée ci-dessous s'inscrit particulièrement dans la continuité des travaux engagés au sein du dispositif TraAM (Travaux Académiques Mutualisés), notamment le TraAM ÉMI (Éducation aux Médias et à l'Information) dont l'un des thèmes 2015-2016 aborde les notions de « hoax », « rumeur » et « désinformation ». L’objectif de la présente lettre est donc de mettre l’accent sur des ressources numériques utiles pour différentes disciplines et différents niveaux. Elle s'organise selon 3 axes : un axe théorique se terminant par un glossaire définissant les principaux termes, un axe pédagogique réunissant des exemples de scénarios pédagogiques et un axe de veille permettant de découvrir des ressources complémentaires à la fois numériques et imprimées. Cette lettre a été élaborée en collaboration avec les experts DNE A. Le mot-valise d'infopollution est un terme qui englobe bon nombre de notions connexes. Consulter le glossaire (fichier PDF)

MetaWiki | Dokiwiki Accueil accueil — Professeurs documentalistes La bibliothèque numérique et l'entreprise Jacques CHAUMIER Conseiller auprès du Président du Bureau van Dijk Ingénieurs Conseils Paris En 1965, un chercheur du M.I.T, J.C LICKLIDER, écrivait dans son ouvrage Libraries of the future (Licklider, J.C, 1965) : « Actuellement, pour qu'il y ait transfert de la mémoire ou du stock au lecteur ou usager, il faut déplacer le livre ou le lecteur ou les deux. L'un des processus futurs sera de supprimer cela, l'information seule se déplaçant... Cette prévision technologique est devenue une réalité avec la bibliothèque numérique ou bibliothèque virtuelle. Nous avons là tous les ingrédients de la bibliothèque virtuelle mais il faut y ajouter la technologie la plus importante de toute la panoplie des technologies de l'information et de la communication, les TIC (Technologies de l'information et de la communiction), la numérisation. L'information, le document, sont devenus numériques ou digitaux. Fonctions de la bibliothèque numérique Les difficultés de la bibliothèque numérique Conclusion

C'est quoi le cloud ? Définition simple du cloud computing. C’est quoi le cloud computing ? Vous ne pouvez pas y échapper, partout on vous parle de cloud. Jusqu’à présent, la notion était confinée à la presse informatique, mais maintenant le cloud est devenu grand public. Depuis quelques temps, on ne parle que de cloud. Mais au fait, c’est quoi le cloud ? Avant de commencer, « cloud » veut dire nuage. Si vous posez cette question à différentes personnes, vous risquez avoir autant de réponse que d’interlocuteurs. » Cloud computing is a model for enabling ubiquitous, convenient, on-demand network access to a shared pool of configurable computing resources (e.g., networks, servers, storage, applications, and services) that can be rapidly provisioned and released with minimal management effort or service provider interaction. On pourrait résumer de cette manière : « le cloud computing c’est de pouvoir utiliser des ressources informatiques sans les posséder ». Un exemple pour comprendre Prenons un exemple simple, comparons l’informatique avec la vidéo.

Related: