background preloader

Neuromarketing

Neuromarketing

Que fait le cerveau quand il ne fait rien ? Même au repos, le cerveau demeure très actif. En fait, il ne s’arrête jamais. Plusieurs régions cérébrales, distantes les unes des autres mais activées de façon synchrone, forment un réseau étendu dont on découvre l’implication dans de nombreuses pathologies neuropsychiatriques comme la maladie d’Alzheimer, la dépression, la schizophrénie, l’autisme. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Marc Gozlan Tout commence en novembre 1992 par une découverte fortuite faite par Bharat Biswal, un étudiant ingénieur électricien alors âgé de 25 ans. « Je ne pouvais travailler que tous les samedis soir car le reste du temps presque tous les scanners étaient pris par les cliniciens. « Réseau du mode par défaut » Ce réseau est composé de régions du cortex préfrontal en avant et du cortex pariétal en arrière. Le cerveau reste donc actif au repos. Activités mentales d'introspection Le RD serait associé à des activités mentales d’introspection, de référence à soi. Imagerie cérébrale

Des bébés bilingues sont plus doués pour les langues Les bébés bilingues peuvent distinguer deux autres langues différentes, même s'ils ne les ont jamais entendues. © daor, Flickr, CC by-nd 2.0 Des bébés bilingues sont plus doués pour les langues - 2 Photos Idées reçues et vérités sur les bébés dans notre dossier Des bébés élevés dans un environnement bilingue sont capables de différencier deux autres langues, même s’ils n’avaient jamais été exposés à ces deux langues auparavant ! C’est en observant des bébés de différentes origines que Janet Werker, psychologue et directrice du centre d’étude des enfants à l’Université de Colombie Britannique à Vancouver, s’est rendu compte des facultés particulières des bébés bilingues comparativement aux bébés monolingues. Pour le montrer, la Canadienne s’est associée à une psychologue espagnole, Núria Sebastián-Gallés, de l’Université de Barcelone. Les bébés intrigués par des vidéos sans son... Les monolingues perdent la faculté que les bilingues conservent Un avantage à vie ? A voir aussi sur Internet

La Glande pinéale ou « Troisième oeil » La glande pinéale située au milieu du cerveau humain est considérée comme étant le « TROISIEME OEIL » car elle dispose d’une membrane qui capte les images comme celle au fond de la rétine des yeux, la glande pinéale est remplie d’eau et c’est la partie la plus magnétique du corps humain. La machine LOOKING GLASS et le ORION CUBE sont des répliques techniques de cet attribut naturel que nous avons tous dans le cerveau. Pour ceux qui me connaissent ou qui ont lu mes autres articles, vous savez que je combat toutes les religions, mais cela ne m’empêche pas de citer des passages de la Bible que je trouve intéressant car certains sont des vérités, des vérités qui une fois comprises ne font que confirmer ce que j’avance. Dans la bible (Luke 34) il est dit : The light of the body is the eye: therefore when your eye is single, your whole body also is full of light; but when your eye is evil, your body also is full of darkness. Je répète : si TON oeil est UNIQUE ! Symbol summérien Temple en asie

On sait désormais rendre le cerveau transparent Il s'agit d'une petite révolution pour les neurosciences. Des chercheurs américains de Stanford, emmenés par Karl Desseiroth - membre du récent projet de recherche américain BRAIN sur les neurotechnologies - ont mis au point une technique capable de rendre totalement transparent un cerveau de souris. Baptisée «Clarity», elle permet de faire très facilement des images 3D d'une grande précision des neurones et de leurs connexions. Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre mobile L'opacité des cellules est d'ordinaire liée à la présence de lipides dans leur membrane. Des techniques classiques d'imagerie ont ensuite été appliquées. Une «belle prouesse» technique «Les clichés obtenus sont incroyablement précis et détaillés», commente Sylvie Chalon, responsable de l'unité Inserm U 930 «Imagerie moléculaire du cerveau» qui rappelle qu'un cerveau de souris ne pèse qu'un gramme et que les filaments que l'on voit sont bien plus fins que des cheveux.

«Le cerveau fait l'objet d'une course à la connaissance» LE FIGARO. - L'IRM fonctionnelle (IRMf) existe depuis 1992 et vous avez vous-même largement contribué au développement de cette technique. Aujourd'hui, le titre de votre livre, Le Cerveau de cristal*, laisse entendre que l'IRMf peut donner accès à nos pensées les plus intimes. Est-ce le cas? Denis LE BIHAN. - Les premières images que nous avons réalisées en 1992, qui montraient l'activation du cortex visuel chez un sujet simplement en train d'imaginer un objet, ont montré qu'il était désormais possible d'imager le support de la pensée. Vue de côté. L'IRMf et la technique dite «de diffusion» que vous avez développée permettent maintenant d'étudier les connexions entre les différentes aires du cerveau. Étudier les connexions du cerveau, c'est un peu établir un plan en 3D de son câblage, les câbles étant les fibres nerveuses. Vue en coupe de l'aimant Iseult. * Le Cerveau de cristal, de Denis Le Bihan, aux éditions Odile Jacob. » IRM: qu'est-ce que c'est?

Un gène du cerveau trouvé chez l'Homme mais pas chez les singes L'Homme et le chimpanzé partagent plus de 98,5 % de leur patrimoine génétique. Parmi les petites divergences qui existent, il y aurait un fragment d'ADN à l'origine du microARN miR-941. Quel impact a-t-il eu sur l'évolution humaine ? La question reste entière... © Ynse, Wikipédia, cc by sa 2.0 Un gène du cerveau trouvé chez l'Homme mais pas chez les singes - 2 Photos Les microARN sont de courtes molécules d'ARN, produites par l'ADN, connues pour réguler l'expression des gènes en venant se fixer sur les séquences codantes, empêchant leur transcription et les réduisant au silence. Dans une étude, des scientifiques de l'université d'Édimbourg (Écosse) viennent de mettre en évidence un microARN, miR-941, qui ne serait présent que chez l'espèce humaine. À quoi peut bien servir ce miR-941 ? Le cerveau humain est bien plus gros que celui de ses plus proches cousins. Cependant, il faut rester prudent quant à l'interprétation des résultats, comme le font les chercheurs. A voir aussi sur Internet

La neuroscience de l’intestin : Etrange mais vrai, le cerveau est façonné par les bactéries du tube digestif | Manuel Anthony Les gens peuvent vous conseiller d’écouter votre instinct : mais dorénavant la recherche scientifique suggère que votre intestin a plus d’impact sur vos pensées que vous ne l’avez jamais imaginé. Des scientifiques de l’Institut karolinska (1) en Suède et le Genome Institute de Singapour dirigés par Sven Pettersson ont récemment rapporté dans les "Proceedings of the National Academy of Sciences" que la flore intestinale, c’est-à-dire les bactéries qui peuplent nos intestins ont un impact significatif sur le développement du cerveau et par conséquent sur le comportement à l’âge adulte. Nous, les humains, estimons que nous sommes une espèce hautement évoluée d’êtres conscients, mais nous sommes bien moins humains que la plupart d’entre nous ne le pensent. De plus, ces bactéries ont été impliquées dans l’apparition de troubles neurologiques et comportementaux. Robert Martone Like this: J'aime chargement…

Dissonance cognitive Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En psychologie sociale, la dissonance cognitive ou distorsion cognitive au Québec[1] est la simultanéité de cognitions qui entraînent un inconfort mental en raison de leur caractère inconciliable ; ou l'expérience d'une contradiction entre une cognition et une action. Dans sa théorie de la dissonance cognitive, Leon Festinger étudie les stratégies de réduction de la tension psychologique induite et de maintien de leur cohérence personnelle, y compris des stratégies d'évitement des circonstances identifiées comme source de dissonance. Relations entre les cognitions[modifier | modifier le code] Trois sortes de relations sont possibles entre deux cognitions ou entre une cognition et un comportement[1] : Ampleur de la dissonance[modifier | modifier le code] L'ampleur de la dissonance cognitive ou de la tension subie dépend de deux facteurs : L'effort pour réduire la dissonance est proportionnel à son ampleur[1]. Exemples[modifier | modifier le code]

Neurones miroirs, empathie, et psychopathie News of Tomorrow, 11 mars 2009 Par jsf Des circuits neurologiques prédisposent à l’empathie Les travaux d’Hugo Théoret démontrent que les neurones miroirs, à l’origine de l’empathie, sont perturbés chez les autistes Lorsque nous observons quelqu’un faire un geste, les circuits neuronaux qui commandent cet acte s’activent dans notre cerveau même si nous demeurons totalement immobiles. Cette étonnante constatation a été faite sur des chimpanzés au début des années 90 et ce phénomène a été attesté par la suite chez les êtres humains. Selon les théories actuelles, les neurones miroirs seraient à la base de l’apprentissage par imitation, une fonction centrale notamment dans l’apprentissage de la langue. « Ces cellules sont vraiment à la source de la compréhension de ce qui se passe chez les autres personnes, affirme Hugo Théoret, chercheur au Département de psychologie. Déficit chez les autistes Structures présentes chez les enfants Daniel Baril – décembre 2004 Ce que devient l’enfant né empathique

Neurones miroirs (I) Une découverte monumentale mais ignorée En 1996, Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme, fit la surprenante découverte des neurones miroirs. Une découverte qui, bien que très peu connue du grand public, pourrait être à l’origine d’une révolution scientifique majeure dont on ne pressent que quelques contours. 1. Evoquer les neurones miroirs en un seul billet risque de laisser de côté nombre d’implications scientifiques mais aussi philosophiques. Rappel des faits. « Les neurones miroirs constituent une classe particulière de neurones initialement identifiés dans le cortex précentral du macaque. Depuis 1996, la présence des neurones miroirs a été confirmée par nombres d’études ouvrant la voie vers une compréhension des mécanismes perceptifs ainsi que des processus cognitifs essentiels comme l’interprétation des actions perçues. Chez l’homme, on a observé la présence des neurones miroirs dans le cerveau encore immature du jeune enfant. 2. Il existe une sorte de mécanique, voire de dialectique des miroirs.

Les cellules gliales : ces autres cellules du cerveau | Atoutcerveau Dans notre cerveau, il n'y a pas que des neurones ! Il y a tout un enchevêtrement de petits vaisseaux sanguins mais aussi une multitude d’autres cellules : les cellules « gliales ». Chez l'homme, ces cellules seraient 10 fois plus nombreuses que les neurones mais on a longtemps pensé qu'elles servaient essentiellement de « glue » pour les maintenir entre eux. Les cellules gliales sont totalement différentes des neurones : elles ne véhiculent pas l’information nerveuse et ne possèdent pas ces longs prolongements que sont les axones et qui permettent aux neurones de transmettre cette information sur des distances de plusieurs centimètres. Depuis plusieurs années, on sait tout de même que ces cellules particulières ont un rôle fondamental pour le fonctionnement du cerveau et des neurones. Ainsi grâce à un type particulier de cellules gliales que l’on appelle « astrocytes » à cause de leur forme en étoile, les neurones sont bien nourris ! >> Illustration : Inserm / Yasmina Saoudi

Related: