background preloader

A Tour through Ancient Rome in 320 C.E.

A Tour through Ancient Rome in 320 C.E.

http://www.youtube.com/watch?v=VAgA6G75XsI

Related:  Rome, du mythe à l'HistoireBazar temporaire 11

Qui étaient vraiment les Gaulois ? Des barbares chevelus et mal dégrossis ? Cette fausse image, colportée dès le début de la conquête de la Gaule par Rome, a été relayée pendant des millénaires. Redécouvrez les Gaulois, un peuple bien plus raffiné qu'on ne le pensait. (Article paru dans le Journal du CNRS de juillet-août 2010) Pour des millions de Français, "nos ancêtres les Gaulois" ont le profil du débonnaire Astérix, du livreur de menhirs Obélix et de leurs compagnons un peu frustes. Sauf que, par Toutatis !

Le Capitole Le Capitole, (Capitolium) une des sept collines de Rome, était le coeur religieux de Rome. Le temple principal, au centre de l'image, est celui de Jupiter Très Bon et Très Grand. Incendié plusieurs fois, il fut reconstruit toujours au même endroit. Il était le symbole politique et religieux de Rome. Rome et la conquete de l'Italie Face aux Éques et aux Volsques, les Herniques ont rejoint le camp de Rome et de ses alliés Latins. L'avancée vers le Sud en est facilitée. Elle est ponctuée par la construction de citadelles comme Cora, Norba et Signia qui contrôlent le passage entre le territoire des Volsques et celui des Éques. Ces derniers cessent rapidement de lutter, mais les Volsques reconquièrent systématiquement le terrain perdu.

Timgad Timgad Timgad lies on the northern slopes of the Aurès mountains and was created ex nihilo as a military colony by the Emperor Trajan in AD 100. With its square enclosure and orthogonal design based on the cardo and decumanus, the two perpendicular routes running through the city, it is an excellent example of Roman town planning. Esplanade du Capitole 1) Temple de Fides ( de la bonne foi ). 2) Temple d'Ops ( divinité de l'Abondance ). 3) Temple de Jupiter gardien. 4) Temple des chars sacrés ( Aedes tensarum ). 5) Temple de Jupiter Feretrius. 6) Curie et cabane de Romulus (entre la curie et le temple de Jupiter Capitolin ). 7) Chapelle de Valetudo. 8) Temple de Mars Ultor. 9) Temple de Vénus Erucyne. 10) Temple de Mens. 11) Temple de l'indulgence. 12) Arc de Calpurnius. 13) Temple de Jupiter tonnant. 14) Temple de la Fortune Primegenia. 15) Colonnes rostrales. 16) Autel de Jupiter Sôter. 17) Temple de Veiovis. Roche Tarpéienne.

Rome 3 Après la conquête de Tarente et celle du Sud de l'Italie, Rome en atteint la pointe en occupant Rhegion vers -270. Mais si la péninsule entière est soumise, le territoire romain en propre est bien plus petit. Il se compose du Latium, de l'Ombrie, de la Campanie et des Marches, soit en tout 27 000 kilomètres carrés. Le reste de l'Italie comprend des cités sujettes payant le tribut et des cités alliées, ayant signé le foedus (traité). Un certain nombre de colonies ont par ailleurs été fondées par Rome. Rome 6 Spartacus par Foyatier (wikipedia) Pourvue des armes des auxiliaires vaincus et après un tel succès, cette troupe attire de nombreux esclaves et en particulier les bergers habitués à porter des armes. Rome envoie aussitôt un autre prêteur pour réduire Spartacus, Publius Varinus, avec plus d'hommes mais d'aussi piètre qualité.

Colonne Trajane - postes avancés romains en haute Moesie Il fait nuit, le poste avancé de l'armée romaine se situe en haute Moesie, peut être en bordure de la rivière Mlava à la confluence du Danube. Ces tourelles (castella) sont chacune ceinturées d'une cloison carrée. A la fenêtre de l'étage, une torche est allumée, servant à faire des signaux aux troupes éloignées. Elles sont gardées par quatre soldats vêtus d'un pantalon collant, d'un pourpoint à bordure dentelée et d'un manteau (sagum). Ils sont armés du bouclier ovale (emblèmes : couronne et étoiles) et de la lance (hastati); mais cette dernière à disparue – comme la plupart des armes de la colonne, qui étaient de métal et « piquées » dans la pierre. Deux soldats, le cou entouré d'une cravate (focale), embarquent des barils à bord d'un canot ; deux autres canots amarrés à côté sont déjà chargés de futailles et de bagages qui serviront à ravitailler les troupes lors de leur progression en bordure du fleuve.

L’extraordinaire destinée de Tiberius Claudius Maximus L’Histoire et l’archéologie réservent parfois d’extraordinaires surprises… comme lorsque l’on retrouve la tombe d’une personne connue, mais uniquement au travers de textes ou de représentations iconographiques. C’est le cas de Tiberius Claudius Maximus, à la destinée peu commune… Notre homme, originaire de Grèce du Nord, va s’engager dans la VIIème légion Claudia Pia Fidelix un peu avant les campagnes de Domitien. De simple soldat, il va être nommé quaestor equitum puis singularis lagatis legionis, deux grades qui ne nous sont connus que… par l’épitaphe de l’intéressé ! Quoi qu’il en soit, il semble bien faire partie de la cavalerie légionnaire, et sera décoré par Domitien. La suite de sa carrière est tout aussi peu classique : de légionnaire, Trajan va le nommer duplicarius dans une aile de cavalerie auxiliaire, c’est à dire second d’un décurion, l’équivalent du centurion pour la cavalerie.

Les Romains étaient-ils de bon «managers» d’esclaves? La façon dont les Romains traitaient leurs esclaves fournit-elle des indices sur la bonne manière de manager? Oui, selon la thèse provocatrice de Jerry Toner, historien de l’université de Cambridge, qui a écrit un Guide romain du management d’esclaves en 2014 à partir d'un vrai traité écrit par un riche citoyen de Rome, et développe le parallèle dans un article publié sur Aeon. Après tout, «les propriétaires d’esclaves comme les entreprises veulent extraire le maximum de valeur de leur capital humain, sans l’épuiser ni provoquer une rébellion ou une fuite», et comparer les deux situations n’est donc pas totalement absurde. L’Esclavage dans l’Antiquité, une leçon d’Abel Desjardins (1857) Avant de rejoindre Douai (en 1858) où il effectuera l’essentiel de sa carrière jusqu’en 1886, Abel Desjardins, − dont c’est cette année le bicentaire de la naissance (1814-2014) −, fut professeur d’histoire à l’Université de Caen (1856-1858) : il y donna un cours sur l’esclavage antique dont le contenu a été préservé. Il n’est pas inintéressant, en cette journée officielle de célébration de l’abolition, de redécouvrir ce jalon de l’historiographie de l’esclavage, où, dans la lignée d’Henri Wallon, le professeur laisse affleurer son indignation devant le phénomène qu’il décrit. À Caen, dans le cadre de son cours d’histoire − où il avait choisi Athènes comme fil directeur, abordant la question de la démocratie, puis celle du paganisme pour en arriver à l’esclavage, Abel Desjardins proposa quelques modestes réflexions sur ce phénomène après la somme magistrale publiée par Henri Wallon dix ans plus tôt, en 1847. Derrière Athènes, les champs de coton… Feuilleter le document ➢ A.

Related: