background preloader

Info-Doc : le document de collecte

Info-Doc : le document de collecte

Le document de collecte TraAMDoc 2012-2014 Document de collecte : présentation générale by LN MULOT on Prezi Outils pour enseigner l'information documentation Une expérience pédagogique : Du copié/collé au document de collecte Nous connaissons le site Mes docs de doc, blog pédagogique d’une prof-doc, qui propose régulièrement des séquences d’information-documentation avec réflexion sur la méthode et son application.Depuis octobre 2011 elle nous fait part d’une expérience pédagogique, fondée sur l’étude de Nicole Boubée « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire » Deux idées directrices : « lorsque nous cherchons sur internet, notre questionnement se construit au fur et à mesure de nos lectures. Nous arrivons rarement dans la recherche avec une problématique déjà construite. » " introduire auprès des élèves la notion de « document de collecte » d’informations. Cette méthode de recherche d’informations sur un sujet donné s’appuie sur la pratique que les élèves ont du copié/collé pour la faire évoluer vers une appropriation méthodologique maîtrisée. Le plan de la recherche Exemple de déroulement d’une séquence de recherche en SVT.

Etudions Google Le document de collecte en bref 26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 18:05 Une présentation synthétique de l'outil, pour vous aider à vous lancer ! Tous les articles sur le sujet dans ce blog sont classés à "document de dollecte" (cliquez sur le document pour l'agrandir) Quelles connaisances travaille-t-on ? Savoir-faire : niveau de l’exercice pratiquer la lecture rapide et sélective sur le sujet donné cerner les limites du sujet donné évaluer rapidement la pertinence des informations trouvéens référencer ses extraits Savoir-faire : méthode réutilisable pratiquer une lecture rapide et sélective définir un besoin d’information savoir revenir rétrospectivement sur un cheminement de recherche (être capable de décrire les actions et nommer les outils utilisés) établir une sitographie Savoirs : compréhension le copié-collé est une étape de brouillon le guidage imposé par les moteurs peut-être critiqué l’intention de publication influe sur la qualité de l’information l’accès à l’information peut déterminer sa pertinence : moteur, BDD, portail

Du copier-coller au copier créer, histoire d'une démarche (1) Le « copier-coller » au collège : une image négative ! Le copier-coller au collège est : 1. synonyme d'absence de travail 2. bien plus de « vol » en référence au droit d'auteur 3. improductif, n'étant pas le résultat d'une réflexion 4. au siècle de l'originalité à tout prix : dévalorisé et dévalorisant pour celui qui le commet. Le « copier-coller » , une réalité technique pratiquée ! 1. 2. 3. Une idée : le copier /créer. Avant : le livret documentaire proposé s'organisait de façon traditionnelle prescripteur d'une démarche à suivre pour bien réussir sa recherche documentaire. Après : Temps 1 (1 heure) : un test pour mieux connaître les élèves et leur pratique, faire le point sur le bien vivre son CDI (code de vie du CDI, les droits du lecteur) Temps 2 (2 heures) : Le CDI : définition, horaires, fonctions, première approche de la notion de « DOCUMENT », organisation de l 'espace, les outils numériques du CDI au service des élèves.

La RD en utilisant la présentation du document de collecte - Carte mentale La recherche documentaire avec la présentation du document de collecte [1] me parait la plus adaptée à la formation à la RD : elle se base sur les pratiques antérieures des élèves, elle est plus intuitive et évite l’écueil de la hiérarchisation des étapes dans la présentation des étapes de la RD. Afin de mieux m’approprier ce déroulé, j’ai réalisé une carte mentale qui en présente les grandes lignes. Cette carte n’est pas exhaustive (je n’évoque pas la hiérarchisation de l’info et la rédaction d’un plan) mais a plus pour objectif de poser les choses. Cette carte sera distribuée sous forme d’extrait lors des différentes séances aux élèves et sa version complète sera affichée au CDI. Elle sera sans doute améliorée, corrigée à l’usage ou avec vos remarques. [1] Document de collecte : notion présentée par Nicole Boubée dans son article "Le rôle des copiés-collés dans l’ activité de recherche s’information des élèves du secondaire".

Le document de collecte : une alternative au copier-coller Nous sommes quelques professeurs-documentalistes à utiliser le document de collecte qui s'appuie sur la pratique du copier-coller des élèves lors de la recherche documentaire. Je ne vais pas ici redéfinir le concept, ni ses usages pédagogiques, d'autres l'ont déjà très bien fait. Je vous renvoie donc vers les blogs : TicTacdoc, Didacdoc et Mesdocsdedoc et également vers la présentation de Docs de Doc. J''insisterai ici sur la nécessité d'utiliser la méthode du document de collecte dans le cadre d'un TRAVAIL D'EQUIPE. Ainsi après avoir expérimenté ponctuellement la méthode pendant 2 ans, il m'a semblé important cette année d'impliquer l'ensemble de mes collègues dans le processus.

Pourquoi (et comment) utiliser le document de collecte m'a permis d'abandonner la méthode de recherche par étapes Je parle du document de collecte dans mes différents billets mais je réalise que depuis le jour où j'ai décidé (grâce à l'enthousiasme d'une collègue d'Histoire-Géographie) de l'introduire dans mes séquences, je n'en ai pas vraiment fait de bilan. Pourtant, depuis ce jour, je ne l'ai plus lâché. Le document de collecte est devenu mon compagnon fidèle, celui de certains de mes collègues (même partis enseigner ailleurs, au lycée, où semble-t-il il séduit beaucoup) et celui de mes élèves. Je ne l'utilise qu'associé à la carte mentale de réorganisation des idées. Le document de collecte intervient dans lors de la première séance de recherche avec les élèves. Peut-être est-ce de la fainéantise ? Je demande donc aux élèves de construire des documents de collecte sur des sujets dont ils ne savent rien, ou presque rien. Je donne une limite à ce document : une page le plus souvent. L'heure suivante est très intéressante. - Revenir sur le déroulement de leur recherche

Module d'autoformation gratuit sur le plagiat et le droit de citation Le plagiat est un phénomène réel. Certains font remonter son origine à la nuit des temps. Toutefois, eu égard à la récurrence du sujet, on peut supposer qu'il a pris de l'ampleur, de nos jours, surtout à l'ère d'internet où l'accès aux ressources documentaires est grandement facilité. Pour prévenir ce phénomène, le Service des bibliothèques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) propose un module de formation et d'autoformation sur le plagiat et les règles de citation. Ce module comporte cinq parties. Une première définit la notion de plagiat et livre quelques exemples, c'est-à-dire sept pratiques qui peuvent être qualifiées de plagiaires : Cette première partie livre aussi des chiffres sur le plagiat et propose les moyens de l'éviter. La deuxième partie titrée "Citer correctement ses sources" n'est qu'une suite logique de la première. Les trois dernières parties proposent des conseils, un quiz et un résumé à l'utilisateur. Ce module est offert sous une licence Creative Commons.

L’inverse du piratage, c’est le copyfraud, et personne n’en parle | Hotel Wikipedia Le piratage ne cesse de défrayer la chronique, mais curieusement, on parle beaucoup moins du phénomène inverse : le « copyfraud » ou fraude de copyright. Il ne s’agit pas de diffuser indéfiniment une œuvre protégée, mais au contraire d’effectuer une fausse déclaration de droit d’auteur entraînant la protection frauduleuse d’un contenu librement accessible. Le copyfraud est sans doute aussi répandu que le piratage. Cependant, les contrevenants sont rarement, voire jamais condamnés. Il faut dire que certains d’entre eux ont pignon sur rue : le Times britannique, la Réunion des musées nationaux, la Bibliothèque nationale de France, un département français… Définir le copyfraud Le copyfraud a été défini il y a quelques années par un juriste américain, Jason Mazzone. Ces infractions ne sont presque jamais réprimées. Le code de la propriété intellectuelle français se contente ainsi d’une définition négative : le domaine public commence lorsque les droits d’auteur expirent.

Related: